Le Jour ni l’Heure
septembre 2020

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 1er septembre 2020, 12 h 28
modifiée le mardi 29 septembre 2020, 22 h 59
Mardi 1er septembre 2020.
 Semaine 36, Saint Gilles — 245/121. Plieux. Assez mal et peu dormi, levé à sept heures. Journal de la veille, relecture et mis en ligne. Pierre n’a pas besoin d’aller au collège.  Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et église Saint-Christophe de Vianne, plus carton “Le Grand Remplacement, ou génocide par substitution, est le plus large crime politique de l’histoire. Seule le rend possible l’hébétude de ses victimes. Il suffirait à tout moment qu’elles s’unissent et se révoltent pour y mettre fin”. L’Arrière-Pays. Reçu Le Châtelain, de Grégory Roose. Agenda. 12:27:39 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain. Patrick Boucheron à la Grande Table (ou la veille ? Non, plutôt la veille). Quitté Plieux à une heure et demie pour aller à Fleurance chercher les nouvelles lunettes, prêtes (180 € après intervention de la mutuelle, avec une paire supplémentaire de secours, bon marché). Été à Mirande revoir le musée. Entrés d’abord dans la cathédrale. Forte déception au musée, on me dit que les photographies sont interdites, bien que ça ne soit indiqué nulle part — du coup la visite perd beaucoup de son intérêt. Décidé de nous rabattre sur le donjon de Bassoues [corr. autom. : “Basques”]. Vu au passage le château de Monclar-sur-Losse, assez impressionnant et beau, malgré de sérieux enlaidissements XIXe. Et celui de Saint-Christaud, Napoléon III, mais avec un beau parc, de superbes vues sur les Pyrénées, et que j’avais envisagé d’acheter en 1992. Belle église Saint-Christophe voisine, où travaille une équipe Sourbès, comme partout (nous ne cessons d‘en rencontrer, même bien loin de Lectoure). Basques, non, Bassoues (c’est vraiment insupportable), donc, superbe, évidemment, mais qui pourrait être encore bien mieux avec assez peu de frais, comparativement (réouverture des baies, désignalisation [corr. autom. : “décimalisation”]) (les magnifiques salles sont gâchées par de vilaines panneaux didactiques et une profusion de lumignons). Montés au sommet de la tour puis été à la basilique Saint-Fris, très belle aussi (jolie maison admirablement administrée à mi-parcours), puis à l’église paroissiale, puis voir la silhouette du village sur des hauteurs environnantes mais elle est décevante car le bord sud est très abîmé, en parie par manque de soin (ou de souci). Songé à dîner sur la place de la halle mais il est un peu tôt. Château de Balliot. Peyrusse-Grande, assez belle église en partie romane, capitaux de remploi romains, longuement parlé avec une voisine très gentille et très bavarde et qui, à quatre-vingt-cinq ans, m’en donne quatre-vingts. Ardens. Château de Belmont, XVIIIe s., bon toit, bons murs, mais totalement éviscéré, béant, et devenu “Châteauneuf-des-Peuples”, apparemment squatté (ou acheté ?) par des musiciens ou “circassiens” [corr. autom. : “circadiens”] à roulottes qui campent-là. Traversé Vic-Fezensac. Jégun. Voulu dîner ou du moins reconnaître le terrain pour une autre fois à Lavardens, mais le restaurant y est fermé. Mangé une grande pizza “gersoise suprême”  à Fleurance, sous les arcades. Bardolino [corr. autom. : “Bariolons”], tiramisu (industriel). Rentrés à Plieux vers dix heures et demie. Gros paquet de miels de Bellefontaine [corr. autom. : “Bellifontaine”] et de vin aimé là-bas, envoi des M. (de Bellefontaine).  L’Arrière-Pays. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du mardi 1er septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 2 septembre 2020, 13 h 11
modifiée le samedi 5 septembre 2020, 12 h 05
Mercredi 2 septembre 2020.
Semaine 36, Sainte Ingrid — 246/120. Plieux. Levé à huit heures moins vingt, Pierre parti depuis longtemps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans le donjon de Bassoues, sans intérêt (l’autoportrait, pas le donjon), et donjon lui-même, de la rue du village. André Comte-Spongille aux matins de France Culture. Beau temps. L’Arrière-Pays, raisonnablement. Comptes : Dernière connexion le 29/08/2020 à 09h28 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -885,64 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 01/09/2020 -885,64 € /// À venir -36,61 € | Prévisionnel -922,25 € /// Débiteur depuis 30 jours /// 31/08 VIREMENT DE AMAZON MEDIA EU S.A.R.L. MOTIF: FCS000502958942 PAYMENT-NUM 1 34672259 - REF : FCS000502958942 +716,14 € /// 31/08 PRELEVEMENT URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE DU 31/08 - MOTIF : PRELEVEMENT CNCESU M. CAMUS RENAUD DU 31 - REF : RBB-CESUAPVT4232020081490130529 LIB -580,44 € /// 31/08 PAIEMENT CB AMAZON DU 02/08 A PAYLI2441535 - CARTE*4502 -228,79 € /// 31/08 VIREMENT DE DAVID JORDAN MOTIF: VERSEMENT DE SOUTIEN - REF : DA001000-200828-14-12073 +100,00 € /// 31/08 VIREMENT DE AMAZON MEDIA EU S.A.R.L. MOTIF: FCS000504639002 PAYMENT-NUM 1 34747648 - REF : FCS000504639002 +25,71 € /// 31/08 VIREMENT DE AMAZON.COM.CA, INC MOTIF: FCS000507315242 PAYMENT-NUM 1 3 50077963 POP GOODS AND SERVIC ES - REF : 991994809964 +24,93 € /// 31/08 PAIEMENT CB AMAZON DU 20/08 A PAYLI2441535 - CARTE*0007 -22,99 € /// 31/08 VIREMENT DE AMAZON MEDIA EU S.A.R.L. MOTIF: FCS000503552742 PAYMENT-NUM 1 34650871 - REF : FCS000503552742 +13,16 € /// 31/08 PAIEMENT CB AMAZON DU 02/08 A PAYLI2441535 - CARTE*4502 -4,99 € /// 31/08 PAIEMENT CB FACEBOOK (IRLANDE) DU 01/08 - CARTE*4502 -1,28 € ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Tweet du député Aurélien Taché me mettant en cause dans la montée du terrorisme d‘extrême-droite. Le signale à Me Rimokh, décidons de porter plainte une fois de plus. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, cathédrale de Mirande, château de Moncla à Monclar-sur-l’Osse, château de Belmont. Bain. Retour de Pierre, lecture par lui de Michelet, décembre 1794, renversement d’alliance de Robespierre qui, à la grande surprise de ses partisans, s’associe avec Collot-d’Herbois, Hébert et les Enragés contre les Indulgents (Camille Desmoulins est perdu). Relu et légèrement amendé la plainte MMs. Rimokh & Bonichot contre le député Taché. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne.  Atelier, repris le petit Devon, mis le grand sur chevalet. Lecture par Pierre de Rebatet, L’Inédit de Clairvaux, assez ennuyeux, reprend pour le moment la période déjà évoquée de façon beaucoup plus vivante dans Les Décombres. Dîné de fête et de présents, pâté de Cadarcet, époisses, excellent vin offert par Marcel Meyer parce que je l’avais beaucoup apprécié chez lui (château de Reignac 2015), poire à la vapeur au miel de Belle-Fontaine. Vu un film, mais impossible de me rappeler quoi pour le moment [Au nom de la terre, 2019, d’Édouard Berjeon, avec Guillaume Canet]. Promenade avec Pierre sous les étoiles. L’Arrière-Pays. Journal (l’affaire Taché). Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 2 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 3 septembre 2020, 10 h 11
modifiée le vendredi 4 septembre 2020, 10 h 49
Jeudi 3 septembre 2020.
Semaine 36, Saint Grégoire — 247/119. Plieux. Levé à sept heures. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Saint-Christaud le 1er septembre 2020. Petit déjeuner de miels de Belle-Fontaine, sur brioche. Comptes : Dernière connexion le 02/09/2020 à 13h04 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -905,76 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 02/09/2020 -905,76 € À venir -1.058,09 € | Prévisionnel -1.963,85 € /// Débiteur depuis 31 jours /// 02/09 COMMISSIONS COTISATION A UNE OFFRE GROUPEE DE SERVICES ESPRIT LIBRE -20,12 € /// Agenda. 10:11:32 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Rattrapage Tweets III. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de l’église Saint-Christophe de Saint-Christaud, 1er septembre 2020, et carton “Vive la révolte indigène en France ! Vive le mouvement indigéniste ! Vivent les droits des peuples premiers ! Vive la défense des cultures autochtones ! Vive le rassemblement décolonial ! Vive la remigration ! #OccupantDégage #CNRE #PartisansDuCNRE”. Bain. Rattrapage Tweets III, suite. Visiteuses, deux dates alsaciennes, qui séjournent à Saint-Léonard — déclinent l’escalade de la tour. L’Arrière-Pays (je ne me souviens pas très bien et, comme souvent, comprend mal à quoi s‘est passée la journée). Un peu de Dictionnaire, mais assez peu. Autres visiteurs tardifs, que Pierre, rentré, “gère”. Atelier, repris le grand Devon (sur chevalet), ciel. Lecture par pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux, ressassement. Deuxième excellent dîner de présents, pâté de Cadarcet, époisses [corr. autom. : “épouses”] (pas un présent), Reignac [corr. autom. : “Regina”] 2016, décidément délicieux et particulièrement bien assorti à ce fromage, poire à la vapeur aux deux miels de Belle-Fontaine. Vu Braveheart, 1995, de Mel Gibson, avec Mel Gibson, Sophie Marceau et Patrick McGowan, mais dû décrocher au moment insupportable et interminable du supplice de William Wallace, ce qui nous fait rater Bannockburn. Promenade avec Pierre sous les étoiles, jusqu’au bout du chemin goudronné seulement, parce je porte encore mes “bonnes” chaussures, pour les visites. L’Arrière-Pays. Journal, peu inspiré. Couché vers une heure et demie.    

