Le Jour ni l’Heure
septembre 2019

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 1er septembre 2019, 19 h 53
modifiée le lundi 2 septembre 2019, 10 h 34
Dimanche 1er septembre 2019.
Semaine 35, Saint Gilles — 244/121. Plieux. Bien et beaucoup dormi, levés tous les deux après neuf heures. Tweets, réduction. Déjeuné en bas avec Pierre, petits gâteaux de boulanger, très bons. Poursuivi la réduction de Tweets jusqu’à passer sous la barre des 930.000 (l’avancée est de plus en plus lente). L’Arrière-Pays, crise de tweets, principalement autour de l’affaire Yann Moix qui prend un tour passionnant et, de mon point de vue, hilarant. Moix reçu en vieil ami par Marc Weitzmann,  qui a lancé l’“affaire Camus”, en 2000. Le Jour ni l’Heure, envois rituels du matin en guise d’envois de la mi-journée, autoportrait de la nuit et Alexandre Cabanel, Phèdre, 1880, musée Fabre, Montpellier, le mardi 27 août 2019. Journée calme (ici, mais très agitée sur les réseaux). Deux visiteurs. L’Arrière-Pays, suite. Agenda. 19:52:11 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, salade verte, pellehaut, excellente tarte aux figues de la veille, avec de la glace au rhum et aux raisins comme la veille. Émission anglaise sur les débuts de la guerre de Cent Ans, avec une jeune historienne pour moi stupéfiante mais que Pierre trouve tout à fait normale, apparemment. Sortis sans le ceinte, été marché sur le chemin de la Rouquette, en se garant à la Rose des Vents. Aucun bruit. Journal, Moix reçu par Weizmann, rédaction, relecture, mise en ligne [Non, erreur, vérification faite : ni relecture ni mise en ligne, zut]. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du dimanche 1er septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 septembre 2019, 10 h 39
modifiée le mardi 3 septembre 2019, 12 h 38
Lundi 2 septembre 2019.
Semaine 36, Sainte Ingrid — 245/120. Plieux. Réveillé tôt, levé à six heures et demie. Tweets, réduction. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit à la fenêtre, et Marie-Madeleine, de Bioulès, musée Fabre, le mardi 27 août. Électricité saute (Céline ?), du coup l’ordinateur aussi, beaucoup de temps perdu. Agenda. 10:38:36 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, réduction, passé sous la barre de 920.00 signes mais ensuite ça repart à la hausse à cause des importations récentes. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises le mardi 27 août çà Montpellier et alentour, deux tableaux de Bioulès à son exposition, portrait de femme, fusain sur toile, et L’Étang de l’or (petit détail), plus le château de Notre-Dame-de-Londres. Pas d’eau au second, bain au premier étage, lecture par Pierre d’Henri Martin, éloge véhément de Dupleix, sa trahison par Versailles ; puis on passe au Canada, et la condamnation du gouvernement de Louis XV n’est pas moins acerbe (« jamais un pouvoir n’a trahi son peuple à ce point » — que dirait-il aujourd’hui…). Fini avec Pierre l’excellente tarte aux figues, avec du café, dans la cuisine. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Répondu sur Twitter à Jean-Yves Le Gallou. Écrit à Grégory Roose, qui téléphone aussitôt. Répondu à un notaire d’Aubière qui s’occupa de la succession de ma tante, laquelle m’a légué, entre autres babioles, « un petit tableau signé Claude Lorrain » (!!!) (ce semble une contradiction dans les termes). Tweets, réduction, 925.000 signes (c’est décourageant). Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, jardinière de légumes et champignons, tarte aux poires. Revu un film bêta avec Mel Gibson et Helen Hunt, What Women Want, Ce que veulent les femmes, 2000, de Nancy Meyers. Promenade avec Pierre sur le flanc nord, descends par l’avenue Lou Tapet, remontés sous la maison Lavauden, mais j’en ai un peu assez de ces promenades par des nuits noires, de plus en plus difficiles. Journal, assez longuement. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 2 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 3 septembre 2019, 16 h 00
modifiée le mercredi 4 septembre 2019, 9 h 54
Mardi 3 septembre 2019.
Semaine 36, Saint Grégoire — 246/119. Plieux. Réveillé par Pierre à son départ, levé à sept heures, relu et mise en ligne l’entrée de journal de la veille, puis l’ai envoyée à Élisabeth Lévy qui me demandait samedi un texte pour Causeur. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et très jolie petite aquarelle vuillardesque de Bioulès vue le 27 août à Montpellier, Ma chambre à l’annexe de l’hôtel Etche-Ona, Cauterets, juillet 2019. Nouveau message d’Élisabeth Lévy, trop tard pour publier le texte, en demande un autre, sur le paysage. L’Arrière-Pays. Tél. du paladin Rimokh qui veut maintenant attaquer en justice Weitzmann et Moix pour l’émission de dimanche. Attaque de boulimie, en attendant, boîte de mousse de canard d’un coffret récemment offert, vin du Rhin apporté par M. St. (l’historien), tarte aux poires faite hier par P. avec les poires du jardin Loichot. Le Jour ni l’Heure, deux œuvres de Vincent Bioulès photographiées au musée Fabre le 27 août, beau portrait posthume de Marc Devade,  1990, et pic Saint Loup le 15 décembre 2003. Burlesque de Strauss à l’émission de Szymczak, avec Martha Argerich, mais où est passée Anne Charlotte Rémond ? Agenda. 15:59:51 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, réduction, mais ça n’avance plus guère. Bain en haut. Été avec Pierre et le chien Vidocq (qu’ils trouvent très ragaillardi sous notre administration) chez les C.-L. pour leur porter le catalogiue Bioulès en passant par le flanc nord et en entrant chez eux par le bas du jardin, jolie expérience très proustienne [correction automatique : “prussienne” !!!!!!!!!!!!!!!!!]  (et wittgensteinienne). Bavardé un peu avec eux sur leur terrasse. Repartis par le bas du jardin Lavauden, descendus tout droit à travers champ jusqu’au jardin Maryse-Claverie, que contourné, remontés par la route et l’avenue Lou Tapet. Tweets, enlevé un tweet. Diné aux nouvelles, bâtons florentins, salade verte, fini la tarte aux poires. Vu deux épisodes d’une série américaine très violente (psychologiquement), Billions, prétexte à d’excellents numéros d’acteurs. Écrit à Me Rimokh (dans un sens dubitatif et modérateur). Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 3 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 4 septembre 2019, 10 h 12
modifiée le jeudi 5 septembre 2019, 9 h 50
Mercredi 4 septembre 2019.
