Le Jour ni l’Heure
août 2017

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 1er août 2017, 12 h 27
modifiée le mercredi 2 août 2017, 9 h 57
Mardi 1er août 2017.
Saint Alphonse — 213/152. Plieux. Levé à sept heures. Beau temps lumineux. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et village et château samedi soir, 29 juillet. Panne d’électricité dans la maison au cours de la matinée, en profite pour ranger quelques livres. Agenda, mais c’est toujours très instable, de simples ajouts d’italique peuvent faire disparaître l’entrée. 12:26:23 ///// Difficultés avec le site encore : n’en fait qu’à sa tête et “avale” énormément, il faut être constamment sur ses gardes. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux de Pau le vendredi 26 mai 2017, avec Pierre et Jeanne : Hubert Robert, Incendie de l’Opéra (en 1782, au Palais Royal), et le cirque de Gavarnie vu par Gustave Doré en 1882 et par mon cher Paul Huet en 1845 (amusante description par lui de la vie aux Eaux-Bonnes cette année-là). Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, mort de Louis XII, passé au volume IX, François Ier. Écrit à M. Bourgeau. L’Arrière-Pays. Atelier, couverte 60x60 n° 80, Lunel, Les Vignes, prend tout à fait tournure. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, qui j’apprécie beaucoup plus que jadis. Dîné aux nouvelles, pizza du camionniste de L’Isle-Bouzon, salade verte pratiquement sans huile, poire à la vapeur et framboises, mais rapidement épouvantables tranchées comme tous les soirs précédents. Pierre dit que c’est la salade verte et l’huile, je crois plutôt que c’est la cortisone ou l’autre médicament (d’autre part efficaces, mais j’ai l’estomac sens dessus dessous). Vu deux épisodes de La Reine blanche, sur la fin de la guerre des Deux-Roses : la série est repartie au début, d’ailleurs plus intéressant. Promenade avec Pierre sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette-La Bonnefont, retour par le chemin d’Enduré et la ferme de Lacroix. Nuit très lumineuse, superbe. Communiqué pour l’In-nocence (2006). Trav. aux Vaisseaux brûlés, ajouté un paragraphe (c. 179-1 ?), mais c’est comme à l’aveugle, à une tapisserie qu’on ne verrait pas, puisque la fonction “recherche” ne marche pas (non plus que de nombreuses autres). Pas de journal, mettrai l’échange de lettres avec M. B. (et celle de Philippe St.). Couché vers une heure et demie, en oubliant l’autoportrait. 

lire l’entrée du mardi 1er août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 2 août 2017, 10 h 11
modifiée le vendredi 4 août 2017, 22 h 29
Mercredi 2 août 2017.
Saint Julien — 214/151. Plieux. Levé peu après sept heures. Dû faire en bas, où est resté l’appareil, un autoportrait à bout de bras, pour la veille, oublié, qui sera rudement “traité”. L’Arrière-PaysLe Jour ni l’Heure, autoportrait du matin même pour la veille, donc (en mode “dessin”), et Lunel, Les Vignes, couverte 60x60 n° 80, état au 1er août 2017 (La Place du mort, autoroute). Magnifique matinée, très lumineuse et SILENCIEUSE (guides parties, Mme Le Coz et son chien en vacances (?), coqs La Guéronnière recouchés — cette maison a tout de même bien des mérites, quand elle s’y met). Comptes : Dernière connexion le 29/07/2017 à 00h27 //// Bonjour M. CAMUS Avoirs -4.209,55 € (ouille ouille ouille ouille) / Crédits -102.588,02 € /// Solde au 01/08/2017 -4.209,55 € /// À venir -859,44 € | Prévisionnel -5.068,99 € Débiteur depuis 33 jours /// 01/08VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +29,69 € /// 01/08 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +6,48 € //// 31/07 REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143789 +59,00 € /// 31/0 PRLV SEPA URSSAF RHONE ALPES - CNCESU CE ECH/31071 -548,20 € /// 31/07 PRLV SEPA SCAM ECH/310717 ID EMETTEUR/FR71MUT26742 -517,05 € 31/07 FACTURE CARTE DU 170717 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -198,55 € (albums, mais pas tous) /// 31/07 FACTURE CARTE DU 140717 BLURB, INC. CARTE 4974XXXXXXXX -106,08 € (id.) /// 31/07 VIR SEPA RECU /DE DAVID JORDAN /MOTIF VERSEMENT DE SOU+100,00 € (“mécénat” /// 31/07 FACTURE CARTE DU 180717 PLANETHOSTER CARTE 4974XXXXXXX -94,08 € /// Agenda. 10:10:46 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Crise bancaire, donc — me résigne à mettre à la banque un chèque de Jeanne, 2500 €, envoyé le mois dernier et que j’avais essayé de ne pas déposer — Pierre va le déposer à la banque, après consultation et accord de l’intéressée. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (échange de correspondance relative à B., M. B., Philippe Stoeckel, moi). Le Jour ni l’Heure, trois détails de tableaux du musée de Pau le 26 mai 2017 : La Passerelle sur le Gave, d’Eugène Isabey, 1856, Les Pyrénées vues d’Ustaritz, de Théodore Rousseau, 1854, Le Déjeuner dans la serre, 1877, de Louise Abbéma, l’homme jeune, censé être Émile de Najac, mais il a l’air bien jeune pour être Najac, né en 1828. Café et biscuit avec Pierre. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, août 1515, nouvelle campagne d’Italie, passage des Alpes par un col inédit (L’Arche ?). Pas mal de visiteurs, échelonnés. Tél. du père Claude (viendront le 9). Trav. à l’article “musique”, sans me rapprocher de la fin. Atelier, Lunel, Les Vignes, petite version presque achevée. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Walter et Clarisse, moins intéressants que le reste. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, sauce soja, poire à la vapeur et framboises. Pas de salade verte et d’huile, pas d’horribles tranchées (conf. de la théorie de Pierre), mais débâcle intestinale all the same, en pleine campagne (conf. de ma théorie : les médicaments, la cortisone ou l’autre). Rien regardé, promenade dans la vallée, moment difficile près de la rivière, donc, puis l’avons curée elle aussi. Subervie. Lou Tapet. Tweets. Anthologie générale (Cingria). Vaisseaux brûlés, mais le site continue de fonctionner très mal. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mercredi 2 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 3 août 2017, 10 h 53
modifiée le vendredi 4 août 2017, 22 h 28
Jeudi 3 août 2017.
