Le Jour ni l’Heure
avril 2018

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 avril 2018, 1 h 04
modifiée le lundi 2 avril 2018, 10 h 18
Dimanche 1er avril 2018.
Saint Hughes — Pâques. Levés à huit heures et quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Ravier, Falaises, ou Rochers, c. 1870-1875, fondation Custodia, Paris, samedi 10 mars 2018. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays. Visite de M. Loichot, qui nous apporte deux énormes parts de tarte meringué au citron, confectionnée par son épouse et que nous n’avons pas eu l’occasion de goûter cet hiver car le salon de thé n’a pas ouvert. Verre avec M. Loichot dans la bibliothèque, floc. Il dit grand bien de M. Azulay. Déjeuné-tuerie de restes avec Pierre, fricassée de poulet, salade verte, gorgonzola et cantal, château de Portets, glace au rhum et aux raisons et biscuits de Fleurance. Café. L’Arrière-Pays, très activement, un peu bêtement (1er avril). Une seule photographie pour la livraison de midi du Jour ni l’Heure, photographie presque entière d’Intérieur (Femme se coiffant), 1889, de Harald Slott-Moller, fondation Custodia, Paris, samedi 10 mars 2018. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1576, Alençon fait des siennes, cinquième paix, la plus favorable aux Huguenots. Appel de Marcel Meyer, qui rentre de Rome et trouve qu’il y a affreusement trop de touristes. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au rang des chênes. Atelier, modifier encore le visage d’Europe, sur chevalet, puis beaucoup pâli l’un des paysages 30/40, avec succès. L’Arrière-Pays. “Dîné”, tarte au citron meringuée de Mme Loichot, excellente, comme toujours, et infusion de verveine. Revu l’assez étonnant The Truman Show, 1997, de Peter Weir, avec Jim Carrey et Ed Harris. L’Arrière-Pays. Agenda. 00:56:07 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 1er avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 2 avril 2018, 10 h 24
modifiée le mardi 3 avril 2018, 9 h 41
Lundi 2 avril 2018.
92/273— Lundi de Pâques. Plieux. Levés à huit heures. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Paysage 50x40 photographié la veille, dans l’atelier; Les Champs. Difficultés et temps perdu avec Flickr, qui marche mal. Déjeuné en bas avec Pierre-Auguste, fruits secs, muesli et compte de poire, framboises, pyramide de chèvre sur crackers avec de la gelée de coings. Agenda. 10:22:45 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal du jour, The Truman Show, rédaction. Le Jour ni l’Heure, le Georges Michel de Lyon, Paysage orageux, vu à la Fondation Custodia, exp. Georges Micjel, samedi 10 mars 2018 ; Pierre à ladite ex. Georges Michel, même jour : et dernier état d’Europe II. Bain. Pas de lecture d’Henri Martin car émission de François-Xavier Szymczak sur B. [le compositeur suédois, Beltrame fait écran] BERWALD. Promenade avec Poerre sur le plateau, été simplement au Cassé, car manque de temps. Atelier, enjolifié Europe II. Lecture par Pierre de Brunet, beaucoup question de Lectoure, du consulat, de sa division à parts égales entre catholiques et huguenots. Journal du jour, relecture et mise en ligne. Allocution pour Bordeaux. Dîné aux nouvelles, demi-tarte aux épinards et aux chèvre, salade verte, abondants restes de fromage, gorgonzola, saint-nectaire, bordeaux (château de Portets), poire à la vapeur à la confiture de figues et biscuits de Fleurance. Vu … (j’ai oublié, film récent, 2016 — si, un film d’Almodovar, Julieta). L’Arrière-Pays. Suite de l’allocution pour Bordeaux le lendemain, achevé un brouillon, 8000 signes. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du lundi 2 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 3 avril 2018, 9 h 47
modifiée le mercredi 4 avril 2018, 12 h 40
Mardi 3 avril 2018.
Saint Richard — 93/272. Plieux. Levé à sept heures vingt. Temps incolore. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et troisième (au moins) photographie de Vue de la Seine avec une diligence, de Georges Michel, dét., Fondation Custodia, Paris, samedi 10 mars 2018 — problème avec Flickr ou avec mon propre site, on ne peut plus mettre les photographies dans la “Chronologie”, pour ce 10 mars, en tout cas, ce sont toujours les mêmes qui apparaissent (et qui sont du 11 mars) — mystère. Agenda. 09:47:02 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, mais on ne peut plus mettre de photographies du 10 mars sur ce site, ou plutôt il en apparaît d’autres que celles qu’on met. Aboiements presque continus du chien de Mme Le Coz, alors que je suis très en retard et essaie de finir mon discours pour cette après-midi — un beau jour mes nerfs vont lâcher et tout ça va très mal se finir. ////////Saint Richard — 93/272. Plieux. Levé à sept heures vingt. Temps incolore. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et troisième (au moins) photographie de Vue de la Seine avec une diligence, de Georges Michel, dét., Fondation Custodia, Paris, samedi 10 mars 2018 — problème avec Flickr ou avec mon propre site, on ne peut plus mettre les photographies dans la “Chronologie”, pour ce 10 mars, en tout cas, ce sont toujours les mêmes qui apparaissent (et qui sont du 11 mars) — mystère. Agenda. 09:47:02 //////// Fini le discours néanmoins, et l’ai imprimé sans encombre, malgré mes craintes. Bain. Quitté Plieux vers trois heures er demie. Retrouvé Pierre à l’espace “covoiturage” de l’entrée de l’autoroute à Agen vers quatre heures et demie. Autoroute pour Bordeaux avec lui. Accablé par une entrée de Bordeaux inédite, cours de la Somme, Grand Remplacement très avancé, déréliction architecturale accablante, totale lumpen-prolérarisation du quartier. Nous sommes garés devant le musée des Beaux-Arts, lui et son jardin bien abîmés aussi par d’affreuses banderoles “culturelles”. À six heures devant l’École de la Magistrature pour la manifestation organisée par François Jay et le Siel. “The Usual Suspects”, Christine Tasin, Pierre Cassen, Richard Roudier, Alain de Perreti, François Jay, donc. Mon “discours” semble n’intéresser personne ou n’être pas du tout compris. Je lis aussi celui du général Piquemal, empêché. Les manifestants (une cinquantaine au mieux) sont moins nombreux que les policiers et les policiers moins nombreux que les “antifas”. Mot drôle d’un homme qui a parlé aussi et qui préside “La Meute” : « Au moins pour mobiliser les antifas on est très forts ». Karim Ouchikh arrive très tard et parle en dernier. Déplacement collectif car l’ambiance est assez tendue. Un peu de mal à récupérer la voiture garée par malchance à vingt mètres du repère attifa, l’Irish Pub. Pierre se dévoue courageusement. Échange d’insultes (auquel je ne participe pas). Emmenons Karim Ouchikh au lieu suivant de rendez-vous, “Le Menhir”, local plus ou moins identitaire (ex-FNJ, évoluant vers le Bastion social), ou bizarre “table ronde” entre les mêmes, puis interviews filmés individuels, sous un tente. Christine Tasin refuse très véhémentement et un peu agressivement d’être membre du CNRE, Pierre Cassen semble plus hésitant, Richard Roudier adhère très chaleureusement. Trois verres de vin rouge, deux assiettes de charcuterie et de fromage. Partons les premiers, Pierre se lève à six heures et demie. Un agent de sécurité impressionnant nous raccompagne à la voiture. Rautoroute. Dormi un peu. Pierre récupère sa voiture à Agen. À France Culture, assez amusant entretien donné en 1966 (je crois) par Roland Dorgelès sur la vie de journaliste avant 14. À Plieux vers une heure. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 3 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 4 avril 2018, 13 h 00
modifiée le jeudi 5 avril 2018, 11 h 29
Mercredi 4 avril 2018.