Semaine 36, Sainte Rosalie — 247/118. Plieux. Rendormi après le départ de Pierre, levé à huit heures moins dix. Beau temps, montgolfière, grand silence. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et grand tableau romantique de Théodore Gudin au musée Fabre le 27 août 2019, Le Mont Saint-Michel sous l’orage, 1830 (mais comment écrit-on Mont-Saint-Michel ? Je m’aperçois que je ne l’ai jamais su. Le cartouche dit Mont-saint-Michel, ce qui n’est certainement pas correct). Comptes : Dernière connexion le 31/08/2019 à 11h49 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 606,54 € /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 03/09/2019 606,54 € /// À venir -1.363,64 € | Prévisionnel -757,10 €  ///  03/09 COMMISSIONS COTISATION A UNE OFFRE GROUPEE DE SERVICES ESPRIT LIBRE -19,35 € /// 03/09 FRAIS TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € /// 30/08 PAIEMENT CB ARMAND THIERY DU 13/08 A AUCH -159,94 € (chemises) /// 30/08 VIREMENT DE DAVID JORDAN MOTIF: VERSEMENT DE SOUTIEN - REF : DA001000-190829-14-6539 +100,00 € (mécénat) /// 30/08 PAIEMENT CB BLURB INC (ÉTATS-UNIS) DU 13/08 -93,68 € /// 30/08 PAIEMENT CB SARL MAZZONETTO DU 14/08 A LECTOURE -26,60 € (réparation tondeuse ?) //// 30/08 PAIEMENT CB FNAC DU 27/08 A MONTPELLIER -21,99 € /// 30/08 COMMISSIONS FRAIS DE LETTRE D INFORMATION POUR COMPTE DEBITEUR NON AUTORISE DUREE DEPASSEE -20,00 € /// 30/08 PAIEMENT CB FLEURONS LOMAGN DU 14/08 A LECTOURE -16,84 € ///  Agenda. 10:11:57 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Longue conversation téléphonique avec Me Rimokh, à propos de MM. Weizmann & Moix. Tweets, réduction. Grand et beau silence (vacances du chien Le Coz ?). Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 27 août en pays montpelliérain, deux tableaux de Vincent Bioulès, Nature morte, 1959, et Daphné, 1999, plus le château de Cambous avec son affreuse fontaine, pour « Arrêtez le massacre ! ».  Bain, mais pas de lecture d’Henri Martin car Szymczak consacre sa semaine à Richard Strauss. Reçu À la première personne, d’Alain Finkielkraut, dédicacé à Renaud, ami perdu [et à Pierre, qu’il me tarde de lire] (même Élisabeth Lévy est au courant du livre de Pierre, L’Apologie pour Hérodote). Écrit à Élisabeth Lévy, justement. Écrit à Mme Gross, du Spiegel. Écrit à une journaliste italienne. Thé avec Pierre. Journal. Mise en ligne de la brève entrée de la veille, oubliée. Dîné aux nouvelles, coquillettes pour chien, champignons, carottes; courgettes, autre tarte aux figues, et aux mûres. Vu Summertime, L’Estate adosso, 2017, bluette en parie homosexuelle de Gabriele Mucino. Promenade avec Pierre sur le chemin du bas, sans le chien ; quart de lune, assez lumineux, mais nuit étonnamment fraîche, pour ne pas dire froide. Journal, entrée du jour, relecture et mise en ligne (je crois). Tweets, réduction, 912.000 signes. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 4 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 5 septembre 2019, 10 h 00
modifiée le vendredi 6 septembre 2019, 9 h 24
Jeudi 5 septembre 2019.
Semaine 36, Sainte Raïssa — 248/117. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures moins vingt, après le départ de Pierre. Temps gris et frais, mais qui semble s’illuminer un peu. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château de Castries, plus ou moins de traviole (chantier interdit et surtout voitures, camions dans la cour), mercredi 28 août 2019 (me suis trompé sur la date, dois corriger). Comptes : Dernière connexion le 04/09/2019 à 10h05 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 490,64 € /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 04/09/2019 490,64 € /// À venir -1.247,74 € | Prévisionnel -757,10 € /// 04/09 PRELEVEMENT CANALSAT DU 04/09 - MOTIF : PRLV CANAL ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819001A19090400760000646791791 LIB -76,00 € /// 04/09 PRELEVEMENT CANAL PLUS DU 04/09 - MOTIF : PRLV CANAL+ ABONNEMENT MENSUEL - REF : 14096819003A19090400399000646957418 LIB -39,90 €  ///  Agenda. 10:00:01 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, réduction. Tél. de Philippe Martel. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de 27 et 28 août 2019 en pays montpelliérain, Anne II, 1991-1992, de Vincent Bioulès, au musée Fabre le mardi 27, châteaux de Pondres et de Villevieille, tous les deux dans la commune de Villevieille, mercredi 28. Pas d’eau au second étage de nouveau, bain au premier. Tweets, suite de la réduction, toute la journée, avec acharnement. Visiteurs, groupe de six personnes du Nord qui séjournent à Subervie chez M. et Mme Dulau (et en sont enchantés). L’un, M. Dominique Hémery, est le fils du peintre Paul Hémery, 1921-2006, représenté à la piscine. Me fait lui dédicacer le catalogue Leroy. Paraissent très contents de leur visite, que termine Pierre à son retour, pour la tour. Tweets, réduction, maniaquement, pour passer sous la barre des 900.000. Dîné aux nouvelles, gnocchis, champignons et carottes, tarte aux figues. Vu Lacenaire [correction automatique admirable : “Lacunaire” !!!!!], de Francis Girod, 1990, pas mal du tout, avec Daniel Auteuil et un tas de monde. Promenade avec Pierre sans le chien par une nuit noire et un (presque) grand froid, flanc nord, jusqu’au pied du jardin Lavaudan. Au retour, vu un documentaire sur Michel Houellebecq. Remonté très tard, donc,  et néanmoins poursuivi la réduction des Tweets, jusqu’à passer en effet, vers deux heures du matin, sous la barre des 900.000 signes, comme convenu avec moi-même. Journal. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 5 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 6 septembre 2019, 9 h 36
modifiée le samedi 7 septembre 2019, 10 h 52
Vendredi 6 septembre 2019.
