Le Jour ni l’Heure
août 2020

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 1er août 2020, 10 h 14
modifiée le lundi 3 août 2020, 16 h 38
Samedi 1er août 2020.
Semaine 31, Saint Alphonse —214/152. Plieux. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et tondo n° 3, Souvenir de Blême-le-Petit, 2014, accroché longtemps dans la salle des Saisons, renversé par le vent et cassé, restauré-non-restauré, cassure acceptée, et presque entièrement repeint récemment. Comptes : Dernière connexion le 31/07/2020 à 10h07 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 15,81 € /// Crédits -68.719,65 € /// Solde au 31/07/2020 15,81 € /// À venir -742,05 € | Prévisionnel -726,24 € /// 31/07VIREMENT DE DAVID JORDAN MOTIF: VERSEMENT DE SOUTIEN - REF : DA001000-200730-14-3753 +100,00 € (mécénat) /// 31/07 PAIEMENT CB PLANETHOSTER (CANADA) DU 18/07 - CARTE*4502 -94,08 € /// 31/07 PAIEMENT CB LE DAMIER DU 28/07 A AURILLAC - CARTE*4502 -84,50 € (dîner brasserie Aurillac) /// 31/07 PAIEMENT CB AMAZON DU 18/07 A PAYLI2441535 - CARTE*4502 -47,99 € /// 31/07 PAIEMENT CB STATION CARREFOUR DU 19/07 A FLEURANCE - CARTE*4502 -28,64 € /// 31/07 PAIEMENT CB AMAZON DU 20/07 A PAYLI2090401 - CARTE*4502 -21,39 € /// 31/07 PAIEMENT CB ARMAND THIERY DU 19/07 A AUCH - CARTE*4502-9,99 € /// 31/07 PAIEMENT CB APPLE (IRLANDE) DU 14/07 - CARTE*4502-9,99 € 31/PAIEMENT CB APPLE (IRLANDE) DU 13/07 - CARTE*4502 -9,99 € ///31/07 PAIEMENT CB GASCOGNE LAVAGE DU 19/07 A FLEURANCE - CARTE*4502 -9,00 € /// 31/07 PAIEMENT CB APPLE (IRLANDE) DU 13/07 - CARTE*4502 -3,49 € /// Agenda. 10:13:55 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Écrit au général Piquemal. Tél. au comte de Certaines.  Journal, entrée de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, petite église romane Notre-Dame-de-Velles, à Vers, en amont de Cahors sur le Lot, mardi 28 juillet 2020, en route vers  Omps ; carton “Pendant le génocide par substitution, le massacre des paysages continue, éoliennes à l’appui” ; Devon, couverte 60x60 n° 111. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution, horribles journées de juin 1793, qui mènent à l’arrestation des Girondins. Notice de la Pléiade sur le livre onze, l’année 1852 de Michelet réfugié à Nantes et devant nourrir toutes ses familles alors qu’il n’a plus aucun revenu. 14:42:15 /////// Visite à trois heures de M. Ménétrier de Sauriat, qui prépare un ouvrage sur le comte et la comtesse Baruzy et veut m’interroger sur eux, quoiqu’il en sache beaucoup plus que moi ; il est accompagné d’un sien ami historien d’art, et celui-ci d’un très beau chien très original, très vif et très archaïque, un “Saint-Germain”, race royale, restaurée par Charles X, et dont je découvre l’existence. Passé deux ou trois heures avec ces messieurs. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire. Atelier. Lecture par Pierre des Décombres, juin 1940, saut en Angleterre (???), Cherbourg, chaos total. Dîné aux nouvelles, poulet sauté, hautement apprécié, brique du Forez, mais moins crémeuse que d’habitude, glace à la poire. Vu — oublié, et Pierre aussi. Non, vu un peu de La Course du lièvre à travers les champs, de René Clément, 1972 (je crois), avec Jean-Louis Trintignant, mais ça nous ennuie et nous sortons. Promenade sur le plateau avec Pierre jusqu’à l’embranchement. Journal (le Saint-Germain). Couché à minuit et demi.  

lire l’entrée du samedi 1er août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 3 août 2020, 17 h 18
modifiée le lundi 3 août 2020, 17 h 49
Dimanche 2 août 2020.
Semaine 31, Saint Julien — 215/151. Plieux. Levés vers sept hures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et carton : “Rdv tous les dimanches à 10 heures devant les monuments aux Morts. Les Morts, ce sont aussi les victimes à présent innombrables et quotidiennes de la Seconde Occupation. Pensez à eux si vous êtes seuls, unissez-vous dans la révolte si vous êtes plus”. Petit déjeuner monté par Pierre dans la bibliothèque. Été à dix heures au monument aux Morts, où eu la bonne surprise de trouver Jeanne Lloan et sa nièce, très gentiment amenées par M. Dellinger. Moment de recueillement avec eux, puis bavardé un peu. Rentré vers dix heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, voitures (dont ma 40CV Renault), cheval et personnages (Élisabeth Boudreaux, Alain Soularue, moi (avec le cheval), dans la cour de Landogne pendant l’été 1966 ; le rendez-vous au monument aux Morts le matin même ; et château d’Arcambal, près de Cahors, le mardi 28 juillet à midi. Bain, Lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution, ou plus exactement de la notice du livre XI. Dictionnaire. Thé avec Pierre mais pas mal de visiteurs. Atelier, Enjambements III ; lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, juin 1940, de Chambourcy vers la Vendée. Dîné aux nouvelles, accras de morue, jardinière de légumes, poire à la vapeur et confiture de figues. Vu un peu d’un film américain très enlevé mais préféré non sans regrets, à cause Me Dupont-Moretti, Chacun sa vie, 2017, de Claude Lelouch, assez enlevé (film de vieillard qui n’a rien à perdre, qui s’en fout et qui bâcle assez joliment). Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement — temps étonnamment froid. Journal, rédaction, relecture, mise en ligne (la fin de Suzanne Baruzy, pas gaie). 

lire l’entrée du dimanche 2 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 3 août 2020, 16 h 54
modifiée le mardi 4 août 2020, 9 h 44
Lundi 3 août 2020.
Semaine 32, Sainte Lydie — 216/150. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château d’Assier, façade occidentale, mardi 28 juillet 2020, deux heures. Matinée twiterrienne, pas trop malinement. Le Jour ni l’Heure, détail d’une des grandes toiles involontairement abstraites (?) du chœur de l’église romane Saint-Saturnin du Bourg, Lot, 28 juillet 2020 ; abside de l’église elle-même, même jour ;  et les trois volumes du catalogue complet de mon œuvre peint offerts la semaine dernière par M. Resca et photographiés juste avant mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, juin 1793, moment de flottement après l’expulsion des Girondins (un peu escamotée par Michelet, on ne comprend pas ce qu’ils sont devenus). Dictature sans dictateur : Danton, Robespierre, Marat. Mise à jour de cet agenda, curieusement oublié hier (mais j’ai encore oublié la journée d’hier, justement). 16:54:03 //////// Le Jour ni l’Heure, journée de la veille, Chronologie. Communiqué pour le CNRE n° 133, “La Seconde Carrière d’Adolf Hitler” (magasins noirs, milices paramilitaires noires). Dîné aux nouvelles, speztle, légumes, poire à la vapeur et pâte aux noisettes et au chocolat. Revu Au poste, 2018, de Quentin Dupieux, avec Benoît Poelvoorde et Grégoire Ludig. Promenade sur le plateau avec Pierre, marché jusqu’à l’embranchement, contemplé au retour un tardif et spectaculaire couché de soleil, ciel rouge embrasé. L’Arrière-Pays. Journal. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 3 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 4 août 2020, 9 h 51
modifiée le mercredi 5 août 2020, 12 h 10
Mardi 4 août 2020.
Semaine 32, Saint Jean-Marie Vianney — 217/149. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Beau temps frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Lacapelle-Marival, pas bien beau, mardi 28 juillet 2020. Écrit difficilement cet agenda en écoutant comme hier l’émission de France Culture sur Akhmatova. 09:51:18 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mis en ligne. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, juillet 1793, la Constitution de l’an II, rédigée en quelques jours et dont personne ne croit qu’elle puisse être appliquée mais qui se présente comme un acte de propagande et de résistance aux invasions. Quitté Plieux à une heure et demie avec Pierre. Auch, où restés sur la rive gauche. Peyloubère, le domaine de Mario Cavaglieri à Pavie. Beaux jardins. Hauterive. Orbessan. Sansan. Durban (genre). À trois heures au Garrané chez les Certaines, comme convenu. Conversation avec eux en bas, visite du château sous leur houlette, schweppes général dans la pièce “traversante” du bas. Promenade dans le sud du département. Loubersan, château de Jean-Charles de Castelbajac, vue admirable sur les Pyrénées ; marché au sud pour voir le bâtiment d’en face, autoportrait. Chapelle de Saint-Clamens, fermée comme d’habitude. Saint-Michel. Saint-Élix-Theux. Ponsan-Soubiran. Château et chapelle de Bernet, à Montlaur-Bernet, balcon sur les Pyrénées. Rentrés par la D929. Chélan, Masseube [corr. autom. : “Masseuse”], Seissan, où découvert le “château”, haute tour étroite. Ornézan, château, très revivifié, mais toujours difficilement photographiable. Petites routes de la rive droite du Gers, passés au pied de belles buttes, dont celles du cher Gramont. Retour à Peyloubère, marché jusqu’à “Peyloubère-Plage”, retrouvé les chutes du tableau,  mais il est hélas un peu tard pour de bonnes photographies, tout est dans l’ombre. Dîné au “Pong” de Pavie, le Royal de Pavie, que Pierre appelle le Désastre de Pavie, masques, gants, force raviolis de crevettes et de porc à la vapeur, crevettes, ailerons de poulet, canard laqué, lichis, nougat chinois dur et mou, morceau d’éclair à la vanille, glace au rhum et aux raisins, au caramel, à la menthe. Sonate à Kreutzer. Rentrés à Plieux vers onze heures. Journal. Couché vers un heure. 