Saint Isidore — 94/271. Plieux. Levé à huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait par Pierre lors de mon discours hier à Bordeaux, portrait d’Alain de Peretti, même source, mêmes circonstances. Visite de Mlle Venezia, avec sa grand-mère. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 31/03/2018 à 10h40 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 293,18 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 03/04/2018 293,18 € /// À venir -993,91 € | Prévisionnel -700,73 €  ///      03/04 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +533,68 € (vente de livres) /// 03/04 VIR SEPA RECU /DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET C +31,81 € 03/04 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +19,92 € /// 03/04 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +2,37 € /// Agenda. 12:59:40 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, mais on ne peut décidément pas ajouter de photographies à la journée du 10 mars 2018, ou, en tout cas, pas les bonnes (les machines en mettent d’autres à la place, les “remplacent” (par des photographies du 11)). Le Jour ni l’Heure, livraison de midi, deux photographies seulement, deux Facturier [Fautrier] de 1926, Petit Nu et Bouquet de fleurs noires. Bain. Pas de lecture d’Henri Martin car nous écoutons religieusement François-Xavier Szymczak sur Berwald, très beau poème symphonique dont j’ai oublié le titre, ma chère deuxième symphonie, la meilleure, la Capricieuse (surtout le premier mouvement) et l’excellent premier quintette avec piano. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l‘embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Atelier, quelques retouches à Europe II et repris un des paysages récents, 60x60 celui-là (mais plat), paysage nocturne. Lecture par Pierre de Serge Brunet, l’image d’Henri IV (alors roi de Navarre et gouverneur de Guyenne) en prend un coup. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards et au fromage de chèvre, salade verte, demi-poire à la vapeur et framboises. Bref surf télévisuel, vu un peu de X-Files, mais remonté tôt. Journal du jour, rédaction, relecture et mise en ligne. Attaque de sommeil, couché tôt, vers minuit et demi. 

lire l’entrée du mercredi 4 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 5 avril 2018, 11 h 44
modifiée le vendredi 6 avril 2018, 19 h 12
Jeudi 5 avril 2018.
Sainte Irène — 95/270. Plieux. Levé à six heures et demie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Europe II, état de la veille. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le /// Bonjour // Avoirs 653,28 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 04/04/2018 653,28 € /// À venir -854,01 € | Prévisionnel -200,73 €  ///      04/04 VIR SEPA RECU /DE PIERRE JOLIBERT /MOTIF /REF +300,00 € /// 04/04 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +200,00 € (livres, abonnements) / 04/04 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/040418 -76,00 € /// 04/04 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040418 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 € /// 04/04 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,75 € /// 04/04 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € ///  Agenda. 11:44:10 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois peintures récentes photographiées la veille, Paysage nocturne, Paysage au ciel couvert, Europe, dét. (les seins). Bain. Berwald, un des trios. À deux heures et demie, visite sur rendez-vous de M. Emmanuel Crenne, conseiller régional FN, venu du Lot. M’offre un joli flacon de rogomme. Parlé assez longuement avec lui dans la bibliothèque, puis promenade avec lui sur le plateau, du côté de la Rouquette et des fermes ; revenus par la route, D953. Thé dans la bibliothèque. Raccompagne le visiteur sur la piazzeta vers six heures. Pas d’atelier. Tél. de Philippe Martel. Il suggère que j’écrive une “Lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan”, à l’occasion de son procès. M’y mets. Dîné aux nouvelles. Reste de tartothon (et aux épinards), œuf à cheval. Salade verte, noix, fenouil. Demi-poire à la vapeur et framboises. Vu encore deux épisodes de la série sur la mort de Gianni Versace, mais ils sont nettement concentrés sur la personne de son assassin le tueur en série Andrew Cunanan, et très violents. Travaillé sur la lettre à Nicolas Dupont-Aignan. Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du jeudi 5 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 6 avril 2018, 19 h 37
modifiée le samedi 7 avril 2018, 18 h 27
Vendredi 6 avril 2018.
Saint Marcellin — 96/269. Plieux. Levé à 8 heures, temps magnifique, lumineux et vibrant — Pyrénées sous la neige étincelantes dans le soleil du matin. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et un Facturier [Fautrier] de l’exposition Facturier [Fautrier — c’est vraiment exaspérant, ça aussi… ] au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Bouquet de lys, 1926. Mis la dernière main à la lettre ouverte à Dupont-Aignan, l’ai relue, envoyée, puis publiée aussi largement que possible, “sponsorisée” sur ma “page”. Pas mal de commentaires à ce propos, dans l’ensemble très favorables. Visite impromptue de gendarmes, un homme et une jeune femme, porteurs d’une convocation devant l’adjudant Redon à Saint-Clar lundi prochain. Ils sont très polis et très aimables, la jeune femme annonce même qu’elle reviendra visiter le château avec sa mère durant la période d’ouverture. Ils disent ne pas savoir de quoi il s’agit et paraissent sincères. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, deux autres Fautrier [corr. autom. : “Facturier”] de l’exposition, Truites et Poires, c. 1928. Bain. Berwald, son opéra assez rasoir, Estrella de Soria. Promenade sur le plateau, été au Cassé, vu le propriétaire allemand de la nouvelle maison (mais lui non). Atelier. Paysage carré, inspiré par des arbres en fleurs vu du Cassé (à Bedot, Binet ??????) (et certainement par Fautrier) (brun, gris foncé, blanc). L’Arrière-Pays, suite. Retour de Pierre. Comptes :    Dernière connexion le 05/04/2018 à 11h39 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -200,73 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 05/04/2018 -200,73 € /// À venir -935,55 € | Prévisionnel -1.136,28 € /// Débiteur depuis 1 jour ///      05/04 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/050418 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -742,05 € (crédit voiture) /// 05/04 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/050418 ID EMETT -111,96 € (assurance crédit pour les travaux de la tour). Agenda. 19:37:30 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Dîné aux nouvelles, gnocchi, pesto, carottes, salade verte, demi-poire aux framboises. Vu un peu d’un film de guerre anglais se passant de nos jours en Afghanistan, assez sexy mais très violent, et pas mal, de nouveau, du film didactique, très didactique, mais néanmoins incompréhensible par moi, mais bien interprété, sur le krach de 2008, The Big Short — toute sorte de personnages plus détestables les uns que les autres (sauf Brad Pitt). Journal. Attaque de sommeil. Couché à minuit et demi. 

lire l’entrée du vendredi 6 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 7 avril 2018, 18 h 26
modifiée le dimanche 8 avril 2018, 9 h 49
Samedi 7 avril 2018.
Saint Jean-Baptiste de la Salle — 97/268. Plieux. Beaucoup dormi, levés à 8 heures et demie, à l’arrivée de Céline dans la bibliothèque. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Paysage de Port-Cros (La Forêt), c. 1929, de Fautrier [corr. autom. : “Facturier”]. Émission de Finkielkraut sur la Russie, avec Hélène Carrère d’Encausse [corr. autom. : “d’Enchaussé” (???)] et une dame Thom, bien benête. L’Arrière-Pays, très intensément et bien vainement, sottement. Le Jour ni l’Heure, une seule mise en ligne, autre Facturier [c’est à devenir fou…], pastel de 1928, très twomblyesque. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, débuts de la Ligue, États-Généraux de 1576, prétentions implicites et détournées des Guise à la couronne. Promenade avec Pierre, été au Cassé, et revenus par le boulevard extérieur (du Cassé). Atelier, suite du paysage carré de la veille, Arbres en fleurs à Bidot. Lecture par Pierre de Serge Brunet de Castaing, l’hispanophilie dans le Sud-Ouest au temps de la Ligue, les Gramont. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 06/04/2018 à 19h33 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.136,28 € /// Crédits -95.276,01 € /// Solde au 06/04/2018 -1.136,28 € /// À venir 0,00 € | Prévisionnel -1.136,28 € /// Débiteur depuis 2 jours /// 06/04 CHEQUE 5947178 -935,55 € (Céline) ///  Agenda. 18:24:21 /////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille. Dîné aux nouvelles. Tarama et anchois sur blinis, riz, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Surf télévisuel, vu la fin d’un documentaire “écossais” sur un tableau d’Antonio Moro et un peu de Qui êtes-vous Monsieur Sorge ?, 1960, Yves Ciampi. Journal, mais attaque de sommeil. Travaillé à une refonte et mise à jour d’Une chance pour la France, programme politique élaboré pour la dernière campagne présidentielle. Échanges avec Me Rimokh à propos de la convocation à la gendarmerie. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du samedi 7 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 8 avril 2018, 9 h 54
modifiée le lundi 9 avril 2018, 10 h 50
Dimanche 8 avril 2018.