Sainte Lydie — 215/150. Plieux. Levé peu avant huit heures. Temps gris. C’est aussi l’ordinateur qui marche très mal, il faut près d’une demi-heure pour le mettre véritablement en marche, ce qu’on voit le plus c’est la petite ombrelle de l’attente. Plantage, même. Message de lecteur (potentiel) m’informant qu’on ne peut plus souscrire d’abonnement au journal, la page ad hoc a disparu. Sentiment de totale impuissance (M. Pohon est en mer). Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysage quasi nocturne, La Promenade du soir, pente ouest de Plieux, remontée de la rivière vers l’avenue Lou Tapet. Découpage carré du même pour tableau éventuel. Comptes : Dernière connexion le 02/08/2017 à 10h04 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -1.376,25 € /// Crédits -102.588,02 € //// Solde au 02/08/2017 -1.376,25 € /// À venir -1.756,82 € | Prévisionnel -3.133,07 € // Débiteur depuis 34 jours ///// 02/08 REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143790 +2.625,00 € (chèque Jeanne Lloan, 2500 € + livres vendus sur place) 02/08VRST ESPECES AUTOMATE 02/08/17 11H31 0103838 +210,00 €  (billets de visite et livres) /// 02/08 COMMISSIONS COTISATION ESPRIT LIBRE -22,05 € /// 02/08 VIR SEPA RECU /DE C.P.A.M. AUCH /MOTIF 172130000209172 +21,60 € /// 02/08 FRAIS DE TENUE DE COMPTE AVEC REMISE -1,25 € 01/08 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +29,69 € /// 01/08 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. + 6,48 € /// 31/07 REMISE CHEQUES BORDEREAU 03143789 +59,00 € /// Agenda, mais tout fonctionne très mal, il faut tout faire dix fois et par petits morceaux, c’est décourageant. 10:40:58. Tél. de mon cousin Pierre, évaluation peu encourageante pour Plieux (qu’il n’a pas vu depuis longtemps, il est vrai) /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant la nuit, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, Chronologie, trois tableaux ou détails de tableaux du musée des Beaux-Arts de Bilbao le lundi 29 mai 2017, Le Cardinal, de Zuloaga, 1912, La Baignade à Renteria, de Regoyos [corr. automatique : Rigolos], 1900, Au café, de Guiard, 1885. Œuvres diverses de Vitezslava Kapralova, 1915-1940 (maîtresse de Martinu, musique de chambre, piano seul). Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, la bataille de Marignan (et ses incompréhensibles suites — le caractère incroyablement velléitaire de tout cela… ). Dormi un peu. Visiteurs. Bien travaillé à l’énorme article “musique” du Dictionnaire, il semble que puisse s’entrevoir enfin un dénouement (mais tout est bien sûr totalement à reprendre). Visite anonyme, mais qui se découvre, de “mon” grand collectionneur (d’albums) de Guyane, M. Resca, avec son épouse (guyanaise, je présume) et une très gentille petite-fille de quinze mois, Hélène. Verre avec eux, floc de Gascogne et jus de fruit. Les raccompagnons sur la plaza Mayor, alla Gattopardo. Brévissime passage à l’atelier, un ou deux raccords chromatiques aux Vignes (Lunel). Dîné aux nouvelles, restes de tarte aux champignons, restes de pizza. Vu l’émission de Stéphane Berne sur Aliénor d’Aquitaine, bien. Habituelle débâcle intestinale due au médicament, mais sans tranchées préalables (pas de salade verte et d’huile). Promenade avec Pierre au Cassé, demi-lune très lumineuse. L’Arrière-Pays. Tweets (récents). Anthologie générale (Borges). Vaisseaux brûlés (tout à fait au hasard puisque le non-fonctionnement du moteur de recherche rend toute direction impossible) : Dupin, Mme Canque, La Disparition, Antoine Voyle. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés, Mme Canque. Journal. Couché vers deux heures.

lire l’entrée du jeudi 3 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 4 août 2017, 11 h 47
modifiée le mardi 8 août 2017, 18 h 17
Vendredi 4 août 2017.
Saint Jean-Marie Vianney — 216/149. Plieux. Levé à huit heures dix. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dét. du Saint Sébastien soigné par les Sainte Femmes de Ribera, c. 1621, au musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mai 2017. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 03/08/2017 à 10h33 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.376,25 € /// Crédits -102.588,02 € /// Solde au 03/08/2017 -1.376,25 € /// À venir -1.756,82 € | Prévisionnel -3.133,07 € Débiteur depuis 35 jours /// (aucun mouvement). Agenda. 11:46:27 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, non sans mal (les différentes entrées ne peuvent être qu’en deux morceaux, ou bien disparaissent). Journal 2017, entrée de la veille. Le Jour ni l’Heure, dét. de trois tableaux espagnols du XVIIe s. au musée des Beaux-Arts de Bilbao le 29 mai 2017, Saint Sébastien de Ribera, 1621, Dona Teresa Francesca Mudarra par Claudio Coello, 1690, reine Mariana en religieuse par Carreno de Miranda, 1678. Premier concerto de violon et Deuxième symphonie de Szymanowski. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, intense activité diplomatique de 1516,  concile de Bologne, la question de la Pragmatique, très forte résistance des parlements. Visiteurs. Journal, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire des délicatesses, “musique”, mais moins qu’espéré. Atelier, Lunel (Les Vignes), finitions. Lecture par Pierre de Musil, la servante Rachel. Dîné aux nouvelles, restes divers, semoule, hareng, salade verte, poire à la vapeur et framboises, le tout suivi des coutumières tranchées et du dénouement non moins rituel ces jours-ci (cas de remède presque pire que le mal). Vu Bel-Ami, 2012, de Declan Donnellan et Nick Ormerod, avec Robert Pattinson, Urma Thurman, Kristin Scott Thomas, etc. Promenade avec Pierre sur le plateau, lune presque pleine, forte clarté. Arrêtés sur le chemin de la Rouquette par les arrosages. Rentrés par le chemin d’Enduré (pas d’aboiement de chiens à Lacroix). Tweets. Vaisseaux brûlés. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés (“Corée”). Journal.  