lire l’entrée du mardi 4 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 5 août 2020, 12 h 28
modifiée le jeudi 6 août 2020, 13 h 06
Mercredi 5 août 2020.
Semaine 32, Saint Abel — 218/148. Plieux. Sommeil un peu agité (trop mangé au buffet chinois, rosé, etc.). Levé à sept heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, “autoportrait” de la veille entre les figuiers de Loubersan et château du Garrané, Seissan, à notre arrivée, trois heures plus tôt. L’Arrière-Pays, fais mon kéké. Comptes : Dernière connexion le 05/08/2020 à 12h19 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -978,85 € Crédits -68.719,65 € /// Solde au 04/08/2020 -978,85 € /// À venir -845,63 € | Prévisionnel -1.824,48 € /// Débiteur depuis 2 jours /// 04/08 PRELEVEMENT CANALSAT DU 04/08 - MOTIF : PRLV CANAL ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819001A20080400760000705521352 LIB -76,00 € /// 04/08 PRELEVEMENT CANAL PLUS DU 04/08 - MOTIF : PRLV CANAL+ ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819003A20080400399000705462931 LIB -39,90 € /// 04/08 COMMISSIONS COTISATION A UNE OFFRE GROUPEE DE SERVICES ESPRIT LIBRE -20,12 € /// 03/08 VIREMENT VERS PEYRON-BUSQUET CELINE - MOTIF : SALAIRE DE JUILLET 2020 -941,64 € /// 31/07 REMISE CHEQUES BORDEREAU 00208241 /NOPT/NB CHQ TRAITE /00003 +83,00 € /// 31/07 PRELEVEMENT URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE DU 31/07 - MOTIF : PRELEVEMENT CNCESU M. CAMUS RENAUD DU 31 - REF : RBB-CESUAPVT4232020071790120734 LIB -521,20 € //// 31/07 VERSEMENT ESPECES DU 31/07 A 10H +240,00 € (billets d’entrée) /// 31/07 PAIEMENT CB BLURB INC (ETATS-UNIS) DU 21/07 - CARTE*4502 -147,70 € /// Agenda. 12:28:17 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Deux photographies de la veille, vue de Peyloubère, domaine de Mario Cavaglieri à Pavie, et de Loubersan, le château de Jean-Charles de Castelbajac. Carton : “Il faudrait des cours de logique négationniste (ou de sociologie, puisque, hélas, c’est à peu près la même chose. On y apprendrait que la surepprésentation immigrée dans les prisons est la preuve du racisme des juges et la montée de la délinquance dans les campagnes la preuve que les paysans s’y mettent aussi”. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, la constitution de 1793 telle que lui l’aurait faite (moins sèche, plus lyrique). Visite à trois heures, comme convenu, de Mme Pauline Guéna, petite-fille d’Yves Guéna et venue justement du Périgord, qui fait avec M. Leplongeon, du Point, et un autre auteur, un livre pour Grasset sur la “droite hors les murs” (genre). Café, longue conversation, thé, tout se passe très cordialement selon la loi du genre (c’est ensuite que ça se gâte, généralement). Assez nombreux visiteurs à billets, qui nous forcent à tourner un peu. Mme Guéna s’en va vers six heures. Le Jour ni l’Heure, suite, légendage, et journal, entrée de la veille, suite également, relecture, mise en ligne. Dîné aux nouvelles, omelette déstructurée, poire à la vapeur et biscuits au citron. Tâtonnements télévisuels, mais rien trouvé, sortis tôt, flanc nord, route du bas, D. 953, chemin de l’église. Tweets III, rattrapage. Journal. Couché à minuit. 

lire l’entrée du mercredi 5 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 6 août 2020, 13 h 05
modifiée le vendredi 7 août 2020, 11 h 01
Jeudi 6 août 2020.
Semaine 32, Transfiguration — 219/147. Plieux. Levé à sept heures. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre photographie du château du Garrané à Seissan le mardi 4 août 2020, flanc ouest, sans ouvertures. L’Arrière-Pays, assez activement, pas mal. Écouté l’émission de France Culture sur Akhmatova en débarrassant l’ordinateur de centaines de photographies, pour essayer de lui rendre la santé. Comptes : Dernière connexion le 05/08/2020 à 12h20 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.818,21 € /// Crédits -68.719,65 € /// Solde au 05/08/2020 -1.818,21 € /// À venir -35,06 € | Prévisionnel -1.853,27 € /// Débiteur depuis 3 jours /// 05/08 PRELEVEMENT PSA FINANCE DU 05/08 - MOTIF : 100P3077570 32 050820 VOTRE IDENTIFIANT ESPACE CLIENT :P0221019349 NOTRE SITE : WWW.PSA-FINANCE-FRANCE.FR - REF : 100P3077570 LIB -742,05 € /// 05/08 PRELEVEMENT CARDIF ASSURANCE VIE DU 05/08 - MOTIF : WY0201015610245409750508200T1 - REF : WY0201015610245409750508200T1229981 LIB -97,31 € /// Agenda. 13:05:18 /////// Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 4 août dans le sud du Gers, château de Benet, 1843 (?), ) Montlaur-Benet ; tour XIIIe s., ou “château”, XIIIe-XIXe s.,  de Seissan ; chapelle pré-romane du XIe s., voire du Xe, peinte au XXIe, du château du Garrané, commune de Seissan ; et carton : “Dans la logique négationniste du Cloaque, que les campagnes deviennent aussi dangereuses que les métropoles prouve que les indigènes sont aussi délinquants et violents que l’occupant, nullement que le Grand Remplacement est désormais partout”. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, la Constitution de 1793, ou constitution jacobine, suite. Continuelle théorie de visiteurs toute l’après-midi et dès deux heures, Pierre constamment sur la brèche. Lis la biographie de Philip Johnson par Mark Lamster et aussi Marx, “La duchesse de Sutherland et l‘esclavage”. Dictionnaire, article malin, maligne, maline. Pas d’atelier. Excellent dîner de saumon cru et de riz, de gorgonzola et de vin rosé pâle, de poire à la vapeur et de biscuits au citron. Vu Mon ami le traître, de José Giovanni, 1988, avec Thierry Frémont et André Dussolier. Promenade nocturne avec Pierre sur le plateau, croisons avec ses enfants la fille de Danielle Lavaudan qui nous apprend que sa mère s’est le matin cassé le col du fémur, qu’elle est dans une clinique à Agen et qu’elle doit être opérée le lendemain (aujourd‘hui). Marchons jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont, sous un exceptionnel fourmillement d’étoiles. Journal. Couché peu avant une heure. 

lire l’entrée du jeudi 6 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 7 août 2020, 11 h 15
modifiée le samedi 8 août 2020, 9 h 40
Vendredi 7 août 2020.
Semaine 32, Saint Gaëtan — 220/146. Plieux. Levé à sept heures. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Pavie au mois de mars, dessin aux crayons de couleurs de Mario Cavaglieri, 1928 (?), vu le 4 mars 2020. Beau temps. Dernière émission sur Akhmatova, poursuivi l’élimination des photographies sur l’ordinateur. Comptes : Dernière connexion le 06/08/2020 à 13h01 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.618,21 € /// Crédits -68.719,65 € /// Solde au 06/08/2020 -1.618,21 € /// À venir 733,57 € | Prévisionnel -884,64 € /// Débiteur depuis 4 jours /// 6/08 VERSEMENT ESPECES DU 06/08 A 10H02 +200,00 € (visites) /// 05/08 PRELEVEMENT PSA FINANCE DU 05/08 - MOTIF : 100P3077570 32 050820 VOTRE IDENTIFIANT ESPACE CLIENT /// NOTRE SITE : WWW.PSA-FINANCE-FRANCE.FR - REF : 100P3077570 LIB -742,05 € /// Chien Le Coz pénible, sommes obligés de tout fermer au nord. Agenda. 11:14:21 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Parlé à Jeanne de Loynes. Communiqué du CNRE n° 134, “Libanisation générale“. Le général Piquemal a trouvé un lieu pour la prochaine assemblée générale. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies de notre sortie du mardi 4 août, la cascade à Peyloubère-Plage, Pavie (celle du tableau de Cavaglieri, 1931, au musée d’Auch) ; la chapelle de Saint-Clamens à Belloc-Saint-Clamens ; le château d’Ornézan. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, juin 1793 toujours, le remariage de Danton, dans une famille royaliste qui exige un prêtre réfractaire. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne.  Dictionnaire, revu et corrigé l’entrée malin, maligne, maline, passé à l’entrée à le, au, aux. Atelier, commencé un Enjambements IV, couverte 60 x60 n° 112, et disposé un châssis pour un grand Devon, bien que le petit soit assez décevant. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, la guerre en Périgord, juin 1940, discours de Pétain. Dîné aux nouvelles, aubergines, carottes, champignons, fromage des Pyrénées, gorgonzola, rosé gris, poire à la vapeur et biscuits au citron. Vu les deux épisodes d’un documentaire sur l’espionnage gouvernemental d’Édouard VIII et de Wallis Simpson (je croyais au début que c’était eux qui étaient espions, mais non, ils sont espionnés et mis sur écoute, d’abord avec l’accord de Georges V). Promenade nocturne sur le plateau avec Pierre, été jusqu’à l’embranchement, vent agréable, âme qui vive. L’Arrière-Pays. Journal. Couché peu après une heure du matin.   