Sainte Julie — 98/267. Plieux. Levés à huit heures. Temps très gris et très humide. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Printemps couvert à Bidot (Plieux), paysage 60x60, dét. Déjeuné en bas avec Pierre, “nioufis”. Agenda. 09:53:58 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Le Jour ni l’Heure, trois Facturier [...] de la fin de années 20, deux toiles et une œuvre sur carton, Lac Bleu I et Les Oliviers, Effet de neige (très pré-twomblyesque), exposition Facturier [Fautrier], Paris, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, dimanche 11 mars 2018. Entendu le concerto pour violon n° 1 de Szymanowsky. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, les (premiers) États Généraux de Blois, décembre 1576, janvier 1577 — grande ressemblance avec la situation actuelle. Temps affreux, nous ne sommes même pas sortis. Atelier, Printemps couvert à Bidot (les arbres en fleurs sous un ciel noir). Lecture par Pierre de Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre », toujours très synchrone avec Martin, rapports d’Henri III de Navarre avec Philippe II (qui l’appelle “Vendôme”). L’Arrière-Pays (Twitter 18.700, nouvelle page Facebook 1000). Journal du jour, relecture et mise en ligne (Georges Michel et “Facturier”). Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, pesto. Poire à la vapeur et framboises. Surf télévisuel, vue un peu d’un Cukor rasoir et laid, Hantise (Gaslight), 1944, avec Ingrid Bergman et Charles Boyer, et de Un Fauteuil pour deux, Trading Places, 1983, sottise de John Landis. Écrit à M. Narce, à Ceyrat, ami de ma tante qui a une maison à vendre à Lavaudieu. Écrit à Mme Ladislava Château, qui a arrangé ma rencontre avec le président Klaus. Affronté le chaos de mon bureau, trouvé toute sorte de lettres même pas ouvertes. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 8 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 9 avril 2018, 11 h 05
modifiée le mardi 10 avril 2018, 9 h 52
Lundi 9 avril 2018.
Annonciation (??????) — 99/266. Plieux. Levé à 8 heures. Succès de Viktor Orban en Hongrie. Pas de Céline, qui a téléphoné hier qu’elle ne viendrait pas (prob. pers.). Tél de la gendarmerie : rendez-vous de l’après-midi remis sine die. Tél. de Me Rimokh : il a parlé à l’adjudant Redon et la convocation est liée à une plainte de la LICRA, mais on ne sait encore à quel propos (affaire “petit bras” ?). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Printemps couvert à Bidot (Plieux). Temps gris et humide. Agenda. 11:04:37 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Deuxième appel de Me Rimokh, qui a de nouveau parlé à l’adjudant Redon : la plainte de la Licra est appuyée par la Dilcrah et par SOS Racisme et elle porte sur le discours fondateur du CNRE le 9 novembre 2017 à Colombey-les-Deux-Églises (ce qui est excellent). L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, deux paysages de Facturier [Fautrier] de 1928 et 1929, Paysage et Forêt, exposition Fautrier, 11 mars 2018. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, le nouveau duc d’Anjou, la guerre sans guerre (ou la non-guerre avec guerre), année 1577. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Atelier. Peint rapidement, sur une toile de petit format offerte jadis par Jeanne Lloan (30x30), une version “jetée” de Printemps couvert à Bidot, brun, gris foncé, blanc. Lecture par Pierre de Serge Brunet, les Gramont, les Lansac, prétentions de Catherine de Médicis à la couronne de Portugal. Écrit au président Klaus, l’assuré que nous couvrirons ses frais (ce qui est un peu le monde à l’envers…). Journal. Dîné aux nouvelles, gnocchi, pesto, salade verte aux avocats et au céleri. Tranchées. Poire à la vapeur et confiture de figues. Vu L’Œil du diable (Djävulens öga), de Bergman, 1960, que Pierre aime beaucoup, moi moins. Journal du jour, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du lundi 9 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 10 avril 2018, 9 h 57
modifiée le mercredi 11 avril 2018, 10 h 29
Mardi 10 avril 2018.
Saint Fulbert — 100/265. Plieux. Levé à 8 heures moins le quart, Pierre déjà parti. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, et petit Printemps couvert à Bidot, II. Pas de Céline (troubles post-sentimentaux, suite), déjeuné seul en bas. Agenda. 09:56:48 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, une photographie de photographie ou plutôt d’image de film, Fautrier vers 1960 (?), exposition Fautrier, 11 mars 2018. Bain. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Dépassé par Pierre au retour. Atelier. Toile de Jeanne Lloan, 60X60 légèrement différente, paysage, entre Plieux et Gramont, arbres en fleurs dans un bosquet, ciel couvert toujours. Lecture par Pierre de Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre », les Lansac. Écrit à M. Ferenc Almassy. Journal, entrée du jour, relecture et mise en ligne. Dîné aux nouvelles, tarte aux épinards, champignons et (?), salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu un curieux film danois, Le Jour de l’invasion, l’armée danoise en 1940. Écrit à Marcel Meyer., cf. CNRE Écrit à Yannick Pohon, cf. l’album Autoportraits. Commandé un album Le Jour ni l’Heure 2011 pour M. Resca. Échanges très tardifs avec Me Rimokh. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du mardi 10 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 11 avril 2018, 10 h 38
modifiée le samedi 5 mai 2018, 13 h 56
Mercredi 11 avril 2018.
Saint Stanislas — 101/264. Plieux. Mal et peu dormi. Réveillé vers six heures, levé à six heures et demie avec Pierre. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Nu couché de Facturier [Fautrier], dessin de 1944. Toujours pas de Céline, cette fois-ci ça tombe très mal, j’attends M. Aske Munck, journaliste danois (Weekendavisen). Déjeuné seul en bas. Fait un peu de ménage. Bain. Comptes : Dernière connexion le 07/04/2018 à 18h20 /// Bonjour M. CAMUS ///Avoirs -1.067,28 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 10/04/2018 -1.067,28 € /// À venir -3,99 € | Prévisionnel -1.071,27 € /// Débiteur depuis 1 jour /// 10/04 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € (crédit, travaux de la tour) /// 09/04 VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.186,77 € (retraite) /// Agenda. 10:37:21 ////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Fait un peu d’ordre. Chien de Mme Le Coz mis à aboyer chez les T., insupportable toute la matinée. Fait un vacarme fou à l’arrivée de M. Aske Munck, vers onze heures et demie. Difficultés à faire pour M/ Munck du café, ça ne monte pas. Dû changer de cafetière. Entretien dans la bibliothèque. Retour de Pierre à une heure moins le quart. Floc et terrine de canard dans la bibliothèque, toasts. Déjeuner dans la salle des Pierres. Poulet au citron et pommes de terre nouvelles. Vacherin du Mont-d’Or, cantal, saint-nectaire. Saint-sardos. Salade verte. Glace à la noix et macarons de Valence. Visite du château avec M. Munck, salles de garde, puis montés au sommet de la tour. Café avec lui et Pierre dans la bibliothèque. Tél. de Céline, elle est en arrêt maladie pour une semaine. M. Munck s’en va vers quatre heures et demie. Le raccompagnons sur la piazzeta puis marchons sur le plateau jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. Atelier. Couverte 60x60 Le Printemps entre Plieux et Gramont. Lecture par Pierre de Serge Brunet, Catherine de Médicis et la succession de Portugal. Affaires du CNRE. Pas de vrai dîner, poire à la vapeur et glace à la vanille, infusion. Vu Le Docteur Jivago, de David Lean, 1965, d’après Boris Pasternak, avec Omar Shariff, Julie Christie, Geraldine Chaplin. Tél. de Marcel Meyer. Écrit à Martin Lichtmetsz. Envoyé à M. Pohon un projet de couverture pour Autoportraits. Ajouté des tweets à Tweets. Journal. Couché à deux heures et demie.  

lire l’entrée du mercredi 11 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 12 avril 2018, 9 h 38
modifiée le vendredi 13 avril 2018, 19 h 34
Jeudi 12 avril 2018.