lire l’entrée du jeudi 3 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 4 septembre 2020, 12 h 03
modifiée le samedi 5 septembre 2020, 11 h 58
Vendredi 4 septembre 2020.
Semaine 36, Sainte Rosalie — 248/118. Plieux. Levé à huit heures moins vingt, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait d la nuit et basilique Saint-Fris de Bassoues, 1er septembre 2020. L’Arrière-Pays, temps perdu. Comptes :  Dernière connexion le 03/09/2020 à 17h40 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.598,40 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 03/09/2020 -1.598,40 € /// À venir -1.155,40 € | Prévisionnel -2.753,80 € /// Débiteur depuis 32 jours /// 03/09 VIREMENT VERS PEYRON-BUSQUET CELINE - MOTIF : SALAIRE AOUT 2020 -892,64 € /// 03/09 VIREMENT DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA MOTIF: YYW1010231958499 - REF : YYW1010231958499 PAYPAL VIREMENT +200,00 € ///  Agenda. 12:01:35 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux photographies du mardi 1er septembre à Bassoues, toutes deux représentations de saint Fris, l’une, Renaissance, 1520, au linteau de la basilique Saint-Fris, hors-les-murs, l’autre peinte en 1925-1926 par Paul-Noël Lasseran, de Lectoure, 1868-1933, dans l’église paroissiale Sainte-Marie, le figurant mourant après la bataille de l’Étendard, Bassoues, 24 juin 732. Bain. Visiteurs, couple de L’Isle-Bouzon, vallée de l’Auroue. L’Arrière-Pays, suites de l‘“affaire Taché”, qui se complique maintenant d’une éventuelle “affaire X.”, zut, oublié son nom en cet instant, l’“avocat des écrivains”, coqueluche de France Culture. Message de la traductrice-non-traductrice du Grand Remplacement, qui apparemment fait partie des cent personnes à peu près qui lisent mon journal. Atelier, grand Devon, ciel. Lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, ou “dossier Les Décombres” (il est lui-même un beau décombre…), L’Inédit de Clairvaux. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, fini une bouteille de l’excellent vin “château de Reignac“ envoyé par Marcel Meyer. Poire à la vapeur aux deux miels, blanc et topaze, également envoyés par les Meyer. Vu Die Schaukel, La Balançoire, 1983, de Percy Adlon, d’après le roman très autobiographique d’Annette Kolb, sur la vie bourgeoise et bohème à Munich vers 1885. Promenade avec Pierre sous les étoiles. L’Arrière-Pays (l’affaire X., non, décidément son nom ne me revient pas (Emmanuel … ) — en revanche je me souviens du film que nous avons vu il y a trois jours, Au nom de la terre, avec Guillaume Canet (chronique d’Alzheimer). Journal. Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du vendredi 4 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 5 septembre 2020, 12 h 20
modifiée le dimanche 6 septembre 2020, 12 h 35
Samedi 5 septembre 2020.
Semaine 36, Sainte Raïssa — 249/117. Plieux. Pas mal dormi, levé tard, petit-déjeuner déjà dans la bibliothèque, je n’ai même pas entendu Céline. Beau temps très lumineux et transparent, Septembre absolu. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, et vue d la façade (sans intérêt archéologique, mais le reste était à contre-jour) de l’église Saint-Mamet de Peyrusse-Grande, mardi 1er septembre 2020. Comptes : Dernière connexion le 04/09/2020 à 11h55 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.714,30 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 04/09/2020 -1.714,30 € /// À venir -1.039,50 € | Prévisionnel -2.753,80 € /// Débiteur depuis 33 jours /// 04/09 PRELEVEMENT CANALSAT DU 04/09 - MOTIF : PRLV CANAL ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819001A20090400760000710886788 LIB -76,00 € /// 04/09 PRELEVEMENT CANAL PLUS DU 04/09 - MOTIF : PRLV CANAL+ ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819003A20090400399000710828693 LIB -39,90 € /// Agenda. 12:19:07 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Trois autres photographies de l’église Saint-Mamet de Peyrusse-Grande le mardi 1er septembre 2020, chœur, chapiteau aux deux oiseaux, chevet plat hélas à contre-jour. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, décembre 1793-janvier 1794, installation de la dictature robespierriste grâce à l’alliance avec Hébert, Collot d’Herbois et les Enragés. Courage ou inconscience de Camille Desmoulins — tout cela épouvantable, même Michelet s’en rend compte. Visiteurs, voisins proches. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en place. Dictionnaire, article ”bathmologie” [corr. autom. : “pathologie”], fin, et un autre que j’oublie, ah, non, “bonté” (au sens tocquevillien : la bonté des lois). Atelier, grand Devon, beaucoup épaissi le premier plan. Lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux, récit très drôle d’une conférence de l’Institut des Questions juives (quelqu’un crie qu’il y a un juif dans la salle, c’est l’éditeur Bodinière, bagarre générale). Dîné, pavé de saumon et riz, poire à la vapeur aux deux miels de Belle-Fontaine. Vu un peu de L’Été des méduses et beaucoup de Pour une nuit d’amour, 1946, d’Edmond Gréville, d’après Zola, très mauvaise distribution (Roger Blin est un très mauvais acteur, Mlle de Marsanne (Odette Joyeux) a l’air d’une fille, ses parents ont l’air de ses grands-parents, le séducteur est inséduisant au possible, etc. Mais bon… ). Promenade avec Pierre sous les étoiles, il y en a d’abord fort peu mais ça s’éclaircit, réapparition de la casserole et du W écrasé. Marché jusqu’à l’embranchement. Fini Les Impudents, 1943, de Marguerite Duras. Journal (La Balançoire). Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 5 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 6 septembre 2020, 12 h 49
modifiée le lundi 7 septembre 2020, 10 h 06
Dimanche 6 septembre 2020.
Semaine 36, Saint Bertrand — 250/116. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre photographie, très ruritanienne [corr. autom. : rumination], du château de Moncla à Monclar-sur-Losse. Déj. dans la salle des Pierres avec Pierre, petits pains de lait aux deux miels de Belle-Fontaine, blanc et topaze. Tél. de L., qui m’annonce qu’il est perdu. Été à dix heures au monument aux Morts, où trouvé M. Dellinger, dont je m’aperçois seulement à présent que c’est la fête. L’Arrière-Pays, assez activement. Comptes : Dernière connexion le 05/09/2020 à 12h12 /// Bonjour M. CAMUS ///Avoirs -1.714,30 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 04/09/2020 -1.714,30 € /// À venir -1.039,50 € | Prévisionnel -2.753,80 € /// Débiteur depuis 33 jours /// Agenda. 12:49:06 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, puis photographie du rendes-vous de dix heures au monument aux Morts avec M. Dellinger, et deux vues de Mirande le mardi 1er septembre, détail d’un dessin colorié de Gervais Cazes pris avant que me soit signifié l’interdiction de photographier, “Sombre Mai”, d’après un poème de Claudel, et “Eugénie, petite fille du Gers”, joli graffito, dans la rue qui longe la cathédrale. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, janvier-février 1794, le procès inique de Fabre d’Églantine — tout cela est tellement hideux qu’on éprouve un véritable malaise en le lisant ou écoutant (ou bien ce sont les nouvelles de L. ?) (à l’Assemblée, quand un membre dit quelque chose qui ne plaît pas à tel ou tel des autres, ceux-là disent tranquillement : “À la guillotine”). Visiteurs. Tél. à ma sœur, dont c’est l’anniversaire (quatre-vingt-quatre ans). Tél. de Flatters, à propos de L., dont l’état l’affecte beaucoup comme moi. Cherche dans Tocqueville des exemples de son acception assez curieuse du mot “bonté” (la bonté des lois, la bonté des produits — même chose chez Montesquieu). Dictionnaire, donc. À sept heures et demie, allons chercher à Fleurance Jeanne de Loynes dont c’est aussi l’anniversaire (c’était aussi celui de ma mère). À huit heures et demie à Gramont pour y dîner à l’auberge à moitié fermée ce qui est particulièrement agréable — merveilleux silence et tranquillité, sommes servies par le très aimable et gentil M. Corbières en personne, menu classiquissime, potage aux trois légumes, trois foies gras, magret et divers arrangements de légumes, crème brûlée, mousse au chocolat, glace, croustade aux pommes (pas moi). Ramenons Jeanne à Fleurance vers dix heures et demie. Émission de France-Culture sur Guéthary et Toulet (que les participants appellent Paul-Jean). Rentrés vers onze heures. Journal (en évitant le sujet principal puisque le protagoniste ne veut pas qu’on en parle). Couché peu après minuit.   

lire l’entrée du dimanche 6 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 7 septembre 2020, 10 h 12
modifiée le mardi 8 septembre 2020, 10 h 07
Lundi 7 septembre 2020.
Semaine 37, Sainte Reine — 251/115. Plieux. * Levés à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et joli corbillard hippomobile rangé dans un bas-côté de la basilique Saint-Fris de Bassoues, mardi 1er septembre 2020. Beau temps tranquille, grand silence, pas de chien Le Coz ou autre, la paradis. Agenda. 10:12:02 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Écrit à Grégory Roose. Communiqué du CNRE n° 141, à propos de la Turquie, en soutien à M. Jacques Attali. Le Jour ni l’Heure, deux photographies prises près de Bassoues le mardi 1er septembre 2020, le donjon par-dessus les champs, en arrivant de Saint-Christaud, et belle maison miraculeusement épargnée par la Grande Pelade, entre le bourg et la basilique Saint-Fris. Carton : “L’exigence écologique, esthétique et spirituelle de décroissance démographique ruine le système davocratique, qui repose sur l’augmentation constante du nombre de consommateurs. C’est pourquoi il remplace les peuples sages qui la respectent par les peuples fous qui la bafouent ”. Bain, lecture par Pierre de Michelet, on retourne en arrière et sur le front de l’Ouest, automne 1793, Carrier à Nantes (charmant). Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire, bien travaillé, article “alphabétique (ordre, classement)”. Pas de visiteurs, je crois. Thé avec Pierre, shortbread. Atelier, grand Devon, ciel. Lecture par Pierre du Dossier Rebatet, L’Inédit de Clairvaux, portrait de Brasillach. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, poire à la vapeur au miel bellifontain. Vu On Golden Pond, La Maison du Lac, 1981, de Mark Rydell, avec Katharine Hepburn, Peter Fonda et Jane Fonda, sorte de Bergman américanisé et aseptisé, mais qui forcément me touche d’assez près. Promenade sous les étoiles avec Pierre, jusqu’à l’embranchement. Tweets III, rattrapage, et chaque fois c’est plus long que prévu. Journal, à peine. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du lundi 7 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 8 septembre 2020, 10 h 22
modifiée le mercredi 9 septembre 2020, 11 h 47
Mardi 8 septembre 2020.
Semaine 37, Nativité de Notre-Dame — 252/114. Plieux. Pas trop bien dormi, insomnie. Me rendors, toutefois. Levé à huit heures moins vingt, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et grand enjambement de la cathédrale de Mirande par-dessus la rue, mardi 1er septembre 2020. Temps superbe, pas un bruit, septembre absolu (je crois que le chien Le Coz n’est pas là ; il y en a bien un autre qui devient assez pénible lui aussi, mais il est plus éloigné et il ne s’est pas manifesté jusqu’à présent — je me demande si qui que ce soit aime autant que moi le silence). Agenda. 10:21:00 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Craquaison boulimique, très inintéressante et sans plaisir, volé deux tranches de jambon industriel au chien Vidocq, accras de morue, buzet, shortbread, petits biscuits au chocolat. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de deux tableaux de la cathédrale de Mirande, Mater dolorosa anonyme du XVIIe s., et Daniel dans la fosse aux lions, 1875 (deux grands détails — l’ensemble est impossible à photographier (par moi)), de Debat-Ponsan, 1847-1913, dont j’apprends à cette occasion qu’il est le grand-père de Michel et d’Olivier Debré. Tél. de X., qui semble envisager de n’avoir plus que quelques jours ou semaine à vivre et ne veut surtout pas d’opération, il cherche un médecin secourable  (à la belgo-helvétique) (je n‘ai pas cela dans mes relations). Assez secoué par tout ça, car je l’aime beaucoup. Dictionnaire, assez assidûment (article “alphabétique” (ordre, classement)). Ritorno di don Pedro d’Aljabufera. Atelier, grand Devon, assombri et complexifié le premier plan. Diné aux nouvelles, tranches d’aubergines, poires à la vapeur et biscuits. Surf télévisuel, regardé un peu de Le Caire Confidential mais pas accroché, sortis plus tôt que d’habitude, néanmoins il fait déjà nuit, maintenant. Marché jusqu’à l’embranchement, repéré Jupiter, Saturne et peut-être Mars, et aussi Antarès, dans un autre genre. Croisé au retour, par une nuit noire, ombre sur le chemin, de fort mauvaise humeur, mais pas contre nous, M. C. (mais il a toujours eu la mauvaise humeur très comique). Rentrés beaucoup plus tôt que d’habitude, journal, mais tombe de sommeil et me couche à minuit.   