lire l’entrée du vendredi 7 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 8 août 2020, 10 h 06
modifiée le dimanche 9 août 2020, 12 h 19
Samedi 8 août 2020.
Semaine 32, Saint Dominique — 221/145. Plieux. Assez peu dormi, levé à sept heures. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (Juan Carlos). Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et couverture, Enjambements II, du troisième volume du catalogue de mes peintures par Serge Resca. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 07/08/2020 à 11h08 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -468,61 € /// Crédits -68.719,65 € /// 07/08 VIREMENT DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE DU TRAVAIL MOTIF: ASSURANCE RETRAITE - REF : 12115777 CAMUS 0720 +1.169,60 € (retraite) /// 07/08 RETRAIT DISTRIBUTEUR BNP PARIBAS DU 06/08 10H01 A FLEURANCE - CARTE*0007 -20,00 €  (pour “lancer” la nouvelle carte). L’Arrière-Pays. Chien Le Coz insupportable, obligés de nous calfeutrer complètement au nord et à l’est, malgré la chaleur. Agenda. 10:05:20 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dictionnaire. Le Jour ni l’Heure, château de Presque à Saint-Médard-de- Presque, du bord de la grand route, le 29 juillet 2020, retour du Cantal ; Dormition de la Vierge dans la chapelle du Garrané, le mardi 4 août 2020 ; et Pierre au panama, dans une prairie voisine du château de Conros, à l’est, Arpajon-sur-Cère, Cantal, le 28 juillet 2020 au soir. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, avril-mai-juin 1793, la guerre en Vendée, les chefs, La Rochejaquelein, Stofflet, d’Elbée, Charrette (portrait de Charrette). Échec des Vendéens devant Nantes, qui “sauve la République”. L’Arrière-Pays. Dictionnaire (“à Le Mans”). Thé. Atelier, couverte 100x100, Devon [corr. autom. : “Devin”] II. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, juin 1940 à Siorac, Périgord. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes, restes de fromage pyrénéen, vin gris, poire à la vapeur et bâtons à la poire et au chocolat du Pied du clocher de Lectoure. Vu State of Play (Jeux de pouvoir), 2009, de Kevin Macdonald, avec Ben Affleck et  Russel Crowe. Pas de promenade, à cause de la canicule. L’Arrière-Pays. Journal. Couché peu avant deux heures.  

lire l’entrée du samedi 8 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 9 août 2020, 12 h 26
modifiée le lundi 10 août 2020, 10 h 01
Dimanche 9 août 2020.
Semaine 32, Saint Amour — 222/144. Plieux. Levé à sept heures. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Peyloubère vu de la cour, très longue façade, et encore ai-je dû la couper car il s’y trouvait une voiture. Été à dix heures avec Pierre au monument aux Morts, personne. L’Arrière-Pays, encore une union nationale de plus. Agenda, 12:25:10 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Trois photographies du mardi 4 août dans le sud du département du Gers, autre vue du château du Garant à Seissan ; château de Ponsan-Soubiran, construit en 1785 par Bertrand de Moleville, ministre de la Marine de Louis XVI en 1791-92, et modifié après un incendie après 1870 ; église Sainte-Foy de Bernet, construite vers 1490 par Pierre-Arnaud de Castelbajac, évêque de Pamiers, château de Bernet, au-dessus, construit vers 1843-1850 par X. (?), à Monlaur-Bernet. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, la défense de Nantes, mars-juin 1793, le maire Bacot, la mort de Catelineau, qui consacre l’échec des Vendéens. Pas mal de visiteurs. Dictionnaire, article “dégager” et autres. Atelier, grand Devon, la mer. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, juin 1940, démobilisation, il retrouve sa femme et sa mère dans l’Isère, discours de Pétain. Dîné aux nouvelles, chips, restes de tarte aux champignons et aux carottes de la veille, poire à la vapeur et confiture de figues. Vu Doucement les basses, de Jacques Deray, 1970, avec  Paul Meurisse et Alain Delon. Promenade sous les étoiles avec Pierre. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du dimanche 9 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 10 août 2020, 10 h 06
modifiée le mardi 11 août 2020, 11 h 10
Lundi 10 août 2020.
Semaine 33, Saint Laurent _ 223/243. Plieux. Assez mal dormi, levé à huit heures. Temps gris, qui semble toutefois aller s’améliorant. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, involontairement flou, et église Saint-Pierre d’Assier, construite à partir de 1540 par Galiot de Genouillac, sénéchal de Quercy, qui y est enterré. Agenda. 10:05:51 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, château d’Arcambal et église Saint-Rémy-et-Saint-Namphaise de Livernon, Lot, mardi 28 juillet 2020. Dû m’interrompre car visite tôtive annoncé. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, juin-juillet 1793, sentiments de Robespierre et de Danton face aux Enragés. Visite à deux heures, sur rendez-vous, de M. Coron et de son épouse psychologue. Après-midi avec eux, très cordialement. Café, conversation, visite des lieux (pendant ce temps, pas mal de visiteurs “à billet“). M. Coron, qui fait de la photographie (argentique), résout brillamment deux problèmes liés au nouveau Leica et à mon ordinateur portable, qui me préoccupaient gravement. Les raccompagne sur la Plaza Mayor vers six heures (après escalade de la tour, la deuxième depuis ma maladie). Parlé au téléphone à Mme Lavauden, qui est rentrée chez elle, qui ne va pas trop mal et qui est même parvenue à monter les marches son escalier. L’Arrière-Pays. Quitté Plieux à sept heures et demie avec Pierre pour aller à Fleurance chercher Mme de Loynes qui nous a invités à dîner selon l’usage, en l’occurrence à La Romieu (il n’y avait pas de place à l’auberge de Gramont, mon premier choix). Fleurance. Terraube. Marsolan. La Romieu. Dîne très agréablement au restaurant Le Cardinal, sous les arcades de la belle place de la collégiale. Hôtesse très aimable. Deux fois gras, dont un grillé, demi-magret, fromage de chèvre, pennacota, demi-pichet de vin rouge (moi). Raccompagnons Jeanne vers onze heures et demie, à Plieux vers minuit. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du lundi 10 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 11 août 2020, 11 h 18
modifiée le mercredi 12 août 2020, 10 h 35
Mardi 11 août 2020.
Semaine 33, Saint Claire — 224/142. Plieux. Pas trop bien dormi, naturellement, réveillé vers six heures, levé à sept. Le Jour ni l’Heure, compté les envois interrompus la veille, église de Livernon, donc, et petit “château” non identifié, à l’entrée de Livernon à droite, essentiellement fin XIXe mais qui semble présenter certains éléments du XVe, ou, plus vraisemblablement, du XVIe s. Autoportrait de la nuit et autre du dimanche précédent, devant le monument aux Morts, comme convenus. L’Arrière-Pays, assez activement, malgré le manque de temps. Agenda. 11:18:10 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution, juin-juillet 1793, Baco indignement traité à Paris, Marat devient indulgent. Quittons Plieux à deux heures. Agen, magasin Artempo, mais il n’ouvre qu’à trois heures — attendons dans la voiture, par une chaleur accablante, en écoutant à la radio Le Crime d’Orcival, 1867, d’Émile Gaboriau, feuilleton radiophonique de 1983, mais qui hélés n’a rien à voir avec Orcival. Acheté des tubes de peinture, dont un jaune très soutenu dont j’avais un besoin urgent, et quelques pinceaux. Foulayronnes. Laugnac [corr. autom. : “Langues”], belle tour, chaleur accablante. Montpezat-d’Agenais, très belle ancienne école, c. 1850. Dans les environs, petite chapelle Saint-Jean, romane, hélas fermée. Le Temple-sur-Lot, belle commanderie, auj. un restaurant. Castemoron,  très curieuse mairie (?) mauresque, au pied de laquelle nombreux baigneurs dans le Lot, dans une atmosphère très téchinesque. Tombebœuf. Beau château Restauration de Boisverdun, hélas avec une voiture juste devant lui. Allemans-du-Dropt, fresques du XVe siècle dans l’église. À Duras sur les six heures. Visite intérieure du château, un peu décevante, administration municipale, mais enfin elle fait ce qu’elle peut et elle a fait beaucoup. Ennuis photographique avec la sursignalisation et les caprices d’un temps changeant, néanmoins. Longuement cherché autour de Pardaillan, avec l’aide aimable et éclairée de divers indigènes, le Platier, où vécut Marguerite Duras enfant, entre 1921 et 1924. Finalement trouvé les lieux, sur la D668, entre Auriac-sur-Dropt et Moustier, non loin d’Allemans-du-Dropt : c’est une très grande maison aujourd’hui totalement en ruine mais où s’affaire, peut-être pas très activement, le Conseil général. Retour vers Agen. Impérial Buffet fermé, rabattus sur le Shanghaï, assez déplaisant (patronne qui mange à la baguette dans un bol tout en marchant entre les tables, sur la fin, etc.). Rentrés à Plieux vers minuit. Journal. Couché vers une heure.  