lire l’entrée du vendredi 4 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 5 août 2017, 11 h 35
modifiée le dimanche 6 août 2017, 10 h 24
Samedi 5 août 2017.
Saint Abel — 217/148. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et dét., l’arrière-pays, d’un paysage de Jenaro Perez Villaamil, Vue générale de Tolède prise de la Croix des Chanoines, 1836, musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mai 2017. Comptes : Dernière connexion le 04/08/2017 à 11h44 ///Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.492,15 € /// Crédits -102.588,02 € /// Solde au 04/08/2017 -1.492,15 € // À venir -1.759,40 € | Prévisionnel -3.251,55 € ///Débiteur depuis 36 jours ///  04/08 PRLV SEPA CANALSAT - GROUPE CANAL PLUS ECH/040817 -76,00 € /// 04/08 PRLV SEPA CANAL PLUS ECH/040817 ID EMETTEUR/FR16ZZ -39,90 €  /// Agenda. 11:34:18 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Grosses difficultés de mise en ligne, comme tous les jours récemment. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du musée des Beaux-Arts de Bilbao le lundi 29 mai 2017, avec Pierre et Jeanne, portrait de son ami saragossien Martin Zapater par Goya, 1797, La Communion, 1854, par Eugenio Lucas y Velazquez, La Plage de Villerville, c. 1880, par Carlos de Haes. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, erreurs diplomatiques de François Ier. Vais à Saint-Clar acheter un peigne, un saint-nectaire et un saucisson (et dépuceler une nouvelle carte bleue). Visiteurs, avec force marmaille. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire des délicatesse du français contemporain, article “musique”, fini un premier brouillon, mais l’extrême précarité de la mise en ligne gâche tout le plaisir (elle impose d’énormes interlignes, croissant à chaque exercice, impossibles à réduire — peur de tout perdre, des semaines de travail). Atelier, commencé un grand Lunel (Les Vignes), fond vert industriel, et procédé à quelques ajustement sur le petit. Dîné aux nouvelles, omelette aux pommes de terre et aux champignons, salade verte, poire à la vapeur et framboises. Tranchées rituelles. Vague surf (Patriot, Stanley & Livingstone, avec Spencer Tracy à Zanzibar), sortis relativement tôt, chemin de la rivière, vallon d’Enduré, retour par le village, homme qui hurle dans un portable en une langue très bizarre (néerlandais, romanichel ?) entre les maisons Cabestaing et Delmas. Crise de nerfs (à distance). Tweets, collecte du jour. Vaisseaux brûlés, très peu. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 5 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 6 août 2017, 11 h 00
modifiée le lundi 7 août 2017, 12 h 06
Dimanche 6 août 2017.
Transfiguration — 218/147. Plieux. Levés un peu avant huit heures. temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, à bout de bras, downstairs, double, avec le portrait d’Alain Finkielkraut, et détail du Saint Joachim et sainte Anne à la porte Dorée, d’un anonyme aragonais du XVe s., bon pasteur, musée des Beaux-Arts de Bilbao le 29 mai 2017. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays. Agenda, mis en ligne la journée de la veille sans difficulté, sinon les précautions que je prends (quelqu’un agit-il malgré tout ? la possibilité de souscription semble avoir été rétablie, de façon incompréhensible — ou bien tout cela ne dépend-il que du hasard ?) Agenda. 10:58/46 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie, avec énormément de difficultés de mise en page encore. L’Arrière-Pays. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. “Tuerie” préméditée avec Pierre pour fêter la fin des prises de médicaments (qui me mettaient l’estomac sens dessus dessous) : terrine aveyronnaise des dames de Mazeron, saucisson de Lacaune, saint-nectaire, cabécou, rosé de Châteauguay également offert par Mmes de Mazeron, croquant aux noisettes, brownies, armagnac, café. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, François Ier candidat à l’Empire. Visiteurs. Trav. toute l’après-midi, en direct en ligne, au texte sur la musique pour le Dictionnaire, mais le site est extrêmement précaire, chaque mise en ligne crée d’immenses blancs entre les paragraphes, c’est très pénible et très peu inspirant. Atelier, grand Lunel. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, la grande séance, Arnheim. Pas de dîner à proprement parler, poire à la vapeur et mûres, biscuit aux noisettes, infusion. Vu deux épisodes de Kingdom, meilleurs que les précédents. Promenade avec Pierre au Cassé, voulais photographier la nouvelle maison sous la lune mais ses propriétaires sont là, impossible. Tweets, mais c’est au tour de ce recueil d’être victime des blancs envahissants entre les paragraphes. Toutefois M. Pohon, revenu sur terre, paraît avoir réparé ce qui concerne cet agenda. Vaisseaux brûlés. Index des Églogues et des Vaisseaux brûlés. Journal. Couché à deux heures et demie. 

lire l’entrée du dimanche 6 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 7 août 2017, 12 h 17
modifiée le mardi 8 août 2017, 10 h 16
Lundi 7 août 2017.
Saint Gaétan — 219/146. Plieux. Levé à 7 heures - 10. Temps pâle. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, doublon, fortement “traité” ; et portrait de Leandro de Moratin par Goya, Bordeaux 1824, musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mai 2017. L’ArrièrPays, beaucoup, toute la matinée. Agenda, 12:16:47 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’agenda semble revenu à la normale, malgré l’avis qui continue à prévenir que l’enregistrement n’est pas fait, ou quelque chose comme ça. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux XIXe du musée des Beaux-Arts de Bilbao le 29 mai 2017, Ma famille, 1841, par Juan Barroeta Lecanda, El Abra de Bilbao vu d’Algorta, par Juan de Barroeta (qui figure sans doute sur le tableau précédent), Le Café, de Ricardo Balaca. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, élection de Charles de Habsbourg à l’Empire, 1519. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire des délicatesses, relecture de l’article “musique”, mais pas mal d’agitation toute l’après-midi, visiteurs, incursion d’une Hollandaise dans la bibliothèque, etc. Atelier, grand Lunel (Les Vignes). Lecture par Pierre de Musil, Arnheim. Dîné de restes de restes, mais un peu gâché par l’incursion d’éléments parasites : terrine aveyronnaise, saucisson, jardinière de légumes, toute sorte de choses que dans les circonstances je ne mange pas, riz, etc. Saint-Nectaire, cabécou (corr. automatique, deux fois : chabichou). Essayé de voir le médiocre Monte-Cristo de Josée Dayan mais l’orage fait sauter la télévision. Pluie diluvienne. Article “musique”. Vu la fin de Monte-Cristo dans la chambre. Promenade avec Pierre sur le plateau, mais seulement jusqu’au bout du chemin goudronné car il y des flaques et de la boue partout. Article “musique”, fini une première relecture du brouillon, les conditions techniques sont redevenues à peu près normales mais il y a toujours cet inquiétant avis de ”non prise en compte”, “non répertoriage”, ou je ne sais quoi. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du lundi 7 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 8 août 2017, 10 h 22
modifiée le mercredi 9 août 2017, 10 h 30
Mardi 8 août 2017.
