Le Jour ni l’Heure
novembre 2018

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 1er novembre 2018, 19 h 58
modifiée le vendredi 2 novembre 2018, 10 h 52
Jeudi 1er novembre 2018.
Toussaint, sem. 44 — 305/60. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures vingt. Problèmes informatiques, ordinateur de plus en plus lent, plantage, temps perdu. Déjeuné en bas avec Pierre-Auguste. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et masque de Pascal au musée de Port-Royal-des-Champs le dimanche 14 octobre, mais tant d’agitation sur les réseaux que je n’ai même pas le temps de les légender. Suite des tâtonnages autour de la confection de cartons pour Marseille, Meyer m’envoie le “visuel” sans texte, c’est moi qui m’en débouille. Le Jour ni l’Heure, différentes phases de la confections desdits cartons, justement. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, suite du tableau général de la France du XVIIe siècle, Descartes. Bordée d’injures ordurières d’un certain X. [oublié, ah non, ah si : Rougeyron (?)] et de ses suiveurs à propos d’un tweet qu’en plus ils interprètent totalement de travers, ainsi qu’il est fréquent. Mis en ligne le carton préparé avec l’aide de Marcel Meyer. Promenade avec Pierre sur le plateau, au pas de charge, jusqu’à l’embranchement la Rouquette / La Bonnefont. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, 100x100, commencé à peindre après les approches au fusain. Fini la lecture, par la voix de Pierre, d’Européen d’abord, de Jean-Yves Le Gallou, très bien (et très utile). L’Arrière-Pays, suite. Dîné aux nouvelles, pois chiches, semoule, carotte, courgettes, salade verte. Poire à la vapeur et biscuits à la banane et au chocolat. Vu Picnic, de Joshua Logan, 1956, avec William Holden et Kim Novak (une distribution très inadéquate). L’Arrière-Pays. Agenda. 00:04:56 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 1er novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 2 novembre 2018, 11 h 06
modifiée le samedi 3 novembre 2018, 9 h 07
Vendredi 2 novembre 2018.
Défunts, sem. 44 — 306/59. Plieux. Mauvaise nuit, douleurs au bas-ventre, très peu dormi. Levé à huit heures vingt, juste avant l’arrivée de Céline dans la bibliothèque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et nouveau “carton” sur l’Europe et l’Afrique. L’Arrière-Pays, peu. Comptes : Dernière connexion le 31/10/2018 à 12h33 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -220,09 € /// Crédits -88.778,98 /// Solde au 31/10/2018 -220,09 € /// À venir -1.486,16 € | Prévisionnel -1.706,25 € /// Débiteur depuis 1 jour /// 31/10FACTURE CARTE DU 201018 SOFITEL MARSEILLE CARTE 4974XX-653,20 € /// 31/10 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/31101-607,88 € /// 31/10 FACTURE CARTE DU 021018 LA MONTAGNE COLOMBEY LES CARTE -104,00 € 31/10 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU +100,00 € /// 31/10 FACTURE CARTE DU 141018 RMNGP LIBR.FLV PARIS CARTE 497 -35,00 € /// 31/10 FACTURE CARTE DU 16/10/18 AMAZON EU SARL PAYLI2090401/ C -33,01 € /// 31/10 REMBOURST CB DU 171018 AMZN MKTP US CART +11,33 € ///  31/10 FACTURE CARTE DU 161018 AMAZON EU SARL PAYLI2090401/ C-5,82 € /// 31/10 REMBOURST CB DU 171018 AMZN MKTP US CART +1,65 € (?) /// 31/10 REMBOURST CB DU 161018 AMZN MKTP US CART /// Agenda. 11:05:57 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du dimanche 14 octobre, Maurice Denis, Champagne signant la mère Angélique, aquarelle, 1922, musée de Port-Royal-des-Champs ; « Arrêtez le massacre ! », affreuse cabine de billetterie au beau milieu des vestiges de Port-Royal-des-Champs ; château de Saint-Germain-en-Laye le soir. Anne-Charlotte Rémond sur Penderecki. Journal, entrée de la veille, mise en ligne. Communiqué du CNRE n° 60, Les déclarations récente de Gérard Collomb. Visite impromptue d’un jeune écrivain, Matthieu Falcone qui m’apporte son premier roman, Un Bon Samaritain, qui sort le jour même chez Gallimard, dans la collection blanche. Café, thé, confiseries, tél. de l’épouse de M. Falcone qui tournait dans le village avec ses filles, Esther et Phylis (?). Léger goûter avec elles, toute la famille est à Lectoure pour un baptême. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Descartes, suite, puis Gassendi. Brève promenade jusqu’à l’église, à la nuit tombée. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, lecture par Pierre de pages de Toynbee en écho à Le Gallou, sur Camille Jullian. Puis préface de Montherlant à son Port-Royal. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons, salade verte. Poire à la vapeur et framboises avec des biscuits. Vu pas mal d’un mélodrame de Douglas Sirk,  Written on the Wind, 1956, avec Rock Hudson et Lauren Bacall. Remonté toutefois assez tôt, écrit à MM. Germain Marzan, Quentin Verwaerde, etc. You Will Not Replace Us, fin d’un ajout récent, transcrit des corrections d’Achille d’Avoudy. Journal, couché vers deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 2 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 4 novembre 2018, 9 h 50
modifiée le dimanche 4 novembre 2018, 10 h 47
Samedi 3 novembre 2018.
Saint Hubert, sem. 44 — 307/58. Plieux. Bien dormi, levé à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Jean-Michel Basquiat, Brown Spots (Portrait of Andy Warhol as a Banana), 1984, Fondation Vuitton, Paris, exp. Basquiat, dimanche 14 octobre 2018, avec Pierre. Comptes :    Dernière connexion le 02/11/2018 à 11h00 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -743,12 € /// Crédits -88.778,98 € /// Solde au 02/11/2018 -743,12 € /// À venir -963,13 € | Prévisionnel -1.706,25 € /// Débiteur depuis 3 jours /// 02/11 PRLV SEPA SCAM ECH/011118 ID EMETTEUR/FR71MUT26742 -542,91 € /// 02/11 VIR SEPA RECU /DE APPLE DISTRIBUTION INTERNATIONAL /MO +19,88 € ///  Émission de Finkielkraut sur le politiquement correct, bain qui coule. Agenda. 09:19:25 ///////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain. Été à Lectoure avec Pierre. Cabinet du docteur Capdecomme, salle d’attente, lu Un bon Samaritain, de Matthieu Falcone. Consultation, très bonne tension. Laboratoire, analyse d’urine, femme très gentille. Pharmacie, jeune fille charmante (trois personnes très aimables de suite, avec Mme Capdecomme). Passé chez M. Capdecomme, l’assureur, pour payer une facture mais il vient de fermer son ordinateur, ce serait top compliqué, ce n’est pas urgent. Rentrons vers midi vingt. Le Jour ni l’Heure, trois cartons “politiques”. L’Arrière-Pays, injures en rafales d’un rougeyronien furieux que j’aie protesté contre l’accusation selon laquelle je me serais réjoui de la victoire de l’Allemagne en 1918 (!!!!!!). Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Transcrit la correction par Achille Davoudy de deux paragraphes récemment ajoutés à You Will Not Replace Us! Quelques rangements. Jean-Paul Coulet et Danielle Lavauden ici vers sept heures et demie. Champagne et foie gras dans la bibliothèque. Passons à table vers neuf heures, gigot d’agneau, émincé de champignons et de petits légumes, excellent bourgogne de Beaune offert jadis par Karim Ouchikh. Fromages, dont Mont-d’Or exquis trouvé à Lectoure. Gateau assez médiocre, en revanche. Amis nous quittent vers minuit. Nouveau message de la dame du Cassé, Mme Colette Rieu, secrétaire de mairie, celle qui me traite de “soit-disant écrivain” (sic)  et juge que nos promenades nocturnes, en été, sans protection, sont « dignes de personnes qui ont quelque chose à se reprocher » (nos hôtes de ce soir jugent que cette dame est adorable) : « Photo "artistique"!. Parceque vous vous prenez FRANCHEMENT POUR UN ARTISTE EN PLUS! A la vue de vos photos, c’est une plaisanterie j’espère! Non mais quelle prétention ! » (en réponse à : « Quant à la question que vous avez l’amabilité de m’adresser, non, si des personnes du village pénétraient trois minutes dans ma cour, au cours d’une longue absence de ma part, pour se photographier devant ma porte en profitant du clair de lune, je n’en ferais pas une histoire ni n’en encombrerait interminablement les pages de Flickr — la différence étant tout de même qu’il leur aurait fallu franchir un mur ou bien ouvrir un portillon. Mais si c’était à des fins “artistiques”, non, je ne leur en voudrais pas du tout, ni n’en serais le moins du monde dérangé »). Continué la transcription davoudiennne des corrections à You Will Not Remplace Us. Journal. Couché à deux heures.  

