Livres en ligne de Renaud Camus

Journal Vaisseaux brûlés Révoltez-vous ! Le Grand Remplacement Buena Vista Park Passage (Églogues I) La Civilisation des prénoms Discours de chambre Ørop Les Inhéritiers Lettres reçues Le Changement de peuple Journal d’un autre L’Homme remplaçable Anthologie générale Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés

filtrer par crédit de lecture nécessaire :

Journal

1976-…
Le journal de Renaud Camus est publié en ligne depuis le 1er janvier 2013, au fur et à mesure de son écriture.
Vaisseaux brûlés

1997-…
Œuvre hypertextuelle pionnière, en ligne depuis 1998, les Vaisseaux brûlés forment une très vaste entreprise littéraire en évolution constante. Leur est dédiée une section spécifique de ce site.
Révoltez-vous !

2015

Le Grand Remplacement n’est pas une notion, ce n’est pas un concept, ce n’est pas une théorie mais la simple constatation de ce qui survient. Le livre de ce titre, en ces éditions successives, a posé ce constat, aujourd’hui admis presque de toute part, y compris par ceux-là qui reconnaissent le fait même s’ils renâclent au nom. C’est à la chose elle-même, le changement de peuple et de civilisation, la colonisation de la France et de l’Europe, l’islamisation du continent, que pour ma part je ne me résigne pas. Ce livre est un appel au regroupement des individus et des mouvements, pour la constitution d’une force de refus. Il y a des moments dans la vie des peuples, comme dans celle des hommes, où c’est un grand NON qui est le plus affirmatif.

lire en ligne Révoltez-vous !

mise en ligne : lundi 10 août 2015, 18 h 10
longueur actuelle : environ 29 feuillets
dernière modification du contenu : mercredi 19 août 2015, 10 h 50
type de crédit de lecture nécessaire : “opuscule”

…ou télécharger le livre électronique :
pour iPad, iPhone ou Mac
pour Kindle
pour Kobo

…ou commander un exemplaire sur papier

aide pour choisir entre ces différentes formules

Le Grand Remplacement

2012-2015

« Pouvez-vous développer le concept de Grand Remplacement ?

— Oh, c’est très simple : vous avez un peuple et presque d’un seul coup, en une génération, vous avez à sa place un ou plusieurs autres peuples. C’est la mise en application dans la réalité de ce qui chez Brecht paraissait une boutade, changer de peuple. Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que rend seul possible la Grande Déculturation, est le phénomène le plus considérable de l’histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours. »

(Renaud Camus, entretien pour Le Nouvel Observateur)

Le Grand Remplacement, le livre, le texte, a une histoire éditoriale assez compliquée, bien que relativement courte. Le premier volume paru sous ce titre, aux éditions David Reinharc, en novembre 2011, était un mince recueil de trois conférences, dont celle, éponyme, qui avait été prononcée à Lunel, dans l’Hérault, le 26 novembre 2010. La maison David Reinharc ayant fermé ses portes (provisoirement, on l’espère), et cette première édition étant épuisée, un deuxième recueil portant le même titre, mais sensiblement augmenté, a été publié par mes soins, “chez l’auteur”, à la fin de l’année 2012 : étaient réunies cette fois six allocutions et non plus trois, plus un bref entretien pour Le Nouvel Observateur. Néanmoins il s’agissait toujours de conférences, mises bout à bout. Pour les lecteurs qui peut-être eussent souhaité, sur les mêmes sujets, un texte d’une seule venue, j’ai écrit Le Changement de peuple, publié pareillement “chez l’auteur” en 2013. Si un livre avait dû s’appeler Le Grand Remplacement, c’était bien lui. Mais le titre était déjà pris, par les successifs recueils de conférences. Pour mettre fin à ce léger désordre, qui crée des malentendus, on donne ici, sous le titre qui s’est répandu dans le public, le texte du Changement de peuple ; celui des six allocutions déjà parues ; celui de quatre autres, inédites ; deux Discours de chambre, prononcés en défense devant des tribunaux et déjà disponibles sous ce titre en un volume séparé ; Suicide d’une nation, brochure publiée en 2014 aux éditions Mordicus ; et, finalement, un conte pour enfants, Ørop, qui fit tout de même office de discours politique, aux Assises pour la liberté d’expression, le 15 mars 2015, à Rungis.