Semaine 39, Saint Hermann — 268-97. Plieux. Très peu dormi, réveillé par Pierre à six heures et demie, levé à sept. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Grand Espace rose I, de Bioulès, exposition Bioulès à Montpellier, mardi 27 août 2019. Beau temps, poursuite du grand et merveilleux silence. Comptes : Dernière connexion le 05/09/2019 à 09h56 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -323,46 € /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 05/09/2019 -323,46 € /// À venir -400,51 € | Prévisionnel -723,97 € /// Débiteur depuis 1 jour /// 05/09 PRELEVEMENT PSA FINANCE DU 05/09 - MOTIF : 100P3077570 32 050919 VOTRE IDENTIFIANT ESPACE CLIENT :P0221019349 NOTRE SITE : WWW.PSA-FINANCE-FRANCE.FR - REF : 100P3077570 LIB -742,05 € /// 05/09 PRELEVEMENT CARDIF ASSURANCE VIE DU 05/09 - MOTIF : WY0201015610214541840509190T1 - REF : WY0201015610214541840509190T1317008 LIB -105,18 € /// 05/09 VIREMENT DE APPLE INC MOTIF: CCI : 0133226572,PURPOSE:PUBLISHER ROYALTIES,APPLE - REF : 0133226572 +33,13 €  [????? Apple ? ] /// Agenda. 09:35:34 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, transfert de tweets récents, ce qui fait refranchir à la hausse la barre des 900.000 signes.  Re-réduction. Parlé à ma sœur, dont c’est l’anniversaire. Parlé à David Reinharc. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du 27 août,  La Mort du Précurseur, de Glaize, jeune bourreau roux en culotte bleu vue de dos, musée Fabre, esquisse, c. 1846 ; l’Hérault dans sa partie sauvage, du côté de Saint-Martin-de-Londres ; Cécile, 1986, de Bioulès, exp. Bioulès du musée Fabre. Bain en bas, dernière émission de Szymczak sur Strauss, dernier mouvement de la Symphonie alpestre, puis les Métamorphoses. Visiteurs, un couple de Toulousains très gentils, grands admirateurs de Marcheschi [correction automatique : “Marcherai”]. Journal, rédaction, relecture et mise en ligne, Strauss et Mahler, mais je ne retrouve pas le vieux numéro de L’Arc sur Mahler. Jeanne Lloan ici à huit heures, retournons avec elle, pour son anniversaire, au restaurant de La Romieu qui nous avait plutôt plu le mois dernier à l’occasion du mien — tout se passe très bien, la route, Marsolan et La Romieu superbes, restaurant agréable sinon que je mange beaucoup trop (“buffet” d’entrées, force rillettes, un peu du foie gras de Jeanne, salami, jambon cru, fromage (grec ?) dans l’huile, tarte à la tomate, puis magret de canard, puis sorbet au citron vert) ; et surtout que nous avons pour voisine une femme (“enseignante” ?) extraordinairement grossière qui a dû prononcer trois cents fois le verbe chier pendant son repas et le nôtre (elle serait sans doute bien surprise que l’on puisse trouver cela mal élevé et “nocent”…) Rentrés vers onze heures. Message de M. Pohon, que je croyais disparu — il propose de ne publier d’abord qu’un volume des tweets de 140 signes, avant le passage à 280 ; et même ainsi on a tout de même un volume de 600 pages ! Sinon il faut poursuivre la réduction draconienne. Questions d’une journaliste italienne, mais elles sont presque incompréhensibles. Couché vers minuit et demie. 

lire l’entrée du vendredi 6 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 septembre 2019, 11 h 05
modifiée le dimanche 8 septembre 2019, 12 h 33
Samedi 7 septembre 2019.