lire l’entrée du samedi 3 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 4 novembre 2018, 10 h 24
modifiée le lundi 5 novembre 2018, 10 h 50
Dimanche 4 novembre 2018.
Saint Charles, sem. 44 — 308/57. Plieux. Très mauvaise nuit, insomnie presque totale, dormi deux heures au début puis impossible de me rendormir. Levé à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, insignifiant, et dét. d’une superbe aquarelle de Schiele, Jeune Fille nue couchée, en chemisier à rayures, 1911. Déj. en bas avec Pierre, gâteau de boulanger, pâte de fruit. Temps très brumeux, mais qui s’ensoleille. Agenda. 10:23:57 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du dimanche 14 octobre en fin de journée à Paris,  détails de deux tableaux de Shiele, Jeune fille couchée de dos, en chemisier à rayures, 1911, et maison dorée à Krumau, sur la Moldau, 1914 ; détail d’un tableau de Basquiat, couronne formée à son habitude d’un M et d’un W entremêlés, dans Sans titre (avec avion), 1982. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, tableau intellectuel de l’Europe dans la première moitié du XVIIe siècle, pages sur Hobbes, sévèrement condamné. Promenade à la rivière avec Pierre. La Garrière à reçu un fenestrage magnifique, admirablement dessiné, qui consacre tout ce que l’archietcture du bâtiment a toujours eu de grandiose — on dirait une orangerie de palais royal ! Curé la rivière. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, le bas, les feuillages. Lecture par Pierre de Port-Royal, de Montherlant. You Will Not Replace Us!, corrections non guidées par mes correcteurs. Dîné de restes, gigot d’agneau froid et chutney de figues,  fromages divers, bordeaux, chocolats offerts par les Caulet-Lavauden, médiocre gâteau de la veille. Vu Le Semeur, de Marine Francen, 2017, avec Alban Lenoir, superbe. You Will Not Replace Us!, suite des corrections. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 4 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 5 novembre 2018, 10 h 55
modifiée le mardi 6 novembre 2018, 9 h 27
Lundi 5 novembre 2018.
Sainte Sylvie, sem. 45 — 309-56. Plieux. Bien dormi. Levé à 8 heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail, colonne tronquée, de Salomon sacrifiant aux idoles, 1646, de Sébastien Bourdon, Louvre, musée des Granges de Port-Royal-des-Champs, exp. Bourdon, dimanche 14 octobre 2018. Commencé le traitement donné samedi par Mme Capdecomme, quoiqu’on n’ait pas encore le résultat des analyses. Agenda. 10:55:13 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Allongé la réservation à Marseille, puis, juste après, longue conversation avec Karim Ouchikh, qui eût tendu plutôt à la réduire. Journal, entrée de la veille, relecture. Le Jour ni l’Heure, deux photographies du samedi 14 octobre à Port-Royal-des-Champs, gravure d’Abraham Bosse, Donner à manger à ceux qui ont faim, sous-bois dans le vallon du Rhodon, et cartons politiques, pour “La Ligne claire”. Anne-Charlotte Rémond, trio de Rebecca Clarke. Szymczak sur Charles Munch. Journal, mise en ligne de l’entrée de la veille. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, tableau général de la situation “culturelle” dans la France de la première moitié du XVIIe siècle, la littérature et l’érudition religieuse, François de Salle, Bérulle, etc. Été mangé des figues sous Bourdieu puis fait un grand tour autour de la Rouquette, beau temps très pâle. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, ciel, lecture par Pierre du Port-Royal de Montherlant, conversation entre les sœurs, étonnamment agressives et désagréables les unes avec les autres, puis arrivée de l’archevêque de Paris, Mgr de Péréfixe. Téléphonage de Farid Tali, qui va être sur notre liste. You Will Not Replace us, sans point d’appui. Dîné aux nouvelles, fromage divers et salade verte, cassolette de carottes et de champignons, dans le jus du gigot d’agneau. Vu un peu de The Deuce et beaucoup de deux épisodes d’une série sur Victor Hugo, en 1848-1849, ses relations avec Louis-Napoléon Bonaparte. You Will Not Replace Us, suite. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 5 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 6 novembre 2018, 9 h 44
modifiée le mercredi 7 novembre 2018, 8 h 26
Mardi 6 novembre 2018.
Saint Leonard, sem. 45 - 310/55. Plieux. Levé avec Pierre, dont les vacances sont finies, à six heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, doublon du précédent, pénultième nuit, car celui de la nuit précédente a été oublié ; et Freundin, Rosa Blau, deux femmes nues de Schiele, 1913, exposition Schiele à la Fondation Vuitton, dimanche 14 octobre 2018. Agenda. 09:43:54 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Poussée boulimique, mangé la moitié d’un saucisson, des restes de fromage, de la confiture de figues en buvant un excellent vin blanc. Le Jour ni l’Heure, You Will Not Replace Us!, avec les paragraphes sur le Fakeal ; détail de Jean-Michel Basquiat, masque noir aux dents sous couronne WM, Fondation Vuitton, dimanche 14 octobre 2018 ; autoportrait d’Egon Schiele en uniforme, 1916, même jour même lieu. Bain. Promenade en imperméable jusqu’au rang des chênes. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs. Lecture par Pierre du Port-Royal de Montherlant, fini. You Will Not Replace Us!, important ajout. Long téléphonage de Karim Ouchikh, qui renonce à la convention de Marseille, pour laquelle j’ai retenu trois nuit d’hôtel non remboursables. Dîné au nouvelles, jardinière de légumes aux champignons, fin du saucisson, fromages, poire à la vapeur aux figues. Vu un peu du King and I, avec Yul Brynner et Deborrah Kerr, et deux épisodes (finaux) d’Ennemi d’État, sur Victor Hugo sous la Seconde République, jusqu’au coup d’État. You Will Not Replace Us!. Journal. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du mardi 6 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 8 novembre 2018, 10 h 12
modifiée le jeudi 8 novembre 2018, 10 h 14
Mercredi 7 novembre 2018.
Sainte Carine, sem. 45 — 311/54. Plieux. Réveillés à cinq heures et demie, très étrangement, par  des bruits de pelleteuse ou d’instruments agricoles. Vaines tentatives de rendormissement, levé à six heures et demie avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, très traité, et Intérieur à Plieux, la veille au matin, “vase sacrificiel”. Comptes : Dernière connexion le 03/11/2018 à 09h15 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.530,25 € /// Crédits -88.778,98 € /// Solde au 06/11/2018 -1.530,25 € /// À venir -313,65 € | Prévisionnel -1.843,90 € /// Débiteur depuis 7 jours ///  06/11 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF+200,00 € /// 05/11 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/051118 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -742,05 € /// 05/11 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/051118 ID EMETT -105,18 € /// 05/11PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/051118 -76,00 € /// 05/11 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/051118 ID EMETTEUR/FR16ZZ-39,90 € /// 05/11 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,75 € ///05/11 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € /// 02/11 PRLV SEPA SCAM ECH/011118 ID EMETTEUR/FR71MUT26742 -542,91 € /// 02/11 VIR SEPA RECU /DE APPLE DISTRIBUTION INTERNATIONAL /MO +19,88 € /// Agenda. 09:07:21 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. You Will Not Replace Us! Pas d‘eau, pas de bain. Bagages, aidé de Pierre. Quitté Plieux vers deux heures. Valence-d’Agen. Lauzerte. Sainte-Alauzie. Pern. Autoroute à Cahors-sud. Brive. Auvergne magnifique au soleil couchant, malgré l’horreur des éoliennes du côté de Briffons. Moulins. À Nevers vers huit heures. Hôtel Mercure Pont-de-Seine, ch. 207, pas du tout en bout de couloir comme demandé et comme, prétendument, accordé (les gens ne comprennent pas ce qu‘on leur dit). Belle vue sur la Loire, though. Été dîner en ville, pas trouvé grand chose, brasserie L’Agricole, sans doute ancienne d’après son nom et son emplacement mais où l’on sert surtout des hamburgers. Côte de bœuf, demandée saignante, arrivée bien cuite, 17€ 50.. Sauce roquefort comme de l’eau. Chinon [corr. autom. : “Chignon”]. Rentré à l’hotel vers dix heures. Parlé à Pierre mais suis d’assez mauvaise humeur car je crois avoir perdu mes gants, puis mes lunettes (en fait non). Autoportrait. Journal. Lis Un bon Samaritain, de Matthieu Falcone. Éteint vers une heure.