lire l’entrée du mardi 8 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 9 septembre 2020, 12 h 05
modifiée le jeudi 10 septembre 2020, 7 h 56
Mercredi 9 septembre 2020.
Semaine 37, Saint Alain — 253/113. Plieux. Levé à sept heures moins le quart, avec Pierre. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et “Source proche du dossier”, photographie prise hier à ma demande par Pierre dans le parc de la chartreuse, où il avait été invité à cueillir des figues (ou des poires ?). Stage de formation sur le nettoyage des pinceaux, prodigua dans l’atelier par Céline, qui va être absent longtemps (vacances, puis opération). L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 06/09/2020 à 12h46 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 429,85 €  (ah ben alors ça… Divine surprise…) /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 08/09/2020 429,85 € /// À venir 750,14 € | Prévisionnel 1.179,99 € /// 07/09 VIREMENT DE MR PIERRE JOLIBERT - MOTIF : CREDIT IMPOTS +3.000,00 € (????????????????????????) /// 07/09 PRELEVEMENT PSA FINANCE DU 07/09 - MOTIF : 100P3077570 32 050920 VOTRE IDENTIFIANT ESPACE CLIENT :P0221019349 NOTRE SITE : WWW.PSA-FINANCE-FRANCE.FR - REF : 100P3077570 LIB -742,05 € /// 07/09 PRELEVEMENT CARDIF ASSURANCE VIE DU 07/09 - MOTIF : WY0201015610248095430509200T1 - REF : WY0201015610248095430509200T1227594 LIB -97,31 € /// 07/09 INTERETS DEBITEURS POUR LA PERIODE DU 01.06 AU 31.08.2020 TAEG : 16,400% FACILITE DE CAISSE ESPRIT LIBRE AU TAUX DE 10,780% -16,49 € /// Agenda. 12:05:01 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 1er septembre 2020, deux tableaux du musée de Mirande, Le Verger de la tranchée de Thuin, c. 1915-1917, de Gervais Cazes, 1892-1917, et portrait, 1709, Marie Jean Baptiste Colbert, deuxième marquis de Seignelay, 1685-1712, par Nicolas de Largillière, 1656-1746 ; et château de Moncla, à Monclar-sur-Losse, vu de l’est. Retour de Pierre. Message alarmant de Me H. à propos de L., qu’il ne compte pas revoir. Lecteur m’envoie le passage me concernant (incidemment) dans Yoga, d’Emmanuel Carrère. L’Arrière-Pays. Dictionnaire, article “…” (oublié). Atelier. Grand Devon, le bas. Lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et aux carottes, salade verte aux noix, poire à la vapeur et miel brun bellifontain avec du shortbread. Vu Indecent Proposal, Proposition indécente, 1993, d’Adrian Lyne, avec Demi Moore, Woody Harrelson, Robert Redford. Promenade sous les étoiles avec Pierre. Mis en guise d’entrée de journal le passage me concernant dans Yoga, d’Emmanuel Carrère.

lire l’entrée du mercredi 9 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 10 septembre 2020, 8 h 01
modifiée le samedi 12 septembre 2020, 0 h 19
Jeudi 10 septembre 2020.
Semaine 37, Sainte Inès — 254/112. Plieux. Mauvaise nuit, mal et peu dormi, insomnie, l’agonie de L., les phrases de Carrère me concernant («… Renaud Camus. Ne vous fâchez pas, s’il vous plaît. Ne remettez pas votre manteau, ne partez pas en claquant la porte. Rasseyez-vous. Si vous savez qui c’est, vous pensez le plus grand mal de Renaud Camus et moi aussi, je vous le jure, ne vous inquiétez pas. Si vous ne le savez pas, disons très vite que c’est aujourd’hui un idéologue d’extrême droite, inventeur de la théorie du « grand remplacement » (des bons Français de souche par les Nègres et les Arabes) et inspirateur des suprémacistes blancs qui jusqu’en Nouvelle-Zélande font des cartons à la sortie des mosquées en se réclamant de sa doctrine »). Levé à six heures dix avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et photographie de groupe à la chasse en 1945 (?) à Serbannes (mon père, mon grand-père (Gourdiat), ma tante (plus tard Brackers de Hugo), mon frère, cousins Chassaigne) que je ne parviens pas à faire passer en entier à ma cousine O’Lanyer (sœur des cousins). Temps gris. Pas de Céline. Comptes (Dernière connexion le 09/09/2020 à 11h58 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 1.363,64 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 09/09/2020 1.363,64 € /// À venir -183,65 € | Prévisionnel 1.179,99 €  /// 09/09 VIREMENT DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE DU TRAVAIL MOTIF: ASSURANCE RETRAITE - REF : 12115777 CAMUS 0820 +1.114,76 € /// 09/09 PRELEVEMENT AXA DU 09/09 - MOTIF : I0000474349061-AXA 60S45471M090920 - REF : I0000474349061 LIB -180,97 € /// Agenda. 08:14:57 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Déjeuné seul dans la cuisine (Céline en vacances). Écrit à M. Pierre Moulier, à propos de son livre Le Cantal déglingué. Puis inspecté la traduction américain du Grand Remplacement mais en deux heures et demie pu venir à bout de deux ou trois pages seulement, ce qui n’est pas tenable. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du mardi 1er septembre du côté de Mirande, autre vue du château de Moncla à Monclar-sur-Losse, tour-porche de Pouylebon et autre vue du donjon de Bassoues, le puits cachant les voitures dans la rue. Bain. Pas de visiteur. Je ne sais plus trop à quoi s’est passée l’après-midi, rien de très intelligent. Un peu de Dictionnaire, absurdement peu. Atelier, série des enjambements, lecture par Pierre du“Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux. Dîner aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, poire à la vapeur avec du miel de Bellefontaine. Vu un énième documentaire sur Churchill, cette fois “chef de guerre”, pas appris grand chose, sinon sur l’affaire de Narwick comme un remake de l’affaire des Dardanelles. Promenade sur le plateau avec Pierre, jusque’à l’embranchement. Journal. Couché tôt, peu après minuit.   

lire l’entrée du jeudi 10 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 12 septembre 2020, 0 h 51
modifiée le samedi 12 septembre 2020, 16 h 27
Vendredi 11 septembre 2020.
Semaine 37, Saint-Adelphe — 255/111. Plieux. Levé très tôt, avec Pierre. Journal, entrée d la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et église de la Nativité de Bassoues, XIVe-XVe s. Déjeuné seul en bas. Matinée et d’ailleurs journée stupide, polémique imbécile avec un “trans” qui m’a dénoncé aux autorités pour un tweet que sans doute elle a compris complètement de travers, en plus, de même qu’une Italienne qui agit de même — aucun intérêt, mais tout cela m’absorbe tellement qu‘il n’y a qu’un seul envoi pour Le Jour ni l’Heure de la mi-journée,  « Arrêtez le massacre ! », superbe chapiteau roman voire pré-roman de l’église Saint-Mamet de Peyrusse-Grande dans lequel on a fixé à je ne sais quelle époque un bougeoir ou luminaire métallique. Bain. Pas de visiteurs. Après-midi aussi niaise que la matinée, terrible temps perdu. Retour de Pierre, atelier, le plus riche et le plus profond des Enjambements (bleu sombre, marron, rouge sombre, vert sombre) ; lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux, Je suis partout pendant la guerre. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes et aubergines avec un œuf à cheval, poire à la vapeur et macarons brisés de Valence-d’Agen. Vu un épisode de la série américaine sur une famille de télé-évangélistes, avec cet acteur jadis obèse des frères Cohen que j’aime bien, et qui a beaucoup vieilli. Revu ensuite toute la fin de Bringing Up Baby, L’Impossible Monsieur Bébé, 1938, de Hawks, avec Katharine Hepburn et Cary Grant. Promenade sous les étoiles avec Pierre, jusqu’à l’embranchement. L’Arrière-Pays. Agenda. 00:48:17 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, mais tombe de sommeil. Couché vers minuit et demi. 