Saint Dominique — 220/145. Plieux. Levé à huit heures moins le quart. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Annonciation du Gréco, version réduite du musée de Bilbao, 1596-1600, lundi 29 mars 2017. Tél. de Jeanne, qui va recevoir la visite de sa nièce. Aboiements du chien Le Coz. Humeur médiocre. Agenda. 10:22:09 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Ce service-là paraît tout à fait rétabli, à mon vif soulagement. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Dictionnaire, article “musique”, relecture. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du XVIIIe siècle aux musée des Beaux-Arts de Bilbao le lundi 29 mai 2017, Bellotto, Caprice architectural, c. 1765, Luis Paret, Vue de l’Arenal de Bilbao, 1784, Guillaume Voiriot, portrait du poète Charles-Pierre Colardeau, 1771. Troisième symphonie de Nielsen, deux fois. Considérable arrivage d’albums photographiques, premier exemplaire du Le Jour ni l’Heure 2016, premiers exemplaires des albums Château de Plieux et Plieux, exemplaires corrigés de Châteaux et de Paysages préposthumes — presque tous doivent subir quelques petites corrections mais rien de grave. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, la Réforme, Luther et Léon X, excellent exposé. Trav. toute l’après-midi à la relecture de l’article “musique”, que finalement mis en ligne à sept heures. Atelier, grand Lunel (Les Vignes), phase d’enthousiasme névrotique. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, le banquier Léon Fishel et sa femme. Dîné aux nouvelles, pizza du camionniste de L’Isle-Bouzon, salade vertes, fin de la bouteille de l’excellent vin rosé très pâle, poire à la vapeur et mûres, tout passe comme une lettre à la poste depuis la fin du traitement. Vu un documentaire (très incomplet) sur la jeunesse sous Hitler (il n’est question que de l’embrigadement dans les Jeunesses hitlériennes, rien sur les filles, rien sur les étudiants, rien sur les ouvriers, etc.) puis un épisode de La Reine blanche (Henry VII est assez sexy, ce qui est nettement plus qu’on ne pouvait en espérer). Promenade avec Pierre au Cassé, qui n’est que lampions, danses, romances (c’est le Saint-Tropez de Plieux, avec force Allemands). L’Arrière-Pays. Tweets. Corrections de quelques fautes d’orthographe à l’article “musique”, le site entier semble fonctionner parfaitement, certainement grâce à la main invisible de M. Pohon, que je croyais défiant les océans (mystère, mais très favorable, pour une fois). Journal. Autoportrait. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du mardi 8 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 9 août 2017, 10 h 45
modifiée le jeudi 10 août 2017, 10 h 59
Mercredi 9 août 2017.
Saint Amour — 221/144. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et version (presque) complète de la Vue générale de Tolède à partir de la Croix des Chanoines, 1836, de Jenaro Pérez Villlaamil (paysage romantique qui ressemble à ces paysages du XVIIe s. dont on se dit qu’ils sont étonnamment préromantiques, genre Efterdingen, Everdingen, nom m’échappe). Mlle Venezia ici avec Céline, lui remet un exemplaire de l’album Château de Plieux, à elle dédié. Très gentil coup de tél. de pré-anniv. de ma cousine Françoise O’Lanyer. Comptes : Dernière connexion le 05/08/2017 à 11h29 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -3.075,01 € ///  Crédits -102.588,02 € /// Solde au 08/08/2017 -3.075,01 € /// À venir 245,55 € | Prévisionnel -2.829,46 € /// Débiteur depuis 40 jours /// 08/08 VRST ESPECES AUTOMATE 08/08/17 11H16 0103838 +140,00 € (billets et livres achetés par des visiteurs) /// 07/08 CHEQUE 5947170 -855,00 € (Céline) /// 07/08 PRLV SEPA CREDIPAR ECH/070817 ID EMETTEUR/FR21ZZZ1 -759,88 € (crédit sur la voiture) /// 07/08 PRLV SEPA CARDIF ASSURANCE VIE ECH/070817 ID EMETT -118,48 € (assurance spéciale sur l’emprunt relatif aux travaux de la tour) /// 07/08 VIR SEPA RECU /DE AXA FRANCE VIE /MOTIF FRAIS DE SOINS +10,50 € /// Agenda, tout semble fonctionner à merveille, d’où très vive satisfaction malgré la situation bancaire assez alarmante. 10:44:55 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux du musée de Bilbao le 29 mai 2017, mais sans avoir le temps de les “traiter” sur Flickr : Joaquin Mir Trinxet, Vue de L’Aleixar (qu’est-ce que l’Aleixar ?), c. 1915 / Darie de Regoyos, El Urumea (à Saint-Sébastien), 1904 / Raimundo de Madrazo, portrait de son père Federico de Madrazo, c. 1880. Bain. À deux heures et demie, visite convenue des pères Claude et Philippe de Notre-Dame de Bethléem, les Olivétains de Castelsarrasin. À mon relatif embarras, ils m’offrent un magnifique livre sur le Moyen-Âge (de Robert Delort, Seuil). Café, biscuits, et plus tard rafraîchissements, jus de fruits. Montons au sommet de la tour, malgré l’embarras des soutanes. Salle des Pierres, salle des Gardes, nef, etc. Les raccompagne sur la Plaza Mayor vers six heures. L’Arrière-Pays. Atelier, grand Lunel (Les Vignes), lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Walter et sa femme. Dîné aux nouvelles, gnocchi, jardinière de légumes, poire à la vapeur et mûres, force biscuits et gâteaux secs qui restaient. Vu La Fiancée du pirate, de Nelly Kaplan (1969), avec Bernadette Lafont. Promenade avec Pierre sur le plateau, pleine lune, mais la température a baissé de dix ou quinze degrés d’un coup, on se gèle. Marchons seulement jusqu’au rang de chênes. L’Arrière-Pays. Tweets. Vaisseaux brûlés, mais il y a toujours l’avis de non-répertoriage. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 9 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 10 août 2017, 11 h 07
modifiée le vendredi 11 août 2017, 17 h 41
Jeudi 10 août 2017.