lire en ligne Le Grand Remplacement

mise en ligne : vendredi 16 novembre 2012, 11 h 46
longueur actuelle : environ 403 feuillets (table des matières)
dernière modification du contenu : dimanche 14 juin 2015, 23 h 59
type de crédit de lecture nécessaire : “livre”

…ou télécharger le livre électronique :
pour iPad, iPhone ou Mac
pour Kindle
pour Kobo

…ou commander un exemplaire sur papier :
édition brochée   édition reliée avec jaquette

aide pour choisir entre ces différentes formules

Buena Vista Park

2014

Buena Vista Park est un jardin de San Francisco, au sommet d’une colline, d’où l’on jouit, effectivement, entre les arbres, d’une vue splendide sur la ville, sur la baie, le Golden Gate et l’océan. Un promeneur de rencontre m’a assuré y avoir vu danser Pan, une nuit, et jouer de la flûte.

De ce parc il n’est pas du tout question ici : son seul rapport avec les morceaux qui composent ce petit livre, c’est que la plupart m’ont d’abord traversé l’esprit comme j’y étais étendu au soleil, certains après-midi du printemps et de l’été 1979, et que, rentré chez moi, je les notais, un peu plus tard dans la journée, sur une table placée à l’intérieur d’une bow-window victorienne qui regardait ses hautes frondaisons.

J’avais d’abord l’intention d’intituler ce recueil Fragments de bathmologie quotidienne : mais ces mots n’ont suscité autour de moi qu’un tollé parfois hilare. Degrés était déjà pris, Niveaux trop lourdement années soixante, Strates un peu austère, Raisons des effets (en hommage à Pascal) un peu prétentieux et Sens dessus dessous, proposé par une amie, un peu trop malin me semblait-il. J’ai envisagé un moment de procéder comme pour un recueil de nouvelles, et de donner à l’ensemble le titre de l’une des parties, Le Bandeau du maréchal Ney, par exemple, ou bien Un ciel mobile et léger. Puis je me suis souvenu qu’Aulu-Gelle a nommé ses Nuits attiques en souvenir seulement du lieu et du moment de leur composition, et j’ai songé aux Après-midi ou à L’Été de San Francisco. Buena Vista Park était la prochaine étape. [1980]

lire en ligne Buena Vista Park

mise en ligne : lundi 20 octobre 2014, 0 h 03
longueur actuelle : environ 112 feuillets
dernière modification du contenu : lundi 10 novembre 2014, 19 h 04
type de crédit de lecture nécessaire : “essai ou livre bref”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

…ou commander un exemplaire sur papier :
édition brochée   édition reliée avec jaquette

aide pour choisir entre ces différentes formules

Passage (Églogues I)

2015

Passage, le premier volume des Églogues, est paru en mars 1975 dans la collection “Textes”, aux éditions Flammarion. Le livre fut alors salué par Roland Barthes en ces termes :