lire l’entrée du mardi 11 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 12 août 2020, 10 h 48
modifiée le jeudi 13 août 2020, 10 h 21
Mercredi 12 août 2020.
Semaine 33, Sainte Clarisse — 225/141. Plieux. Très bien dormi, bizarrement. Levé peu avant huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans les ruines du Platier, à Pardaillan, et vue du château de Duras à notre arrivée, la veille. Beau temps, probablement très chaud, mais à l’intérieur, tant qu’on ne sort pas, on ne s’aperçoit de rien. Comptes : Dernière connexion le 08/08/2020 à 10h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.767,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 11/08/2020 -1.767,35 € /// À venir -235,06 € | Prévisionnel -2.002,41 € // Débiteur depuis 9 jours /// 10/08 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € /// 10/08 PRELEVEMENT AXA DU 10/08 - MOTIF : I0000468394245-AXA 60R18138G080820 - REF : I0000468394245 LIB -180,97 € /// Agenda. 10:48:04 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, suite. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille dans le Lot-et-Garonne lointain, ruines du Platier, maison d’enfance de Marguerite Duras à Pardaillan ; château Solar, 1871-1875, auj. hôtel de ville de Castelmoron ; et château de Duras, aile des Maréchaux, c. 1670. Bain, lecture par Pierre de Michelet, l’assassinat de Marat, portrait de Charlotte Corday. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué n° 135, Avec la Grèce. Atelier, grand Devon, le ciel. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, Vichy durant l’été de 1940. Dîné aux nouvelles, accras de morue, jardinière de légumes, poire à la vapeur et shortbread. Revu avec beaucoup d’admiration Quai des Orfèvres, 1947, de Clouzot. Promenade avec Pierre sur le plateau, entre les flaques, et dans une impressionnante série presque ininterrompue d’éclairs. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 12 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 13 août 2020, 10 h 30
modifiée le vendredi 14 août 2020, 12 h 18
Jeudi 13 août 2020.
Semaine 33, Saint Hippolyte — 226/140. Plieux. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Temps gris et frais. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et belle école  de Montpezat-d’Agenais, 1846-1858, Jean-Désiré Rambeau arch., mardi 11 août 2020. Comptes : Dernière connexion le 12/08/2020 à 10h43 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.767,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 12/08/2020 -1.767,35 € /// À venir -235,06 € | Prévisionnel -2.002,41 € /// Débiteur depuis 10 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 10:30:10 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dictionnaire des délicatesses du français contemporain. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du mardi 11 août dans le Lot-et-Garonne, belle tour de Laugnac, XVe s. ; commanderie templière du Temple-sur-Lot, 1485-1510 : château néoclassique, c. 1830-1840 ?, de Boisverdun, à Tombebœuf, hélas d’un point de vue biscornu parce qu’il y avait une voiture dans la cour. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, dernières heures de Charlotte Corday, son exécution. Dictionnaire, suite. Incident pénible avec des jeunes gens paisiblement installés dans le jardin, qui cueillent les plantes et critiquent l’état des lieux. Atelier, grand Devon, suite. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, ses fonctions à la radio de Vichy. Dîner aux nouvelles, sardines sur toasts, carottes, champignons, glace au rhum et aux raisons avec des biscuits au citron. Revu Neruda, de Pablo Larrain, 2016, avec Luis Gnecco et le joli (là, en tout cas) Gael Garcia Bernal (dans le rôle du policier). Promenade avec Pierre sous les étoiles, jusqu’à l’embranchement — deux étoiles filantes (mais je n’en vois qu’une). L’Arrière-Pays (ah, plus tôt, rattrapé le retard de Tweeets III). Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du jeudi 13 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 14 août 2020, 12 h 26
modifiée le samedi 15 août 2020, 12 h 05
Vendredi 14 août 2020.
Semaine 33, Saint Evrard — 227/139. Plieux. Levas à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue latérale du château de Duras, prise du balcon en direction du “petit château” (hui la mairie). Crise de tweets, moyennement judicieuse, et qui avale bêtement toute la matinée. Comptes :   Dernière connexion le 13/08/2020 à 10h27 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.767,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 13/08/2020 -1.767,35 € /// À venir -125,06 € | Prévisionnel -1.892,41 € /// Débiteur depuis 11 jours /// (aucun mouvement) /// Agenda. 11:26:31 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du château de Duras, mardi 11 août 2020, lumière assez peu favorable, dans l’ensemble. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, Lyon, Challier, apologie délirante de Challier (ah, non, lecture préalable de mon propre chapitre sur la famille Ampère, dans les Demeures de l’Esprit, France IV, quart Sud-Est — et encore non, c’était la veille). Exécution de Challier, dernières lettres de saint Challier. Écrit à M. de Sauriat. Dictionnaire, article tort, tord ; article turc, turque ; etc. (bien travaillé). Atelier, grand Devon, couverte 100x100 n° ? (c. 50 ?). Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, Vichy à l’automne de 1940, premiers tirages entre collaborationnistes purs et durs et vichystes pétainistes crypto-anglophiles, francs-maçons et juifs (selon Rebatet). Excellent dîner de semi-fête (l’Assomption de la Vierge ?, mais peu vendrediste), pâté savoyard des Coron, très bon vin de même origine, ennuyeuses courgettes plus ou moins bouillies pour compenser et expier, saint-nectaire et fromage gersois de brebis, un peu moins fade que l’autre ; glace au rhum et aux raisins et brownies. Mélange de film policier américain sur un attentat contre le président américain à Salamanque et de comédie française assez instructive, par exemple sur la “gueule” adolescente, surtout féminine, considérée comme un phénomène normal et acquis (Ibiza, gros dont j’oublie le nom, l’intime de Sarkozy [Christian Clavier], Mathilde Seigner, Jimmy Stark, non, quelque chose comme ça [Joey Starr]. Promenade avec Pierre sous les étoiles, jusqu’à l’embranchement ; discussion sur les constellations, mais nous sommes absolument nuls, Pierre seulement un peu moins que moi — il croit identifier la Petite Ourse. Journal (phrasier), rédaction, relecture, mise en ligne, mais surtout beaucoup de L’Arrière-Pays, assez sottement. Couché à trois heures (!). 

lire l’entrée du vendredi 14 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 15 août 2020, 12 h 21
modifiée le dimanche 16 août 2020, 8 h 26
Samedi 15 août 2020.
Semaine 33, Assomption (Férié) — 228/138. Plieux. Pas trop mal dormi, levé à huit heures vingt, douleur à la nuque (en bas du crâne à droite, comme pendant le coronavirus). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château d’Omps, par-dessus le mur d’enceinte, du joli chemin qui mène sur la pente d’en face. Pas de Céline, Ferragosto, déjeuner avec Pierre dans la salle des Pierres, à cause des odeurs de pipi de chien dans la cuisine. Gâteau à la cerise noire du boulanger de Fleurance. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 14/08/2020 à 12h23 /// Bonjour M. CAMUS // Avoirs -1.597,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 14/08/2020 -1.597,35 € /// À venir -295,06 € | Prévisionnel -1.892,41 € /// Débiteur depuis 12 jours /// 14/08 VERSEMENT ESPECES DU 14/08 A 10H20 +170,00 €  (billets d’entrée au château) //// Agenda. 12:19:50 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 28 juillet à Omps, paysage d’entre Omps et Le Roubet-Pers, chienne Jamaïque du château d’Omps et chapeau d‘Omps de trois-quats, à partir de l’étable. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, la fête du 10 août 1793, ordonnancée par David. Visiteurs, lu Marx (Anti-Hegel) et Vioulac (Approches de la criticité). L’Arrière-Pays. Atelier, grand Devon, maison de gauche, collines. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, Vichy à l’automne de 1940, repaire d’anglophiles, de gaullistes et de juifs (selon lui). Contre Maurras, obstinément germanophobe. Dîner aux nouvelles, tranches d’aubergines, restes de fromage local et de saint-nectaire, fini le vin des Coron. Glace au rhum et aux raisins, brownies. Revu Wonder Boys, 2000, de Curtis Hanson, avec Michael Douglas, Tobey Maguire, Frances Mac-Dormand  et Robert Downey. Promenade sous les étoiles avec Pierre, ah, non, erreur, pas sortis parce qu’il y a un grand orage qui d’ailleurs nous a empêchés de voir la fin du film et obligés à débrancher la live-box. Journal, rédaction et mise en ligne. Tweets III. Couché vers une heure.   