Saint Laurent — 22/143. Plieux. Levé à huit heures et quart. Temps gris, comme tous ces jours-ci. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, pas mal, et les Olivétains dans la salle des Gardes, avec Pierre et le Grand Aleph rouge, la veille. Tél. de ma sœur Florence, parlé de Bonnabaud. Tél. du père Claude. Comptes :    Dernière connexion le 09/08/2017 à 10h39 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -1.935,79 € ////Crédits -102.588,02 € /// Solde au 09/08/2017 -1.935,79 € /// À venir -893,67 € | Prévisionnel -2.829,46 € Débiteur depuis 41 jours /// 09/08VIR SEPA RECU /DE CAISSE D ASSURANCE RETRAITE ET DE LA +1.139,22 € /// Agenda. 11:07:08 ///// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays, très activement, au point de ne pouvoir mettre en ligne qu’une seule photographie en guise de livraison de midi de Le Jour ni l’Heure — détail d’un tableau de Dario de Regoyos, Le Chemin de Miracruz, 1900. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Charles-Quint prend parti contre Luther. Bon nombre de visiteurs toute l’après-midi, désordre dans la gestion des flux, incursions-surprises dans la bibliothèque. L’Arrière-Pays. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Lunel, Les Vignes, lecture par Pierre de L’Homme sans qualités. Été à pied, par l’Aioualla à Gramont, avec Pierre, pour y dîner à l’auberge sur invitation de Jeanne Lloan, avec elle et sa nièce. Potage aux champignons, trois foies gras, trou gascon, magret de canard, pomme de terre en robe de chambre, soufflé de légumes, gratin de courgettes, fromages, croustade de pommes, crème au chocolat, glace aux cerises griottes, crème brûlée. Jeanne m’offre Les Rois thaumaturges, de Marc Bloch, sa nièce une bouteille d’un Frontignan à bulles. Rentré avec Pierre, toujours à pied mais par un itinéraire différent, Arratz, Mont-Thabor, route de L’Isle-Bouzon, Monplaisir, La Bonnefont. Pleine lune, nuit magnifique. À Plieux vers une heure. Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 10 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 11 août 2017, 17 h 57
modifiée le samedi 12 août 2017, 9 h 45
Vendredi 11 août 2017.
Sainte Claire — 223/142. Plieux. Pas trop mal dormi, levé à huit heures. Assez beau temps. Le Jour ni l‘Heure, autoportrait de la nuit et détail, petite maison au toit rouge entre les arbres, de La Baignade à Renteria, de Dario de Regoyos, 1900, musée des Beaux-Arts de Bilbao, 29 mai 2017. L‘Arrière-pays, très activement. L’Arrière-Pays, La Moisson, d’Adolfo Guiard, 1892 / Rogelio de Egusquiza, portrait, 1881, de Carmen Gaminde de Hurtado / Nemesio Mogrobejo, Risveglio, 1903, grand bronze d’un jeune homme nu qui sera supprimé par Facebook. Sonate pour piano op. 5 de Strauss, et cinq pièces op. 3, par Glenn Gould. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, soulèvement des Communes en Espagne, reconquête et reporte de la Navarre par ses rois avec l’appui de la France, affrontements dans les Flandres, 1521-1522. Dormi un peu. Comptes : Dernière connexion le 10/08/2017 à 11h04 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs -3.053,56 € /// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 10/08/2017 -3.053,56 € /// À venir -953,67 € | Prévisionnel -4.007,23 € // Débiteur depuis 42 jours /// 10/08 ECHEANCE PRET 01038 60311711 -1.117,77 € /// Agenda. 17:56:38 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après,  entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Lunel (Les Vignes). Lecture par Pierre de Musil, conversation d’Ulrich avec le comte Leinsdorff. Dîné aux nouvelles, lentilles, champignons, œuf à cheval, salade de riz et de fenouil. Poire à la vapeur et mûres. Vu Le Rouge et le Noir, 1954, très long film de Claude Autan-Lara, gâché par les pénibles décors de studio.  M’aperçois à cette occasion que décidément j’y vois très mal. Promenade tardive et courte sur le plateau avec Pierre, nous contentons de marcher jusqu’à Saint-Vidal. Tweets. Journal. Autoportrait à deux heures. Couché aussitôt après. 

lire l’entrée du vendredi 11 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 12 août 2017, 10 h 10
modifiée le dimanche 13 août 2017, 17 h 36
Samedi 12 août 2017.
Sainte-Claire — 223/142. Plieux. Levé à huit heures moins vingt. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et photographie plus large d’un des petits panneaux du retable de saint Dominique de Silos, an. navarrais, c. 1400, musée des Beaux-Arts de Bilbao, 29 mai 2017. Réécouté l’émission “Répliques” où Finkielkraut reçoit Saül Friedlander. Comptes : Dernière connexion le 11/08/2017 à 17h53 Bonjour M. CAMUS Avoirs -3.053,56 € Crédits -101.680,56 € /// Dernière connexion le 11/08/2017 à 17h53 /// Bonjour M. CAMUS Avoirs -3.053,56 € /// Crédits -101.680,56 € /// (aucun mouvement, mais Pierre a fait un virement de 3500 € pris sur le remboursement sur son compte de paiements fiscaux (7500 €) — avons égal. remboursé J. L., jeudi soir (2500 €). Agenda. 10:09:53 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, anon. aragonais, rencontre de sainte Anne et de saint Joachim devant la Porte Dorée, c. 1450, et Zuloaga, La Victime de la fiesta, 1910, dét., beau paysage du fons, musée de Bilbao, lundi 29 mai 2017. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, nouvelles manœuvres dans le duché de Milan, 1522. Pas mal de visiteurs, parmi lesquels Jeanne et sa nièce, celle-ci pour la tour Saint-Mère, mais je les vois à peine, non plus que personne. Dans la tour Saint-Clar, feuillette le Journal inutile de Morand, décidément excellent. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Écris assez longuement à M. Pohon, puis à Marcel Meyer. Trav. à une nouvelle façon de présenter l’ex-“programme présidentiel”, qui demeure largementpertinent (au moins à mes yeux…). Atelier, grand Lunel (Les Vignes), lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, conversation d’Ulrich avec lui-même. Dîné aux nouvelles raviolis aux cèpes, jardinière de légumes, parmesan, poire à la vapeur et mûres. Vu un film américain idiot, Switch, Dans la peau d’une blonde, 1991, de Blake Edwards, pas de quoi être fier. Promenade avec Pierre sur le plateau, chemin de la Rouquette, arrêtés par les jets d’eau agricoles ; beaucoup de lumières et de bruit au Cassé, notre Portofino. Suite de la confection de cartons photographique pour la relance du “programme”. L’Arrière-Pays, assez sottement. Journal. Couché après deux heures. 