« Avant d’interroger Renaud Camus, je voudrais me permettre de situer, d’un mot, son premier livre. C’est, d’une part, un texte moderne. C’est-à-dire un texte qui requiert un mode de lecture nouveau : un mode de lecture qui est décroché de ce qu’on appelait traditionnellement le vraisemblable, la narration linéaire fondée sur un mécanisme de conséquences et de temporalités ; disons de ce mode de narration que nous connaissions bien dans les romans traditionnels par cet artifice qui s’appelle le suspens. Mais, d’autre part, ce texte est un texte de plaisir. Et cela pour plusieurs raisons. Entre autres par la perfection, le soin du montage. Tout soin, toute perfection – même dans son aspect artisanal –, en ce qui concerne le texte, est une façon d’aimer le lecteur. Autre raison de plaisir, c’est la circulation de ce qu’on pourrait appeler les effets de voyage. Il s’agit vraiment d’un passage, d’un passage fréquent à travers des lieux, des noms, des sensations, de brefs souvenirs. Il y a donc dans ce livre la jouissance, véritablement, du voyage. Il y a aussi une valeur d’élégance et de discrétion qui est ce que j’appellerai une maîtrise. Et, enfin, il y a une réussite dans ce sens que, s’il n’y a pas de récit général, c’est tout simplement parce que le récit est dans chaque phrase. Chaque phrase, dans ce livre, captive. Capture. Et l’on est tiré en avant, de phrase en phrase, non pas pour savoir le secret de l’anecdote mais pour répéter ce plaisir de la phrase. La réussite, à l’échelle de notre histoire culturelle et littéraire, de ce livre, c’est qu’il est à la fois un livre expérimental, en entendant bien que ce mot ne doit pas faire peur, et (ceci, peut-être, à cause de cela) un livre vivant, aéré, sensible, très présent au monde et au lecteur : un livre heureux et cependant sans complaisance.

lire en ligne Passage (Églogues I)

mise en ligne : vendredi 3 avril 2015, 23 h 17
longueur actuelle : environ 276 feuillets (table des matières)
dernière modification du contenu : lundi 6 avril 2015, 12 h 00
type de crédit de lecture nécessaire : “essai ou livre bref”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

Ce livre n’est pas (encore) disponible sur papier.

La Civilisation des prénoms

2014

Nous habitons la civilisation des prénoms. Dans des types de plus en plus nombreux de rapports sociaux, pas seulement d’ordre privé, le nom, qu’on appelait naguère de famille, s’efface au profit du seul prénom. À en croire Renaud Camus il s’agirait d’une mutation anthropologique essentielle, et d’une double régression : vers l’enfance des individus, pendant des siècles domaine réservé du prénom ; mais aussi vers l’enfance et même la pré-enfance des sociétés, en deçà des formes diverses de contrat social. Sans nom, pas de contrat possible, en effet : pas de responsabilité, car il est seul à même d’engager le sujet et de signer. À la verticalité des lignées, dont le nom est garant, se substitue l’horizontalité d’un da capo perpétuel, le prénom ne commençant jamais qu’avec celui qui le porte — manifestation d’un fantasme d’auto-engendrement continu, où l’on voit s’abîmer, au profit d’un présent absolutiste et sans horizon, le passé, l’histoire et le sentiment même du temps, la culture, les nations et les identités.

lire en ligne La Civilisation des prénoms

mise en ligne : jeudi 12 juin 2014, 18 h 47
longueur actuelle : environ 123 feuillets
dernière modification du contenu : dimanche 9 novembre 2014, 22 h 30
type de crédit de lecture nécessaire : “essai ou livre bref”

…ou télécharger le livre électronique :
pour iPad, iPhone ou Mac
pour Kindle
pour Kobo

…ou commander un exemplaire sur papier :
édition brochée   édition reliée avec jaquette

aide pour choisir entre ces différentes formules

Discours de chambre

2014-2015

Autant le reconnaître d’emblée, les deux allocutions ici rassemblées n’ont jamais été prononcées, au moins dans la forme exacte où les voici. C’est telles qu’elles auraient l’être, non telles qu’elles le furent en effet, qu’on pourra les lire en ce recueil.

La première, “Discours à la XVIIe chambre”, déjà publiée sous ce titre en 2014, a pour canevas une réponse donnée par Renaud Camus, le 21 février de cette année-là, à la présidente de cette juridiction qui lui demandait s’il avait quelque chose à ajouter à l’issue de son procès. « Le prévenu a transformé le tribunal en tribune », écrivait le lendemain Jérôme Dupuis, dans L’Express : « Et l’on a alors assisté à ce spectacle stupéfiant d’un accusé faisant publiquement le procès de l’avocat qui le poursuivait ! [...] Le tribunal en est resté coi. »

La seconde est le plaidoyer du même accusé se défendant sans avocat devant la cour d’appel, le 3 février 2015, dix mois après sa condamnation en première instance pour provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence. Le texte est ici reconstitué tel que la cour n’a pas voulu l’entendre en entier.