Semaine 36, Sainte Reine — 250/115. Plieux. Nuit très agitée, soit parce que j’ai trop mangé, soit à cause des problèmes liés à Tricks, je veux dire Tweets, et des décisions à prendre. Me lève à cinq heures, divise la masse des tweets en deux (140 <—> 280, 2013-2017 <—> 2017-2019), puis commence à changer la mise en page du “premier volume” pour gagner de la place. Me recouche à sept heures et demie tandis que Pierre est allé promener le chien. Dors un peu. Retour de Pierre, *. Déjeunons en bas, Céline est en vacances pour presque vingt jours. Émission de Finkielkraut sur l’incendie de Notre-Dame, avec Adrien Goetz et Sylvain Tesson. Poursuite de la réduction des tweets, cette fois non pas en quantité, n’en enlève plus, mais en espace (aligne les sous-titres de la “revue” sur les titres, notamment). Comptes :  Dernière connexion le 06/09/2019 à 09h30 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -333,97 € /// Crédits -79.334,47 € /// Solde au 06/09/2019 -333,97 € /// À venir -390,00 € | Prévisionnel -723,97 € /// Débiteur depuis 2 jours /// 06/09 INTERETS DEBITEURS POUR LA PERIODE DU 01.06 AU 31.08.2019 TAEG : 19,207% FACILITE DE CAISSE ESPRIT LIBRE AU TAUX DE 10,780 -10,51 €  /// Agenda. 11:05:26 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, toute la journée, frénétiquement, conquête d’espace pour un premier volume de tweets de stricte observance (140 signes), conformément au plan Pohon, adopté d’enthousiasme. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 27 août à Montpellier et alentours, Mazeppa, de Louis Boulanger, 1826, musée Fabre, chapelle romane de Saint-Étienne d’Issensac, et Fenêtre à Laubert de Vincent Bioulès, 1974. Café et biscuits avec Pierre, pour lutter contre les attaques de sommeil. Bain en bas, lecture par Pierre d’Henri Martin, affreux récit de la déconfiture française au Canada, dont la responsabilité est entièrement attribuée par l’auteur à l’impéritie de Louis XV et de ses ministres. L’affaire de Minorque, éloge de La Galissonière. Visiteurs, couple séjournant chez les Loichot (reçu par Pierre). Tweets, réduction, sans discontinuer. Dormi tout de même un peu (un quart d’heure). Dîné aux nouvelles, lentilles avec des œufs à cheval, poires et figues à la vapeur avec de la confiture de figues de Mme de Cabestaing. Vu un documentaire sur les voyages officiels des Windsor, et surtout d’Élisabeth II au début de son règne. Promenade avec Pierre sur le plateau, nous garons devant la Rose des vents, marchons de là sur la route de Gramont puis le chemin de La Rouquette, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Temps moins froid que la veille, mais encore assez frais. Journal, la réduction des Tweets. Tél. de M. Pohon, justement, lui envoie ce qui est déjà fait (300 pages sur 596, réduites à 590). Couché peu après minuit. 

lire l’entrée du samedi 7 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 8 septembre 2019, 12 h 44
modifiée le lundi 9 septembre 2019, 9 h 43
Dimanche 8 septembre 2019.
Semaine 36, Nativité de Notre-Dame — 251/114. Plieux. Réveillé tôt, levé tôt, vers six heures et demie. Tweets, réduction du premier volume, suite. Déjeuné en bas avec Pierre à neuf heures. Beau temps, mais retour du chien Le Coz. Tweets, réduction, traité quatre cent pages sur cinq cent quatre vingt six (du fichier Word). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Rosa à Saint-Tropez, de Vincent Bioulès, 1961, Montpellier, 27 août 2019. Agenda. 12:43:20 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, plaque sur la maison de Lawrence Durrell à Sommières le 28 août 2019, et deux tableaux de Vincent Bioulès à l’exposition Bioulès du musée Fabre de Montpellier le 27, Le Mariage du Ciel et de la Terre, 1961, et La Place d’Aix, noire, 1977. Pas d’eau en haut, bain en bas, lecture par Pierre d’Henri Martin, années 1755-1757, tâtonnements diplomatiques vers le renversement des alliances, influence de Conti écartée, traité de Versailles avec l’Autriche. Tweets, suite de la réduction d’espace pour la premier volume, mais toute sorte de difficultés, liés à la confusion des fichiers. Essayé de dormir un peu, avec Pierre, mais nous sommes évidemment réveillés violemment par le chien Le Coz. Grand mal à y voir, ensuite, pendant près d’un heure, je n’arrive presque plus à déchiffrer les textes, sur l’écran (à propos de Tromelin, pour une note). Poursuite du travail mais il est peu efficace, ou bien c’est le texte qui est peu satisfaisant. Relu à peine quatre-vingt “pages” (de fichier) dans la journée contre trois cents la veille. Dîné aux nouvelles, lentilles, pois chiches, semoule, champignons, carottes, sauce au soja. Poires et figues à la vapeur. Grand surf télévisuel, mélange bizarre, documentaire sur Hitler, vieux film américain dont je n’ai pas retenu le titre, Meurtre à Manhattan, de Woody Allen, et très médiocre (à mon avis) film français sur la vie dans les romans en Normandie, avec Fabrice Lucchini, Gemma Bovery, 2014, d’Anne Fontaine. Promenade sur le flanc nord avec Pierre, sans le chien, descendus par la route, remontés plus loin que d’habitude, sous l’église, et rentrés par le bas du jardin Lavaudan. Journal, rédaction, relecture et mise en ligne (la chute de pression). Tweets, réduction, poussé jusqu’à la page 500 (du fichier). Couché vers deux heures.       

lire l’entrée du dimanche 8 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 septembre 2019, 10 h 28
modifiée le mardi 10 septembre 2019, 11 h 02
Lundi 9 septembre 2019.