lire l’entrée du samedi 15 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 16 août 2020, 8 h 36
modifiée le lundi 17 août 2020, 11 h 59
Dimanche 16 août 2020.
Semaine 33, Saint Armel — 229/137. Plieux. Peu dormi, réveillé tôt, levé à six heures et quart, il fait encore nuit. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dét., soldats au bord du tombeau du Christ ressuscité, des fresques du XVe s., de l’église Saint-Eutrope d’Allemans-du-Dropt, Lot-et-Garonne, mardi 11 août 2020. Agenda. 08:36:24 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Déjeuné avec Pierre dans la bibliothèque. L’Arrière-Pays. Oublié le rendez-vous de dix heures au monument aux Morts, pas le sentiment d’être dimanche, à cause du 15-Août la veille. Rappelé à l’ordre par un homme qui m’envoie une photographie de lui devant le monument aux Morts de Douai. Trouvé en bas M. Dellinger qui bavarde avec Pierre, ne l’ayant pas trouvé au monument aux Morts. Nous nous y rendons ensemble, en retard par ma faute. Recueillement, photographies par Pierre, M. Dellinger un genou à terre devant les Morts. Il me vante beaucoup sa bicyclette et me la prête pour un essai. Vais sur elle jusqu’à la maison puis, très enthousiaste à mon tour, entreprends le tour du flanc sud, vallon d’Enduré, remontée par l’avenue Lou Tapet. Hélas, dévie dans la montée vers la rigole de bord de route et finis par tomber, dans l’herbe, heureusement, à peu près en face de l’ancienne porte de village, avant la Garrière. Bon choc tout de même, égratignures au visage, mal aux épaules, qui n’en avaient pas besoin. Finis le parcours à pied en poussant l’engin et croise Pierre qui se préparait à courir le pays en voiture à ma recherche. Sorte de vertige une heure après l’accident, mais bref, et apparemment sans conséquence. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises lors de notre expédition du 11 août dans le nord-est du Lot-et-Garonne, plaque à l’inventeur de la Blonde d’Aquitaine, un certain Trémouilhe, à Allemans-du-Dropt ; église ou chapelle Saint-Jean-de-Balerne, en partie du XIIe s., près de Montpezat-d’Agenais ; et autre vue du Platier, la maison d’enfance de Marguerite Duras à Pardaillan, non loin de Duras mais plus près d’Allemans-du-Dropt. Bain, lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, août 1793, les hébertistes au pouvoir mais leur inexistant ministre de la Guerre, Bouchotte, est remplacé au moins de fait par Carnot, “l’organisateur de la Victoire” — portrait de Carnot, éloge de Merlin de Thionville. Théorie ininterrompue de visiteurs toute l’après-midi,  j’en profite pour lire Vioulac dans la tour Saint-Clar, avec beaucoup d’enthousiasme. L’Arrière-Pays, très peu de “travail”. Atelier, grand Devon, lecture par Pierre de Rebatet,  Les Décombres, il rentre de Vichy à Paris, fin 1940 — éloge de Marcel Déat. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, poire à la vapeur et sauce aux noix (pas Nutella !). Vu un peu d’une rare imbécillité avec Daniel Autheuil, Gérard Depardieu et l’insupportable Sandrine Kiberlain (mais c‘est tout le film qui est insupportable), Amoureux de ma femme ; et revu beaucoup de Churchill, non, The Darkest Hours, Les Heures les plus sombres, dont j’avais beaucoup oublié, en particulier les moments de faiblesse du grand homme. Promenade sous les étoiles avec Pierre, jusqu’à l’embranchement, malgré les séquelles du petit accident du matin. L’Arrière-Pays. Journal. Couché vers une heure, assez endolori. 

lire l’entrée du dimanche 16 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 18 août 2020, 9 h 26
modifiée le mardi 18 août 2020, 10 h 12
Lundi 17 août 2020.
Semaine 34, Saint Hyacinthe — 230/136. Plieux. Levé à huit heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille au monument aux Morts avec M. Dellinger, et M. Dellinger faisant “the knee“ devant les Morts. Agenda, en oubliant le jour même, apparemment. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, peupleraie dans l’île sur l’Arratz au moulin de Marsac, au retour du Cantal, 29 juillet 2020 ; château Saint-Étienne, à Aurillac, où naquit saint Géraud (le bâtiment a subi depuis lors quelques modernisations) ; carte des Partisans du CNRE, reçue le matin même. Bain, lecture par Pierre de Michelet, la bataille de Dunkerque, rétablissement stupéfiant. Encore beaucoup de visiteurs toute l’après-midi, et incident désagréable avec une femme qui s’étant détachée de son groupe débouche dans la bibliothèque où je me suis remis au travail en caleçon. Deux communiqués pour le CNRE, l‘un à propos de la Biélorussie et en soutien au peuple soulevé, l’autre à propos du retrait de la statue de Voltaire à côté de l’Institut. Pas de Dictionnaire, sauf quelques exemples. Atelier, Enjambements III ou IV,  et Devon. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, troisième partie, chapitre sur l’Église et le catholicisme. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes et champignons, poire à la vapeur et biscuits au citron. Film sur les Village People, ou des Village People, Can’t Stop the Music, 1980, de Nancy Walker., avec Glenn Hughes. Promenade avec Pierre sous les étoiles, jusqu’au bout du goudron car il beaucoup plu, mais commence à avoir très mal au dos. Journal. Couché vers une heure.  

lire l’entrée du lundi 17 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 18 août 2020, 10 h 20
modifiée le samedi 22 août 2020, 10 h 39
Mardi 18 août 2020.
Sainte Hélène — 231/135. Plieux. Mauvaise nuit, souffre soudain horriblement du dos, paralysé complètement. Levé très difficilement à sept heures et demie, paracétamol. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château à Assier, Lot, autre que le château d’Assier proprement dit, nom inconnu, dépendance ? Deuxième émission sur Fanon à France Culture. Agenda. 10:20:05 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Bain, lecture par Pierre de Michelet, août septembre 1793, les affaires de Vendée, l’infâme Ronsin, le ridicule Rossignol, admirable figure de Kléber. Quitté Plieux vers deux heures, malgré la grande chaleur et surtout la douleur, qui me rend très difficile d’entrer dans la voiture et en sortir. Été à Auvillar voir une exposition où montre de ses sculptures Mme D., “Delly Duparc” (académies de femmes, animaux). Autre exposition à Auvillar, dalles de verre, belles matières. Hésitons à continuer ou à rentrer à cause de mon mauvais état, mais opté pour une promenade réduite largement en voiture. Église et prieuré de Pommevic, grande chaleur. Château  de La Chapelle, commune de Saint-Paul d’Espis, vu d’en face, très compliqué. Église de Saint-Jean de Cornac, rien d’extraordinaire, assez joli site. Château de Brassac, mais on le voit très mal, à cause de la végétation, et il est doublement fermé, parce qu’on est mardi et à cause du coronavirus. Vallée de la Séoune. Saint-Nazaire-de-Valentane, que je confondais avec Saint-Pantaléon, plus au nord. Jolie église romane, mais très simple, de Sainte-Livrade, sous Toufailles. Bouloc, où cherché en vain des traces de David Sexton, le journaliste de l’Evening Standard et du Spectator qui était venu nous voir à Plieux il y  deux ou trois ans et dont je croyais qu’il avait par là une campagne. Belle abside-tour, assez jolie maison. Château de La Barathie, qui semble très séduisant, mais qui est interdit d’accès de tous les côtés. Essence et courses à Lauzerte, station chère à Pierre, et cherché en vain du pain dans Lauzerte haut. En trouvons à Valence-d’Agen. À Plieux vers huit heures et demie. Dîner, daube de sanglier de Cadarcet, riz, saint-nectaire, buzet, glace au rhum et aux raisins et biscuit. Journal. Forte douleur. Couché vers une heure.