On y a joint copie des jugements subséquents, portant l’un et l’autre condamnation de l’accusé. Il a depuis lors interjeté pourvoi en cassation. Le discours incriminé a été placé en annexe, in extenso.

lire en ligne Discours de chambre

mise en ligne : vendredi 28 mars 2014, 23 h 57
longueur actuelle : environ 96 feuillets (table des matières)
dernière modification du contenu : dimanche 17 mai 2015, 19 h 50
type de crédit de lecture nécessaire : “essai ou livre bref”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

…ou commander un exemplaire sur papier

aide pour choisir entre ces différentes formules

Ørop

2015

« Terrifiant ! » (Alain Finkielkraut)

Les tragédies dont Copenhague a été le théâtre, au début de l’année 2015, et surtout les recherches, enquêtes et bouleversements qui s’en sont suivis, ont fait remonter à la surface un conte inédit d’Hans Christian Andersen, auquel malheureusement manque la fin, soit qu’elle n’ait jamais été écrite, soit qu’elle reste à découvrir. L’auteur avait l’intention, semble-t-il, d’intituler ce conte Ørop, la première lettre étant un O barré en oblique, à la danoise, qui se prononce plus ou moins eu.

« Or, l’histoire, mes petits enfants, est une vieille dame toujours jeune, énergique et fantasque, romanesque en diable, qui s’ennuie facilement et ne rêve qu’aventures, plaies et bosses, sombres drames, coups d’éclat, de théâtre et d’État. Elle ne déteste rien tant que la dérobade et le retrait, surtout lorsqu’elle pressent qu’ils sont organisés contre elle, par défiance à son endroit, afin de se soustraire à son emprise. Ørop, donc, était bel et bien envahi. Et comment aurait-il pu en aller autrement ? Les autres nations et les autres peuples auraient jugé trop bête de ne pas profiter de leur chance et de ne conquérir point cet empire vacant, qui leur avait résisté pendant des siècles, qui souvent les avait soumis, même, et qui maintenant les invitait à le soumettre, par son absence inexplicable à lui-même. »

lire en ligne Ørop

mise en ligne : mercredi 8 avril 2015, 11 h 41
longueur actuelle : environ 24 feuillets
dernière modification du contenu : lundi 27 avril 2015, 0 h 51
type de crédit de lecture nécessaire : “opuscule”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

…ou commander un exemplaire sur papier

aide pour choisir entre ces différentes formules

Les Inhéritiers

2012-2013

L’origine de cet ouvrage est une conférence prononcée en anglais par l’auteur dans le Playfair Library Hall de l’université d’Édimbourg, le 13 avril 2012, au cours d’une soirée d’échanges avec l’essayiste anglais Roger Scruton. Le titre était alors “Bourdieu cul par-dessus tête” (Bourdieu upside down). Cette allocution, on l’a beaucoup augmentée depuis lors, mais on lui a laissé sa structure primitive.

Si l’objectif poursuivi est l’égalité à tout prix, et l’assurance donnée à la majorité de la population que tout est fait pour qu’elle ne soit lésée en rien, culturellement, qu’elle ne subit aucune discrimination intellectuelle, que ses valeurs et ses goûts sont bien mis sur le même plan que ceux de la défunte “classe cultivée”, alors il faut dépouiller de leur privilège les privilégiés de la culture, déshériter les héritiers, défavoriser les favorisés pour les mettre à égalité avec les défavorisés.