Semaine 37, Saint Alain — 252/113. Plieux. Assez bien dormi, levés à huit heures moins vingt. Gérard Nouriel aux “Matins de France Culture”, pour son livre contre Zemmour (où il le compare à Drumont). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autoportrait de Vincent Bioulès, 1990, Céret, pour la série Je suis, tu es, vous êtes, ils sont, ou la leçon du temps et de l’amitié, vu à Montpellier, à l’exposition Bioulès du musée Fabre, avec Pierre et Jeanne, le 27 août 2019. Déjeuné en bas avec Pierre. Beau temps. Aboiement Le Coz. Plantage informatique dont je n’ai pas encore mesuré toutes les conséquences, au milieu de cet agenda, que je dois reprendre après avoir dû fermer de force l’appareil, en coupant le courant. Agenda. 10:27:35 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tweets, suite de la relecture, bons rapports, contrairement à la veille, avec le texte, que je réduis encore un peu (pas mal de répétitions, et il va en demeurer, mais disons que ce sont des “variantes”…). Le Jour ni l’Heure, deux Bioulès de l’exposition de Montpellier le 27 août, Dans mon bureau, 28 avril 1965, et Aigues-Mortes, 30 juillet 2003, plus une photographie très “musicale” du plancher ce jour-là, au musée Fabre. Bain en bas, lecture par Pierre d’Henri Martin, années 1755-1756, politique intérieure en France, incessantes querelles religieuses autour de la bulle Unigenitus, disputes entre l’Église de France, moliniste, et les Parlements jansénistes, petits exils des parlements et des parlementaires dans leur campagne. Attentat et supplice de Damien. Café pour lutter contre le sommeil puisque la sieste n’est pas possible. Deux couples de visiteurs, reçus par Pierre. Lu Bioulès. Terminé la relecture des Tweets nouvelle formule (seulement les tweets de stricte observance, à cent quarante signes, selon la brillante idée de M. Pohon), et envoyé le texte (525.000 signes) à M. Pohon. Écrit à une dame Gross, de Spiegel TV, qui doit venir avec une petite équipe dans quinze jours, et un M. Vermer, id. (mais lui sans caméra ni micro, que je sache). Écrit une quatrième de couverture pour Tweets (2013-2017), et l’ai envoyée à M. Pohon. Repris le texte sur Jean-Louis Germain. Bref, été prodigieusement efficace et performant. Dîné aux nouvelles. Jardinière de légumes et semoule, tarte aux figues. Vu Moderato Cantabile, 1960, de Peter Brook, d’après Marguerite Duras, avec Jeanne Moreau et Jean-Paul Belmondo — assez agaçant et pénible, mais très belles vues de Blaye. Promenade avec Pierre sur le plateau, à partir de la Rose des Vents. Vaisseaux brûlés, les étés à Sibor, la villa du droit de passage à Chamalières, Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, mais difficultés techniques, finalement surmontées à force d’insistance mais assez inquiétantes (les ajouts ne s’ajoutent pas, ou bien effacent des couches antérieures). Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du lundi 9 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 10 septembre 2019, 11 h 10
modifiée le mercredi 11 septembre 2019, 11 h 45
Mardi 10 septembre 2019.
Semaine 37, Sainte Inès — 253/112. Plieux. Très bien dormi, levé à huit heures moins vingt, après le départ de Pierre. Déjeuné en bas en la compagnie du chien Vidocq qui rajeunit à vue d’œil et se met même à exécuter de petits ballets d’enthousiasme et de courtoisie. Chien Le Coz très pénible, en revanche, revenu à ses pires moments. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Dahab (Égypte), 30 mars 2002, aquarelle et gouache de Bioulès, musée Fabre, 27 août 2019. Agenda. 11:09:46 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Légèrement modifié et allongé (trop ?) la quatrième de couverture pour Tweets. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Mangé deux parts de tarte aux figues, en bas, en la compagnie du chien Vidocq, que sorti. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Bioulés, Albine II, 1992, dét., Les Platanes, l’hiver (à Céret ?), 2005-2006, L’Étang sans rien qui pèse ou qui pose (l’étang de l’Or), 2018. Bain en haut, l’eau est revenue (?). Repris et terminé le texte sur Jean-Louis Germain, l’ai imprimé et préparé pour l‘envoi (beaucoup de temps perdu à trouver une enveloppe adéquate). Interview pour une journaliste italienne mais ça n’a pas grand sens, la plupart des questions sont à peu pris inintelligibles (l’une l’est complètement) et témoignent, comme d’habittude, d’une méconnaissance complète de mes travaux. Dîné aux nouvelles, deux tartes : aux aubergines et carottes, avec salade verte ; aux figues. Vu encore un épisode The Deuce, James Franco et sexy et sympathique mais c’est un peu toujours la même chose (et la cigarette tient trop de place dans son jeu). Promenade avec Pierre sur le flanc nord, descendus par la route, remontés par les champs jusqu’en bas du jardin Pommiès, à la lumière assez forte de la lune, mais il fait froid et surtout il y a une horrible odeur, due sans doute à l’élevage industriel de poulets, pourtant assez éloigné. Répondu aux treize questions de l’Italienne, ah non, douze, car l’une est inintelligible ( 6. Quelle est la grande de civilisation à la place ? ). Je n’arrive pas à me rappeler le nom de son journal, quelque chose comme Il Globo, mais ce n’est pas cela. Forte attaque de sommeil (comme chaque fois que je ne suis pas trop en retard…). Couché vers minuit.

lire l’entrée du mardi 10 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 septembre 2019, 10 h 12
modifiée le jeudi 12 septembre 2019, 10 h 38
Mercredi 11 septembre 2019.