lire l’entrée du mardi 18 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 19 août 2020, 10 h 30
modifiée le jeudi 20 août 2020, 10 h 04
Mercredi 19 août 2020.
Semaine 34, Saint Jean-Eudes — 232/134. Plieux. Nuit très pénible, affreuse décharge de douleur au moindre millimètre de mouvement. Il me faut vingt minutes pour me lever. Penser à consulter le docteur Capdecomme, mais elle est en vacances jusqu’à lundi. Envisagé d’aller à Agen aux urgences mais consulté à la place le docteur Peyron-Busquet qui reconnaît un déplacement de nerf auquel elle est elle-même largement sujette. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille à Peyrecave et église Sainte-Livrade à Toufailles, la veille également. Comptes : Dernière connexion le 15/08/2020 à 12h16 ///  Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.657,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 18/08/2020 -1.657,35 € /// À venir -85,06 € | Prévisionnel -1.742,41 € /// Débiteur depuis 16 jours /// 17/08 PRELEVEMENT ORANGE DU 17/08 - MOTIF : VOTRE ABONNEMENT INTERNET (FACTURE: XXXXX6310F6) - P - REF : 5B052T631 B052T6310F631E LIB -60,00 € //// Agenda en écoutant la troisième émission de France Culture sur Fanon, d’où sans doute plus de fautes encore que d’habitude. Douleur un peu moins forte que la nuit mais les mouvements restent difficiles. 10:44:40 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Plus accès à Twitter, même le Twitter des autres. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille à Auvillar, taureau de bronze de Délie Duparc, maison médiévale, vue sur la Garonne prise de l‘ancien couvent des Ursulines. Bain, lecture par Pierre de Michelet, septembre 1793, toute puissance apparente des hébertiste qui exigent la tête des Girondins, ceux qui la leur refuseraient seraient perdus, ce qui est le cas de Danton. Robespierre fait le dos rond et attend. Lecture interrompue par des visiteurs tôtifs, suivis d’assez nombreux autres. Dictionnaire, écrit une troisième préface. Twitter décidément impossible d’accès, je crois plus à un sabotage qu’à une expulsion, qui est généralement signalée. Atelier, Enjambements IV et Devon. Dîner, restes de daube de sanglier, riz, saint-nectaire, buzet, glace au rhum et aux raisins, biscuits. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement, sous les étoiles. Massage des épaules, avec une pommade à l’odeur délicieuse. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 19 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 20 août 2020, 10 h 19
modifiée le vendredi 21 août 2020, 10 h 25
Jeudi 20 août 2020.
Semaine 34, Saint Bernard — 233/133. Plieux. Nuit beaucoup moins pénible que les deux précédentes, assez bien dormi, même. Un peu de mal à me lever, mais la douleur s’est beaucoup estompée. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dalle de verre, fleur ou épi, de Thierry Nadot, né en 1963, Auvillar, syndicat d’initiative, mardi 18 août 2020. Twitter toujours inaccessible. Dernière connexion le 19/08/2020 à 10h37 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.507,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 19/08/2020 -1.507,35 € /// À venir -235,06 € | Prévisionnel -1.742,41 € /// Débiteur depuis 17 jours /// 19/08 VERSEMENT ESPECES DU 19/08 A 10H03 +150,00 € (billets de visiteurs du château) /// Quatrième émission sur Fanon, mais Céline passe l’aspirateur, je n’entends rien. Agenda. 10:19:03 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire, troisième préface, interventions diverses. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 18 août dans le Tarn-et-Garonne, halle d’Auvillar, jolie maison en mauvais état à Auvillar, château de Brassac vu de loin. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Révolution française, septembre 1793, situation toujours plus horrible, chacun ne parlant plus que sur fond d’échafaud. Visiteurs, lis Duras. L’impossibilité d’accès à Twitter fait perdre beaucoup de temps, mais la précieuse Mme Ruelle trouve la solution en recommandant tout simplement de fermer l’appareil et de le rouvrir (ce qui prend près d’une heure). Dictionnaire. Atelier. Enjambements III (?). Grand Devon. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, chapitre contre l’armée, les officiers et surtout Weygand. Dîner, accras, buzet, poire et figues du jardin à la vapeur. Promenade avec Pierre sous les étoiles, cette fois avec une tablette portant une carte des étoiles (ce que nous prenions pour le Sagittaire est plutôt le Scorpion). L’Arrière-Pays. Journal. Couché peu avant deux heures.    

lire l’entrée du jeudi 20 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 21 août 2020, 10 h 36
modifiée le samedi 22 août 2020, 10 h 11
Vendredi 21 août 2020.
Semaine 34, Saint Christophe — 234/132. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures moins vingt, encore un peu endolori mais plus rien à voir avec les douleurs des jours et surtout des nuits précédents. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château assez laid de La Chapelle, à Saint-Paul-d’Espis. Comptes :    Dernière connexion le 20/08/2020 à 10h13 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.507,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 20/08/2020 -1.507,35 € À venir -235,06 € | Prévisionnel -1.742,41 € /// Débiteur depuis 18 jours /// (aucun mouvement). Cinquième et dernière émission sur Fanon, tandis que j’écris ceci. Agenda. 10:35:42 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Bouloc, Tarn-et-Garonne, le mardi 18 août 2020 — abside-tour en partie romane de l‘église Saint-Sauveur, belle maison médiévale dans la village, vue “générale” avec Saint-Sauveur et son clocher. Bain, lecture par Pierre de Michelet, la bataille de Wattignies, octobre 1793. Exécution de la reine, vite expédiée par l’historien, sans un mot sur l’abject procès. Visite à deux heures demie, sur rendez-vous, de MM. Vannier et Nourrissier, porteurs d’un “pastis” de Lectoure, où ils séjournent à l’hôtel des Doctrinaires. Café et “pastis”, donc, avec eux et Pierre, assez souvent interrompus par des visiteurs à billets. Ils montent au sommet de la tour avec un groupe. S’en vont vers cinq heures, à bicyclette (de l’hôtel ?). Dictionnaire, article “glottophobie”. Atelier, rosi mais sali le grand Devon II, le dénouement s’éloigne, comme souvent. Éclairci le ciel, aussi. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, plaidoyer pour une Europe menée par l’Allemagne. Dîner, macaroni à la sauce bolognaise, salade verte, glace au rhum et aux raisons avec restes du “pastis” des visiteurs. Promenade avec Pierre sous les étoiles, mais le ciel est relativement couvert. Journal. Tweets III, rattrapage. Couché à minuit. 