Si en revanche l’objectif est la culture, les progrès de la civilisation, la diffusion de la connaissance et de l’amour de l’art au sein de la population dans son ensemble, en ce cas il faut mettre Bourdieu cul par-dessus tête, garder le tableau exact qu’il a dressé de la situation dans les salles de classe et faire exactement le contraire de ce qu’ont accompli ses disciples — il faut protéger par tous les moyens les héritiers comme étant le bien le plus précieux de la nation, tout faire pour renforcer et pour accroître leur héritage et veiller à ce qu’ils en fassent largement profiter autour d’eux, par capillarité.

lire en ligne Les Inhéritiers

mise en ligne : lundi 28 mai 2012, 19 h 15
longueur actuelle : environ 153 feuillets
dernière modification du contenu : mercredi 17 avril 2013, 1 h 14
type de crédit de lecture nécessaire : “essai ou livre bref”

…ou télécharger le livre électronique :
pour iPad, iPhone ou Mac
pour Kindle
pour Kobo

…ou commander un exemplaire sur papier :
édition brochée   édition reliée avec jaquette

aide pour choisir entre ces différentes formules

Lettres reçues

2012-2014

J’ai toujours pensé qu’on pourrait faire un portrait assez précis de quelqu’un à partir des lettres, non pas envoyées par cet individu — cela aussi, toutefois c’est un autre projet — mais reçues par lui au cours des années. Voici donc cette sorte inédite, je crois, d’autoportrait, tracé par d’autres.

Les lettres sont ici disposées dans un ordre arbitraire, non chronologique. Il pourra être modifié. On s’efforcera d’en mettre en ligne une par jour — ou chaque jour, du moins, quelque fragment.

lire en ligne Lettres reçues

mise en ligne : lundi 10 septembre 2012, 10 h 41
longueur actuelle : environ 270 feuillets (table des matières)
dernière modification du contenu : samedi 13 décembre 2014, 18 h 45
type de crédit de lecture nécessaire : “livre”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

Ce livre n’est pas (encore) disponible sur papier.

Le Changement de peuple

2013-2015

J’apprends que le gouvernement estime que le peuple a “trahi la confiance du régime” et “devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités”. Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? — Bertolt Brecht, “La Solution”

La plaisanterie fameuse de Brecht est devenue pour nous une réalité. « Le changement c’est maintenant », promettait François Hollande : le changement de peuple, oui, c’est maintenant, et aussi le changement de civilisation qu’il implique nécessairement. Les socialistes ont suivi les conseils de Terra Nova et escompté du nouveau peuple et de ses voix, bien naïvement, la garantie d’être au pouvoir à jamais. Mais de cette substitution démographique les gouvernements de droite sont tout aussi responsables que la gauche, de même que le patronat et les intérêts mondialistes, qui ont besoin pour leurs affaires de l’homme remplaçable, désoriginé, déculturé, désaffilié, échangeable et délocalisable à merci.

Le Grand Remplacement était un recueil de conférences. Renaud Camus reprend ici les mêmes thèmes, les unifie, les réorchestre et les enrichit, en un essai d’une seule venue.

lire en ligne Le Changement de peuple

mise en ligne : jeudi 13 juin 2013, 23 h 56
longueur actuelle : environ 88 feuillets
dernière modification du contenu : vendredi 10 avril 2015, 23 h 58
type de crédit de lecture nécessaire : “opuscule”

…ou télécharger le livre électronique :
pour iPad, iPhone ou Mac
pour Kindle
pour Kobo

…ou commander un exemplaire sur papier :
édition brochée   édition reliée avec jaquette

aide pour choisir entre ces différentes formules

Duane McArus
Journal d’un autre

2012-2013

Les éditions Fayard, après les éditions P.O.L, ont décidé de ne pas renouveler les contrats qui les liaient à Renaud Camus. Certains de ces contrats courent encore, toutefois, et lient auteur et éditeur : ainsi celui qui porte sur le journal 2012, que les éditions Fayard publieront un jour ou ne publieront pas, selon leur volonté, mais qui, de toute façon, jusqu’à cette décision de leur part, leur appartient. Renaud Camus se propose de publier en ligne, ici même, au fur de son écriture, et cela dès le 1er janvier prochain, le journal 2013, qui, lui, ne fait l’objet d’aucun contrat. Il édite en attendant, pour ce qui reste de l’année 2012, c’est-à-dire sept mois, cet Autre journal, ou plus précisément ce Journal d’un autre — en l’occurrence d’un homme nommé Duane McArus, et qui ne lui ressemble guère : il n’a ni son âge, ni ses opinions, ni son style, ni ses goûts ; en revanche, au moment où commence cette livraison, il se trouve au même endroit.

lire en ligne Duane McArus, Journal d’un autre

mise en ligne : samedi 2 juin 2012, 18 h 39
longueur actuelle : environ 494 feuillets (table des matières)
dernière modification du contenu : vendredi 19 avril 2013, 23 h 51
type de crédit de lecture nécessaire : “livre”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

Ce livre n’est pas (encore) disponible sur papier.