lire l’entrée du samedi 12 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 13 août 2017, 17 h 45
modifiée le lundi 14 août 2017, 12 h 04
Dimanche 13 août 2017.
Saint Hippolyte — 225/140. Plieux. Levés à huit heures. Assez beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et détail de Réveil, statue de Nemesio Mogrobejo, 1903, musée des Beaux-Arts de Bilbao, lundi 29 mars 2017. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays, beaucoup toute la journée, temps perdu. Le Jour ni l’Heure, une seule photographie, autre beau détail de La Victime de la fiesta, 1910, de Zuloaga (la plaza de toros). Chien de Mme Le Coz pénible toute la journée, aboie au moindre frémissement. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, 1522, nouvelle perte du Milanais, l’horrible affaire Semblançay (Martin accable Louise de Savoie, qu’il hait). Visiteurs. L’Arrière-Pays, polémiques sans intérêt. Agenda. 17:44:24 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, Lunel (Les Vignes). Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, visite assez pitoyable de la pauvre Bonadea. Donné par téléphone une interview à la chaine américaine Vox. Dîné aux nouvelles, omelette aux champignons et pommes de terre, lentilles et riz, salade verte aux olives et aux noix ; poires à la vapeur, mûres et framboises. Vu les deux derniers épisodes de Kingdom, mort de Nath, victoire d’Alvey. Promenade sur le plateau avec Pierre, ciel incroyablement étoilé, profusions d’étoiles filantes. Dérangés par le trafic automobile sur le chemin de la Rouquette, rentrons par celui d’Enduré, malgré la totale obscurité du petit bois.  Questions supplémentaires de Vox (une dame Sarah Wildman), cette fois par écrit. Journal. Autoportrait. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du dimanche 13 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 14 août 2017, 12 h 11
modifiée le mardi 15 août 2017, 10 h 29
Lundi 14 août 2017.
Saint Évrard — 226/139. Plieux. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et tableau de Francisco Iturrino au musée des Beaux-Arts de Bilbao le 29 mai 2017, Intérieur sévillan (corr. automatique : sévissent), 1910. Déjeuner en bas avec Pierre (Céline fait le pont). L’Arrière-Pays, mis en ligne la partie écrite de l’entretien avec Mme Sarah Widman pour Vox. Agenda. 12:11:35 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois œuvres du musée des Beaux-Arts de Bilbao le 29 mai 2017, Gauguin, Laveuses à Arles, 1888 ; bon portrait de Paco Durrio par Juan de Echevarria, c. 1924 ; masque d’homme (asiatique ?), 1903-1923 (?), de Francisco (Paco) Durrio. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, Hadrien VI, toute l’Europe contre la France, 1522-1523. Drame du connétable de Bourbon. Message de M. Bourgeau (cour. automatique : bourreau). Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Programme déprésidentialisé, cartons de Marcel Meyer. Excellent communiqué proposé par lui pour l’In-nocence. Atelier. Grand Lunel (Les Vignes). Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, conversation d’Ulrich et d’Arnheim. Dîné aux nouvelles, gnocchi, pesto, carottes, courgettes, salade verte aux noix et aux olives. Poire à la vapeur, framboises et mûres. Vu Les Boucaniers, The Buccaneer, d’Anthony Quinn, avec Yul Brynner assez sexy et Charlton Heston très convaincant en Andrew Jackson. Promenade avec Pierre sous les étoiles, jusqu’aux jets d’eau de la Rouquette — les constellations nous occupent beaucoup. L’Arrière-Pays. Tweets, collationné les plus récents. Journal. Couché vers une heure et demie, en oubliant l’autoportrait. 

lire l’entrée du lundi 14 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 15 août 2017, 10 h 35
modifiée le mercredi 16 août 2017, 19 h 09
Mardi 15 août 2017.
Assomption. 227/138. Plieux. Levé à sept heures vingt. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit pénultième, quasi doublon du précédent (à quelques secondes près), et portrait, 1910, dét., de Dona Adela de Quintana Moreno, par Zuloaga, musée des Beaux-Artes de Bilbao le 29 mars 2017. Déjeuné en bas avec Pierre, qui part presque aussitôt après pour l’Ariège. L’Arrière-Pays, peu. Agenda. 10:33:17 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Tél. de Pierre, bien arrivé à C.  Le Jour ni l’Heure, trois autres tableaux de Bilbao le lundi 29 mai 2017, La Venus de la poésie, 1913, de Julio Romero de Torres (portrait de Raquel Meller et de Enrique Gomez Carillo) ; Montagnard d’Avila de Juan de Echevarria, c. 1917 ; Généralife, Grenade, par Joaquin Sorolla, 1910. Bain. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l’In-nocence, n° 2008, Sur les événement de Charlottesville. Atelier, grand Lunel (Les Vignes), mais c’est à peu près fini. Dîné “tuerie” grâce à des provisions faites par Pierre pour des crises boulimiques “de compensation” (de son absence). Saucisson, pain grillé, vin rosé clair, soufflé au jambon, salade verte, fromage des Pyrénées, poires au four à la confiture de figues. Vu un épisode et demie de La Princesse blanche mais l’histoire (du règne d’Henry VII) rejoint des épisodes que nous avons vu à la diffusion précédente de la série. Promenade solitaire au Cassé, il n’y a plus une seule étoile. Tél. de Pierre. Écrit à M. Bourgeau.  L’Arrière-Pays. Tweets (récents). Journal. Couché vers deux heures, Lu Paul Morand (Journal inutile). 