lire l’entrée du mercredi 7 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 novembre 2018, 10 h 01
modifiée le samedi 10 novembre 2018, 10 h 04
Jeudi 8 novembre 2018.
Nevers, hôtel Mercure Pont-de-Seine, ch. 207. Assez bien dormi, levé à huit heures moins vingt. Très belle aube sur la Loire, comme la dernière fois. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et Aurore aux doigts de rose à Nevers, le matin même. Déjeuné en bas, seul, silence parfait, quel délice ! Petites saucises, divers jambon, œufs brouillés, médiocre fromage industriel sous plastique. Salade d’ananas, muesli, excellent cake très riche, avec du sirop d’érables. L’Arrière-Pays. Agenda. 10:20:23 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté l’hôtel vers onze heures, en y laissant la voiture. Beaucoup marché dans Nevers. Porte de Groux (?). Assez jolis jardins sous des remparts à tour rondes, habitées en partie. Palais de Justice, ancien évêché. Visité la cathédrale, vitraux modernes dont certains sont très beaux, mais séjour gâché par l’ouvrier d’une entreprise de Donzy qui fait des travaux dans le chœur, reçoit un appel sur son portable et parle interminablement à tue-tête, ce qui résonne sous les voûtes. Musée de la Faïence et des Beaux-Arts, plus faïence que beaux-arts, malheureusement (à mon goût), mais intéressante collection d‘un pharmacien parisien ami de Fénéon (dont portrait par Maximilien Luce). Beaux Wlaminck. Paysage de Jacqueline Prax ( ?), etc. Retourné à l’hôtel, récupéré la voiture, quitté Nevers vers deux heures. Germigny, non, course de toilette à l’Intermarché. Ensuite m’en remets au GPS de la voiture, qui se révèle complètement délirant, surtout peut-être quand je ne suis pas exactement ses prescriptions, par distraction, et qu’il m’y ramène à toute force, routes minuscules, cours de fermes, etc. Anthel, beau village avec deux grands châteaux. Tourne autour de Corbigny, puis de Vézelay. Rate Chassy. Traverse Avallon, puis Montbard. Châtillon-sur-Seine. À Colombey-les-Deux-Églises peu avant huit heures. Hôtel La Montagne, ch. 1. Dîne sur place, ruineusement, en grand tralala assez agaçant. Soufflé aux …, un peu fade. Exquise pièce de Charolais, betterave, même champignon dont le nom se dérobe. Minuscule éclair praliné. Parlé à Pierre. Fait un assez grand tour dans Colombey puis dans la campagne alentour, malgré la nuit noire, jusqu’au revers de la grande croix de Lorraine. De retour dans la chambre, découvre successivement que j’ai oublié à l’hôtel de Nevers le fil de transmission de l’appareil photographique, et qu’à l’hôtel La Montagne il n’y a pas de connexion dans les chambres hors du bâtiment principal. Journal. Couché vers minuit. 

lire l’entrée du jeudi 8 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 novembre 2018, 10 h 54
modifiée le samedi 10 novembre 2018, 11 h 00
Vendredi 9 novembre 2018.
Colombey-les-Deux-Églises, hôtel La Montagne, ch. 1. Très mauvaise nuit, couché trop tôt, contrariétés, réveillé à trois heures, lu Matthieu Falcone, mais la lampe de chevet est trop basse, on n’y voit rien, c’est un massacre pour les yeux. Décidé de changer mes plans. Bon petit déjeuner, excellent jambon, saumon, muesli dans une bonne salade de fruits. Dame américaine traitée avec beaucoup d’égards. Annule la réservation pour la nuit suivante, malgré l’offre d’une autre chambre à connexion agissante, et décide de repasser par Nevers où l’on retrouvé mon petit câble. Douche. Bagages, chargé la voiture. À dix heures et quart dans l’église de Colombey-les-Deux-Églises. Président du Sénat, M. Gérard Larcher. Homélie scandaleusement immigrationniste du curé de Colombey. Retrouve ensuite le très gentil M. Havasi, du Siel, sa belle-soeur, et deux hommes de Chalon-en-Champagne. Arrivée de Karim Ouchikh, avec sa garde du corps. Dépôt de gerbes officiels sur la tombe du général de Gaulle, M. Larcher, Anne Hidalgo, la préfète. Rencontre M. Alexandre Moatti, “relation” twiterrienne (fort savante). Dépose ensuite une gerbe avec Karim Ouchikh pour la CNRE, puis Karim Ouchikh seul pour le Siel. Florian Philippot dépose une gerbe, puis c’est le tour de Nicolas Dupont-Aignan, venu à la tête d’une forte délégation, en autocar. Retournés à l’église, vide, où Karim Ouchikh veut prier et moi faire des photographies de chapiteaux. Très joli et agréable pique-nique à une très bel endroit, sous Colombey, exactement sous La Boisserie, dans un beau lavoir néo-classique largement ouvert, temps superbe : Karim Ouchikh, Julien Havasi, sa belle-sœur, la garde du corps de K. O. et les deux hommes de Chalon-en-Champagne (très différents). Champagne, justement, puis sandwiches à différentes terrines arrosées de Cahors et d’un bon vin blanc. Remonté au village avec Karim et la femme de son service de sécurité, ils vont à la Boiserie mais je n’ai pas le temps. Récupère la voiture à l’hôtel et quitte Colombey-les-Deux-Églises vers trois heures. Coutumière excentricités du GPS, mal réglé. À Châtillon-sur-Seine vers quatre heures et demie, après essence. Ai fantaisie de revoir le vase de Vix, mais il n’est plus dans le joli bâtiment Renaissance de jadis, temps perdu. Vue superbe sur la magnifique église Saint-Vorles dans le soleil couchant, en revanche. Couru comme un dératé au “nouveau” (2008) musée du Pays Châtillonnais, à l’autre bout de la ville. Pu voir le vase in extremis, mais le nouvel environnement est assez décevant (jamais on ne peut le photographier seul, force lumières interférentes, etc). Retraversé Châtillon à pied. Parlé à Pierre. Montbard, Avallon, Saint-Pierre-sous-Vézelay, Brinon-sous-Beuvron, G.  (pas “Germigny”, qui fait écran), le tout à la fantaisie de la voiture,  programmée pour recommander des chemins de campagne très étoits, très beaux, mais la nuit ça n’a pas grand intérêt. À Nevers vers huit heures, même hôtel Mercure-Pont-de-Loire qu’à l’aller, récupéré mon câble oublié, chambre 223, bien, après changement (l’expression “bout de couloir” n’est décidément plus du tout comprise, à mon grand étonnement). Collations dans la chambre, “dôme” de saumon et dessert à la noisette, curieusement bons, verre de vin blanc, en regardant un navet assez drôle de Kenneth Brannagh, avec Hercule Poirot (lui) dans l’Orient-Express. Parlé à Pierre. Le Jour ni l’Heure, efforts pour rattraper le retard, autoportrait à l’hôtel La Montagne le jeudi soir, palais ducal de Nevers le jeudi matin, dépôt de gerbe à Colombey le matin même, admirable église Saint-Vorles de Châtillon à la fin de l’après-midi. Journal. Lu un peu Matthieu Falcone. Éteint vers une heure. 

lire l’entrée du vendredi 9 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 10 novembre 2018, 11 h 15
modifiée le dimanche 11 novembre 2018, 12 h 46
Samedi 10 novembre 2018.
Nevers, hôtel Mercure-Pont-de-Loire, ch. 223. Assez bien dormi, malgré voisin claqueur de portes. Levé à sept heures vingt. Belle vue brumeuse sur les ponts sur la Loire, photographies, dont une mise en ligne aussitôt. Déjeuné en bas, mais cette fois-ci beaucoup de monde, groupe jeunes filles russes (?). Petites saucisses, jambon blanc, salami, œufs brouillés, fromage industriel sous plastique, bon cake au sirop d‘érable; Difficulté à obtenir du café d’une machine récalcitrante. Agenda, tentative de rattrapage du retard malgré long harcèlement des femmes de ménage, qui font du bruit même en ouvrant les portes — une double porte épargnerait cela très facilement, et il y a toute la place, car assez long couloir interne. Usant. 11:13:20 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quitté l’hôtel Mercure Point-de-Lore et Nevers à midi et demi. Temps pluvieux. Coutumier fourvoiement à la sortie de Nevers vers Moulins, réflexes d‘enfance et de jeunesse, me retrouve du côté de Chalut, Plagny, lieux assez ingrats et itinéraire très difficile à rattraper. Saint-Pierre-le-Moûtier. Villeneuve-sur-Allier. Château du Riau. Château d’Avrilly, dans un parc grandiose. Moulins. Souvigny, largement victime de sursignalisation, surtout par un temps affreux. Visité l’abbaye, mais beaucoup de choses sont fermées. Visité le musée lapidaire et autre, petite exposition de Philippe Bouillaguet sur le Grande Guerre, “Retour au bercail”. Montmarault. Montaigut-en-Combraille. Pionsat, château de Pionsat, dans une étonnante lumière crépusculaire, très vive, rougeoyante, avec un arc-en ciel. Auzances. Crocq, monté jusqu’aux tours, dans la nuit noire. Flayat. Ussel. Double fourvoiement rageant, vais prendre l’autoroute à Ussel-Est, première erreur, et la prends alors à l’envers, vers Clermont. Dû aller jusqu’à Saint-Julien-Puy-Lavèze, quatre-vingts kilomètres en trop et une heure de perdue. Parlé à Pierre, de l’aire de la Loutre. Émission sur Apollinaire, lettres à Lou, lettres de Lou (gratinées), spectacle musical. Brive. Cahors-Sud. Pern. Sainte-Alauzie. Lauzerte, arrêté par les gendarmes, test étylographique brillamment passé mais ces messieurs m’informent qu’il ne me reste plus que quatre points de permis, et j’ai dû encore en perdre pendant ce voyage. Autre interception par les gendarmes à Valence-d’Agen, même jeu. À Plieux à minuit pile. Omelette aux champignons avec Pierre. L’Arrière-Pays. Couche vers deux heures.