lire l’entrée du vendredi 11 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 12 septembre 2020, 16 h 47
modifiée le dimanche 13 septembre 2020, 8 h 23
Samedi 12 septembre 2020.
Semaine 37, Saint Apollinaire — 256/110. Plieux. Levé vers sept heures et demie. Journal, entrée de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et improvisation du matin même, “Intérieur à Plieux”, bibliothèque. Déjeuner en bas avec Pierrounet-le-Rebouteux. “Répliques”, Alain Finkielkraut reçoit en majesté Emmanuel Carrère. Pas mal question sur la fin du passage Élégie de Chamalières, dans Yoga, mots bienveillants de Finkielraut à mon égard, littérairement, mais il ne proteste pas quant à ma “folie” actuelle (et bien pis). L’Arrière-Pays. Reçu cinq livres commandés par Amazon (Carrère, Olivier et Jean Rolin, Marie-Hélène Lafon). Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 1er septembre du côté de Bassoues, belle maison rurale près de Pouylebon, mais difficile à photographier sans entrer dans la cour ; autres vues de l’église Saint-Christophe de Saint-Christaud, que décidément j’aime beaucoup ; autre vie du donjon de Bassoues, id. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Carrier à Nantes, suite. Taine, que je lis d’autre part, et beaucoup plus révolté par toutes ces horreurs que Michelet, qui s’ingénie à leur trouver chaque fois, sinon des excuses, des explications. Comptes :    Dernière connexion le 10/09/2020 à 08h11 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 245,87 € /// Crédits -66.763,86 € /// Solde au 11/09/2020 245,87 € /// À venir -243,65 € | Prévisionnel 2,22 €  /// 10/09 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € (travaux de la tour) /// Agenda. 17:52:08 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Écrit à Jean-Philippe Boursier. Journal, entrée de la veille, suite. Atelier, Enjambements III (?) (le plus sombre). Lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux, la critique cinématographique et le cinéma sous l’Occupation, voyage à Salzbourg avec Honegger, Florent Schmitt et Marcel Delannoy. Dîner de semi-“fête”, poulet rôti, brique du Forez (mais de chèvre, malheureusement), glace au citron et macarons brisés de Valence-d’Agen, vin rosé — me contraint à ne me resservir qu’une fois de tout. Un peu d’un assez ancien documentaire sur Fragonard (avec Philippe Sollers et Pierre Rosenberg) et un peu de Joker, mais c’est bien laid. Promenade avec Pierre sous les étoiles (la “tour Eiffel”, dont Jupiter est la pointe), jusque’à l’embranchement, mais suis très alourdi par le repas. L’Arrière-Pays, journal, entrée de la veille, relecture, mais sans mise en ligne, lutte contre le sommeil. Casse d’un coup de talon la bouteille d’eau de Berg que j’aimais bien, éclats de verre partout, dû descendre chercher un balai et une pelle. Couché vers une heure.  

lire l’entrée du samedi 12 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 13 septembre 2020, 8 h 28
modifiée le lundi 14 septembre 2020, 9 h 45
Dimanche 13 septembre 2020.
Semaine 37, Saint Aimé — 257/109. Plieux. Très peu dormi, réveillé vers cinq heures, levé à six. L’Arrière-Pays (deux tweets). Journal de l’avant-veille (Malègue, l’Artense, “les classes moyennes du Salut”), dernière relecture et mise en ligne. Beau temps. Agenda. 08:27:42 /////// Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et basilique Saint-Fris de Bassoues, de face, mardi 1er septembre 2020. Déjeuné avec Pierre en bas, flan aux raisins. Été seul au monument aux Morts, et m’y suis retrouvé seul. Journal, entrée de la veille (Yoga, Emmanuel Carrère, Alain Finkielkraut, L’Élégie de Chamalières, Pierre Nouilhan). Le Jour ni l’Heure, deux photographies encore du mardi 1er septembre, chœur et chapiteau de l’église Saint-Mamet de Peyrusse-Grande, plus carton : “La plus grande escroquerie de l’histoire de l’humanité est d’avoir fait passer le génocide à l’homme pour de l’aide aux réfugiés”. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, la dictature de Robespierre. Lu aussi Taine, sur la même période, avec beaucoup de sympathie et d’admiration. Écrit à Quentin Verwaerde. Visiteurs, de la Sarthe. Lu Malègue. L’Arrière-Pays. Dictionnaire, article “insulter (insulter de)”. Atelier, deux des Enjambements ; lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux, séjour à Vienne avec les compositeurs français, réception par Richard Strauss, retour à Paris, la guerre en Russie, premiers revers allemands, début 1942 (j’avoue que je n’en avais pas grande idée et plaçais le “retournement” beaucoup plus tard). Deuxième dîner de poulet, froid cette fois-ci, mayonnaise, brique du Forez, vin rosé puis Buzet rouge, pas trop bon, sorbet au citron et biscuits aux amandes. Vu un morceau d’un film noir de Robert Wise et un autre d’un film sur Lyndon Johnson, mais sortis relativement tôt. Marché sur le plateau jusqu’à l’embranchement, Unter Sternen. Croisé au retour les Coulet-Lavauden, elle tout à fait rétablie, parlé assez longuement avec eux devant le Plainier, entre autres des possibilités de location d’hiver à Plieux. Tweets III, rattrapé le retard (voilà une chose qu’un secrétaire pourrait faire, par exemple. Journal (les offres de secrétariat). Couché vers une heure et demie.   

lire l’entrée du dimanche 13 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 14 septembre 2020, 9 h 52
modifiée le mardi 15 septembre 2020, 10 h 21
Lundi 14 septembre 2020.
Semaine 38, Sainte-Croix — 258/108. Plieux. Réveille tôt, levé à six heures. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Intérieur à Plieux du matin même, catalogue Homère, petit “Claude Lorrain”, coupe à intérieur jaune. Déjeuné en bas avec Pierre. Beau temps. Agenda. 09:51:14 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Dictionnaire. Le Jour ni l’Heure, trois “Intérieurs à Plieux” (je n dispose plus de photographies “extérieures” et donc photographie sur place n’importe quoi n’importe comment). Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, courage suicidaire de Camille Desmoulins. Excellente collation en bas avec Pierre, restes de restes, lambeaux de poulets sur canapé, foie (c’est aussi bon que du foie gras !), vin rosé, puis buzet, puis glace au citron et biscuit aux amandes, café. L’Arrière-Pays. Dictionnaire, article “discrimination”. Atelier, Enjambements V, je crois, lecture par Pierre du Dossier Rebatet, L’Inédit de Clairvaux, “mémoires”, le succès des Décombres. Dîné réduit, tranches d’aubergines, pois chiches. Vu ou revu concurremment Sous le soleil de Satan, 1987, de Maurice Pialat, d’après Bernanos, avec Gérard Depardieu, Sandrine Bonaire, Maurice Pialat, Jean-Christophe Bouvet, et “Secrets d’histoire”, de Stéphane Bern, sur Vauban. Forte crise de goutte, talon droit très douloureux, pu marcher seulement avec Pierre jusqu’à la boîte à lettres du village, à la mairie. L’Arrière-Pays. Journal, rédaction, relecture, mise en ligne (W., Saint-John Perse). À  peu près paralysé. Colchimax. Doliprane. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du lundi 14 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 15 septembre 2020, 10 h 19
modifiée le mercredi 16 septembre 2020, 11 h 21
Mardi 15 septembre 2020.
Semaine 38, Saint Roland — 259/107. Plieux. Pas trop mal dormi, levé à sept heures vingt, Pierre déjà parti. Goutte, talon droit toujours très douloureux, le plus grand mal à descendre déjeuner dans la cuisine (plus de Céline pour des mois : vacances, puis opération à une épaule, puis à l’autre). Colchimax, Doliprane. Tél. de Jeanne Lloan, à l’instant. Agenda. 10:18:20 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Parlé au docteur Capdecomme. Essayé de retenir une chambre à Paris mais l’hôtel B. & M. ne sait pas encore s’il sera ouvert. Dictionnaire (capitales et majuscules). Le Jour ni l’Heure, trois Sans  titre — Intérieurs à Plieux, Haakon VII, Augustin, Mozart (Enjambements V). Bain (mais beaucoup de mal à sortir de la baignoire). L’Arrière-Pays, dispersé bêtement beaucoup de l’avance conquise. Dictionnaire, toutefois, pas mal avancé. Thé avec Pierre. Atelier, Enjambements V, celui que Pierre appelle aimablement Mozart. Dîné aux nouvelles, gnocchis sans pesto, poire à la vapeur au miel topaze de Belle-Fontaine. Vu La Chute de l’empire américain, 2018, de Denys Arcand, avec Alexandre Landry et la belle Maripier Morin. Pas de sortie, je peux à peine faire trois pas et ai le plus grand mal à regagner la bibliothèque (m’inquiète beaucoup pour les visites jeudi et vendredi). L’Arrière-Pays, et Tweets III, parfaitement à jour. Journal. Couché vers une heure et demie.  

lire l’entrée du mardi 15 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 16 septembre 2020, 11 h 33
modifiée le jeudi 17 septembre 2020, 12 h 22
Mercredi 16 septembre 2020.
Semaine 38, Sainte Édith — 260/106. Plieux. Pas mal dormi, levé peu avant huit heures, Pierre déjà parti. Cheville et talon horriblement gonflés. Déjeuné seul en bas, mais il me faut dix minutes pour passer d’un étage à l’autre, non sans quelques hurlements. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre — Intérieur à Plieux, dét. du grand Devon, la maison rise. L’Arrière-Pays, temps (semi-)perdu. Comptes : Dernière connexion le 12/09/2020 à 16h41 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 185,87 € /// Crédits -66.763,86 € /// Solde au 15/09/2020 185,87 € À venir -292,95 € | Prévisionnel -107,08 € /// 14/09 PRELEVEMENT ORANGE DU 14/09 - MOTIF : VOTRE ABONNEMENT INTERNET (FACTURE: XXXXX6310G4) - P - REF : 5B052T631 B052T6310G431E LIB /// -60,00 €. Agenda. 11:33:38 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie.  Journal, relecture et mise ligne. Le Jour ni l’Heure, deux “Sans titre (Intérieurà Plieux)”, l’un du jour même, l’exergue mis par W. à Amers qu’il m’offrait, Paris, 4 février 1970, l’autre de la veille, détail du tanagra offert jadis par Jean Puyaubert ; carton : “Histoire des génocides : génocide aux fers / génocide au sabre / génocide au gaz / génocide par balles / génocide à la machette / génocide à l’homme ”. Bain. Retour de Pierre, lecture par lui de Michelet, fin de l’hiver 1794, Robespierre, Saint-Just, Couthon, la dictature, Camille Desmoulins joue sa vie (the Heart of Darkness). L’Arrière-Pays. Dictionnaire, interventions diverses, citations du jour. Thé avec Pierre. Atelier, Enjambements IV. Lecture par Pierre de Rebatet, L’Inédit de Clairvaux, le débarquement des Alliés au Afrique du nord, il comprend que c’est fini. Dîné aux nouvelles, petite galettes au seigle ou au froment, champignons, courgettes, carottes, œuf à cheval, très bon. Vu J’Accuse, 2019, de Roman Polanski, avec Jean Dujardin et “tout le monde” (mais pourquoi supprime-t-on les particules de liaison : le général Boisdeffre, le général Pellieux ?). Souhaité sortir un peu mais le talon ne le permet pas, hurlements dans l’escalier, renonce. Dictionnaire, encore un peu, peu. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure et demie.