lire l’entrée du mardi 15 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 16 août 2017, 23 h 14
modifiée le jeudi 17 août 2017, 9 h 24
Mercredi 16 août 2017.
Saint Armel — 228/137. Plieux. Levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Joaquin Sorolla, Petite Filles à Saint-Sébastien, 1912, musée des Beaux-Arts de Bilbao, 29 mai 2017. L’Arrière-Pays, beaucoup. Suite de la “tuerie” de la veille, saucisson et fromage des Pyrénées dans la cuisine, rosé pâle, confiture de figues sur pain grillé. Un seul envoi pour la livraison de midi de Le Jour ni l’Heure, autre Sorolla, Maria peignant, 1905. Bain. Assez nombreux visiteurs toute l’après-midi, couple des Pyrénées-Orientales, lui assez sourd, ce qui complique pas mal les choses ; deux dames venues de Sarrant ; famille nombreuses de gens en vacances à Plieux, maison sur la place. Tout se passe très correctement, les derniers assez enthousiastes, même. Cependant la plus grande part de l’après-midi y est passée. L’Arrière-Pays. Agenda, journée de la veille. Atelier, rangé le grand Lunel (Les Vignes), envisagé une reprise d’un des autoportraits (celui de De l’in-nocence), mais décidé de le laisser comme il était. Le Ballon. Dîné seulement d’une poire au four à la confiture de figues, infusion. Nouvelles. Regardé un peu d’une émission sur la Palestine en 1913 (et avant). Sorti plus tôt que d’habitude, il faisait encore jour. Croisé âme qui vive. Marché sur le plateau jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont, rentré par le chemin d’Enduré. L’Arrière-Pays, peu (Tw. 13.800 (Neymar, 123.000.000)). Tél. de Pierre. Agenda. 23:14:26 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, nombreuses photographies mises en ligne en retard, la plupart de tableaux du musée des Beaux-Arts de Bilbao vus le 29 mai 2017 avec Pierre et Jeanne (Sorolla, Echevarria, Romero de Torres, etc.). Journal de la veille, relecture et mise en ligne. Journal, mais attaque de sommeil, dû me coucher vers une heure. 

lire l’entrée du mercredi 16 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 17 août 2017, 9 h 37
modifiée le vendredi 18 août 2017, 18 h 21
Jeudi 17 août 2017.
Saint Hyacinthe — 229/136. Plieux. Levé à sept heures vingt. Temps gris. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et Gitane de Grenade, 1915, de Juan de Echevarria, musée de Bilbao, 29 mai 2017. Comptes :    Dernière connexion le 12/08/2017 à 10h06 //// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 368,54 € /// Crédits -101.680,56 € //// Solde au 16/08/2017 368,54 € À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 €  (“repassé positif” après cinquante jours, grâce au “crédit d’impôt” (et à P., qui le répercute — avons aussi remboursée J.)).      16/08 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/160817 I -17,90 € ///14/08 VIR SEPA RECU /DE PIERRE JOLIBERT /MOTIF /REF +3.500,00 € /// 14/08 PRLV SEPA ORANGE ECH/140817 ID EMETTEUR/FR18ZZZ002 -60,00 € //// Agenda. 09:36:59 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays, beaucoup. L’Arrière-Pays, trois autres tableaux de Bilbao le 29 mai dernier, Paysage de Pampliega, de Juan de Echevarria, 1908, très petit détail (montagne) de Romeria basque de José Arrue, 1921, et bon paysage urbain, assez sinistre, d’Aurelio Arteta, Le Pont de Burcena, 1925-1930, dét. Bain. Visiteur assez difficile, de Morlaas. Chien de Mme Le Coz insupportable toute l’après-midi, aboiements continuels, non, pas continuels, réguliers, toutes les cinq minutes, au moindre souffle, ce qui fait que même le silence est une attente et une menace fatales à la concentration (et au sommeil, éventuellement — sieste impossible, d’autant qu’il faut laisser la fenêtre ouverte pour entendre la cloche des visiteurs). L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Communiqué pour l‘In-nocence et les NON (2009, Sur la vague iconoclaste). Atelier, Une pierre, exercice assez vain. Dîné aux nouvelles, fini le saucisson, le fromage et le rosé pâle. Poires au four à la confiture de figues. Re-regardé un peu de Another Country, mais je n’arrive pas à obtenir l’anglais. Promenade au Cassé, décidément de plus en plus abîmé. Tél. de Pierre. Tweets, mais ne parviens pas à collationner la production récente et tombe de sommeil. Journal. Couché vers une heure. 

lire l’entrée du jeudi 17 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 18 août 2017, 18 h 17
modifiée le samedi 19 août 2017, 10 h 27
Vendredi 18 août 2017.
Sainte Hélène — 230/135. Plieux. Très peu dormi, réveillé à cinq heures et demie par les coqs La Guéronnière, vaines tentatives de rendormissement, levé à six heures et demie, mais alors tracteurs ou tracto-pelles dans le parc de la chartreuse. Humeur assez moyenne. Tél. de Piere. Tél. de Jean-Louis Germain. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au réveil, pour la veille, car oublié la veille ; autres dét., paysage de collines habitées, de Romeria basque, de José Arrue. Énormément de “L’Arrière-Pays”, toute la journée, en liaison avec l’attentat de Barcelone la veille. Le Jour ni l’Heure, Romeria basque, 1921, de José Arrue (plan large) ; excellent portrait de Unamuno par Sorolla, 1913 ;  dét., femme au panier sur la tête, du Cycle allégorique des aliments, d’Aurelio Arteta. Bain. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 17/08/2017 à 09h30 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 368,54 € /// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 17/08/2017 368,54 € À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 €   //// 16/08 PRLV SEPA EDITION ABONNES DU MONDE.FR ECH/160817 I -17,90 €  /// Agenda. 18:16:13 /////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays, beaucoup de temps perdu, polémique avec deux écrivaillons ridicules, surtout l’un, anonymes, évidemment, mais qui voudraient être reconnus et soupçonnent bien à tort que je sais qui ils sont. Du coup, sauter l’atelier, où de toute façon je ne fais rien d’intéressant ces temps-ci. Dîné aux nouvelles, excellente pizza industrielle, salade verte, poire au four à la cannelle avec de la confiture de figues. Vu sur la chaîne Histoire (ou l’autre ?) un documentaire sur… [trou complet]. Promenade sur le plateau, jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Tél. de Pierre. L’Arrière-Pays, suite de l’histoire des deux. Jourrnal 2017, entrée de la veille, mais terrible attaque de sommeil n’arrive même pas à le mettre en ligne. Journal, à peine. Couché à midi et demie. 