lire l’entrée du samedi 10 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 11 novembre 2018, 21 h 54
modifiée le lundi 12 novembre 2018, 9 h 41
Dimanche 11 novembre 2018.
Saint Martin, MORTS POUR LA PATRIE, sem. 45 — 315/50. Plieux. Pas mal dormi, levé à huit heures moins vingt, autoportrait de la nuit et château de Pionsat la veille, dans la forte lumière crépusculaire. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays. Été à deux heures et demie à la commémoration de l’Armistice, marché de la mairie au monument aux Morts avec les gens du village, parlé à quelques-uns, notamment à l’ancien maire, très aimable. Mme le maire lit le message du président de la République. Tour des tombes des soldats morts au cimetière. Rentre aussitôt après, reprends mes tentatives de rattrapage du retard. Collation avec Pierre, toutefois, nous partageons une terrine offerte par M. Havasi, reste du pique-nique de Colombey-les-Deux-Églises. Crémant de Bordeaux de ma tante, pas une excellent combinaison. Biscuits. Café. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de l’avant-veille à Colombey-les-Deux-Églises, recueillement avec Karim Ouchikh devant la tombe du général de Gaulle, après dépôt de la gerbe du CNRE ; dite gerbe sur la tombe ; les pique-niqueurs au lavoir, sous le village et sous la Boisserie, après. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Jansénius et Saint-Cyran. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au rang de chênes. Atelier, grand Port-Royal, lecture par Pierre de la postface de Montherlant à sa pièce, puis de divers passages de Saint-Simon sur des jansénistes (ne trouvons pas celui où, Louis XIV s’inquiétant que quelqu’un auquel il s’apprête à donner une charge importante puisse être janséniste, on le rassure tout à fait en l’assurant que cette personne est athée). L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, poursuite des mises à jour. Diné aux nouvelles, cérémonies du 11 novembre à l’arc de Triomphe. Dîné très légèrement, poire à la vapeur et biscuits, infusion. Rien regardé, remonté tôt. Agenda. 21:53:50 //////// Le Jour ni l’Heure, chronologie. L’Arrière-Pays. Journal, mis en ligne l’entrée de l’avant-veille. Attaque de sommeil. Couché à minuit. 

lire l’entrée du dimanche 11 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 12 novembre 2018, 9 h 44
modifiée le mardi 13 novembre 2018, 9 h 19
Lundi 12 novembre 2018.
Saint Christian, sem. 46 — 316/49. Plieux. Bien dormi, levé à sept heures dix. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et commémoration du 11 novembre 1918 à Plieux, la veille. Très beau temps. Agenda. 09:44:06 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tél. à Marseille pour essayer de déplacer une réservation à l’hôtel mais tombe sur une femme-robot très peu coopérative. Communiqué pour le CNRE n° 62, sur la chanteuse noire du 11 novembre. Messages divers. Le Jour ni l’Heure, Philippe Bouillaguet, Le Revenant, exposition à Souvigny, 10 novembre ; autre vue de Saint-Vorles à Châtillon-sur-Seine, 9 novembre ; beau tableau d’Étienne Bouhot, 1780-1862, Forges près de Châtillon-sur-Seine (Montmoyen), 1823, musée du Pays châtillonais, 9 novembre 2018. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, Pascal. Promenade avec Pierre dans la vallée. Nouveau parc de stationnement devant la Garrière, à l’orée du chemin, sol de cailloux concassés blancs. Curé la rivière au premier gué. Humeur sombre. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs. Commencé le Port-Royal de Sainte-Beuve, préface de l’édition “Bouquins”. Journal de l’avant-veille. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, poire à la vapeur. Journal de l’avant-veille. Journal. Couché à une heure.   

lire l’entrée du lundi 12 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 13 novembre 2018, 9 h 35
modifiée le mercredi 14 novembre 2018, 9 h 43
Mardi 13 novembre 2018.
Saint-Brice, sem. 46 — 317/48. Plieux. Réveillé à six heures, levé à six heures et demie avec Pierre. Nouvelle série d’insultes de M. Defalvard sur Flickr. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et château du Riau sous la pluie, Villeneuve-sur-Allier, samedi 10 novembre 2018. Temps gris et froid. Comptes : Dernière connexion le 07/11/2018 à 09h01 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.470,75 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 12/11/2018 -1.470,75 € /// À venir -936,88 € | Prévisionnel -2.407,63 € /// Débiteur depuis 13 jours /// 12/11 VIR SEPA RECU /DE AXA FRANCE VIE /MOTIF FRAIS DE SOINS +7,50 € /// 12/11 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € 09/11 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.186,77 € /// 07/11 CHEQUE 3672735 -32,00 € /// 07/11VIR SEPA RECU /DE C.P.A.M. AUCH /MOTIF 183100000116183 +15,00 € ///  Agenda. 09:35:12 ////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Nevers le jeudi 8 novembre 2018, deux tableaux du musée, portrait de Félix Fénéon par Maximilien Luce, 1903, et beau paysage de Valentine Prax, la Femme de Zadkine, Village, c. 1920 (???) ; plus la porte du Croux, vue de l’intérieur (de la ville). Journal de la veille et journal du jour,  relecture et mise en ligne (rattrapé le retard, donc). Passé beaucoup de temps toute la journée à tâcher de faire déplacer une réservation de trois nuits dans un hôtel de Marseille, mais finalement sans succès (hôtel assez coopératif mais “Booking.com” intraitable). Bain un peu tardif, retour de Pierre. Promenade avec lui sur le plateau, chemin de la Rouquette, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Atelier,  grand Port-Royal-des-Champs. Lecture par Pierre de la préface “Bouquins” au Port-Royal de Sainte-Beuve. You Will Not Replace Us!, commencé à intégrer un contre-texte de Francis Marche, pour une troisième édition (mais apparemment Amazon ne supprime pas celles qu’on remplace). Dîné aux nouvelles, mangé un vacherin Mont-d’Or rapporté par Pierre du déjeuner “Halloween” du collège (!). Bordeaux, carottes et champignons, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu, en ratant le début, Le Redoutable, 2017, film de Michel Hazanavicius sur Jean-Luc Godard d’après le livre d’Anne Wiazemsky, avec Louis Garrel. Message des propriétaires de la maison moderne du Cassé demandant le retrait des photographies la figurant. M’exécute aussitôt. Commencé le nettoyage du Tweets en ligne en vue de la publication sur papier. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du mardi 13 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 14 novembre 2018, 10 h 01
modifiée le jeudi 15 novembre 2018, 9 h 41
Mercredi 14 novembre 2018.
Saint Sidoine, sem. 46 — 318/47. Plieux. Mal dormi, insomnie, Pierre un peu malade, et finalement pollution nocturne (!). Levé à sept heures vingt, pas trop vaillant. Temps extrêmement brumeux et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et autre vue des ponts de Nevers samedi matin, le 10 novembre, vue prise de la chambre 223 de l’hôtel Mercure. Comptes :  Dernière connexion le 13/11/2018 à 09h29 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.470,75 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 13/11/2018 -1.470,75 € /// À venir -936,88 € | Prévisionnel -2.407,63 € /// Débiteur depuis 14 jours /// Agenda. 10:00:05 ////////Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, rédaction et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Nevers le 10 novembre 2018 : beau vitrail de Raoul Ubac dans le chœur roman (ouest) de la cathédrale (c. 1978), vue sur la cathédrale prise des abords extérieurs de la porte du Croux, et portrait de femme attribué à Roger de Piles, c. 1660 (?). Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, Pascal, suite. Promenade avec Pierre dans la vallée, curé la rivière au premier gué. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, refait le ciel. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, Port-Royal. Écrit à l’intention de Philippe Martel un texte destiné aux membre du CNRE-Résistance, pour leur proposer un changement de nom. Écrit à Francis Marche. Dîné aux nouvelles, tarte aux carottes et champignons, salade verte, fini une bouteille ouverte de crémant de Bordeaux. Pire à la vapeur et framboises. Vu Pride, 2014, de Matthew Warchus. Transcrit des corrections de Francis Marche à You Will Not ReplaceUs!, pour une troisième “édition” (mais Amazon ne fait pas disparaître les précédentes, ce qui est bien embêtant). Tweets, élagué, corrigé. Couché peu après une heure.    