Saint Jules — 102/263. Plieux. Levé à sept heures et quart. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Le Printemps entre Plieux et La Rouquette. Déjeuné en bas avec Pierre. Comptes : Dernière connexion le 11/04/2018 à 10h34 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.067,28 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 11/04/2018 -1.067,28 € /// À venir -104,43 € | Prévisionnel -1.171,71 € /// Débiteur depuis 2 jours /// Aucun mouvement. Agenda. 09:38:12 /////////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays, très intensément. Déjeuner de restes, seul. Poulet froid, saint-nectaire, vacherin, glace à la noix, saint-sardos, floc (pour ne pas ouvrir une autre bouteille de vin). Le Jour ni l’Heure mis en ligne deux Facturier [Fautrier], sans avoir le temps de les traiter à réception. Bain. Promenade dans la vallée, très beau temps. Néanmoins, tombé sur le cul dans une pente boueuse, en çà du premier gué. Rivière intraversable à gué, beaucoup trop haute et vive. La passe sut un poteau télégraphique renversé. Dors un moment dans un champ, au bord de l’Aurroue, non loin de la ferme Dulau. Très jolie vision au réveil, arbres, nuages, ciel, le soleil blanc comme une lune ; un peu de mal à me relever toutefois, d’autant que j’ai pris un bon coup au coccyx en tombant. Remonté par le chemin de la rivière, comme à l’aller. Atelier. Retour de Pierre. Paysage au cerisier en fleurs, taillis sous la Rouquette, entre Plieux et Gramont. Lecture par Pierre de Serge Brunet, suite de l’étude des sympathies espagnoles dans la noblesse du Sud-Ouest au temps de la Ligue. Journal de la veille, suite. Lettres diverses, M. Lichtmetsz, M. Almassy, M. Pohon. Parlé à Marcel Meyer. Dîné aux nouvelles, reste de restes, poulet (avec des pois chiches, dont je suis peu amateur), fromages, glaces à la noix et à la vanille. Saint-sardos. Vu encore deux épisodes de la série américaine sur l’assassinat de Gianni Versace ou plutôt sur son assassin, mais tout ça est assez absurde (le facteur déclenchant serait la répression antihomosexuelle dans l’Amérique des années 90...). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Tweets, d’après les relevés fournis par Jean-Philippe Boursier. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du jeudi 12 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 13 avril 2018, 19 h 52
modifiée le samedi 14 avril 2018, 11 h 56
Vendredi 13 avril 2018.
Saints Henri et Joël — 194/171. Plieux. Bien dormi, levé à huit heures vingt. Déjeuné seul en bas, fini le poulet, un peu de fromage, café. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Printemps couvert entre Plieux et Gramont, couverte 60x60, état de la veille (sans les traiter). L’Arrière-Pays. Coup de tél. de l’adjudant Redon, très correct, rendez-vous à la gendarmerie lundi. Beaucoup d’agitation twiterienne. Mis en ligne des cartons de Marcel Meyer, nouvelles formulations des points du programme. Communiqué pour le CNRE, n° 18, Mineurs étrangers et regroupement familial. Promenade au Cassé, jusqu’à la nouvelle maison. Dépassé par Pierre au retour. Atelier. Printemps couvert entre Plieux et Gramont, peint surtout les côtés, car c’est un 3D (mais différent des autres, moins épais). Lecture par Pierre de Serge Brunet, la reine Margot à Agen. Répondu M. Almassy. Comptes : Dernière connexion le 12/04/2018 à 09h36 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.067,28 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 12/04/2018 -1.067,28 € /// À venir -164,43 € | Prévisionnel -1.231,71 € /// Débiteur depuis 3 jours (aucun mouvement) /// Agenda. 19:50:22 ///////// Le Jour ni l‘Heure, Chronologie. Dîné au nouvelles, restes de tarte aux épinards et aux champignons, salade verte, fromage, saint-sardos, glace à la noix et à la vanille, pour ma part avec du rhum de la Guadeloupe offert par M. Bonnet il y a dix ou quinze ans (Pierre préfère l’armagnac). Vu un panaché de Fort Saganne et de The Falcon and the Snowman (Le Jeu du Faucon), de John Schlesinger, 1985, qui vaut surtout pour le jeu excellent de Sean Penn. Cartons de Marcle Meyer. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du vendredi 13 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 14 avril 2018, 12 h 20
modifiée le dimanche 15 avril 2018, 8 h 56
Samedi 14 avril 2018.
Saint Maxime — 104/261. Plieux. Levés à huit heures. L’Arrière-Pays. Déjeuné en bas avec Pierre. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Facturier [Fautrier], Paysage (Les Arbres), 1941, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, exposition Facturier [Fautrier], dimanche 11 mars 2018. Coup de téléphone hallucinant de muflerie d’un M. Crubellier, élu FN, qui parle sans interruption pendant vingt minutes et m’explique qu’il a fini par se laisser convaincre que ce n’était peut-être pas une mauvaise idée de m’inviter moi, Albert Camus, au dîner annuel de son association à Brignais, Rhône, d’autant qu’il a déjà essuyé beaucoup de refus. Finis par lui raccrocher au nez. Comptes : Dernière connexion le 13/04/2018 à 19h48 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.067,28 € /// Crédits -94.353,56 €/// Solde au 13/04/2018 -1.067,28 € /// À venir -164,43 € | Prévisionnel -1.231,71 € /// Débiteur depuis 4 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 12:17:46 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois Fautrier [corr. autom. : Facturier] du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, exposition Fautrier, dimanche 11 mars 2018 : Le Quartier d’orange, Forêt (les Marronniers), Les Jeunes Branches, c. 1943. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, portrait féroce d’Henri III. Promenade avec Pierre dans la vallée, la rivière n’est pas guéable, la traversons sur le pylône renversés, Subervie, remontons par l’avenue Delmas. Échangeons quelques mots avec Mme Pezat, qui promène son chien. Pour la première fois, il fait chaud. Atelier, attaqué un paysage de mémoire, sans dessin préparatoire, champ de colza d’un jaune très vif à travers des arbres noirs (vallée de l’Aurore). Délaissons un moment Serge Brunet pour le vieil Henri III de Philippe Erlanger, pour voir ce qu’il a à dire en défense face aux attaques ravageuses de Martin. L’entrée de journal de la veille, sur le peu d’entraide entre les protagonistes et les mouvements de la résistance, a été mise en ligne par Jérôme Vallet et vue là, ou bien lu directement par un site inconnu de moi (Storace, est-ce Conversano ?) et assez largement diffusée, d’où réactions assez nombreuses. Échange avec Damien Rieu, aigre-doux mais courtois. Soutien de Le Gallou et de Martel. Échanges avec Almassy. Chien Le Coz bien pénible toute la journée. Dîné aux nouvelles, jardinière de légumes aux champignons et soja. Poire à la vapeur et framboises. Vu Les Chemins de la haute ville (Room at the top), 1959, de Jack Clayton, avec Laurence Harvey et Simone Signoret. Suites de l’affaire du défaut d’entraide. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal du jour, rédaction, id. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 14 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 15 avril 2018, 15 h 06
modifiée le mercredi 18 avril 2018, 23 h 58
Dimanche 15 avril 2018.
Saint Paterne — 105/260. Plieux. Levé à sept heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Fautrier, Paysage (Buissons), 1943, 11 mars 2018. Déjeuné en bas avance Pierre. Agenda de la veille. L’Arrière-Pays. Chein Le Coz. Le Jour ni l’Heure, trois autres Facturier [Fautrier]des années de guerre, portraits de femme, Buste de jeune femme, La Jolie Fille, Sarah, 1943 ou 1944. Entendu Yves Lacoste à l’émission de Ruffin puis Finkielkraut et Lévy dans “L’Esprit de l’escalier”. Agenda, suite.  15:04:37 //////// Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, réformes juridiques d’Henri III. Marché avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement. Atelier, Paysage aux arbres noirs. Lecture par Pierre de Philippe Erlanger, Henri III, ça va très vite. Projets de mariage avec Élizabeth d’Angleterre. Journal. Dîné aux nouvelles. Vu ? (aucun souvenir). Lettre ouverte à Viktor Orban. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 15 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 17 avril 2018, 1 h 45
modifiée le mercredi 18 avril 2018, 12 h 58
Lundi 16 avril 2018.