Semaine 37, Saint Adelphe — 254/111. Plieux. Bien et beaucoup dormi, levé à sept heures vingt, Pierre déjà parti. Sorti le chien Vidocq, été avec lui jusqu’à la clairière de l’Être, rencontré deux lièvres si gros que j’ignorais qu’il en existât de cette taille (on eût dit de lourdes gazelles). Déjeuné seul dans la cuisine (seul avec Vidocq, that is). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à la chemise à carreaux achetée au magasin Cellio du Forum de Montpellier, et Le Jardins des Béas, 5 juillet 1968, de Bioulès, vu à Montpellier le 27 août 2019. Comptes : Dernière connexion le 07/09/2019 à 11h02 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -309,26 € /// Crédits -78.379,34 € /// Solde au 10/09/2019 -309,26 € /// À venir -455,00 € | Prévisionnel -764,26 € /// Débiteur depuis 1 jour /// 10/09 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € /// 09/09 VIREMENT DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE DU TRAVAIL MOTIF: VOTRE RETRAITE SECURITE SOCIALE - REF : 12115777 CAMUS 0819 +1.142,48 € /// Beau temps. Pas d’attaque du chien Le Coz jusqu’à présent. Agenda. 10:11:59 ////////    Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le chien Le Coz se rattrape. Relu et envoyé l’entretien avec Mme Formicola pour Il Giornale (de Silvio Berlusconi !!!!!). Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Bioulès, L’Atelier à l’école des Beaux-Arts de Montpellier, 1959, La Fenêtre à Ribennes, 1974, et Albine II, 1990-1992, mais celui-ci seulement d’après sa reproduction dans le catalogue de l’exposition Bioulès car je ne l’avais pas photographié en entier, ayant intériorisé les règles de prohibition de Flickr — la livraison est à l’intention de Jérôme Vallet mais, extraordinaire coïncidence (je crois, je ne vois pas d’autre explication), elle est immédiatement suivie d’une panne générale de la connexion, il faut éteindre l’ordinateur, je n’ai même pas eu le temps de mettre photographie en mode “réservé”. Sérieuses inquiétudes (exclusion de Flickr, exclusion de Facebook, etc.) mais tout rentre progressivement et très lentement dans l’ordre. Lettre de Vincent Bioulès. Visiteurs, petit groupe du Prieuré, reçu par Pierre. Lis À la première personne, d’Alain Finkielkraut. Commencé l’article pour Causeur sur le paysage, demandé par Élizabeth Lévy. Bain quand l’eau veut bien se manifester au second, lecture par Pierre d’Henri Martin, guerre de Sept Ans, inepte direction des affaires militaires par Mme de Pompadour (d’après H.M.) et des maréchaux de cour ou des chefs improvisés, Broglie, Estrées, Contades, et un étrange abbé de Clermont, de la maison de Condé, dont je n’avais jamais entendu parler — défaite sur défaite, malgré l’énorme supériorité numérique. Chien Le Coz insupportable toute la journée, j’ai parlé trop vite ce matin. Texte pour Causeur, qui vient bien. Dîné aux nouvelles, filets de maquereaux sur toasts, semoule, fenouil, pois chiches, salade verte, tarte aux figues. Vu Reflets dans un œil d’or, Reflections in a Golden Eye, de John Huston, 1967, kistcherie sudiste d’après Carson McCullers dans laquelle Marlon Brando, tout arrive, est bien mauvais (et Elizabeth Taylor exécrable, mais on s’habitue). Promenade avec Pierre sur le plateau, d’un bon pas, à partir de la Rose des Vents. Temps décidément plutôt frisquet.  Journal. Couché vers minuit et demi.  

lire l’entrée du mercredi 11 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 12 septembre 2019, 11 h 37
modifiée le vendredi 13 septembre 2019, 11 h 10
Jeudi 12 septembre 2019.
Semaine 37, Saint Apollinaire — 225/110. Plieux. Bien dormi, réveillé tôt, levé à sept heures. Fini le brouillon de l’entrée de journal de la veille. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et La Ponche (Saint-Tropez ?), octobre 1967, de Vincent Bioulès, Montpellier, 27 août 2019. “Recherches” sur Reflections in a Golden Eye, Robert Forster et Carson McCullers. Comptes : Dernière connexion le 11/09/2019 à 10h07 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -309,26 € ///Crédits -78.379,34 € /// Solde au 11/09/2019 -309,26 € /// À venir -455,00 € | Prévisionnel -764,26 € /// Débiteur depuis 2 jours /// Agenda. 11:37:01 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Texte pour Causeur. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Vincent Bioulès vus avec Pierre et Jeanne à son exposition du musée Fabre de Montpellier le 27 août dernier : La Cour à Ribennes, août 1968 ; Nocturne à Céret, 2006 ; Sans titre, 1974 (celui de l’ambassade de France à Bruxelles). Eau, bain sans encombre au second, Szymczak sur les vendanges, musicalement, un peu ennuyeux, sauf le Morand-Ravel pour le Don Quichotte de Pabst. Sorti de nouveau le chien, sur le flanc nord, malheureusement il défèque sur le boulevard des Remparts et je dois y retourner avec une pelle. Trois parts de tarte aux figues. Pas de visiteurs, mais chien Le Coz pénible all the same. Texte pour Causeur. Tél. de Marco Santi qui veut amener ici les gens de B. F., mais avant la réunion, pas pendant. Retour tôtif inattendu de Pierre. Thé. Fini le brouillon du texte pour Causeur sur le paysage, et l’ai même relu une fois, mais l’enthousiasme de départ est bien retombé, surtout à la pensée qu’aucun article de moi n’a jamais produit le moindre effet et ceux qui paraissaient régulièrement dans “Boulevard Voltaire” étaient peu lus et peu appréciés, donc ils ne doivent pas être bien bons (à quoi servent des articles sans effet ?). Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, salade verte, poire à la vapeur et restes de tarte aux figues. Vu Yentl, de Barbra Streisand, 1983, avec Mandy Patinkin. Marché avec Pierre sur le plateau, de Balignac à Montignac, par Monplaisir-Sud : pleine lune, chemin clair, temps frais. Journal, rédaction, relecture, mise en ligne. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 12 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 13 septembre 2019, 11 h 31
modifiée le samedi 14 septembre 2019, 9 h 53
Vendredi 13 septembre 2019.