lire l’entrée du mercredi 14 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 15 novembre 2018, 9 h 48
modifiée le vendredi 16 novembre 2018, 13 h 49
Jeudi 15 novembre 2018.
Sainte Cécile, sem. 47 — 326/39. Plieux. Bien dormi, levé à 7 heures vingt, Pierre déjà parti. Temps gris et froid. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, lourdement “traité”, et château d’Artigny, au nord de Moulins, en effaçant une voiture au pied du perron (façade ouest, c. 1885). Comptes : Dernière connexion le 14/11/2018 à 09h57 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -1.470,75 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 14/11/2018 -1.470,75 € /// À venir -996,88 € | Prévisionnel -2.467,63 € /// Débiteur depuis 15 jours /// Agenda. 09:48:11 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du samedi 10 novembre, abbaye de Souvigny, paysage crépusculaire des Combrailles, château de Pionsat sous un arc-en ciel. Anne-Charlotte réponde sur les Leçons de Ténèbres de Couperin. Bain. Promenade sur le plateau mais dois abréger à cause de troubles gastriques, d’ailleurs imaginaires. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs. L’Arrière-Pays.  You Will Not Replace Us!, transcription de nouvelles corrections d’Afchine Davoudi. Dîné aux nouvelles, bâtons florentins à la mozarella que je prenais jusqu’à présent pour des chinoiseries, jardinière de légumes, salade verte. Poire à la vapeur avec des figues eu jus. Regardons un film américano-allemand sur les amours d’un lycéen et une femme plus âgé que lui, contrôleur de travaux. Visite tardive, assez désagréable (sans plus), qui confirme la nécessité, le désir et l’impossibilité de vider les lieux le plus vite possible. Continué les transcriptions de Davoudi pour You Will Not Replace Us!. Tweets, élagué (peu). Couché vers une heure. 

lire l’entrée du jeudi 15 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 16 novembre 2018, 13 h 42
modifiée le samedi 17 novembre 2018, 10 h 57
Vendredi 16 novembre 2018.
Sainte Marguerite, sem. 46 — 320/45. Plieux. Mauvaise nuit, insomnie (naturellement). Levé peu avant huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et On the road again, photographie prise de la voiture sur une route des Combrailles, 10 novembre 2018. Crise de tweets, en particulier à partir d’une erreur de citation de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, qui confond Marc Bloch et Charles Maurras (!!!). Matinée y passe, bêtement. Comptes : Dernière connexion le 15/11/2018 à 09h46 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.470,75 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 15/11/2018 -1.470,75 € /// À venir -1.002,87 € | Prévisionnel -2.473,62 € /// Débiteur depuis 16 jours. Agenda. 13:42:21 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal du jour, réduction, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Retour de Pierre vers cinq heures. Quitté Plieux sur les six heures, pour Marseille où nous avions une réservation d’hôtel que nous n’avons pas pu annuler. Mauroux. Castéron. Beaumont-de-Lomagne. Grenade-sur-Garonne. Dîné tôt dans un “Pong” somptueux et très remplaçantiste des confins de Toulouse, “barrière de Paris“ — raviolis chinois, calamars, poulet, glace, etc. Carcassonne, très impressionnant dans la nuit. Concerto pour la main gauche, Nelson G. Création du double concerto pour violon et violoncelle de Philippe Hersant. Narbonne [corr. autom. : “Carbone”] Dormi un peu. Entendu Extension du domaine de la lutte, sur France Culture, très bien. À Marseille vers une heure du matin. Hôtel Sofitel Vieux-Port, que j‘ai confondu avec le Novotel voisin, où nous étions entrés la dernière fois début juillet. Ch. 527, belle vue, mais pas de baignoire. Demande si l’on peut changer, oui, 605, vue encore meilleure, et baignoire (mais pas de double porte). Lu Les Provinciales. Éteint vers deux heures.  

lire l’entrée du vendredi 16 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 17 novembre 2018, 11 h 06
modifiée le dimanche 18 novembre 2018, 22 h 56
Samedi 17 novembre 2018.
Marseille, hôtel Sofitel Vieux-Port, ch. 605. Très bien dormi, levés à huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue sur le Vieux-Port prise de la chambre le matin même. Somptueux petit déjeuner à l’étage supérieur et dernier, septième, vue magnifique, diverses saucisses, boudin, bacon, poulet, saumon, sardines, saint-nectaire, poires dans leur jus, muesli, petit pain aux raisins, chocolat, etc. Fin de l’émission “Répliques” avec Éric Zemmour et Paul Thibaud, sur le maréchal Pétain, puis début. L’Arrière-Pays. Agenda. 11:05:12 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Bain. Sortis vers un heure. Vieux-Port. Remontés la Canebière. Rue Tiers, n° 40, maison natale d‘Adolphe Thiers (en 1797). Suivi par erreur une longue avenue misérable, de la Libération et du général de Montsabert. Palais de Longchamp. Après-midi là, en commençant par le haut, salles du XIXe siècle, Guigou, Monticelli, Engallière, etc. Salles du XVIIIe s., Françoise Duparc. Salles du XVIIe s., un magnifique Saint-Jacques le Majeur de Pietro Novelli, etc. Promenade dans les jardins qui sont au-dessus du palais, Pierre y a des souvenirs d’enfance. Statue d’Ernest Reyer, masque de Sigurd. Redescendus vers la Vieux-Port, toujours à pied. Voulu voir le musée “Regards de Provence“, mais il ferme comme nous y arrivons.  Essayé de voir la vieille Majeure, mais elle est en travaux. Entrés dans la nouvelle. Église Saint-Laurent. Vieux-Port, Pierre achète des santons de Noël pour les enfants de son frère. Rentrés à l’hôtel vers sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait sur le Vieux-Port, une demi-heure plus tôt, et beau Saint Jacques le Majeur de Novelli, au palais de Longchamp. Nouvelles, les gilets jaunes n’ont pas renversé le régime. “Room service”, un club-sandwich et un verre de chablis chacun, mais inquiétudes rénales. Agenda. 22:57:09 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. You Will Not Replace Us!, transcriptions de corrections d’Afchine Davoudi. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du samedi 17 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 18 novembre 2018, 23 h 54
modifiée le lundi 19 novembre 2018, 10 h 17
Dimanche 18 novembre 2018.
Marseille, hôtel Sofitel Vieux-Port, ch. 605. Très bien dormi, levés peu après huit heures. Ouvert l’ordinateur, laborieuse opération. L’Arrière-Pays. Déjeuné au septième étage, plus raisonnablement que la veille, en négligeant tout ce qui relève de la charcuterie. Saumon, sardines, champignons, aubergines, puis fromages, puis poires en leur jus et muesli, petit pain aux raisins, calissons d’Aix. Été voir et photographier le Pharo et le fort Saint-Jean de la terrasse découverte. Journal, entrée du jour, réduction, relecture et mise en ligne (sur un Caspar-David Friedrich en prêt de Hambourg au palais de Longchamp). Bain. Sortis vers midi. Tour du Vieux-port, été à la Fondation “Regards de Provence“, bonne collection permanente, Guigou, Joseph Garibaldi, Jean-Baptiste Olive, Seyssaud, Camoin, Manguin, Verdilhan, Dyf, etc. Exposition de Georges Rousse. Été à l’église Saint-Laurent, mais elle est fermée. Passés de là au fort Saint-Jean, par la passerelle. Beaucoup tourné dans le fort, temps superbe, belles lumières, très heureux moment. Montés au sommet de la tour du roi René. Sauté de là au Mucem, toujours par le haut. Se tient là une exposition Georges-Henri Rivière, que nous ne voyons pas. Pris un taxi pour le musée d’Art contemporain, au diable, au-delà du parc Borély. Institution un peu pauvrette et délaissée, mais pas inintéressante. Rauschenberg, Tinguely, Mel Bochner, Sol le Witt, beaucoup de César, etc. Exposition de Julien Prévieux. Retour en ville assez laborieux, attendons un autobus à côté d’une femme voilée qui hurle en arabe dans son portable, exactement comme si nous n’existions pas. Dans l’autobus même, énorme femme noire, voilée également, couverte de tissus divers et menant, elle, une conversation très animée dans une langue africaine, à l’aide d’un micro placée devant sa bouche et sortant de son turban-voile. Heureusement nous arrivons au carrefour du Prado avant que je sois pris d‘un accès de fureur (qui eût été bien inutile, tant il est évident que “déranger” n’est pas un concept agissant et intelligible, pour ces gens-là…). Changement de bus, pris le 83, bondé, qui rentre en ville par la Corniche. Tour dans le parc du Pharo, encore ouvert malgré la nuit, pour se détendre un peu les nerfs, mais il commence à faire un peu froid. Rentrés à l’hôtel vers six heures et demie. Grande agitation de boîte à lettres autour de la consultation sur le changement de nom du CNRE-Résistance. Rituel message désagréable du général Martinez, à ce propos. Dans un autre ordre d’idées (et de style), non moins rituels Defalvardiana sur Flickr, le poète cite encore une fois, sous un mes autoportraits, un passage qu’il adore de Sollers, d’une noire homophobie, sur le vieillissement des homosexuels. Le Jour ni l’Heure, autoportrait du jour, justement, en gardien de musée au MAC, et belle Entrée du Vieux-Port, vue du Pharo, par Jean-Batiste Olive, 1848-1936. Vu les nouvelles, l’agitation des Gilets jaunes ne se calme pas, nous allons peut-être avoir quelque mal à rentrer. Dîné dans la chambre, suprême de poulet au boulgi-boulga, bien, verre de vin rouge des côteaux d’Aix. L’Arrière-Pays. Agenda. 23:47:11 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. You Will Not Replace Us!, transcris des corrections d‘Achille d‘Avoudy, en luttant contre le sommeil. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du dimanche 18 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 19 novembre 2018, 10 h 24
modifiée le mardi 20 novembre 2018, 9 h 43
Lundi 19 novembre 2018.
 Marseille, hôtel Sofitel, ch. 605. Assez bien dormi, levé à sept heures vingt. Journal, entrée du jour. Petit déjeuner-tuerie, en trois temps : saucisses et boudins, œufs brouillés, bacon ; puis saumon, sardines, poulet, fromage ; puis poires au bien au muesli, biscuits, nougats, calissons d’Aix. Journal, entrée du jour (Michèle Tribalat face à Arnaud Saint-Martin), “Le Grain à moudre”, 7 novembre 2018 — relecture et mise en ligne; Agenda. 10:23:17 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Bain. Quitté l’hôtel Sofitel Vieux-Port vers onze heures et demie. Corniche en est, vu sur les îles. Parc Borély, jardins salopés par des tentes en plastique, en ouest, cour beaucoup mieux tenue, à l’est. Quitté Marseille un peu laborieusement, passé au pied de Notre-Dame de la Garde par l’arrière puis sur le Vieux-Port. Martigues. Site antique, paléo-chrétien et roman de Saint-Blaise, commune de Saint-Mitre-les-Remparts : très joli au milieu de contrées ravagées, malheureusement fermé (entrés tout de même un peu). Istres, dû contourner un barrage de Gilets jaunes. Château de Suffren. Mouriès. Maussane-les-Alpilles. Parados. Château d’Estoublon, et chapelle, jolie crèche XVIIe. Superbe chapelle romano-romane de Saint-Gabriel, commune de Tarascon (au sud-est). Tarascon, église Sainte-Marthe, force Parocel, Mignard, Vien, un vrai musée ; sarcophage de sainte Marthe. Tarasque, statue récente, au pied du château. Passé le Rhône à pied, retrouvé Pierre de l’autre côté. Beaucaire. Magnifique hôtel-de-ville, autoportrait dans l’escalier, entrés dans la salle des mariages. Bel hôtel un peu plus ancien en face (Fermineau). Église classique (fermée). Fait le tour du château. Repris la voiture, été malgré la pluie et la nuit tombante, puis tombée, à l’abbaye de Saint-Roman, pour laquelle il faut beaucoup marcher d’autant que nous sommes partis, n’y voyant plus rien, dans la mauvaise direction. Beaucoup couru dans les bois, l’obscurité, la pluie et le froid pour trouver finalement un site fermé, dont nous n’avons à peu près rien vu (une échauguette). Redescendus par l’accès normal, en long escalier. Nîmes. Bloqués par les gilets jaunes, qui nous ménagent finalement l’accès à l’autoroute, mais sans ticket d’accès, d’où inquiétude tout du long quant à la sortie. En fait à Toulouse-Sud, on peut appeler et payer malgré l’absence de ticket. Diné au même “Pong” qu’à l’aller, Royal Quelque-chose (pas -Canin), mais nous sommes les derniers, ils ferment, il ne reste plus grand chose et c’est assez précipité. La sortie de l’autoroute à Valence-d’Agen est fermée, il faut aller jusqu’à Agen et là nouveau barrage de Gilets jaunes, ils veulent nous faire signer une pétition pour nous laisser passer, ce que nous refusons mais ils finissent par nous laisser passer tout de même. Arrivés à Plieux vers une heure, couchés aussitôt, assez fatigués, surtout par la course nocturne à Saint-Roman. 