L’Homme remplaçable

2012

Les deux thèmes les plus volontiers mis en avant par Renaud Camus et par son parti de l’In-nocence sont sans doute le Grand Remplacement, d’une part — l’immigration de masse, la contre-colonisation, le changement de peuple —, et d’autre part l’effondrement des systèmes scolaires, le désastre de l’École. Dans cette conférence prononcée à Paris le 8 mars 2012 à l’invitation de l’association France-Israël, Renaud Camus montre comment ces deux thèmes sont en fait étroitement liés. L’enseignement de l’oubli, la Grande Déculturation, l’industrie de l’hébétude, sont les conditions et les instruments de la production de cet homme remplaçable, désaffilié, dépaysé, déshumanisé, délocalisable à merci, hors-sol, qu’exige le principe post-taylorien de l’interchangeabilité générale. On ne répare plus, on ne change même plus les pièces, on change et on échange la chose elle-même, l’homme.

lire en ligne L’Homme remplaçable

mise en ligne : lundi 28 mai 2012, 19 h 15
longueur actuelle : environ 26 feuillets
dernière modification du contenu : mercredi 28 novembre 2012, 21 h 08
type de crédit de lecture nécessaire : “opuscule”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sur papier.

…ou télécharger le livre électronique :
pour iPad, iPhone ou Mac
pour Kindle
pour Kobo

aide pour choisir entre ces différentes formules

Anthologie générale

2012-2015

À présent il descend, il va parmi ce peuple déditice. Et moi j’habite encore ce Jorat où le printemps est si long à venir.

.........................................................................

Effrayé par l’énormité des bibliothèques, accablé par l’accumulation des chefs-d’œuvre, désespérant d’en venir jamais à bout, on a voulu ici, une bonne fois avant d’en finir, réunir tous les livres en un seul.

lire en ligne Anthologie générale

mise en ligne : lundi 21 mai 2012, 18 h 11
longueur actuelle : environ 321 feuillets
dernière modification du contenu : samedi 11 juillet 2015, 16 h 18
type de crédit de lecture nécessaire : “livre”

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

Ce livre n’est pas (encore) disponible sur papier.

Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés

2012-2015

Cet Index est voué à n’être jamais qu’un interminable work in progress. Il se rapporte aux Églogues (Passage, Échange, Travers, Été (Travers II), L’Amour l’Automne (Travers III), Travers Coda, Index & Divers) et aux Vaisseaux brûlés, mais aussi, virtuellement, à l’ensemble du monde nommé, qu’il soit effectivement écrit ou reste à l’être. Il peut comporter des entrées en attente, sans référence précise.

lire en ligne Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés

mise en ligne : lundi 11 juin 2012, 11 h 18
longueur actuelle : environ 1225 feuillets (table des matières)
dernière modification du contenu : jeudi 11 juin 2015, 0 h 34
type de crédit de lecture nécessaire : aucun (accès libre)

Ce livre n’est pas (encore) disponible sous forme de livre électronique téléchargeable. En savoir plus.

Ce livre n’est pas (encore) disponible sur papier.

Journal Vaisseaux brûlés Révoltez-vous ! Le Grand Remplacement Buena Vista Park Passage (Églogues I) La Civilisation des prénoms Discours de chambre Ørop Les Inhéritiers Lettres reçues Le Changement de peuple Journal d’un autre L’Homme remplaçable Anthologie générale Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés

© Renaud Camus. Tous droits réservés pour tous pays.

accueil général
& plan du site
journal Vaisseaux brûlés Le Jour ni l’Heure livres en ligne librairie galerie index
accueil général du site