Semaine 37, Saint Aimé  — 256/109. Plieux. Levé à sept heures vingt, Pierre déjà parti. Jolie promenade avec le chien sur le flanc nord, chênes de M. Delmas, champs moissonnés, descendus jusqu’au petit étang, dérangé tout un peuple de ragondins qui batifolait dans la rosée. Le chien Vidocq, qu’il a été très difficile de tirer du lit, est ensuite très vaillant et galope même à la remontée et dans le raidillon Forzy, ce dont je serais bien incapable (il a cent cinq ans, théoriquement, et n’y voit pas grand chose). La campagne blafarde est d’un coup inondée de lumière au lever du soleil sur Marsac, effet saisissant que j’ai rarement l’occasion d’observer. Déjeuné seul dans la cuisine, avec le chien. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et La Place des Neuf-Jets à Céret, 2006, de Vincent Bioulès, musée Fabre, 27 août 2019. Tél. de M. Pohon qui me fait remarquer que je lui avais déjà envoyé une “quatrième de couverture” pour Tweets, qu’il ne trouvait pas mal — il s’agirait donc de combiner les deux, sans allonger. Fausse manœuvre en tâchant de me renseigner sur Yentl (que Tulard snobe totalement, avec des méchancetés sur la pauvre Streisand (« Au fond, elle n’est supportable que si on ne la voit pas »)), perd la précédente entrée de l’agenda, que je dois reconstituer, temps perdu. L’Arrière-Pays. Beau temps, matinée silencieuse jusqu’à présent, très Septembre absolu. Comptes : Dernière connexion le 12/09/2019 à 11h34 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -309,26 € // Crédits -78.379,34 € /// Solde au 12/09/2019 -309,26 € /// À venir -515,00 € | Prévisionnel -824,26 € /// Débiteur depuis 3 jours /// Agenda. 11:27:29 /////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, deux tableaux de Bioulès, Été II — Place d’Aix, 1977, et Le Soir dans le jardin, 2016, plus un photogramme (?) du film de Guy Lochard sur Bioulès représentant le pic Saint-Loup, le tout vu à l’exposition Bioulès au musée Fabre de Montpellier le 27 août 2019. Pas d’eau au second, bain au premier. Sorti de nouveau le chien, du côté de Tchernobyl. Appel de Karim Ouchikh. L’Arrière-Pays. Relu et envoyé à Élisabeth Lévy le texte pour Causeur (“Closing time in the gardens of the West” ?). Long accès du chien Le Coz. Visite de M. Dellinger, en tenue du cycliste. Pierre va à un vernissage au Prieuré. Dîné aux nouvelles, lentilles avec œuf à cheval, salade verte, poire à la vapeur et tarte au chocolat du déjeuner des nouveaux au collège, la veille. Vu deux épisodes d’une série documentaire sans queue ni tête sur les Américaines mariées dans les dynasties ou l’aristocratie européennes. Suffisamment sorti le matin, pas de promenade du soir. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture, mise en ligne. Tweets, collecté les tweets récents pour le second volume et pour l’édition en ligne. Couché vers une heure.  

lire l’entrée du vendredi 13 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 14 septembre 2019, 10 h 04
modifiée le dimanche 15 septembre 2019, 13 h 21
Samedi 14 septembre 2019.
Semaine 37, Sainte Croix — 257/108. Plieux. Bien dormi, levé à sept heures et demie, temps brumeux qui ensuite se dégage. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Sans titre, photographie de l’écran de l’ordinateur recouvert d’un pull over léger faute d’être éteint parce que le rallumer est trop long. Déjeuner en bas avec Pierre et Vidocq. Émission de Finkielkraut sur Pierre Pachet avec sa fille et sa nièce ma grande amie Colombe Schneck, tout en essayant de rédiger cet agenda. Comptes : Dernière connexion le 13/09/2019 à 11h24 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -309,26 € /// Crédits -78.379,34 € /// Solde au 13/09/2019 -309,26 € /// À venir -515,00 € | Prévisionnel -824,26 € /// Débiteur depuis 4 jours /// Agenda. 10:03:46 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Écrit aux membres du CNRE. Écrit au général Piquemal. Écrit à Philippe Martel. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux vus au musée Fabre de Montpellier le 27 août 2019, avec Pierre et Jeanne : La Mort du prophète, de Glaize, 1846, dét., le boureau / beau roux ; Souvenir de Ville-d‘Avray, de Corot, 1870 ; et Noé II, de Bioulès, 2001. Pas d’eau en haut, bain en bas, lecture par Pierre d’Henri Martin, désastre de l’Inde française, maladresses de Lally-Tollendal ; et au Québec ça ne va pas mieux, le Canada est coupé de la Louisiane. Répondu à Jérôme Dupuis. Repris le Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, relu les deux préfaces (la première est mieux que la deuxième, un peu emberlificotée), travaillé aux articles dame et surtout populaire. Visiteurs, lu Finkielkraut. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes, champignons, salade verte, poire à la vapeur avec de la confiture aux figues confectionnée par Pierre. Vu Mary Shelley. 2016, d‘Haifaa al-Mansour, avec Elle Fanning et le beau Douglas Booth. Marché avec Pierre sur le plateau, à partir de la Rose des vents. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. 

lire l’entrée du samedi 14 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 15 septembre 2019, 13 h 30
modifiée le lundi 16 septembre 2019, 12 h 01
Dimanche 15 septembre 2019.