lire l’entrée du lundi 19 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 20 novembre 2018, 9 h 49
modifiée le mercredi 21 novembre 2018, 10 h 16
Mardi 20 novembre 2018.
Saint Edmond, sem. 47 — 324/41. Plieux. Levé avec Pierre à six heures et demie, temps pluvieux et froid. Coutumières petites crottes defalvardiennes. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, dans l’escalier de l’hôtel de ville de Beaucaire, et château Borély côté cour, la veille également, en fin de matinée, avant que le temps se gâte. Pâle soleil se lève. 09:48:45 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Tél. de Farid Tali, qui ne viendra plus le mois prochain mais en janvier. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Dû écrire une lettre collective à propos du changement de nom du CNRE-Résistance. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, chapelle Saint-Gabriel de Tarascon, hôtel de ville de Beaucaire, chapelle Saint-Blaise de Saint-Mitre-les Remparts. Anne-Charlotte Rémond sur Gubaidulina. Communiqué du CNRE n° 63, sur le pacte de Marrakech. Bain. Retour de Pierre. Promenade avec lui sur le plateau, sous la pluie, jusqu’au rang des chênes. Échangé quelques mots avec Mme Tr. et Mme Cabestaing. Atelier, mis le grand Port-Royal-des-Champs à la place du petit sur le chevalet, pour quelques finitions latérales. Revu les feuillages, bleui un toit. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, Port-Royal. Autre tél. de Farid, cette fois-ci pour Pierre. You Will Not replace Us!, continué la transcription des corrections d’Achille d’Avoudy. Dîné aux nouvelles, blinis, poire à la vapeur et confiture figues. Panne de la télévision ensuite, remonté tôt. Aménagé les cartons meyeriens portant mes “propositions personnelles”, de 51 à 55. L’Arrière-Pays. Tweets, élagage très modéré et ajout de quelques notes. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du mardi 20 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 21 novembre 2018, 12 h 59
modifiée le jeudi 22 novembre 2018, 9 h 46
Mercredi 21 novembre 2018.
Présentation de Marie, sem. 47 — 325/40. Plieux. Bien dormi, réveille à huit heures vingt par le chien de Mme Le Coz. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et grand Port-Royal-des-Champs, état de la veille. L’Arrière-Pays, assez intensément (“Crise de tweets”. Comptes : Dernière connexion le 16/11/2018 à 13h39 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.491,52 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 20/11/2018 -1.491,52 € /// À venir -977,56 € | Prévisionnel -2.469,08 € /// Débiteur depuis 21 jours (aucun mouvement). Agenda. 12:57:50 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du lundi 19 novembre 2018, château d’Estoublon, à Fontvieille, tombeau de Sainte-Marthe dans l’église Sainte-Marthe de Tarascon, détail de Sainte Marthe reçoit le Christ à Béthanie, de Joseph-Marie Vien, 1747, même lieu. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, pages sur Corneille. Journal, entrée du jour. Visite à cinq heures, comme convenu, de M. Jacques Debet, ancien banquier, qui vit en Corrèze. Thé avec Pierre et lui, macarons. Le raccompagnons vers sept heures mais pas trop, car il s’est garé très naturellement là où mieux aurait valu ne pas (!!!). L’Arrière-Pays. Journal, entrée du jour, relecture. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes et courgettes, bordeaux, poire à la vapeur et reste des macarons. La télévision marche de nouveau, la panne était sans doute liée au temps, mais nous n’y trouvons rien à regarder et je remonte tôt. Journal, entrée du jour, mise en ligne. You Will Not Replace Us, achevé de retranscrire, sans doute en en laissant passer pas mal, les corrections d’Afchine Davoudi. Tweets, élagage, beaucoup moins radical que prévu. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 21 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 22 novembre 2018, 10 h 02
modifiée le vendredi 23 novembre 2018, 9 h 44
Jeudi 22 novembre 2018.
Sainte Cécile, sen. 47 — 326/39. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures moins vingt. Joli temps brumeux, qui s’ensoleille. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail du bel hôtel de ville de Beaucaire, d’Hardouin-Mansart, c. 1680. Grosses déjections défalvardiennes, cette fois-ci contre le pauvre Davoudi, qui a eu le tort d’écrire un commentaire sur une de mes photographies (sans aucun rapport avec Defalvard, mais la haine obsessionnelle est très annexionniste). Comptes : Dernière connexion le 21/11/2018 à 12h54 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -1.491,52 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 21/11/2018 -1.491,52 € /// À venir -977,56 € | Prévisionnel -2.469,08 € /// Débiteur depuis 22 jours /// 20/11 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K +57,13 € /// 20/11 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/201118 I -17,90 € /// Agenda. 10:01:52 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Marseille le dimanche 18 novembre 2018 : Marcel Dyf, Le Bassin de carénage et le fort Saint-Jean, c. 1930 (???), fondation “Regards de Provence” ; buste du chevalier Roze par Jean-Baptiste Hughes, 1886 ;  Rauschenberg, 1/2 Gals. AAPCO, 1971, musée d’Art contemporain. Émission d’Anne-Charlotte Rémond sur Poulenc et Wanda Landowska à Saint-Leu, le Concert champêtre ; puis beaucoup de Mendelssohn à l’émission de François-Xavier Szymczak, un quatuor, le trio, les Variations sérieuses. Bain. Promenade dans la vallée par très beau temps. Jeune femme très souriante, deux fois. Curé la rivière, non dans mal car elle était obstruée par un assez gros tronc d’arbre. Échanges un peu tendus mais finalement pas inamicaux avec le chien Gary. Reçu dix exemplaires (inutiles) du deuxième tirage de You Will Not Replace Us! (il faudra en faire un troisième) et un catalogue du musée du Quai Branly, Fendre l’air, avec un mot de Stéphane Martin. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, bords. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, Port-Royal, mais tél. de Michel Gurfinkiel, que Pierre m’annonce comme Michel de Saint-Pierre (MG me dit que c’est tout à fait courant). L’Arrière-Pays. Tweets, mais commis une énorme bêtise, commencé à enlever de II, croyant à des doublons, tout ce qui avait été sélectionné naguère dans I. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et aux carottes, mais ratée, salade verte, poire à la vapeur. Vu L’Habit vert, 1937, de Roger Richebé, avec Elvire Popesco, André Lefaur, Victor Boucher, Jules Berry, etc. Tweets, suite, je défais ce que j’avais fait, de l’inconvénient de mener plusieurs travaux à la fois. Couché vers une heure et demie.    