Saint Benoît-Joseph. 106-259. Plieux. Très peu dormi, levé à six heures et demie. L’Arrière-Pays. Relu la lettre ouverte à Viktor Orban (en anglais) et l’ai envoyée à Ferenc Almassy, et aussi, plus tard, à Mme Marianne Öry. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Cent une vues sur Castelnau-d’Arbieu (41), photographie en fait prise par Pierre la veille au matin. Retour de Céline, peu diserte, comme d’habitude. Le Jour ni l’Heure, deux photographies de moi prises par Karim Ouchikh à Paris, samedi 10 mars 2018, l’une en noir et blanc et en couleurs, face au général Piquemal au Train bleu, l’autre à la Fondation Custodia pour l’exposition Georges MicheL . Bain. Été avec Pierre à Saint-Clar, gendarmerie, entendu toute l’après-midi par l’adjudant Redon, parfaitement correct, professionnel et poli. Plainte de la Licra, de la Dilcrah et de SOS Racisme, non seulement sur l’Appel de Colombey mais aussi sur les deux tweets “petit bras” et sur deux “statuts” Facebook. Longue séance de questions. Confirme tout pour le discours, suis plus exégétique pour les statuts et surtout pour les tweets, moins élaborés. Longue élaboration du procès-verbal, ensuite, que je relis et corrige, et heureusement, car par exemple : « Par définition l’in-nocence est une violence » (le non- avait sauté). Interrogation aussi sur mes revenus, entrées, sorties (je comprends pourquoi je suis à découvert vingt-huit jours par mois ! (dans les bons mois))  — mais là il faut aller chercher Pierre, plus renseigné (et plus concerné) que moi (il attendait dans la voiture, devant la gendarmerie).) Longue séance de prise des empreintes digitales, après, une opération beaucoup plus  salissante et compliquée que je ne l’avais imaginée (tous les doigts, puis les deux mains pleines, et bien dans les cases, et il ne faut pas salir le reste de la feuille, et ne pas souffrir d’arthrite). “Libérés” vers six heures. Assez jolie promenade à pied sur ce que Pierre appelle pompeusement les “remparts” de Saint-Clar, agreste boulevard circulaire, plutôt, ou chemin de ronde herbu. Acheté un guide Michelin rouge, 2018. Rentré vers sept heures. L’Arrière-Pays. Excellent dîner, tout à fait “mon genre”, jambon espagnol offert anonymement (M. Dellinger ?), pommes de terres rissolées, salade verte, saint nectaire, poire à la vapeur et framboises. Vu L’Attente des femmes (Kvinnors väntan), 1952, de Bergman, bien ennuyeux. Échange avec M. Daniel Conversano, qui doit venir ici à la fin de la semaine. Bonne lettre du président Klaus. Journal du jour, écriture, lecture, relecture, mise en ligne. Agenda. 23:38:21 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du lundi 16 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 18 avril 2018, 23 h 06
modifiée le mercredi 18 avril 2018, 23 h 13
Mardi 17 avril 2018.
Saint Anicet — 107/258. Plieux. Levé vers sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, “pavillon de lecture” à Couziot, près de L’Isle-Bouzon. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, une seule photographie, Le Fusillé, de Fautrier, 1943, Paris, dimanche 11 mars 2018. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, la Guerre des Amoureux. Très belle promenade aux Cèdres, où nous n’étions pas allé depuis des années. La propriété semble plutôt prospère, en contrepartie on ne s’y sent pas très à l’aise, car elle paraît très habitée. Descendu toute l’allée des Cèdres, néanmoins, puis suivi le long chemin qui aboutit en face de Saint-Créac. Temps magnifique, printemps exceptionnellement fleuri. Atelier, Paysage aux arbres noirs, sur un champ de colza. Lecture par Pierre d’Erlanger, Henri III, peu convaincant. Communiqué pour le CNRE, sur Aimé Césaire, mort il y a dix ans, et le génocide par substitution. L’Arrière-Pays. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, poire à la vapeur et framboises. Revu Diva, 1980, de Jean-Jacques Beneix, avec Frédéric Andreï. L’Arrière-Pays. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal. Couché vers deux heures.  

lire l’entrée du mardi 17 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 18 avril 2018, 23 h 48
modifiée le vendredi 20 avril 2018, 9 h 31
Mercredi 18 avril 2018.
Saint Parfait — 108/257. Plieux. Levés à sept heures vingt. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, aux Cèdres, et Paysage aux arbres noirs, champ de colza. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de la veille, maison d’En Mansaut, salle de Saint-Créac (qui est à vendre), et paysage large, vallée de l’Arratz, avec Plieux, vu de Gramont. Tél. de l’adjudant Redon, le Parquet n’a pas encore pris de décision quant à des poursuites. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Joyeuse grand amiral et duc, réglementation de la marine, son mariage. Promenade avec Pierre sur le plateau. Passé chez les Loichot, retenu des chambres auprès de Mme Loichot. Été jusqu’au Cassé, revenu par le boulevard extérieur. Atelier, Paysage au champ de colza. Lecture par Pierre d’Erlanger, Henri III, la Saint-Barthélémy. Communiqué pour le CNRE, n° 19, projet de référendum sur l’immigration de MM. Dupont-Aignan et Wauquiez (séparément…). Longue conversation avec M. Buhler. Écrit à M. Conversano. Agenda, très en retard. Réécrit par erreur la journée de lundi. Dîné aux nouvelles, tarte aux champignons et aux épinards. Salade verte. Verre de saint-sardos. Poire à la vapeur et framboises. Surf télévisuel, vu un peu de Captain Blood, de Michael Curtiz, 1935, avec Errol Flynn, et davantage de The Tourist, 2010, de Florian Henkel von Donnersmarck, avec Angelina Jolie et Jonny Depp. Remonté assez tôt, néanmoins. Agenda. Comptes : Dernière connexion le 14/04/2018 à 12h15 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.108,02 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 18/04/2018 -1.108,02 € /// À venir -184,43 € | Prévisionnel -1.292,45 € /// Débiteur depuis 9 jours /// 18/04 VIR SEPA RECU /DE KOBO INC PUBLISHER PAYMENTS (ACC.: K +37,16 € /// 17/04 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/170418 I -17,90 € /// 16/04 PRLV SEPA ORANGE ECH/160418 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 € //// Agenda. 23:48:27 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal. Couché vers deux heures.   

lire l’entrée du mercredi 18 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 20 avril 2018, 10 h 03
modifiée le vendredi 20 avril 2018, 10 h 39
Jeudi 19 avril 2018.
Sainte Emma — 109/256. Plieux. Levé vers sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vue de Saint-Clar-de-Lomagne prise des Cèdres de Saint-Créac. L’Arrière-Pays. Série de tweets sur mon interrogatoire à la gendarmerie. Beaucoup d’animation. Le Jour ni l’Heure, une seule livraison, autre vue de la salle de Saint-Créac. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, années 1581-1582, dévotion extrême d’Henri III, mésaventures et imbécillités du duc d’Anjou au Brabant et à Anvers (on comprend que Filip Dewinter puisse être un peu francophobe…). Promenade avec Pierre dans la vallée, nous descendons avec un seau, une éponge et du produit pour nettoyer le panneau Monuments historique “Château de Plieux —>” qui est au carrefour bas, tâche dont nous nous acquittons avec un certain succès. Passé la rivière au premier gué, pour la première fois depuis plusieurs semaines. Atelier. Paysage aux arbres noirs, champ de colza, bon nombre de modifications, dans le tracé (en bas) et les coloris. C’est mieux (et à peu près fini ?). Lecture par Pierre d’Erlanger, “le roi malgré lui”, équipée polonaise d’Henri III, assez piteuse. Grande activité épistolaire, malgré le chien Le Coz déchaîné. Écrit au président Vaclav Klaus, lui ai proposé, puisqu’il semble si bien disposé, la présidence d’honneur du CNRE. Commencé une lettre manuscrite au comte Karolyi, ambassadeur de Hongrie. Dîné aux nouvelles, gnocchi, pesto et carottes, salade verte. Poire à la vapeur et framboises. Vu un peu de The Hollow Crown, Richard II, avec Keats et le mari de la suffragette dans le rôle du roi ; et deux épisodes de la série sur la meurtre de Gianni Versace, enfance de l’assassin, pas mal, bien même (père escroc, hyper-matérialiste, philippin, etc. (“Tout comprendre c’est tout pardonner” ?). Reprise de l’activité épistolaire, suite de la lettre à l’ambassadeur de Hongrie. Écrit à notre bienfaitrice de Géménos (c’est elle qui a envoyé le jambon anonyme, de même que la couverture matelassée cet hiver). Écrit à M. Pohon (mais tout traîne, de mon fait). Journal. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 19 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 20 avril 2018, 10 h 38
modifiée le samedi 21 avril 2018, 10 h 56
Vendredi 20 avril 2018.