lire l’entrée du mercredi 16 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 17 septembre 2020, 12 h 38
modifiée le vendredi 18 septembre 2020, 10 h 27
Jeudi 17 septembre 2020.
Semaine 38, Saint Renaud — 261/105. Plieux. Bien dormi, levé peu avant huit heures, Pierre parti depuis longtemps. Petit déjeuné seul en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et Sans titre (Intérieur à Plieux), détail de la Vue sur Castelnau-d’Arbieu qui est dans l’embrasure d’une fenêtre de la bibliothèque, perpendiculaire à la vue réelle sur Castelnau-d’Arbieu. L’Arrière-Pays, crise de tweets, mais pas mal, assez “théoriques”. Comptes : Dernière connexion le 16/09/2020 à 11h28 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 185,87 € /// Crédits -66.763,86 € /// Solde au 16/09/2020 185,87 € /// À venir -292,95 € | Prévisionnel -107,08 € /// (aucun mouvement). Agenda. 12:37:08 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tél. de Mme Cabestaing la voisine qui signale que le chien Vidocq erre dans le village puis le ramène très gentiment, hagard. Deux photographies du jour et du moment mêmes, Sans titre (Intérieur à Plieux), le Horus de Marcheschi, dét., et l’abstraction encadrée op. - 3 (genre), “La Croûte” ; plus autoportrait au monument aux Morts de Plieux, le dimanche précédent. Bain. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué du CNRE n° 142, “Mme von der Leyer et le génocide à l’homme”. Tél. de l’ex-épouse de L. qui explique qu’il se réjouit d’entrer à l’hôpital de soins palliatifs, où l’on reste entre une semaine et trois et d’où l’on ne ressort pas vivant. Il ne souffre toujours pas, ce qui me semble une formidable bénédiction,  et il a certes toute sa tête (lui ai parlé la veille, sa voix était même meilleure que la fois précédente). Chien Le Coz insupportable toute l’après-midi, il reprend triomphalement ses fonctions de nuisance absolue après deux ou trois semaines d’une interruption délicieuse (qui augmentent de deux cent mille euros la valeur de la maison tant qu’elle durent et la réduisent d’autant dès qu’elles cessent — on ne peut même pas souhaiter sa mort, heureusement, puisqu’on sait très bien que le suivant sera pareil, aussi névrotique et méchant, et pour cause). Visiteurs, couple d’Allemands très gentils vivant à Bouillac, semblent apprécier les lieux malgré les aboiements, m’en tire à peu près en boitant et en traînant mais naturellement les laisse monter seuls au sommet de la tour. Dictionnaire. Atelier, Enjambements V. France Culture, pure mélasse de chansonnettes (grève ?). Dîner aux nouvelles, accras, tarte au chocolat de Valence-d’Agen. Vu un documentaire assez plat sur Rommel, puis un morceau du “Baron rouge”. Marché péniblement jusqu’à Saint-Vidal avec Pierre. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du jeudi 17 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 18 septembre 2020, 10 h 17
modifiée le mercredi 23 septembre 2020, 14 h 16
Vendredi 18 septembre 2020.
Semaine 38, Sainte Nadège — 262/104. Plieux. Bien dormi, levé peu avant huit heures, Pierre parti depuis longtemps. Douleur au talon un peu diminuée, cheville un peu dégonflée, la combinaison colchimax + doliprane semble assez efficace. Déjeuné seul en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, assez effrayant, mais au fond pas tellement plus que les autres, et Sans titre (Intérieur à Plieux), détail du grand Devon, “la maison blanche” (sur la falaise de gauche), 14 septembre 2020. Émission du “Cours de l’Histoire” sur Dominique Kalifa, triomphe de la “civilisation des prénoms” (Dominique par-ci, Dominique par-là, insupportable) (son suicide à Brugheas n’est pas mentionné). Comptes : Dernière connexion le 17/09/2020 à 12h33 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 185,87 € /// Crédits -66.763,86 /// Solde au 17/09/2020 185,87 € /// À venir -292,95 € | Prévisionnel -107,08 € /// (aucun mouvement). Agenda. 10:17:29 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois Sans titre (Intérieur à Plieux), tous les trois du jour même, l’un avec l’autoportrait de Schœnberg où il ressemble à Warhol, un autre de livres (John Donne, George Herbert), le troisième avec le coffret de lieder de Schœck offert avec beaucoup d’autres et un nouveau lecteur de cassettes par une souscription lancée par Jérôme Vallet. Bain, Ingelbrecht, sans admiration particulière (“Arabesques”). Visiteurs, couple de Bordelais ayant une propriété près d’Éauze acquise “après 1962” — monte héroïquement avec eux jusqu’au sommet de la tour, apparemment sans m’en porter plus mal (la douleur s’est beaucoup atténuée, quoique je boite toujours et que la cheville soit encore très gonflée). Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire, peu. Thé avec Pierre. Atelier, Enjambements V, le plus sombre, qui prend assez bonne tournure mais se révèlera plus tard impossible à photographier. Lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, L’Inédit de Clairvaux (je suis toujours tenté d’écrire L’Impromptu de Clairvaux…), l’hyper-collaboration parisienne après le débarquement allié à Alger et l’occupation de la zone Sud, Brasillach est tenté de laisser tomber, c‘est Rebatet qui le pousse à maintenir la ligne et même à l’accentuer. Dîné aux nouvelles, bâtons florentins, carottes, et ce légume ennuyeux jaunâtre qu’aime Pierre (pastisse ?????, non, panaïs, mais de toute façon ce n’est pas ça (courgettes jaunes, paraît-il — j’en fais peu de cas). Vu un peu de Rosalie fait ses courses, de Percy Adlon, un peu d’un film sur un riche couple gay de Santa Fé secoué par l’arrivée du petit-fils de l’un d’entre eux, mais tout cela nous ennuie et nous sortons assez tôt, va et vient habituel, nous ne rencontrons personne, même les étoiles n’apparaissent pas, d’ailleurs il pleut un peu, pas désagréablement. Écrit à Quentin Verwaerde. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 18 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 19 septembre 2020, 18 h 13
modifiée le dimanche 20 septembre 2020, 9 h 43
Samedi 19 septembre 2020.
Semaine 38, Sainte Émilie — 263 /103. Plieux. Dormi comme une souche, levé à 9 heures moins le quart. Déjeuné en bas avec Pierre, en écoutant l’émission de Finkielkraut recevant, à propos de la cessation de parution du Débat, Pierre Nora, très intéressant mais assez révoltant (décrit très bien le Petit Remplacement mais ignore totalement le Grand, confirmant la place éminente de sa revue dans le négationnisme de masse, section happy few). Crise de tweets consécutive, liée aussi à la lecture intercalaire et brouillonne, mais très intéressée, d’Alain Supiot, La Gouvernance par les nombres (en voilà un que Finkielkraut devrait inviter, s’il ne l’a déjà fait). Effroyable retard, du coup : envois Le Jour ni l’Heure du matin et de la mi-journée cumulés, autoportrait de la nuit, trois Sans titre (Intérieur à Plieux) de la veille (bibliothèque de la salle des Pierres, section de philosophie, avec la Baignoire, vue de l’atelier avec le petit Devon), et carton : “Indigènes et assimilés, vous n’en pouvez plus de la colonisation de l’Europe, de la Deuxième Occupation de la France, des violences occupantes, du génocide à l’homme ? Vous pouvez faire deux choses : 1. vous retrouver tous les dimanches à 10 heures aux monuments aux Morts 2. devenir Partisans du CNRE”. Bain (mais bien avant la fin de tout cela), lecture par Pierre de Michelet, février-mars 1794, la Terreur bat son plein, mon indignation aussi, et tout de même, malgré Michelet, le sentiment de l’extrême bêtise de tout cela (heureusement j’ai Taine [corr. autom. : “Taille”] pour me soutenir). Pas mal de visiteurs contrairement à nos expectations, Pierre a beau regrouper, il est déjà monté quatre ou cinq fois au sommet de la tour. Thé avec lui, à l’instant. Chien Le Coz insupportable toute l’après-midi, au moindre mouvement, comme la veille. Comptes : Dernière connexion le 18/09/2020 à 10h13 Bonjour M. CAMUS Avoirs 225,20 € Crédits -66.763,86 € /// Solde au 18/09/2020 225,20 € /// À venir -292,95 € | Prévisionnel -67,75 € /// 18/09 VIREMENT DE KOBO INC. - PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: KO1224) MOTIF: ROYALTY PAYMENT WL00003295 - REF : COTR0584114 +39,33 € /// Agenda. 18:12:42 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Enjambements V, décidément pas mal, mais qui perd au séchage, chaque fois (vernir ?). Lecture par Pierre de Rebatet, L’Impromptu [décidément…], non, L’Inédit de Clairvaux, portrait de Marcel Déat, la formation de la Milice. Dîné aux nouvelles. Poulet sauté aux carottes et aux courgettes, tome des Pyrénées, saint-nectaire, buzet, glace au rhum et aux raisins et shortbread. Surf télévisuel, rien trouvé, sorti relativement tôt, mais à présent il fait nuit noire dès après-dîner. Ciel couvert, pas d’étoiles. Marché jusqu’à l’embranchement. L’Arrière-Pays. Journal. Couché peu avant deux heures.    