lire l’entrée du jeudi 22 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 23 novembre 2018, 9 h 55
modifiée le samedi 24 novembre 2018, 10 h 54
Vendredi 23 novembre 2018.
 Saint-Clément, sem. 47 — 327/38. Plieux. Levé avec Pierre à sept heures et demie. Frédéric Mitterrand aux matins de France Culture. Temps gris et froid (ou bien le chauffage marche vraiment très mal). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue sur les îles du Frioul et le château d’If, prise de la Corniche à Marseille, matin du lundi 19 novembre 2018. Comptes : Dernière connexion le 22/11/2018 à 09h56 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.491,52 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 22/11/2018 -1.491,52 € /// À venir -977,56 € | Prévisionnel -2.469,08 € /// Débiteur depuis 23 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 09:54:57 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Beaucoup de temps perdu à une vaine polémique avec un certain (j’ai oublié), qui finit par faire amende honorable, selon ses propres termes (réf. L’Infini 57). Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises au palais Longchamp à Marseille le samedi 17 novembre 2018 : le palais lui-même, Espérandieu, 1869 ; le portrait de Mme Pascal par Monticelli, 1871 ; beau détail de L’Adoration des Mages, par Jean-Baptiste de Faudran, c. 1650 (?). Dernière de la belle série d’émissions de Szymczak sur Mendelssohn. Bain. Retour de don Pèdre. Promenade avec lui sur le plateau, jusqu’à l’embranchement, dans une magnifique lumière. Atelier, grand Port-Royal-des-Champs, fignolages. Lecture par Pierre du Port-Royal de Sainte-Beuve, passionnant. Tweets, me démêlant avec l’énorme bêtise que j’ai commise ces jours derniers faute de me souvenir de mes premiers travaux sur ce livre, toutes les versions sont confondues, c’est un mélo-mêlo épouvantable, le travail sera (comme d’habitude) beaucoup plus long que prévu. Diné aux nouvelles, lentilles et œuf à cheval, jardinière de légumes. Salade verte. Poire à la vapeur et framboise. Revu Les Roseaux sauvages, 1994, de Téchiné, 1994, décidément très bien. Quotidiennes déjections Defalvard, en pleine crise — certains me conseillent de porter plainte pour harcèlement, mais il me semble que tout cela, par l’extrême bassesse et le caractère obsessionnel, fait plus de tort à ce pauvre garçon qu’à moi ; si un jour il recouvre la raison il sera bien embarrassé. Tweets, suite d’un travail passablement absurde, tâchant de démêler les versions. Couché peu après une heure.  