Saint Odette — 110/255. Plieux. Mauvaise nuit, réveillé très tôt, vers cinq heures, forte douleur au bas-ventre, de nouveau, et que pisser n’apaise pas. Impossible de me rendormir, à cause d’elle. Mais Pierre est tellement gentil qu’il est gentil même en dormant. Levé à sept heures vingt, peu vaillant, assez abattu (vanité des vanités, déglingue générale, etc.). Très beau temps, “par contre”. Le Jour ni l’Heure, autoportraité de la nuit et Paysage aux arbres noirs, champ de colza (la vallée de l’Auroue). Douleur s’estompe, sans passer. Comptes : Dernière connexion le 18/04/2018 à 23h43 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.108,02 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 19/04/2018 -1.108,02 € /// À venir -184,43 € | Prévisionnel -1.292,45 € /// Débiteur depuis 10 jours /// (aucun mouvement). Le chien Le Coz, mis à aboyer chez les T., commence son numéro. Tél de Christian Vanneste. Agenda. 10:36:10 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Chien Le Coz toute la matinée. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies de notre sortie de mardi dernier, la maison des Cèdres (En Mansaut ou Bordeneuve, commune de Saint-Créac) ; curieuse petite centrale électrique (???) de style gaullo-moderniste sous la “salle” de Saint-Créac ; gentils setters irlandais de Montagnac, L’Isle-Bouzon, en coupant la voiture. Dernière émission d’Anne-Charlotte Rémond sur Chabrier. Communiqué sur le cinquantième anniversaire du discours fameux d’Enoch Powell. Écrit au comte Karolyi, ambassadeur de Hongrie. Chien Le Coz insupportable toute l’après-midi, mais il s’arrête précisément au moment où je vais téléphoner pour demander secours à la mairie, bien que je sache que ça ne sert absolument à rien. Bain. Changement d’horaire, déplacé la promenade vers la fin de l’après-midi, car soudain il fait très chaud. Été avec Pierre jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, couverte 60x60 Paysage aux arbres noirs, champ de colza, les bords. Henri III d’Erlanger, de plus en plus exaspérant (les deux) (les trois avec le chien Le Coz, qui continue pendant le dîner). Dîner aux nouvelles, reste de gnocchis, œuf à cheval, carottes, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Vu Io la conscevo bene, d’Antonio Pietrangeli, 1966, pas mal, avec Stefania Sandrelli, bien mauvaise, mais c’est exactement ce qu’il faut. Suite de la lettte à l’ambassadeur Karolyi, imprimé non sans difficulté, avec l’aide de Pierre, mon interview hongroise et ma lettre à Viktor Orban. Tél. de Philippe Martel, de Daniel Conversano. Journal, essayé de rattraper le retard. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du vendredi 20 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 21 avril 2018, 11 h 30
modifiée le dimanche 22 avril 2018, 11 h 36
Samedi 21 avril 2018.
Saint Anselme — 111/254. Plieux. Levés à sept heures et demie. Très beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Facturier [Fautrier], Tête d’otage n° 10, exposition Facturier [Fautrier] au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 mars 2018. Émission sur cette exposition, justement, bien plate, aux “Matins du samedi” de France Culture. Émission de Finkielkraut sur l’Europe de l’Est, avec Chantal Delsol et Jacques Rupnik, lui aussi bien plat. Sorti pour photographier au soleil du matin l’arbre de Judée du portillon, très en fleurs. Inévitables agressions sonores du chien Le Coz. Comptes : Dernière connexion le 20/04/2018 à 10h15 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.108,02 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 20/04/2018 -1.108,02 € /// À venir -184,43 € | Prévisionnel -1.292,45 € /// Débiteur depuis 11 jour /// Agenda. 11:29:48 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois Fautrier des années de guerre, exposition Fautrier, MAMVP, dimanche 11 mars 2018. Communiqué de soutien enthousiaste aux jeunes gens de Génération Identitaire qui occupent un col des Alpes pour barrer la route à l’invasion migratoire. Communiqué pour l’In-nocence, sur la nécessité de la sécession scolaire interne étendue à l’université. Journal du jour, à propos de la lettre très désagréable d’un Hongrois qui me reproche, à moi Français, d’appeler au secours la Hongrie alors que la France a détruit la Hongrie par le traité de Trianon : elle peut bien être entièrement islamisée et devenir une province africaine, ce sera bien fait pour elle. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, années 1582-1584, les archimignons (Joyeuse et Épernon), le mariage de Joyeuse, la mort d’Anjou, la Ligue et le cardinal de Bourbon. Promenade avec Pierre au Cassé. Atelier, les pierres, peinture sur porcelaine. Lecture par Pierre de Philippe Erlanger, Henri III à Venise, 1574 (ces fêtes sont d’autant plus incroyables que Charles IX vient de mourir…). L’Arrière-Pays, beaucoup d’agitation autour du coup d’éclat des Identitaires au col de l’Échelle. Dîné aux nouvelles, pas un mot sur cette affaire, justement. Vu La Gueule de l’autre, de Pierre Tchernia, 1979, avec Poiret et Serrault et Curd Jurgens, sottise vaguement “politicienne” et très poussive, avec deux ou trois moments assez drôles (le discours en play-back). Essayé de travailler sur l’album Autoportraits mais il n’est pas encore en ligne (manque la dédicace et l’épigraphe). Mis en ligne en revanche, d’ailleurs non sans mal, Décivlisation [corr. autom. : “décimalisation”]. Repris You will not replace us mais perdu le fil, depuis le temps, dû reprendre au début, fait deux ou trois corrections, puis tombe de sommeil. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 21 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 22 avril 2018, 11 h 41
modifiée le lundi 23 avril 2018, 7 h 49
Dimanche 22 avril 2018.
Saint Alexandre — 112/253. Plieux. Réveillé à sept heures et demie par Pierre qui parle en dormant (« Je suis très… »). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et arbre de Judée au portillon, la veille au matin. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays, suite des commentaires sur l’affaire du col de l’Échelle, très enthousiastes de notre part. Agenda. 11:40:44 /////// Le Jour ni l‘Heure, Chronologie. Journal rédaction, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Jean Facturier [Fautrier], Petit otage à l’œil rouge, 1944, exposition Facturier [Fautrier], musée d’Art moderne de la ville de Paris, 11 mars 2018. Écouté l’émision de Finkielkraut et Élisabeth Lévy. Bain. Vu un peu de l’interview de Daniel Conversano avec Bruno Gollnisch. Attendions M. Conversano à trois heures mais il téléphone plusieurs fois pour dire qu’il sera en retard. Arrive à quatre heures et quart. Entretien filmé avec lui, en trois parties, dans la salle des Vents, sur les fauteuils chinois de la salle des Nuits. Intervention du chien Le Coz, dûment enregistrée et commentée dans l’entretien. Brève promenade avec M. Conversano sur le plateau, jusqu’au rang des chênes. Dîner avec Pierre et lui, jambon d’Espagne de Mlle de Géménos, pain grillé, madiran Bouscassé, poulet au citron, pommes de terre nouvelles, salade vert, gorgonzola, glace au rhum et au raisin avec des biscuits de Fleurance. Pierre et M. Conversano boivent de l’armagnac. M. Conversano couche dans la chambre de la tour. Cherche une épigraphe pour l’album Autoportraits, la trouve, puis l’oublie. Écrit à Mlle de Géménos. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 22 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 23 avril 2018, 7 h 56
modifiée le mardi 24 avril 2018, 11 h 33
Lundi 23 avril 2018.