lire l’entrée du vendredi 21 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 22 août 2020, 10 h 23
modifiée le dimanche 23 août 2020, 9 h 42
Samedi 22 août 2020.
Semaine 34, Saint Fabrice — 235/131. Plieux. Pas trop bien dormi, douleurs au dos, aux épaules et à la nuque revenues, dû prendre un comprimé de paracétamol au milieu d la nuit. Ensuite c’est Pierre qui est assez agité. Levé peu avant huit heures. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et retable baroque de l’église Saint-Pierre d’Auvillar, avec une grande Assomption non moins baroque, c. 1699, mardi 18 août 2020. Comptes : Dernière connexion le 21/08/2020 à 10h32 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.507,35 € /// Crédits -67.742,76 /// Solde au 21/08/2020 -1.507,35 € /// À venir -235,06 € | Prévisionnel -1.742,41 € /// Débiteur depuis 19 jours /// Aucun mouvement. Agenda. 10:23:28 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 18 août dans le Tarn-et-Garonne, prieuré de Pommevic, ensemble et chapiteau, autre image de l’église Sainte-Livrade de Touffailles. Bain, lecture par Pierre de Michelet, octobre-novembre 1793, mais cette lecture passionnante m’est désormais insupportable, comme l’exposé de la vie dans les camps ou les romans sadiques d’Hervé Guibert — rarement l’esprit humain aura atteint pareille aberration (procès et exécution des Girondins, dans une relative indifférence ; remarques intéressantes de Michelet sur l’exécution de Mme du Barry, qui est la seule à susciter quelque émotion parce qu‘elle résiste et se plaint, alors que tous les autres mettent un point d‘honneur à mourir dans la dignité, ce qui suscite dans la foule un sentiment de routine blasée). Pas mal de visiteurs, lis Marx (Le 18-Brumaire de Louis Bonaparte). Deux communiqués pour le CNRE, l’un sur la révolte des commerçants à Palavas-les-Flots “138. L’été des Longs Couteaux”), l’autre sur les tags à Oradour-sur-Glane (“Les deux négationnismes”). L’après-midi y passe, pas de Dictionnaire. Atelier, grand Devon, réparé les salissures de la veille, dues au noir des fils barbelés. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, tableau général de l’Europe pacifique sous la houlette allemande qu’il fantasme. Dîné aux nouvelles, gratiné de macaronis sauce bolonaise aux courgettes, poire à la vapeur et biscuits. Revu L’Assassin habite au 21, d’Henri-Georges Clouzot, 1942, avec Pierre Fresnay, Suzy Delair et “tout le monde”. Promenade avec Pierre sous les étoiles, mais non, ciel couvert, il n’y en a pas. Bien endolori de nouveau. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 22 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 23 août 2020, 9 h 46
modifiée le lundi 24 août 2020, 12 h 04
Dimanche 23 août 2020.
Semaine 34, Sainte Rose — 236/130. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Autoportrait de la nuit, bien, et dét. d’une dalle de verre de Thierry Nadot, vue à Auvillar le mardi 18 août. Déjeuner dans la salle des Pierres avec Pierre. Massage du dos. Agenda. 09:45:35 /////// Été au monument aux Morts à dis heures, pour le rendez-vous hebdomadaire, ou j’étais seul (avec Pierre pour le photographie). Intense activité twitoriale. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au monument aux Morts, justement ; vue de la tour Sainte-Mère dans le soleil du matin, au retour ; et beau taureau de Délie Duparc, vu à Auvillar le mardi 18 août 2020, avec d’autres de ses sculptures. Pas mal de visiteurs, lis surtout Duras, Les Impudents, dans la tour Saint-Clar, et Olivier Coron, “La part manquante”, article d’une revue de psychanalyse. L’Arrière-Pays, tweets encore. Atelier, grand Devon, et Enjambements IV. Dîné plus ou moins “de fête”, poulet au lard et au citron, pommes de terre nouvelles, pavé du Forez, glace au rhum et aux raisins, tout cela excellent mais entraînant malheureusement chez moi tranchées et autres troubles gastriques, de sorte que c’est un peu cher payé (je crois que c’est surtout le “jus”, pur beurre fondu, dont j’abuse). Fort retour des douleurs au dos, au cou et au crâne, pour compléter le tableau. Vu Vice, film d’Adam McKay sur le vice-président Dick Cheney, 2018, avec Christian Bale, méconnaissable, comme ce semble être la nouvelle mode. Promenade avec Pierre sous les étoiles, mais je suis trop courbatu et endolori pour les regarder. Journal (doléances physiques). Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du dimanche 23 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 24 août 2020, 12 h 13
modifiée le mardi 25 août 2020, 9 h 58
Lundi 24 août 2020.
Semaine 35, Saint Barthélemy — 237/129. Plieux. Pas trop mal dormi, levé à sept heures vingt. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne.  Beau temps frais, très agréable. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très semblable aux précédents (après massage), et détail des vitraux anonymes, c. 1950-1960, de l’ancienne chapelle des Ursulines d’Auvillar, aujourd’hui office du tourisme. Crise de tweets, again (mais certains assez “théoriques”, à conserver). Grand retard, en conséquence. Chiens Le Coz très pénible (Pierre est sans doute dans le jardin, ce qu’il ne supporte pas). Agenda. 12:12:31 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Auvillar le mardi 18 août, deux des vitraux anonymes de l’ancienne chapelle des Ursulines, auj. office du tourisme, c. 1950-1960, ensemble et détail, et vue de l’hôtel des Consuls, XVIe-XVIII s. Bain/ Lecture par Pierre de Michelet, automne 1793, Chaumette, toutes les bonnes œuvres de la commune de Paris. Visiteurs. Lu Les Impudents. Écrit un brouillon de lettre pour le convocation de l’assemblé générale du CNRE, soumis au petit comité (Ouchikh, Piquemal, Martel, Meyer, Ruelle, Pincemin). Dictionnaire, article “glottophobie”. Atelier, Enjambements IV, et grand Devon. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, contre Vichy, anglophile et enjuivé (il n’y avait pas de censure, sous Vichy ?). Dîné de restes abondants, demi-poulet froid, mayonnaise, macaroni et courgettes, brique du Forez, glace au rhum et aux raisins. Vu Hail Caesar, Ave César, de Joel et Ethan Coen, 2016, avec l’excellent  Josh Brolin, George Clooney et le joli Alden Ehrenreich, le plus séduisant sourire masculin d’Holywood. Promenade sous les étoiles avec Pierre. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 24 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 25 août 2020, 10 h 13
modifiée le mercredi 26 août 2020, 19 h 12
Mardi 25 août 2020.
Semaine 35, Sainte Monique — 240/126. Plieux. Pas trop mal dormi, levé tôt, un peu avant sept heures, Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et maison moderne à l’entrée nord-ouest de Miramont-de-Guyenne, 11 août 2020 (retour de Duras et du Platier, hélas trop tard pour la lumière). Message de Philippe Martel, qui est à l’hôpital avec le coronavirus et qui me prévient que Buhler se multiplie sur le réseaux sociaux et surtout sur Yahoo contre moi et maintenant contre lui et maniaient contre lui qui a pris mon parti, lui écrivant (à lui Martel) : « Allez vas-y porte plainte qu’on rigole. En attendant j’ai écrit au ministre  [?] faut pas me prendre pour un con je suis dangereux ». Agenda. 10:12:50 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Parlé à Me Rimokh. Parlé à Philippe Martel, très fatigué, qui est à l’hôpital à Dijon. Tweets III, mise à jour. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, la grande déchristianisation de l’automne 1793. Quitté Plieux avec Pierre à une heure et demie. À Fleurance à deux heures, chez le marchand de lunettes de la place de l’hôtel de ville, qui n’est même pas encore ouvert. Choix de lunettes, essai, le tout en vertu d’une ordonnance de Montauban le 28 (janvier), son exécution avant été retardée par le coronavirus et par la gêne financière. En effet, 640 €. Mais grâce à l’intervention de la mutuelle il restera seulement 104 €, plus une autre paire, 80 €. Très grande chaleur. Passé prendre Jeanne Lloan, chez elle, pour une exédition en Albret, sur les traces de George Sand et d’Adèle de Batz de Tranquelléon, fondatrice des Filles de Marie-Immaculée. Lectoure. Francescas. Tartifiume (sic). Château de Cazal-du-Bos, ou Cazau-du-Bos, parce que Georges Sand y rendit visite à Armand de Gramont (?). Nérac. Château de X., après Nérac, et château de Séguinot, immense, qui tombe en ruine. Lavardac. Remonté le cours de la Baïse sur la rive droite, vers Nérac, par une terrible chaleur, pour tâcher de voir mieux Séguinot, X. et Lamothe-Monrepos, je crois. Approché de la Baïse face à Séguinot, mais l’immense château en ruines (fin XVIe ?) est alors parfaitement à contre-jour, sur l’autre rive, et une rangée d’arbres interrompt le regard sur son interminable façade. Re-Lavardac. Barbaste, le moulin, toujours superbe (il me faudrait ça sur l’Artense). Lausseignan (où est enterré Casimir Dudevant, mais je ne le savais pas). Trouvé sans mal le château de Guillery, demeure de George Sand mariée, 1825-1826. Marché autour de la maison, sans oser trop en approcher, mais nous la voyons tout de même assez bien.  Pompiey, dont elle dépend. Xaintrailles, pour une fois très ouvert — faisons le tour du château dans le parc, sous une lumière parfaite. Ambrus, très beau château, que pareillement nous voyons assez bien, non sans toutefois un échange assez serré avec le propriétaire, ou locataire, pas trop aimable, mais je l’apaise. Trenquelléon, où naquit en 1789 Adèle de Batz de Trenquelléon, beau château de 1771, très homogène, près de Feugarolles, et que nous arrivons aussi à voir tant bien que mal. Avions envisagé de dîner à Nérac dans une brasserie repérée à l’allée, mais au retour elle nous plaît moins, et le gérant est un peu cavalier. Autre tentative à La Romieu, mais “Le Cardinal” est complet. À Fleurance les deux restaurants asiatiques sont fermés. Raccompagnons Mme de Lloan chez elle. Rentrés à Plieux vers dix heures. Austère dîner de pois chiches et d’aubergines en regardant la fin d’un film sur les féministes d’un bord et de l’autre à la fin du mandat de Carter et lors de l’élection de Reagan. Journal, mais en luttant contre le sommeil. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mardi 25 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 26 août 2020, 19 h 27
modifiée le jeudi 27 août 2020, 9 h 10
Mercredi 26 août 2020.
Semaine 35, sainte Natacha— 239/127. Plieux. Beaucoup dormi, même pas réveillés par Céline dans la bibliothèque, levés à neuf heures moins le quart, pas trop de douleurs. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, au retour de Guillery et de Trenquelléon, et château de Guillery, 1789 ou 1816 (plus vraisemblable), malheureusement à contre-jour. Journée sotte, crise de tweets, et pas de la meilleure veine, malgré quelques plaisanteries à succès. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, château de Trenquelléon (à contre-jour comme Guillery [corr. autom : “Guilleret”]), château de Xaintrailles, château d’Ambrus, id. Visiteurs, de Chamalières (d’après leur chèque). Lis Duras, Les Impudents. Énorme retard, grand mécontentement de moi. Comptes : Dernière connexion le 22/08/2020 à 10h19 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -957,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 25/08/2020 -957,35 € /// À venir -258,05 € | Prévisionnel -1.215,40 € /// Débiteur depuis 23 jours ///      25/08 VERSEMENT ESPECES DU 25/08 A 13H48 +150,00 € (visiteurs du château) /// 24/08 VIREMENT DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA MOTIF: YYW1010084984556 - REF : YYW1010084984556 PAYPAL VIREMENT +400,00 € //// Agenda. 19:26:32 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Atelier, grand Davos (lapsus calami, pour Devon), rosi les champs. Lecture par Pierre de Rebatet, Les Décombres, avenir de la France telle qu’il la voit en 1943. Dîné aux nouvelles, petits pavés de semoule, jardinière de légumes, poire à la vapeur et financier. Revu Pépé le Moko, de Julien Duvivier, 1936, avec Jean Gabin et Mireille Balin. Promenade sous les étoiles avec Pierre, jusqu’à l’embranchement. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Couché à une heure et demie.    