lire l’entrée du samedi 19 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 septembre 2020, 10 h 52
modifiée le mercredi 23 septembre 2020, 14 h 19
Dimanche 20 septembre 2020.
Semaine 38, Saint Davy (quicéçuila ?) — 264/102. Plieux. Nuit assez agitée, insomnies, surtout Pierre. Levés sur les huit heures. Cheville et talons beaucoup moins endoloris mais toujours très gonflés et peu fonctionnels — ils ne plient pas, d’où fort boitement et nette difficulté dans les escaliers. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre (Intérieur à Plieux) du vendredi 18 septembre, Histoire de l’Afrique, de Bernard Lugan, et petit paysage sur tommette. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda, fin de la journée de la veille. Été avec Pierre au monument aux Morts, où trouvé Bertrand Dellinger. Très joli coup de soleil d’Austerlitz au moment précis du recueillement face aux morts. M. Dellinger vient ici, tasses de café avec lui dans la bibliothèque, il me reproche très gentiment, non, il évoque comme une faiblesse potentielle, “ce qui pourrait passer pour” (il est fort précautionneux) du mépris de ma part pour les cultures populaires. Agenda. 10:51:55 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Tél. de L., bonne voix, parle avec beaucoup de détachement de sa fin prochaine (et avec beaucoup d’amitié de nous deux, lui et moi (entièrement réciproque)). Le Jour ni l’Heure, deux Sans titre (Intérieur à Plieux) du jour même, coupe de moi entre le bloc aux sept jaunes et le grand vase de Daum et vue de la bibliothèque, littérature générale française, fin des natifs de 1867; début de ceux de 1868 ; plus une photographie de Bertrand Dellinger et de moi face au monument aux Morts, le matin même. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, mars 1794, exécution d’Hébert et des Enragés (ceux-là ne l’ont pas volé), mise en accusation de Danton et des dantonniens. À la Convention tous les discours et même les phrases peuvent être interrompus à tout moment (et le sont) par des cris de “À la guillotine !”, poussés par des gens qui ont peur d’y être menés eux-mêmes s‘ils ne la réclament pas pour les autres. Suis obligé d’avaler de grandes doses de Taine pour me laver de toute cette abomination qui semble laisser Michelet, par comparaison, assez tranquille. Taine est plein de bon sens et de sagesse horrifiée (les représentants dans les départements, tyrans démentiels, rendus fous par la toute-puissance). Deuxième Journée du Patrimoine, beaucoup de monde en permanence, le couple que j’avais fait visiter vendredi revient avec tout un groupe comme annoncé, mais j’avais pensé que c’était pour l’année prochaine. Nombreux séjours dans la tour Saint-Clar (“‘les gogues”, comme disait Antoine Rodriguez), à lire Taine avec une reconnaissance éperdue (celle qu’on éprouve pour les écrivains qui vous démontrent qu’on n’est pas fou après tout). Thé avec Pierre pendant une accalmie, mais nous sommes interrompus (surtout lui, qui “gère” (ce verbe a sur nous un effet d’hilarité sans faille (“gérer le chien”))). Dictionnaire, mais peu, forcément. Atelier, retour au grand Devon, repris le ciel, et le champ jaune du premier plan. Lecture par Pierre de Rebatet, L’Inédit de Clairvaux, séjour à Berlin en 1943, visite aux femmes et hommes du STO. Dîné aux nouvelles, palets de pommes de terre et poêlées de champignons et de carottes, restes de saint-nectaire et de tome des Pyrénées, glace au rhum et aux raisins et shortbread. Vu Molière, 2007, de Laurent Tirard, avec Fabrice Lucchini et Romain Duris à son plus sexy. Promenade sur le plateau avec Pierre, ciel couvert. Journal (L.). Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 20 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 21 septembre 2020, 10 h 43
modifiée le mardi 22 septembre 2020, 16 h 47
Lundi 21 septembre 2020.
Semaine 39, Saint Matthieu — 265/101. Plieux. Levés à huit heures moins le quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre (Intérieur à Plieux), vue de la salle des Vents au coucher du soleil. Déjeuné en bas avec Pierre. Agenda. 10:42:35 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux Sans titre (Intérieur à Plieux) du moment même, veste de velours marron sur chaise annamite, dans la bibliothèque, dét., et page de titre déchirée de l’énorme Syntagma de Martin Antoine Delrio, Anvers, c. 1585, avec dans le voisinage une coupe-couverte rose et violette ; plus un “carton”, carte de membre des Partisans du CNRE, avec le texte : “À dix mille, nous serions une voix impossible à étouffer ; à cent mille, une force impossible à négliger ; à un million, une puissance capable de renverser le cours de l’histoire. Indigènes et assimilés, il ne tient qu’à vous. Partisans du CNRE. Membres : 20 €. Étudiants, chômeurs, 10 €. Membres bienfaiteurs, 100 € ou plus. 3, rue de l’Arrivée, 75015 Paris”. Bain, lecture par Pierre de Michelet, mars-avril 1794, le cœur de l’abomination (non, d’ailleurs, même pas, car on n’est pas encore arrivé à ‘la Grande Terreur’) — arrestation de Camille Desmoulins et de Danton, au grand amusement des royalistes ; ils sont transférés de la prison du Luxembourg à la Conciergerie, antichambre de la mort. Tout cela me rend malade — et encore une fois je le lis sous la plume d’un historien “globalement favorable”, même s’il devient de plus en plus antirobespierriste, ce que je suis passionnément pour ma part depuis l’âge de sept ans (genre).  Dernier jour d’ouverture au public, pas de visiteurs. Pierre se livre à toute sorte de tâches ménagères et refuse obstinément que nous engagions une remplaçante à Céline pendant les longs mois de son absence, officiellement pour des raisons d’économie mais, plus profondément, parce que, comme tous les gens de sa génération et des suivantes il est hostile à l’idée d’être “servi” (campagne des pensionnaires  à la Villa Médicis, il y a trente ans, révoltés à l’idée qu’on soit servi à table — moi pas du tout).  L’Arrière-Pays. Dictionnaire. Atelier. Enjambements V, qui prend décidément assez bonne tournure je trouve, quoique je manque de vernis vert. Lecture par Pierre de L’Inédit de Clairvaux, grand meeting autour de Marcel Déat en 1943, discours applaudi de Rebatet, qui rompt à cette occasion avec Doriot. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes et jardinière de légumes ; poires à la vapeur au miel topaze de Belle-Fontaine. Vu l’émission de Stéphane Bern sur Guillaume-le-Conquérant, mais inquiétudes à propos de P. qui a un peu de fièvre (peu, mais plus que la normale), se sent très fatigué (mais on le serait à moins) et se plaint d’une douleur dans le thorax — bref, craint d’être atteint de nouveau par l’épidémie. Marche seul sur le plateau, croise dans le village et sous un lampadaire un homme inconnu qui promènes un chien inconnu (comme on dit dans La Recherche), que je salue très distinctement (“Bonsoir, Monsieur”) et qui très distinctement ne répond pas, ce qui est toujours très traumatisant, soit sur l’état de la civilisation si c’est en général, soit sur le degré de ma popularité si je suis particulièrement visé. Été néanmoins jusqu’au rang des chênes, par une nuit noire. Grandes précautions prophylactiques à la maison. Journal (Mélenchon et la “créolisation”). Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 21 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 22 septembre 2020, 12 h 24
modifiée le mercredi 23 septembre 2020, 14 h 14
Mardi 22 septembre 2020.
Semaine 39, Saint Maurice — 266/100. Plieux. Levés à huit heures moins vingt, Pierre apparemment rétabli — pas de température, plus de douleur au thorax. Déjeune avec lui en bas, puis il va au collège. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre (Intérieur à Plieux), paysage sur bloc de béton trouvé, embrasure, salle des Pierres; dimanche 20 septembre. L’Arrière-Pays, suite de l‘“affaire Mélenchon”, force tweets, sont plusieurs plaisanteries d‘une finesse très relative (sur son nom). Temps perdu, retard. Tél. de Pierre-Guillaume de Roux, très accablé de soucis. Agenda. 12:23:28 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Poussée boulimique, toasts au jambon industriel du ciel avec œufs sur le plat, floc de Gascogne, petit pain au lait au miel de printemps de Belle-Fontaine. Café. Le Jour ni l’Heure, trois Sans titre (Intérieur à Plieux) du vendredi 18 septembre : bibliothèque, département de poésie, deuxième moitié du XVIIIe s., dét. (autour de Gilbert) ; dét. de l’autoportrait à fond rouge ; tasse de thé et verre de jus de citron. Chien Le Coz inupportable toute l’après-midi. L’Arrière-Pays. Dictionnaire. Atelier, ah, non, pas d’atelier, trop grand retard. Communiqué n° 143, Jean-Luc Mélenchon et la “créolisation”. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, poire à la vapeur au miel de printemps (blanc) de Mme Meyer. Vu Un amour impossible, de Catherine Corsini, d’après le roman du même titre de Christine Angot. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au bout du chemin goudronné (flaques au-delà). L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 22 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 23 septembre 2020, 14 h 04
modifiée le jeudi 24 septembre 2020, 18 h 11
Mercredi 23 septembre 2020.
Semaine 39, Saint Constant — 267/99. Plieux. Plieux. Peu dormi, insomnie, levé à six heures avec Pierre, qui n’a plus ni fièvre ni autre symptôme. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre (Intérieur à Plieux), vue de l’atelier le dimanche  20 septembre 2020 à une heure et demie du matin. L’Arrière-Pays, diverses affaires, dont la désagréable affaire Ryssen : m’associe par cohérence contre les lois mémorielles et pour la liberté d’expression aux protestations contre l’emprisonnement du personnage, tout en m’affirmant résolument “affirmationniste”, un mot que je viens d’apprendre, et en rappelant que Ryssen  ne laisse jamais passer une occasion de me traîner dans la boue sur le mode le plus ordurier. Approbations majoritaires, dont celle d’un certain “François Darnand” (!) dont je me serais bien passé, mais menaces d’un certain Yamden ou quelque chose comme ça qui m’assure qu’“on s’en souviendra” et m’accuse de “soutenir Ryssen” (!!!!!). Tweet aussi du “camp national” m’apprenant qu’on n’a “pas besoin de votre soutien”. Le tout aux aboiements déchainés du chien Le Coz, plus insupportable que jamais, d’autant que Pierre, rentré, vient de se permettre de passer dans notre jardin, ce qui met cet animal hors de lui. Bain. Comptes : Dernière connexion le 19/09/2020 à 18h10 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 225,20 € /// Crédits -66.763,86 € /// Solde au 22/09/2020 225,20 € /// À venir -292,95 € | Prévisionnel -67,75 € /// (aucun mouvement) /// Suite des aboiements Le Coz. Agenda. 14:02:44 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Communiqué pour le CNRE n° 144, “Mme Angela Merkel et la Seconde Carrière d’Adolf Hitler”. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Quitté Plieux à quatre heures avec Pierre. Agen [corr. autom. : “Agent”]. Passé au magasin Arttempo, acheté des pinceaux, des tubes de couleurs et de glacis (75 €). Été au magasin Skoda, rendez-vous avec le beau Thibault G. Lui donnons la Peugeot, qu’il inspecte à sa satisfaction, malgré l’absence du double de clefs, je signe et contresigne un tas de papiers et nous repartons avec la nouvelle Skoda Karoq, dont Pierre est très content et moi aussi, en tout cas sur le point essentiel de l’accès et du désaccès, beaucoup plus facile que sur la 508. Allons faire des courses au Géant Casino d’Agen, un lieu de délices où j’ai toujours envie de tout acheter, malgré l’intensité du Grand Remplacement, fort envoilé. De retour à Plieux, passons chez les Coulet-Lavauden pour leur montrer la voiture neuve, largement acquise sur leurs conseils, et faire les kékés [corr. autom. : “békés” (aussi)]. Jean-Paul Coulet pas là, trouvons Danièle Lavauden et sa fille, échangé quelques mots avec elles. À la maison vers sept heure et demie. L’Arrière-Pays. Dîné de semi-fête en l’honneur du Karoq, tartare de saumon du Casino d‘Agen, qui a vrai dire n’a pas trop de goût,  riz blanc, bordeaux bien meilleur que le buzet habituel (mais beaucoup moins bons que le Reignac Meyer), brie de Meaux également bio et un peu trop avancé, excellent saint-félicien, mille-feuilles industriels à écœurer et indigner un gourmet mais pas désagréables pour des ploucs comme nous. Vu je ne sais pas quoi [le chien Le Coz est en pleine séance d’expression vocale, je n’ai pas toute ma tête], ah, si un documentaire sur Pie XII d’après les documents accessibles depuis février dernier, mais en fait il n’y a pratiquement aucun élément nouveau (dans le documentaire) ; cependant Pie XII est toujours très intéressant à regarder, un peu comme, à entendre, un castrat en 1905 : survivance inouïe de modes immémoriaux. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement — le firmament a beaucoup bougé. Excellente humeur, très satisfaits de la journée (sauf quant au travail, naturellement — zéro Dictionnaire). Journal. Couché peu après minuit. 