lire l’entrée du vendredi 23 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 24 novembre 2018, 11 h 18
modifiée le dimanche 25 novembre 2018, 19 h 27
Samedi 24 novembre 2018.
Sainte Flora, sem. 47 — 328/37. Plieux. Assez bien dormi, levé avec Pierre à huit heures. Magnifique matinée très claire, Pyrénées à les toucher presque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Fenêtre de la bibliothèque du matin même, justement. Émission de Finkielkraut sur le thème de la “Demeure”, avec François-Xavier Bellamy, qui est une sorte de moi transformé en gendre idéal (il y avait du travail…) et Sylvain Tesson. Comptes : Dernière connexion le 23/11/2018 à 09h51 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.491,52 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 23/11/2018 -1.491,52 € /// À venir -977,56 € | Prévisionnel -2.469,08 € /// Débiteur depuis 24 jours /// Chien Le Coz insupportable toute la matinée. Agenda. 11:05:25 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Marseille le dimanche 18 novembre : vue sur le fort Saint-Jean, prise de la chambre 605 du Sofitel ; jeune femme blonde d’un groupe folklorique provençal, qui se produisait sur la Vieux-Port ; La Madelaine-sous-Montreuil, œuvre de Georges Rousse, 2014, à la Fondation “Regards de Provence”. Émission de Bourmeau sur les hôtesses d’accueil. Journal, relecture et mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, tome XIV, retour au fil des événements après le grand tableau de la France “culturelle” et spirituelle durant la première moitié du XVIIe siècle (à la fin du tome XIII) : années 1643-1644 militaires, bataille de Rocroi, mort de Gassion, la campagne de Catalogne.  Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Atelier, quelques retouches au grand Port-Royal-des-Champs et peint un petit paysage (15x15 ?), Les Champs, sur un épais bloc de bois trouvé ces jours derniers dans la rivière. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, Port-Royal, histoire de la Mère Angélique, la journée du guichet. Tweets, travail absurde, défaisant tout ce que j’avais fait, à la suite d’une erreur sur laquelle il est impossible de revenir. Dîné aux nouvelles, maquereaux, crémant de Bordeaux, riz, salade verte. Poires à la vapeur et framboises. Panachage télévisuel, vu surtout un ou deux épisodes d’une série américaine du genre où tous les personnages disent fuck ou fucking tous les trois mots, nonobstant leur colossale fortune : Succession. L’Arrière-Pays. Suite de mes démêlés avec Tweets. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 24 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 25 novembre 2018, 19 h 45
modifiée le lundi 26 novembre 2018, 12 h 04
Dimanche 25 novembre 2018.
Sainte Flora, sem. 47 — 328/37. Plieux. Bien dormi, levé à sept heures et demie, grand froid (dans la maison). Le Jour ni l’Heure, Chronologie, autoportrait de la nuit et petit bloc de bois peint la veille, Les Champs. Déjeuné en bas avec Pierre. Forte crise de tweets, toute la matinée et au-delà, d’où très fâcheux retard pour tout le reste. Le Jour ni l’Heure, grand Port-Royal, dét., Les Champs, dét., et vue de l’atelier le 20 novembre, avec les deux Port-Royal. Tél. de Jean-Louis Germain, invitation à déjeuner. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, la situation financière en 1644, largesses exagérées de la régente ; la guerre civile en Angleterre, diplomatie française ; lente ouverture du congrès de Münster. Promenade sur le plateau, jusqu’au bout du goudron (nous n’allons plus au Cassé). Atelier, peint les bords du bloc de bois, à tort ou à raison. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, considérations sur Corneille, un peu tirées par les cheveux (son port-royalisme latent). L’Arrière-Pays. Tél. de Philippe Martel, qui a vu Viktor Orban et lui a remis You Will Not Replace Us! Clôture du “référendum” sur le changement de nom du groupe “CNRE-Résistance”. Agenda. 18:43:24 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction. Échanges avec Christopher Tomlinson, de Breitbart. Dîné aux nouvelles, restes de tarte aux champignons et carottes, améliorée. Lentilles. Salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vague surf télévisuel, peu convaincant ; laisse finalement Pierre regarder un film de Nolan (que j’avais d’abord confondu avec Dolan). Remonté relativement tôt. L’Arrière-Pays. Journal, relecture et mise en ligne de l’entrée du jour. Travaillé à un entretien avec Christopher Tomlinson pour “Breitbart”. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 25 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 26 novembre 2018, 12 h 18
modifiée le mardi 27 novembre 2018, 11 h 26
Lundi 26 novembre 2018.
Sainte Delphine, sem. 48 — 330/35. Plieux. Bien dormi malgré la pression vésicale, levé à huit heures vingt. Temps gris et froid, au moins dans la maison, où le chauffage marche très mal, au moins du côté de mon bureau. Nouveaux et abondants déversements nocturnes defalvardiens — ce pauvre garçon est manifestement fou à lier, mais il a des éclairs de lucidité dans son délire : ainsi il trouve que le pigeonnier de Port-Royal, dans mon tableau, a l’air d’une fusée prête à décoller, ce qui n’est pas faux ; son thème favori demeure toutefois que j’ai l’air beaucoup plus âgé encore que je ne suis. Il est un peu comme les punaises, je m’y suis habitué. Mais il est vrai qu’il est bien rasoir, comme souvent les fous, quoi qu’on en dise. Terminé et relu et envoyé l’entretien avec Chris Tomlinson pour le site “Breitbart”. L’Arrière-Pays. Agenda. 12:16:44 ///////   Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Trois photographies du lundi 19 novembre 2018 : Saint François recevant les stigmates, de Carle Van Loo, 1730, dans l’église Sainte-Marthe de Tarascon ; château de Beaucaire, XIe s. ; salle des Mariages de l’hôtel de ville de Beaucaire, 1684. Long téléphonage de Karim Ouchikh, cf. “La Ligne claire”. Échanges avec Julien Sanchez, le maire de Beaucaire, à propos de mon passage dans sa ville. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, campagnes de 1644-1645, Condé, Turenne, Gassion, La Mothe-Houdencourt, lents débuts de la conférence de Münster. Promenade tardive sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Échangé quelques mots avec les aimables sœurs. Atelier, Les Champs, bords (assez bêtement), recherches de nuances. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, Port-Royal, Corneille, Polyeucte, puis Rotrou, Saint-Genest. Journal, entrée du jour. Dîner aux nouvelles, omelette aux champignons, très bonne, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu un film anglais assez sale et moyennement drôle, Death at a Funeral, de Frank Oz, 2007. Journal, relecture et mise en ligne de l’entrée  du jour. Continue de me débattre stupidement avec Tweets. Defalvardiana rituels (“Vous vieillissez tous les jours”), avec maintenant un nouveau double, “Oliver Twist”, qui naturellement n’a non plus, sur Flickr, aucune entrée personnelle (pas de photographies, pas de “favoris” : pure machine à nuire). Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du lundi 26 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 27 novembre 2018, 10 h 04
modifiée le mercredi 28 novembre 2018, 9 h 40
Mardi 27 novembre 2018.
Saint Séverin, sem. 48 — 331/34. Plieux. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et beau roi mage de la crèche grandeur nature, XVIIe s., du château d’Estoublon, à Fontvieille. Beau temps légèrement brumeux, glacial (dans la maison, en tout cas). Tél. pénible d’une dame à tunnels, sympathisante politique, qui m’appelle “Camus Renaud” et commence la moitié de ses phrases par “Je sais que… ” (suis quelque chose de faux). Finis, exaspéré, par lui raccrocher au nez. 10:04:01 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de Marseille le dimanche 18 novembre 2018 : vue sur le Vieux-Port prise de la chambre à l’hôtel Sofitel ; vue sur le phare prise de la terrasse de la salle des petits-déjeuners, au Sofitel ; tag, petite annonce amoureuse, au-dessus du Vieux-Port. Anne-Charlotte Rémond sur Samuel Barber, 1948. Szymczak et Lodéon sur l’orchestre de la Suisse romande. Journal, entrée du jour, relecture et mise en ligne. Tweets, taillé dans le vif, supprimé tout Tweets I de Tweets II. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Pierre vient à ma rencontre. Atelier. Petit bloc de bois, Les Champs, bords. Repris un autoportrait très évolutif, VI, 60x60 n° 66. Lecture par Pierre de Sainte-Beuve, rayonnement de Port-Royal, la réforme arnaldienne ailleurs. Tél. de Yannick Pohon, éclaircissements réciproques au sujet de Tweets. Tweets, justement, à présent bien dégagé. Relecture sereine de Tweets I. Dîné aux nouvelles, blinis, carottes, courgettes. Vu The Dreamers, 2003, de Bertolucci, avec Michael Pitt, Eva Green et Louis Garrel, d’après le roman de Gilbert Adair, The Holy Innocents. Tweets, continué la relecture de Tweet I, sans rien enlever (mais une première sélection a déjà été faite, je crois). Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 27 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 28 novembre 2018, 9 h 51
modifiée le jeudi 29 novembre 2018, 18 h 38
Mercredi 28 novembre 2018.
Saint Jacques de la Marche, sem. 48 — 331/34. Plieux. Levé à six heures et demie avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et photographie prise lors de la course nocturne et pluvieuse vers l’abbaye de Saint-Roman, près de Beaucaire, lundi 19 novembre 2018. Beau temps. Comptes : Dernière connexion le 24/11/2018 à 11h02 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.491,52 € // Crédits -87.843,21 € /// Solde au 27/11/2018 -1.491,52 € /// À venir -977,56 € | Prévisionnel -2.469,08 € /// Débiteur depuis 28 jours. Aboiements Le Coz. Agenda. 09:50:37 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction et mise en ligne (en accès libre) : les Gilets jaunes et moi. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Beaucaire le lundi 19 novembre 2018, château, hôtel Fermineau, hôtel de Margallier. Anne-Charlotte Rémond, Leclair l’Aîné. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, années 1645-1646, succès français sur tous les fronts, sauf en Catalogne. Promenade avec Pierre dans la vallée. L’Arrière-Pays. Tweets I, lentement. Dîné aux nouvelles, gnocchis. Reportage affolant sur les éoliennes. Poire à la vapeur et framboises. Vu Mommy, de Xavier Dolan 2014. Tweets, suite. L’Arrière-Pays. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 28 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 29 novembre 2018, 18 h 37
modifiée le vendredi 30 novembre 2018, 11 h 03
Jeudi 29 novembre 2018.
Saint Saturnin, sem. 48 — 333/32. Plieux. Peu et très mal dormi, insomnie (les éoliennes). Levé à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue du matin même, Pyrénées, ciel rose. L’Arrière-Pays, mis en ligne l’entretien complet avec Mr. Tomlinson (pour Breitbart London) Parlé à Jeanne Lloan, essayé en vain de joindre Jacqueline Voillat, tél. de Jean-Yves Le Gallou. Le Jour ni l’Heure, Pêche au thon en rade de Marseille, de Ziem, fondation “Regards de Provence”, dimanche 18 novembre 2018 ; barbu sexy de la Toile ; Louis-Mathieu Verdilhan, Notre-Dame et Vieux-Port, “Regards de Provence”, 28 novembre. Rémond, Bernstein, 1977 (pour 1976). Szymczak, Suisse romande, Bartok. Bain. Promenade dans la vallée, très beau temps. Atelier, beaucoup amélioré l’autoportrait VI, croyais-je, mais la photographie n’en témoigne pas. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 28/11/2018 à 09h48 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.491,52 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 28/11/2018 -1.491,52 € /// À venir -1.495,18 € | Prévisionnel -2.986,70 € /// Débiteur depuis 29 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 18:34:58 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal du jour, rédaction. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et aux carottes. Poire à la vapeur et aux framboises. Vu Paterson, de Jim Jarmush, 2016, très beau (avec Adam Driver). Journal, entrée du jour, relecture et mise en ligne. Tweets, travaillé sur le II. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 29 novembre 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 30 novembre 2018, 11 h 16
modifiée le samedi 1er décembre 2018, 10 h 02
Vendredi 30 novembre 2018.
Saint André, sem. 48 — 334/31. Plieux. Très peu dormi, autre insomnie. Réveillé à cinq heures et demie, levé à six heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille et photographie du château de Plieux, relativement inédit car prise du terrain nouvellement dégagé, au bord du parc de la chartreuse. Beau temps. L’Arrière-Pays. Tél. de Richard Roudier. Écrit à sa demande un texte pour les membres du CNRE, pour les inciter à signer au plus vite son “Appel des Cent” (contre le pacte de Marrakech). Comptes : Dernière connexion le 29/11/2018 à 18h32 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.459,71 € /// Crédits -87.843,21 € /// Solde au 29/11/2018 -1.459,71 € /// À venir -1.526,99 € | /// Prévisionnel -2.986,70 € /// Débiteur depuis 30 jours /// 29/11 VIR SEPA RECU /DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET C +31,81 € /// Agenda. 11:15:38 ////////   Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, entrée du jour, rédaction. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, Autoportrait VI, dét. ; vues de la route dans la vallée, Vers l’Auroue ; coucher de soleil rouge, fenêtre de la bibliothèque. Anne-Charlotte Rémond, Jacquet de la Guerre. Bain. Très mauvais temps, passé directement à l’atelier, retouché encore l’Autoportrait VI. Magnifique trio de Dvorak, après la mort de sa mère. Éclaircie, sorti après l’atelier, très belles lumières. Croisé Pierre près de l’église, marché avec lui sur le plateau, nuit tombante. Journal, entrée du jour, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays, relecture, ajout de notes. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, pesto, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu Mean Streets (Les Rues chaudes), 1973, de Scorsese, sans en retenir grand chose. Tweets, suite. Écrit à M. Jonathan Pugh. Couché à une heure et demie.        

lire l’entrée du vendredi 30 novembre 2018 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site