lire l’entrée du mercredi 26 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 27 août 2020, 9 h 19
modifiée le vendredi 28 août 2020, 11 h 28
Jeudi 27 août 2020.
Semaine 35, Sainte Monique — 240/126. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures moins vingt. France Culture, émission sur la rentrée littéraire, Marie-Hélène Lafon. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et bonne vue de l’église Saint-Christophe de Vianne dans le soleil couchant. Beau temps, douleurs lombaires presque entièrement apaisées. Comptes : Dernière connexion le 26/08/2020 à 19h22 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -957,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 26/08/2020 -957,35 € /// À venir -258,05 € | Prévisionnel -1.215,40 € /// Débiteur depuis 24 jours /// Aucun mouvement. Agenda. 09:19:31 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mis en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 25 août 2020, château de Cazal du Bos à Fieux, manoir de Moulia-Bas id., château de Séguinot vu de l’autre rive de la Baïse. Bain lecture par Pierre de Michelet, automne 1793, la déchristianisation, Robespierre espérance des prêtres. Visiteurs, lu Duras, Vioulac et Blanchet. Dictionnaire, interventions diverses (remplacement / substitution). Atelier, grand Devon, presque achevé. Lecture par Pierre de Rebatet, fini Les Décombres. Dîné aux nouvelles, accras de morue, jardinière de légumes, poire à la vapeur, shortbread. Vu Jungfrukällan, La Source, 1959, de Bergman, avec Max von Sydow, puis la quatrième émission d’une série documentaire sur Bergman, étonnamment à charge (c’était un tyran qui terrorisait le milieu culturel suédois et éliminait tous ses potentiels rivaux). Promenade avec Pierre sous les étoiles. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 27 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 28 août 2020, 12 h 17
modifiée le samedi 29 août 2020, 9 h 32
Vendredi 28 août 2020.
Semaine 35, Saint Augustin — 241/125. Plieux. Sommeil assez agité, rêves (pas désagréables). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et moulin de Basbaste le mardi 25 août 2020. Matinée trop tweeteuse qui s’achève par un nouveau blocage de Twitter, d’où mon icône même a disparu (au moins à mes yeux). Comptes : Dernière connexion le 27/08/2020 à 09h17 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -957,35 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 27/08/2020 -957,35 € /// À venir -258,05 € | Prévisionnel -1.215,40 € /// Débiteur depuis 25 jours (aucun mouvement) /// Twitter rétabli. Agenda 12:17:33 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Trois photographies du peu photogénique château de Xaintrailles, Lot-et-Garonne, mardi 25 août 2020. Bain. Lecture par Pierre de Michelet, Histoire de la Révolution française, décembre 1793, querelles de pouvoir autour de la question religieuse sur fond de guillotine pour tous, établissement de la dictature robespierriste. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écrit au général Piquemal et aux membres du comité exécutif du CNRE. Écrit au professeur Drici (la veille, à M. de Sauriat et à David Sexton). Visiteurs, lu Duras, Les Impudents. Dictionnaire, interventions diverses. Atelier, grand Devon, fignolages de détails, fenêtres, rivages, etc. Lecture par Pierre de la suite du “dossier des Décombres”, Rebatet entre Les Décombres et son emprisonnement à Clairvaux. Dîner aux nouvelles, saumon cru, riz, saint-nectaire, côtes de saint-mont, poire à la vapeur et très bon machin [mot m’échappe] [cannelé] de Bordeaux. Vain surf télévisuel, vu quelques minutes du Petit Baigneur, marché avec Pierre sur le plateau, ciel couvert, pas d’étoiles. Dictionnaire. Journal. Couché peu après minuit. 

lire l’entrée du vendredi 28 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 29 août 2020, 9 h 31
modifiée le dimanche 30 août 2020, 17 h 55
Samedi 29 août 2020.
Semaine 35, Sainte Sabine — 242/124. Plieux. Pierre agité, levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre vue de château de Xaintrailles aux mille visages, mardi 25 août 2020. Émission de Finkielkraut sur le contingence. Comptes : Dernière connexion le 28/08/2020 à 12h14 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -927,09 € /// Crédits -67.742,76 € /// Solde au 28/08/2020 -927,09 € /// À venir -838,49 € | Prévisionnel -1.765,58 € /// Débiteur depuis 26 jours /// 28/08 VIREMENT DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET CRATI MOTIF: IRCEC:RAAP 08-08 - REF : IR +30,26 €  /// Agenda. 09:31:24 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne (le mot “nègre“). Mis cette entrée dans le Dictionnaire, article “négre”. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du malheureux château de Séguinot, 1593, à Nérac, le mardi 25 août 2020 — les ai envoyées à Stéphane Bern, au titre de la sauvegarde du Patrimoine). Bain, lecture par Pierre de Michelet, ou plus exactement de la notice de la Pléiade au dernier livre de l’Histoire de la Révolution française. Dictionnaire, pas mal travaillé toute l‘après-midi, malgré les interruptions dues aux visiteurs. Atelier, les Enjambements. Lecture par Pierre du “Dossier Rebatet”, le procès, la condamnation à mort, la grâce, Clairvaux. Dîné aux nouvelles, inattendu boudin antillais acheté sur un stand du marché de Fleurance, jardinière de légumes, saint-nectaire, côtes de saint-mont, poire à la vapeur et bon cannelé de Bordeaux. Vu Razzia sur la chnouf, 1954, d’Henri Recoin, avec Gabin, Ventura, Remi, Magali Noël et le pauvre Dalio. Promenade avec Pierre sur le plateau, nuit étonnamment froide, très lumineuse malgré le ciel couvert, sans étoile. L’Arrière-Pays, affaire Obono, me décide tardivement à intervenir, totalement seul de mon avis, apparemment (Mme la députée n’est absolument pas insultée). Journal, sur la méchanceté. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 29 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 30 août 2020, 17 h 58
modifiée le mardi 1er septembre 2020, 11 h 33
Dimanche 30 août 2020.
Semaine 35, Saint Fiacre — 243/123. Plieux. Levés tard, à neuf heures moins le quart. L’Arrière-Pays, affaire Obono, suite — Joachim Som-Forget est du même avis que moi, et finalement nous entraînons un certain nombre d’adhésions. Déjeuné dans la salle des Pierres avec Pierre. Été à dix heures au monument aux Morts avec Pierre. L’Arrière-Pays, suite de l’affaire Obono, beaucoup d’agitation, y compris de ma part, et sans doute de temps perdu. Autre affaire, qui me touche plus directement, un M. Salazar, professeur d’université en Afrique du Sud, qui est venu ici il y a un an ou deux, publie chez Plon un livre intitulé “Suprémacistes”, dans lequel un chapitre m’est consacré. Échanges polis avec lui, au cours desquels il m’explique que le titre n’est pas de lui, lui a été imposé par l’éditeur. Songe néanmoins à un procès en référé, mais Me Rimokh dit que je vais me ruiner. Le Jour ni l’Heure, envois du matin et de la mi-journée groupés, autoportrait de la nuit, autre vue de Trenquelléon le 25 août, le rendez-vous au monument aux Morts le matin même (personne), carton “les seuls indigènes et indigénistes c’est nous”, Pierre à Guillery le 25 août. Bain, lecture par Pierre de Michelet, décembre 1793, établissement de la dictature robespierriste. Visiteurs. Suites de l’affaire Obono. Parlé à Me Rimokh à propos de l’affaire Salazar. Conseille une lettre au procureur, qui naturellement ne donnera pas suite. Lis Les Impudents. Agenda. 18:32-1:44 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dictionnaire, un peu  (1.084.598 signes). Atelier, Enjambements. Lecture par Pierre de dossier Rebatet, introduction et début de L’Inédit de Clairvaux. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et aux carottes, assez ratée, salade verte aux nois, poire à la vapeur et confiture de poire. Vu The Second Woman, La Deuxième Femme, 1952, de James Kern, incompréhensible remake de Rebecca en série B, avec une amusante maison à la Frank Lloyd Wright. Promenade avec Pierre sous les étoiles. Journal (l‘affaire Obono). Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 30 août 2020 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 1er septembre 2020, 12 h 22Lundi 31 août 2020. Semaine 36, Saint Aristide — 244/122. Plieux. Levé vers sept heures et demie. Pierre va au collège (rentrée des professeurs). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue partielle du château d’Ambrus, Lot-et-Garonne, mardi 25 août 2020. Oublié l’agenda. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne publique. Le Jour ni l’Heure, château de Guillery, vue latérale, 25 août ; carton, “Les seuls indigènes et assimilés en France, c’est nous. Etc.” ; tour d’enceinte de Vianne, Lot-et-Garonne, 25 août 2020. Bain. Visiteurs, couple d’un certain âge, très gentil, qu’on croirait un ménage mais ils habitent à cinquante kilomètres l’un de l’autre, elle à Malause, lui de Montagnac-sur-Auvignon. Montons au sommet de la tour Sainte-Mère. Paraissent très satisfaits. Communiqué du CNRE n° 140, l“Affaire Obono”. Retour de Pierre. Dictionnaire, article “bathmologie“. Atelier, Enjambements et grand Devon. Dîner aux nouvelles, restes de tarte aux champignons, œuf à cheval, tranches d’aubergines ; poire à la vapeur et confiture de poire. Revu The Imitation Game, 2014, de Morten Tyldum, avec Benedict Cumberbatch. Promenade avec Pierre sous les étoiles, nuit fraîche et très claire, chemin blanc, beau ciel. Journal (Supremacistes). Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du lundi 31 août 2020 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site