Semaine 37, Saint Roland — 258/107. Plieux. Beaucoup dormi, * levés peu avant neuf heures. Promène le chien avec Pierre, flanc nord, traversé les chênes Delmas, descendu vers la mare aux ragondins, remontés en direction du jardin Lavauden, rentrés par les remparts. Deux toasts à la confiture jus de poire. Journée sens dessus dessous. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Plieux vu du flanc nord, le matin même. Grand brunch, poulet rôti, jambon, fromage des Pyrénées, pommes de terre rissolées, salade verte, rosé de Saint-Mont (très bon et très joli), café. Agenda. 13:29:37 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Pas d’eau, bain en bas, lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1760, accumulation de catastrophe en Inde et surtout au Canada dues à l’impéritie de la cour. Choiseul, moins incompétent et impatriote que les autres aux yeux de Martin, mais sans moyens, sans armée bien formée et surtout sans marine, donc totalement impuissant à endiguer le désastre. Le Jour ni l’Heure, un seul envoi de la mi-journée, «Arrêtez le désastre ! », justement, mais à propos des banderoles sur la façade du beau bâtiment du musée Fabre, à Montpellier (anc. collège des Jésuites, 1682). Écrit à Me Rimokh, à Philippe Martel, au général Piquemal. Dictionnaire des délicatesses. Chien Le Coz insupportable à la fin de l’après-midi et à l’heure du dîner. Pas de dîner à proprement parler, poire à la vapeur, glace à la vanille, sorbet au citron. Revu In a Lonely Place, Le Violent, 1949, de Nicholas Ray, avec Humphrey Bogart et Gloria Grahame, ayant totalement oublié l’avoir déjà vu en 2013. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Dictionnaire. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 15 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 16 septembre 2019, 12 h 00
modifiée le mardi 17 septembre 2019, 10 h 48
Lundi 16 septembre 2019.
Semaine 38, Sainte Édith — 259/106. Plieux. Levés à sept heures et demie, sortis aussitôt avec Vidocq pour une grande promenade dans la Vallée des Larmes, marché jusqu’au premier gué, curé soigneusement la rivière qui en avait grand besoin, rentrés par Subervie, de retour à la maison à neuf heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, beau barbu de l’“épingle” “barbes”  de Pinterest, autre photographie celle-là presque complète de Ma loge à Paris en 1962, 1962, de Bioulès. Déjeuné en bas avec Pierre. Matinée de téléphonages, avec des succès inégaux : à Gramont, dois rappeler à midi ; à un assistant d’Élisabeth Lévy, pour l’enregistrement d’une émission avec elle, date arrêtée, bien ; à la Saur, pour la question de l’eau, qui devient insupportable, ils disent qu’ils vont envoyer quelqu’un mais ils disent l’avoir déjà fait en juillet et même être intervenus alors, ce qui est totalement faux (encore une confusion avec l’autre château de Plieux ?) ; enfin, le pire, avec la clinique des yeux, à Montauban, pour un rendez-vous : trois-quarts d’heure de supplice des répondeurs, pour finalement m’entendre dire, par une machine, que non, décidément, la ligne est trop encombrée, rappelez une autre fois. Beau temps, pas d’attaque Le Coz jusqu’à présent. Agenda. 11:58:02 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Rappel d’une dame très aimable de la clinique Honoré Caze de Montauban, alors que je n’avais laissé aucun numéro de téléphone ni parlé à personne. Rendez-vous en 2020 ! Le Jour ni l’Heure, trois Bouliès du 27 août 2019, dont un, Nous ne savons ni le jour ni l’heure, dans et avec sa salle à l’hôtel de Cabrières-Sabatier-d’Espeyran, à côté du musée Fabre. Pas d’eau en haut, bain en bas, lecture par Pierre d’Henri Martin, prise de Québec par les Anglais, mort simultanée de Montcalm et de Wolf, suite des campagnes désastreuses en Allemagne, le maréchal de Contades, le maréchal de Soubise, le maréchal de Broglie, vaincus partout et quand par extraordinaire ils gagnent une bataille ils ne savent pas exploiter leur succès. Génie militaire du Grand Frédéric. Écrit au général Piquemal, à Philippe Martel. Message d’Élisabeth Lévy. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture, mise en ligne. Dictionnaire des délicatesses — impossible de compter régulièrement les signes car il y a vingt-sept fichier, un par lettre, plus les deux préfaces. Néanmoins Pierre a fait la somme, environ huit cent mille signes. Le Répertoire avait six cent mille signes. Il s’agit de passer à un million deux cent mille. Excellent dîner de restes, poulet froid mayonnaise, jambon, pommes de terre rissolées, fromage des Pyrénées, petits légumes, salade verte, poire à la vapeur, glace à la vanille. Vu The Last Station (Tolstoï, la dernière saison), 2009, de Michel Hoffman, avec Helen Mirren, Christopher Plummer, James McAvoy et Paul Giamatti. Dictionnaire. Couché vers une heure.  

lire l’entrée du lundi 16 septembre 2019 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 17 septembre 2019, 11 h 02Mardi 17 septembre 2019. Semaine 38, Saint Renaud — 260/105. Plieux. Levé à sept heures et demie avec Pierre. Il va au collège, je promène seul le chien sur le flanc nord, décidément plein de ressources inconnues. Descendus par la route, puis passés dans un vaste chaume à la hauteur de Lou Tapet ; en faisons le tour et rejoignons ainsi la route du bas, mais sans quitter les champs ; réservoir aux ragondins ; jardin Maryse-Claverie ; à travers champ encore jusqu’à un arbre isolé, à l’est, puis remontés en direction de l’église ; de là en ouest sous le village, par le bas des jardins Lavauden, le boulevard des remparts, le raidillon Forzy. Échangé quelques mots avec Mme Saint-Geniès, dont nous avons effrayé le chat. Excellente promenade, et chien d’une vitalité étonnante, il a incroyablement repris du poil de la bête depuis son arrivée ici. Malheureusement manqué, pendant ce temps, une grande partie de l’interview de Finkielkraut aux matins de France Culture. Déjeuné seul dans la cuisine. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et fenêtre de la bibliothèque la veille, c’était très joli mais ça ne donne rien en photographie. Agenda, “recherches” sur Vladimir Tcherkov et Valentin Bougakov. 11:00:46 ////////

lire l’entrée du mardi 17 septembre 2019 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site