lire l’entrée du mercredi 23 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 24 septembre 2020, 19 h 52
modifiée le vendredi 25 septembre 2020, 14 h 19
Jeudi 24 septembre 2020.
Semaine 39, Sainte Thècle — 268/98. Plieux. Levé à sept heures, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait. Déjeuné seul en bas. Le chien est dans son bureau parce qu’il pleut.  Journal de la veille, suite, relecture et mis en ligne (je ne sais plus trop quand). Retenu une chambre à Orléans (hier une chambre à Paris, ruineuse, mais on m’a fait une remise considérable, ce qui fait que j’ai l’impression de faire des économies en dépensant une fortune (que je n’ai pas)). Le Jour ni l’Heure, trois Sans titre (Intérieurs à Plieux) du moment même, sans toucher à rien, un “William Walton”, non, pas William, Mark Walton II, couverte 60x60 posé dans la cheminée dernière mon bureau et moi ; Augustin ou le Maître est là posé dans la salle de bains près d’une paire de chaussures ; détail de la bibliothèque, département de poésie, Hölderlin / Wordsworth. L’Arrière-Pays, très activement, et d’autant plus longuement que je recueille à présent directement les tweets, bien meilleure méthode. Bain, Ière de Mahler à la radio (extrait, naturellement). Retour de Pierre, qui imprime très gentiment pour moi force procuration pour la réunion du CNRE. Pas d’atelier, pas le temps. Comptes :  Dernière connexion le Bonjour /// Avoirs 225,20 € /// Crédits -66.763,86 € /// Solde au 23/09/2020 225,20 € /// À venir -367,95 € | Prévisionnel -142,75 € /// (aucun mouvement). Agenda. 19:48:21 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Excellent dîner de pâté en croûte, de brie de Meaux et de saint-félicien, avec des carottes pour la vertu et un bordeaux très acceptable. Revu Snowden, 2016, d’Oliver Stone, avec Joseph Gordon-Levitt. Marché sur le plateau et sous une petite pluie fine avec don Pedro. Rentrons le chien qui a été trois heures dehors et qui défèque dans la salle des Pierres à peine dans la maison, comme s‘il n’était tranquille que là — les gaités de le vie de famille. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure et demie.  

lire l’entrée du jeudi 24 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 25 septembre 2020, 14 h 12
modifiée le samedi 26 septembre 2020, 10 h 23
Vendredi 25 septembre 2020.
Semaine 39, Saint Hermann — 269/97. Plieux. Peu et pas trop bien dormi (je crois que le fromage ne me réussit guère, hélas). Levé à sept heures avec Pierre, mais il part presque aussitôt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre (Intérieur à Plieux), bibliothèque, quartier des arts premiers et ours en peluche. Déjeuner seul en bas, sorti le chien. L’Arrière-Pays, très intensément et beaucoup — sur la fin, nouvel attentat contre Charlie-Hebdo (apparemment). Longue barre d’aboiements Le Coz. Encore du papier timbré, pas eu le temps ou le courage d’ouvrir. Échanges avec MM. de Verwaerde et de Pohon, tél. de Me Rimokh. Grand retard, jour de voyage, pas d’envois Le Jour ni l’Heure de la mi-journée. Comptes :    Dernière connexion le 24/09/2020 à 19h46 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 225,20 € /// Crédits -66.763,86. // Solde au 24/09/2020 225,20 € /// À venir -367,95 € | Prévisionnel -142,75 € /// (aucun mouvement). France Musique, Szymczak, Elgar, Enigma Variations, Chostakovitch, Quatrième symphonie, Mahler, id. (des extraits, naturellement). Agenda. 14:11:04 //////// (Incroyable : deuxième concerto de Szymanowski, maintenant — tous mes tubes). (Le Roi Roger — vive Szymczak !) //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Retour de Pierre. Quittons Plieux avec la nouvelle voiture vers six heures et demie. Valence-d’Agen. Lauzerte (essence). Sainte-Alausie. Pern. Autoroute à Cahors-Sud. Concert de l’Orchestre national dirigé par Mikko Frank, pièce bien plate d’un Finlandais contemporain dont j’oublie le nom, quatrième symphonie de Mahler avec Jodie Devos. Limoges. Dîné agréablement à l’Escale, Déols — terrine du chef, pavé de saumon, quart de vin rouge. À Orléans peu avant deux heures, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. habituelle, mais décidément elle n’a plus de double porte. Journal. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 25 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 26 septembre 2020, 10 h 32
modifiée le dimanche 27 septembre 2020, 12 h 46
Samedi 26 septembre 2020.
Orléans, hôtel Mercure-Centre, ch. 811. Assez mal et très peu dormi. Combat en partie vain contre toute sorte de lumières parasites, télévision, alerte-incendie et je ne sais quel faisceau qui se manifeste au plafond toutes les deux minutes, exaspérant. Réveillé à six heures, levé à sept. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (le lied final de la Quatrième de Mahler entre Le Mont-Dôre et La Bourboule en 1966). Déjeuner en bas à huit heures et demie. Famille italienne extraordinairement polyglotte (passe de l’italien au français puis à l’anglais dans les mêmes phrases, sans accent). Trois arabes, dont un très beau (et les deux autres très laids). Tranches de poulet, tranche de jambon, petite saucisse, crêpe, muesli dans un yaourt aux fruits, tranche de gâteau au chocolat. Le Jour ni l’Heure, selon la méthode indiquée par M. Coron : autoportrait de la nuit précédente dans la 811, cathédrale d’Orléans vue de la 811. Agenda. 10:32:02 /////// Bain. Quitté l’hôtel Mercure et Orléans à onze heures et demie. Autoroute pour Paris. Place Dupleix à une heure et demie. Pierre m’y laisse. Passé un moment à l’église Saint-Léon. Réunion du CNRE à deux heures. Karim Ouchikh, le général Piquemal, Jean-Louis Trainar, Me Rimokh, Danielle Levin, Martine Pincemin, Marcel Meyer. Ai en main sept procurations reçues ces jours derniers, le général Piquemal en a trois. Désolé de l’absence d’Alain Azulay qui apparemment est convaincu, à mon grand émoi, que volontairement on ne l’a pas convoqué — je comptais au contraire sur lui pour représenter l’“opposition”, rôle qui du coup échoit surtout à Jean-Louis Trainar, de “Minurne”. Deux heures à peu près sont consacrées à l’affaire du “gif”, chacun peut s’exprimer, puis moi, à l’issue de quoi elle est considérée comme “classée”. Élection présidentielle, suis confirmé comme président à l’unanimité. Stratégie globale : le théme de la décolonisation, le recrutement, la propagande, la constitution de fichiers et aussi d’un répertoire des notions. Dois me retirer à cinq heures et demie, car je croyais avoir rendez-vous avec L. dans son hôpital de soins palliatifs. Maladroit farfouillages de ma part sur le portable, sans trouver l’adresse, que L. ne m’a pas envoyée. Vais à pied à l’hôtel, de la place Dupleix à la rue du Bac. Pont-Royal, ch.702, large vue sur les toits de Paris, de la tour Eiffel au Sacré-Cœur. Échanges avec L., rendus difficiles par nos respectives incompétences techniques (sur l’ordinateur portable je ne peux pas répondre aux messages). Allons en voiture chez Flatters, apportant de quoi y  faire un dîner du genre pique-nique, saucisson divers, chips, poulet rôti, houmous, cœurs d’artichaut, saint-nectaire, gorgonzola, chèvre, gâteau au chocolat,  pomerol. Les autres hôtes ont apporté qui du champagne qui des vins de Bourgogne ou de Corse. Dîner de garçons, mais très hétéro [corr. automatique : “hétéroclite”] : Me Rimokh. MM. Verwaerde, Boursier, Pohon, Flatters, Pierre et moi. Atmosphère très amicale et chaleureuse, peut-être un peu trop car Flatters et moi, poussés au crime par la bienveillance de ces jeunes gens, nous laissons aller sur la fin à des numéros de vieux cons names’ droppers en diable, assez fâcheux. Rentrons à l’hôtel à deux heures et demie du matin, à ma totale stupéfaction (je croyais qu’il était minuit). Oublié l’autoportrait, du coup. Journal, ouverture seulement, pour marquer le coup. Lutte habituelle contre les insupportables lumières de chambres d’hôtel, dont l’une sur la table de chevet, à dix centimètres de l’oreiller.