Saint Georges — 113/252. Plieux. Très peu dormi, réveillé à cinq heures (et réveille Pierre) par une horrible crampe au mollet droit. Pas pu me rendormir (Pierre non plus, je crois). Levé à six heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Jean Facturier [Fautrier], Tête d’otage n° 20, coll. part., Cologne (Michael Werner ?), exposition Facturier [Fautrier], Paris, 11 mars 2018. Agenda. Temps gris, mais qui semble aller s‘éclairant. 07:55:41 //////// Le Jour ni l’Heure; Chronologie. Petit déjeuner avec Pierre et M. Conversano, qui ne paraît pas mécontent de sa nuit dans la tour, pourtant assez inconfortable sans doute. Conversation se prolonge. Photographie dans la salle des Pierres. Le raccompagnons sur la piazzeta, aux hurlement ininterrompus du chien de Mme Le Coz, ce qui rend tout échange impossible — on aimerait comprendre quel prodige de l’éducation ou de l’inéducation canine a pu transformer un charmant chiot d‘une race aimable en un immonde roquet rageur, vociférant et haineux, espèce de bonzaï de berger allemand de caricature anti-beauf, laissé totalement libre voire encouragé dans sa nocence, à présent quasi permanente : on ne peut plus faire un geste chez soi, entrer ni sortir sans qu’il hurle haineusement ; et nous vivons maintenant calfeutrés sur l’autre versant de la maison, toutes portes fermées, sans d’ailleurs que ça nous protège beaucoup et sans que la mairie ni la gendarmerie lève le petit doigt… Journal, rédaction, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois dessins de Georges Michel, exposition Georges Michel à la Fondation Custodia, Paris, 10 mars 2018 (mais par je ne sais quelle bizarrerie on ne peut plus mettre de photographiés à cette date dans cet agenda, ou plutôt si l’on en met il s’en affiche d’autres). Diffusé un communiqué de l’In-nocence. Rédigé un autre communiqué pour le CNRE. Bain. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’au Cassé — hurlements au départ, hurlements au retour. Atelier. Pierres, couverte brillante. Excellent dîner de restes, poulet et pommes de terre au citron abbé du jambon de Mme de Géménéos, chauffé. Madiran [corr. autom. : “Marina”]. Gorgonzola, saint-nectaire. Glaces à la vanille et au rhum et citron, biscuits. Vu sans enthousiasme de ma part, mais Pierre aime beaucoup cela, Sourires d’une nuit d’été, de Bergman, 1955. Écrit à Bernard Lugan. Commencé la confection de l’album Le Jour ni l’Heure, 2017. Couché à minuit et demi. 

lire l’entrée du lundi 23 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 24 avril 2018, 12 h 32
modifiée le mercredi 25 avril 2018, 11 h 19
Mardi 24 avril 2018.
Saint Fidèle — 114/251. Plieux. Peu dormi, réveillé à cinq heures, levé à six. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dessins de Gorges Michel, Pyramide du parc Monceau, musée Carnavalet, vu à la Fondation Custodia le 10 mars 2018. L’Arrière-Pays (Twitter 19.100). Tél. à M. Valentin, laissé un message. Aboiements Le Coz. Agenda. 12:31:21 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Deux tableaux de Georges Michel, Paysage avec moulins à vent et Pont menant à une ville. Communiqué pour le CNRE (22). Journal, rédaction et mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Henri III humilié par la Ligue, 1585. Le volume X s’arrête là, bizarrement. Sortis de la maison sans aboiements. Été avec Pierre à L’Isle-Bouzon, pour acheter une pizza au camionniste. Pendant qu’il l’apprête, photographie de la tour et “promenade des remparts”, très en beauté, pleine d’iris et de lilas — j’espère qu’elle ne va pas être “aménagée”, comme ça menace (L’Isle-Bouzon l’est hélas beaucoup). Pris la pizza au camion, regagné la maison toujours sans aboiements de chien. Atelier, tâché de réparer la peinture d’une pierre ronde qui n’a pas tenu au four. Dîné aux nouvelles, pizza, donc, salade verte, restes de saint-nectaire, glace et biscuits. Vu La Dame de chez Maxim’s, 1950, de Marcel Aboulker, assez laid. Relu les entretien récents de Sylvain Tesson, commencé à lui écrire pour l’inviter au CNRE, puis renoncé — à quoi bon courir au devant d’un refus assuré ? Écrit à M. Pohon, à Philippe Martel. Travaillé à l’album Le Jour ni l’Heure 2017, mais tombé de sommeil. Couché vers minuit et demi. 

lire l’entrée du mardi 24 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 25 avril 2018, 11 h 30
modifiée le jeudi 26 avril 2018, 11 h 27
Mercredi 25 avril 2018.
Saint Marc — 115/250. Plieux. Bien dormi, de minuit et demi à huit heures ! Temps très gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, sur les remparts de L’Isle-Bouzon, et tour du château en ruine des Galard, là-bas. L’Arrière-Pays. Aboiement continuels (discontinûment continuels, toutes les cinq minutes ça repart… ) du chien de Mme Le Coz, toute la matinée, une véritable torture. Comptes : Dernière connexion le 21/04/2018 à 11h27 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.108,02 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 24/04/2018 -1.108,02 € /// À venir -184,43 € | Prévisionnel -1.292,45 € /// Débiteur depuis 15 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 11:29:35 ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie (on peut de nouveau mettre des photographies au 10 mars 2018, sans doute grâce à une intervention de M. Pohon).  Journal. Le Jour ni l’Heure, deux dessins de la collection Fritz Luigt à la Fondation Custodia, Tête farouche d’Augustus John (autoportrait), 1906, et Voyageurs dans un paysage de montagne, près de Rome (c. 1825-1827). Journal, mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 11e volume, Henri III dans la dépendance de la Ligue, avénement de Sixte-Quint, succès d’Alexandre Farnèse en Flandre, etc. Promenade avec Pierre sur le plateau. Aboiements à la sortie. Été au Cassé. Plus joli moment de l’année, fleurs partout, arbres en fleurs, lilas, champs de boutons d’or, ombelles, etc. Rencontré au retour devant sa maison Mme Cabestaing qui nous offre deux très jolies et rares cartes postales en couleurs du château, c. 1955-1960 (?), achetées au bureau de tabac de Plieux, sur la Plazza Mayor (!). Demande si nous aurions des affiches des expositions avec le château, justement. L’entraînons à la maison pour faire des fouilles dans le chaos du “débarras” et trouvons en effet pour elle des affiches Marcheschi, Kounellis, Boltanski (“Derniers Jours”). Lui offre aussi un album En Lomagne (n’ai pas trouvé de Plieux). La raccompagnons au portillon, sans aboiement de chien (zut, pour une fois j’aurais eu un témoin, comme Conversano l’autre jour, mais plus proche). Dîné aux nouvelles, fricassée j’y fous tout, restes de poulet, de pommes de terre, de pizza, de carottes. Poire à la vapeur et framboises. Voulons regarder quelques minutes de The Duchess, mais sommes captivés jusqu’à la fin par les décors, les paysages et les costumes (et le jeu des acteurs), pour la troisième fois. Écrit à Martin Sellner, à Yannick Pochon, à Philippe Martel. Trav. à l’album Le Jour ni l’Heure 2017, mais tombé de sommeil (nouveau rythme, d’ailleurs pas mauvais). En ai même oublié l’autoportrait. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 25 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 26 avril 2018, 11 h 25
modifiée le samedi 28 avril 2018, 1 h 23
Jeudi 26 avril 2018.