lire l’entrée du samedi 26 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 27 septembre 2020, 11 h 33
modifiée le samedi 3 octobre 2020, 19 h 01
Dimanche 27 septembre 2020.
Paris, hôtel Pont-Royal, ch. 702. Mauvaise nuit, qui plus est très brève. Attaque de goutte (???) à quatre heures du matin, cette fois-ci à la cheville gauche, horriblement douloureuse. Prend du colchimax et du paracétamol, la douleur cesse aussitôt, mais vraiment aussitôt, de sorte que ça ne peut être l’effet des médicaments, qui en général mettent une demi-heure ou une heure à agir. D’autre part la cheville n’est pas du tout gonflée, contrairement à l’habitude et à l’autre. Me rendors. Mais une heure plus tard même jeu, douleur encore plus intense, mais vraiment à hurler, de sorte que nous envisageons d’appeler un médecin en urgence. Cependant elle passe au bout d’une dizaine de minutes, ce qui ne ressemble pas du tout à la goutte, dont les crises durent une petite semaine. Ai cependant eu le temps de me jurer de devenir végétarien et de ne plus boire une goutte de vin. Me rendors, mais me réveille à huit heures, ayant dormi à peine deux ou trois heures, après une journée épuisante. Petit déjeuner dans la chambre (en fait une petite “suite”), viennoiseries, muesli avec du yaourt, niente [corr. auto. : “fiente”] charcuterie. Le Jour ni l’Heure, quatre ou cinq tweets “théoriques”. Il fait dans la chambre un froid de canard, la “réception” assure qu’on est en train de mettre la chauffage, que ça devrait aller mieux dans une demi-heure ; mais une demi-heure plus tard c’est pareil, augmenter l’arrivée d’air ne fait tomber sur moi qu’un air glacé. Froid surtout aux pieds, gelés. Agenda. 11:33:32 ///////// Le Jour ni l’Heure, autoportrait dit “de la veille”, en faut du matin même (34:12:32), et vue prise également le matin même de l’un des balcons de notre “suite” (non esageriamo…). Journal, entrée de la veille, complétion, relecture, mise en ligne. Une femme de ménage apporte un radiateur d’appoint. Bain, mais la bonde de la baignoire ne ferme pas. Sortis vers deux heures et demie. Léger incident dans la rue de l’université avec une Italienne qui crie sur trois cent mètres dans son portable. Serions bien allés à Marmottan pour “Cézanne et l’Italie” mais c’est journée sans voiture” à Paris. Nous contentons donc d’aller au Petit Palais pour l’exposition “L’Âge d’or de la peinture danoise”, quoique nous ayons l’impression de l’avoir vue dix fois. De toute façon nous ne pouvons pas y entrer, la “jauge” est trop haute. Envisagé d’aller à Jacquemart-André pour “Turner”, mais ce serait sans doute encore plus difficile. Errons dans les salles de la collection permanente du Petit Palais, que nous connaissons comme notre poche. Nouvelle tentative à l’exposition danoise, et cette fois-ci on nous laisse entrer. Débuts assez lents mais l’intérêt croit sur la fin, que malheureusement nous devons parcourir au pas de charge, pressés par les gardiens. Assez vifs incidents sur la fin, me vois accuser de “manque de respect” parce que j’ai demandé sur un ton paraît-il trop vif, en fait plutôt suppliant, de photographier un ultime tableau. Femme très désagréable, gâche l’après-midi, qui finalement ne s’était pas mal arrangée (mais P. trouve sans doute absurde de se ruiner pour deux nuits à Paris sans aucune raison valable). Mal au talon droit, boite. Rentrons à pied par le cours La Reine, tout ce coin-là bien déglinguée, et la place de la Concorde défigurée par de honteuses publicités, comme c’est le cas depuis des  années. Quais, musée d‘Orsay, caisses des Dépôts, rue du Bac. Faisons de petites courses dans une boulangerie pour n’avoir pas à ressortir. Ouvrier vient dans la chambre pour essayer de réparer le chauffage. Avancé cet agenda, pour gagner du temps demain. 19:48:35 /////// L’Arrière-Pays. Vu les nouvelles. “Dîné” dans la “suite”, très agréablement, de produits achetés au passage à la boulangerie de la rue du Bac, de Keyser, ou Keiser, pour ma part d’une salade pâtes à la feta et au basilic et d’une tarte au caramel, avec du thé de l’hôtel. Dormi un peu sur le canapé, en regardant je ne sais plus quoi à la télévision. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers minuit.  

lire l’entrée du dimanche 27 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 28 septembre 2020, 7 h 39
modifiée le samedi 3 octobre 2020, 18 h 56
Lundi 28 septembre 2020.
Paris, hôtel Pont-Royal, ch. 702. Dormi comme une souche, jusqu’à sept heures. Encore un peu mal au talon, mais pas de crise aiguë. Dans le noir, journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (l’exposition danoise). Agenda. 07:38:25 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Petit déjeuner en bas, mais au bar, le buffet est fermé — viennoiseries, muesli dans du yaourt aux fruit. Bains. Bagages. Retrouvé M. Verwaerde en bas à onze heures comme prévu. Été avec lui voir l’exposition d’aquarelles et de quelques toiles de Turner, magnifique, au musée Jacquemart-André. Difficultés de parking avant et après (Pierre s‘est mis par erreur à étage de parking privé, Étoile-Friedland). Quittons Paris vers deux heures et demie, par la porte Dauphine. Orléans. Étape à Déols pour montrer à M. Verwaerde l’usine Marcel-Bloch. Limoges. Brive. Cahors-Sud. Pern. Sainte-Alauzie. Lauzerte. Fait le tour de Valence-d’Agen par Golfech pour montrer à M. Verwaerde la centrale atomique dans la nuit. À Plieux vers dix heures et demie. Aménagement de la chambre de la tour, fait le lit avec notre hôte. Dîné avec lui, falafels, crème libanaise dont j’ai oublié le nom, fromages, tiramisu. Château de Reignac de Marcel Meyer. Journal. Couché vers une heure.  

lire l’entrée du lundi 28 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 29 septembre 2020, 22 h 40
modifiée le mercredi 30 septembre 2020, 9 h 55
Mardi 29 septembre 2020.
Semaine 40, Saint-Michel — 273/93. Plieux. Assez peu dormi, réveillé six heures avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, entrées de la veille en oubliant que j’avais négligé celles de l’avant-veille. Déjeuné seul en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de l’avant-veille, au Petit Palais, à la sortie de l’exposition danoise, et dét. du tableau de  Købke, 1810-1848, Vue du lac Sortedam depuis Dosseringen en regardant vers Nørrebro, 1838 ; autoportrait de la veille, à l’usine Marcel Bloch de Déols, et Lac de Némi, 1827, de Turner, vu la veille au matin à l’exposition Turner du musée Jacquemart-André. Fait un tour dans la village avec M. Verwaerde afin de lui montrer les éventuelles possibilité de location. Marché jusqu’à l’église. Au retour, parlons à Danielle Lavaudan qui est à a sa fenêtre. Voyons que la maison de Mme G. est pour une fois ouverte, et parlons à l’une de ses filles, qui est là. Collation-tuerie pour accompagner M. Verwaerde, saucisson, salami, jambon de Bayonne, coppa, enfin tout ce qu’il ne faut pas, et cantal, pyrénées, avec le reste du vin de Marcel Meyer — nous convenons que c’est notre idéal de repas. Flan. Café dans la bibliothèque. Bain. Promenade avec M. Verwaerde dans la vallée; gué, curé la rivière, allons voir M. Dulau mais il n’est pas là, remontons par l’avenue Lou Tapet. Atelier, Enjambements IV, mis un glacis jaune dit le vert, faute de glacis vert. L’Arrière-Pays. Vu un peu du troisième volet du film d’entretiens enregisté ici en juillet, je crois, avec M. Rionceray. Agenda (journée d’hier). Dîné avec Pierre et M. Verwaerde. Macaronis à la sauce bolonaise, salade verte. Gâteau breton (comme à Vannes, mais nettement moins bon). Armagnac (pas moi). Infusion. M. Verwaerde met mes codes d’accès sur son propre ordinateur. Agenda, suite. 22:33:38 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Couché peu après minuit. 

lire l’entrée du mardi 29 septembre 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 30 septembre 2020, 12 h 50
modifiée le jeudi 1er octobre 2020, 22 h 39
Mercredi 30 septembre 2020.
Semaine 40, Saint Jérôme — 274/92. Plieux. Très bien et longuement dormi. Levé à huit heures moins le quart, Pierre parti depuis longtemps. Déjeuné seul en bas. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Jacques-Émile Blanche, portrait, 1889, de Mlle Meuriot sur son poney, dét., Petit Palais, dimanche 26 septembre 2020. Ensuite, hélas, crise de tweets, hélas, malgré le retard. Entretien “technique” (his word) avec M. de Verwaerde. Bonne conversation téléphonique avec Philippe M. Chien Le Coz insupportable. Comptes : Dernière connexion le 30/09/2020 à 12h28 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 675,77 € /// Crédits -66.763,86 € /// Solde au 29/09/2020 675,77 € /// À venir -1.983,38 € | Prévisionnel -1.307,61 € /// 29/09 VIREMENT DE AMAZON MEDIA EU S.A.R.L. MOTIF: FCS000528132072 PAYMENT-NUM 1 37481908 - REF : FCS000528132072 +383,35 € /// 29/09 VIREMENT DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET CRATI MOTIF: IRCEC:RAAP 09-09 - REF : IR +30,39 € /// 29/09 VIREMENT DE AMAZON.COM.CA, INC MOTIF: FCS000531484052 PAYMENT-NUM 1 3 77588826 POP GOODS AND SERVIC ES - REF : 991995620622 +28,04 € /// Perdu l’entrée de l’agenda, dû la reconstituer. Agenda. 12:49:39 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Photographies de tableaux, deux de l’exposition danoise vue le dimanche 27 septembre au Petit Palais, Carl Dahl, Larsens Plads à Copenhague, 1840, et Ludwig August Smith, Femme se tressant les cheveux, 1839 ; et un de l’exposition Turner vue le lundi 28 septembre au musée Jacquemart-André, Château de Hylton, aquarelle, c. 1817. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, avril 1794, procès et exécution de Danton et de Camille Desmoulins — l’horreur absolue. Promenade avec Pierre et Quentin Verwaerde au moulin de Balignac et à Heuré-Bartens, malheureusement le chemin qui traversait le plateau à cet endroit a disparu, il faut faire un long détour pour gagner l’autre côté d’un champ de tournesols, au pied des rochers. Échangé quelques mots avec le très aimable propriétaire de Bartens. Atelier. Enjambements. Lecture par Pierre de Rebatet, L’Inédit de Clairvaux [corr. autom. : “cléricaux”], Rebatet écrivain à succès, donnant des conférences très courues (en 1943). Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, rougets et courgettes, très bons ; poire à la vapeur et cannelés de Bordeaux, non, oui, surtout des délices du pied de la tour, à Lectoure (où sont allés cette après-midi ces messieurs). Vu un peu de J’ai toujours rêvé d’être gangster, 2008, de Samuel Benchétrit, avec Anna Mouglalis et Édouard Baer. Remonté relativement tôt. Journal, entrée de la veille relecture et mise ligne. Couché à onze heures et demie.      

lire l’entrée du mercredi 30 septembre 2020 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site