Sainte Alida (?) — 116/249. Plieux. Très bien et beaucoup dormi, pour la deuxième fois consécutive. Levé à huit heures. Magnifique matin, très lumineux, débordant des couleurs du printemps en fleurs. Dû faire l’autoportrait oublié pour la veille (32:04:39). Le Jour ni l’Heure, autoportrait pour la veille, donc, et Pierre au camion-pizza, à L’Isle-Bouzon, avant-hier. L’Arrière-Pays. Dernière connexion le 25/04/2018 à 11h26 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.108,02 € /// Crédits -94.353,56 /// Solde au 25/04/2018 -1.108,02 € /// À venir -184,43 € | Prévisionnel -1.292,45 € /// Débiteur depuis 16 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 11:25:02. ///////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, rédaction. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 24 avril, deux de L’Isle-Bouzon, tour et jardins potagers sous les remparts, l’autre de Plieux, le jardin haut. Journal, fin de la rédaction, relecture et mise en ligne. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, année 1586. Promenade avec Pierre dans la vallée, temps magnifique. Remontés par le chemin de la rivière. Pas d’atelier, L’Arrière-Pays, brièvement. Dîné aux nouvelles, gnocchi, carottes. Poire à la vapeur et framboises, biscuits. Vu les deux derniers épisodes de la série américaine sur l’assassinat de Gianni Versace, peine à croire que la responsable d’une grande maison de couture puisse être aussi vulgaire et inélégante que Donatella Versace telle quelle est représentée là (mais dans la réalité ce semble encore pire). Répondu à Filip Dewinter. Échanges avec Damien Rieu à propos de Daniel Conversano. Échanges avec Yannick Pohon. Inspecté avant impression l’album Autoportraits. Poursuivi la constitution de l’album Le Jour ni l’Heure 2017. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 26 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 avril 2018, 1 h 57
modifiée le samedi 28 avril 2018, 9 h 23
Vendredi 27 avril 2018.
Sainte Zita — 116/249. Plieux. Troisième nuit consécutive de bon et long sommeil. Réveillés par Céline dans la bibliothèque. Retard général après ce début, dû surtout à L’Arrière-Pays : activité frénétique toute la journée, liée presque exclusivement au “plan Borloo” pour la Ville, ou plutôt pour la banlieue. Tweet à succès à ce propos, “Deux plans rivaux pour la banlieue — Borloo : Par ici le blé / Camus : Par là le bled”. Désordre sans précédent de l’emploi du temps de routine, Le Jour ni l’Heure, deux photographies seulement, et mises en ligne sur le tard, autoportrait de la veille, dans la belle allée (près de Subervie), et château vu classiquement des abords de la Garrière. Communiqué pour le CNRE, n° 24, “Jean-Louis Borloo, “politique de la Ville” et “plan banlieue”. Bain très tardif, lecture d’Henri Martin par Pierre, néanmoins, la bataille de Coutras, 1587, désastre et mort de Joyeuse. Pas de promenade, pas d’atelier. Dîné aux nouvelles, quenelles, carottes. Poire à la vapeur et framboises. Vu un peu de Monsieur, 1964, de Jean-Pierre Le Chanois, mais c’est tout de même trop bête, malgré Gabin, et beaucoup de The Conversation, Conversations secrète, 1973, de Francis Ford Coppola, avec Gene Hackman. Considérable retard. Écrit encore à Filip Dewinter, à Daniel Conversano. Comptes : Dernière connexion le 26/04/2018 à 11h22 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -776,21 € /// Crédits -94.353,56 € //// Solde au 27/04/2018 -776,21 € /// À venir -700,87 € | Prévisionnel -1.477,08 € /// Débiteur depuis 18 jours ///      27/04 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +300,00 € (livres, abonnements) /// 27/04 VIR SEPA RECU /DE INSTIT RETRAITE COMPLEME ENSEIG ET C +31,81 €. Agenda. 01:56:22 //////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Couché vers deux heures et demie. 

lire l’entrée du vendredi 27 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 28 avril 2018, 9 h 35
modifiée le dimanche 29 avril 2018, 23 h 59
Samedi 28 avril 2018.
Sainte Valérie — 118/247. Plieux. Peu dormi, levé à sept heures vingt. Temps très gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, dans le miroir de la bibliothèque, et pont sur l’Auroue entre les fleurs, jeudi 26 avril. Émission d’Alain Finkielkraut avec Marcel Cohen et André Dussolier. Comptes :    Dernière connexion le 28/04/2018 à 01h53 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -776,21 € /// Crédits -94.353,56 € /// Solde au 27/04/2018 -776,21 € /// À venir -700,87 € | Prévisionnel -1.477,08 € /// Débiteur depuis 18 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 09:35:29 /////// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure. Couverture pour L’Élégie de Budapest, réalisée sur mes indications par M. Pohon, et trois photographies de deux tableaux de Georges Michel, Route en pleine campagne et Paysage aux environs de Paris (Lille), exposition Georges Michel à la Fondation Custodia, Paris, 10 mars 2018. Passé une bonne partie de la journée à mettre en ligne, non sans difficulté (une épigraphe en italique met tout le texte en italique…) L’Élégie de Budapest, texte de 1990 écrit à la demande de la Maison des écrivains (qui m’avait envoyé sur place) et paru alors dans le recueil Voyage à l’Est. Pierre l’a “saisi” (?). Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, victoire du Béarnais à Coutras, 1587, mort de Joyeuse, Henri III menacé dans Paris. Sorti avec Pierre en fin d’après-midi, été jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Atelier, brièvement, des pierres. Lecture par Pierre d’Erlanger, Henri III. Dîné aux nouvelles, aligot du marché de Lectoure et jambon de Mme de Géménos, excellent chablis que nous buvons ensemble parce que la précédente bouteille avait tournée, mais celle-ci n’a pas tourné du tout. Parmesan. Poire à la vapeur et framboises, bons biscuits au citron de Lleurance. Vu Accident, de Losey, 1966. Journal. Commandé un exemplaire d’Autoportraits.   Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du samedi 28 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 30 avril 2018, 0 h 23
modifiée le lundi 30 avril 2018, 12 h 27
Dimanche 29 avril 2018.
Saint Robert — 120/245. Plieux. Dormi tard, levés à 9 heures. Temps gris et pluvieux. Déjeuné en bas avec Pierre, autoportrait de la nuit et Pour une Europe (la blonde), 23 mars 2018. L’Arrière-Pays, toute la journée.  , beau brun de la Toile, Pour une Europe II (la brune), 4 avril 2018, et vue de l’atelier avec Le Printemps entre Plieux et L’Isle-Bouzon, 12 avril 2018. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1588, passionnant récit de la Journée des Barricades, 12 mai 1588. Promenade avec Pierre sur le plateau, été jusqu’au rang des chaînes, temps froid mais superbement lumineux. Dîné aux nouvelles, tarte à l’aligot, aux épinards et aux champignons. Glace à la vanille et demi-poire à la vapeur. Vu Le Hussard sur le toit, excellent costumier, bon décorateur, bon choisisseur de paysages, beau garçon mais bien mauvais acteur, très mauvais directeur d’acteurs, total insouci de la langue. L’Arrière-Pays. Agenda. 00:21:29 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal, rédaction, relecture et mise en ligne. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 29 avril 2018 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 2 mai 2018, 9 h 50Lundi 30 avril 2018. Saint Robert — 120/245. Plieux. Levé à 6 heures et demie. Écrit à Filip Dewinter. Beau temps. Pierre doit aller dans l’Ariège pour l’enterrement d’une des ses tantes, à Montfort. Il est question que je l’accompagne mais les prévisions météorologiques et les comptes-rendus locaux sont mauvais, donc j’y renonce. L’Arrière-Pays. Journal. Forte collation compensatoire mezzogiornale, excellent jambon de Mme de Géménos, pain grillé, parmesan, rosé bordelais de ma tante, glace la vanille rehaussée de confiture de figues, bref tuerie de la maison Tuerie. L’Arrière-Pays, toute la journée. pas de promenade, pas d’atelier. Tél. de Me David Koubbi, qui a acheté la maison Rougeau où nous allions beaucoup jadis mais que nous ne fréquentons plus car nous nous sommes avisés en effet que les volets y étaient ouverts — il est tombé sur un “autoportrait”de moi (ancien) dans son jardin (actuel). Échange archéo-topographique, courtois. Assez lamentable dîner solitaire d’éléments divers réchauffés à la poêle et cramés (tarte aux épinards,  carottes et champignons, thon, œuf à cheval). Beaucoup de difficultés avec la télévision, que je ne sais pas faire marcher (jongler entre les deux registres, hertzien et satellitaires). Vu un peu toutefois d’Un singe en hiver, d’Henri Verneuil, 1962. Pierre revient vers 10 heures — effectivement, il a plu toute la journée sur l’Ariège. Journal. Couché à une heure et demie.  

lire l’entrée du lundi 30 avril 2018 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site