lire l’entrée du vendredi 18 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 19 août 2017, 10 h 36
modifiée le dimanche 20 août 2017, 11 h 42
Samedi 19 août 2017.
Saint-Marius — 19/346. Plieux. Levé à six heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et paysanne avec un paquet sur la tête d’Aurelio Arteta, dét. d’une décoration, 1913-1915, pour une maison de Cruces, le palacio [corr. automatique : palatiaux] de Munoa — Bilbao, lundi 29 mai 2017. L’Arrière-Pays, peu. Comptes : Dernière connexion le 18/08/2017 à 18h12 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 368,54 € ///// Crédits -101.680,56 € //// Solde au 18/08/2017 368,54 € /// À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 €  (aucun mouvement). Agenda. 10:35:46 ///  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal de l’avant-veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, autre œuvre du musée de Bilbao le lundi 29 mai 2017, même artiste, Aurelio Arteta, même cycle “de los alimentos”. Bain. Visiteurs, beau garçon très aimable et sa femme beaucoup plus réservée mais qui sourit un peu sur la fin. L’Arrière-Pays. La pétition d’Ouchikh et de moi a fait un bond brutal et singulier, de 5000 à 17.000 signatures en deux jours — Barcelone, ou bien entretien de Karim Ouchikh dans “Boulevard Voltaire” (le plus étrange et décourageant c’est l’absence totale de toute solidarité entre les différents “acteurs” de la résistance à l’invasion) ? Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race” (là ce n’est plus une “délicatesse”, c’est une champ de mines…). Atelier. Une Pierre. Sylvain Tesson à propos d’Homère et de la guerre, à France Culture, bien. Dîné aux nouvelles, colin au citron, riz et carottes, crémant de Bordeaux de ma tante, saint-nectaire acheté en fait pour M. Niezgoda mais bon, poire au four et confiture de figues. Vu L’Affaire Manderson (Trent’s Last Case), 1953, film anglais d’Herbert Wilcox, bien faiblard mais bien photographié, avec Orson Welles excellent dans un très petit rôle. Retour de Pierre, qui finit le fromage (!) et le crémant de Bordeaux, mais seulement après notre promenade sur le plateau, sous les étoiles revenues. Intense traffic automobile (enfin, une ou deux voitures chaque fois…) sur le chemin de N., ce qui nous incite à fantasmer pour rire une maison de rendez-vous (mais dans le château ou à la ferme ?). Tweets, mais sans parvenir à rattraper le retard. Journal. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du samedi 19 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 20 août 2017, 11 h 50
modifiée le mardi 22 août 2017, 10 h 25
Dimanche 20 août 2017.
Saint Bernard— 232/133. Plieux. Levé à sept heures et demie. Beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et joli tableau Benito Barrueta, Rincon de Montmartre, c. 1905-1910 (on y voir la rue Ravignan des vers tant aimés de Jacob (par Jean Puyaubert puis par moi) — musée de Bilbao, lundi 29 mai 2017. Déjeuné en bas avec Pierre. L’Arrière-Pays, assez activement. Agenda. 11:49:34 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, un unique envoi, très beau Braque de Bilbao le 29 mai 2017, Pichet, pommes, raisin et verre, 1924. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, 1524, nouvelle perte du Milanais (c’est vraiment ridicule, cette histoire des Guerres d’Italie…). L’Arrière-Pays, résurgence des disputes avec l’écrivaillon anonyme et vaniteux, “Matthys”, @poubellounet, quelque chose comme ça… Dictionnaire des délicatesses, bien avancé l’article “race” (ça vient tout seul). Quitté Plieux vers cinq heures et demie, Miradoux, Sistels, Donzac, Lamagistère, Clermont-Soubiran, Puymirol, mais ensuite tout se passe mal, me trompe de route, me perd, vais à tort à Mauroux, me retrouve du côté de Bourg-de-Visa, rejoins Cauzac et son château par Beauville. Temps très beau, néanmoins, jolie lumière, aurais pu photographier un tas de choses mais pas le temps, seulement la jolie église de Saint-Urcisse. À Cauzac vers sept heures. Jean-Louis Germain, André Mourgues, l’Anglaise de la dernière fois, Mme de Fayette, force Montpezat (mais pas le prince, tombé de bicyclette…), etc. Miens lecteurs, très sympathiques, du Lot. Récital prévu d’abord pour six heures et demie, puis pour sept commence peu avant huit, Thibaut Garcia, excellent guitariste, né en 1994. Œuvres de Sylvieus Leopold Weiss, Albeniz, Miguel Liobet Solès. Entr’acte, montre la cour et la terrasse de Cauzac à mes gentils lecteurs. Deuxième partie du récital, œuvres d’Olga Amekina-Vera et de l’inévitable Astor Piazzolla (Les Quatres Saisons). Tangos en bis. Vais chercher un gilet dans la voiture, ai un peu froid. Champagne et apéritifs chauds sur la terrasse, parle surtout à André Mourgues. Dîner-buffet mais “placé” dans l’immense cuisine, une soixantaine de personnes, suis entre une dame de R., aimable (elle-même à la droite de l’hôte) et l’une des organisatrices des “Saisons musicales en Quercy”, à peu près en face du guitariste, qui a très bon appétit. Saumon froid et mayonnaise, viandes froids et mayonnaises, gâteau d’Agen, tarte aux figues, mille-feuille au café. Tout le monde prend congé vers minuit. Hélas, veux pisser dans la nuit noire, dans le parc, m’écarte du chemin blanc pour m’isoler, ne vois pas un haw-haw bien dissimulé comme c’est la règle, tombe d’un petit mètre et me fais très mal au dos, de façon qui m’inquiète, surtout après mes ennuis du mois dernier. France Musique hallucinant de médiocrité, au retour — ils ne disent même plus de qui sont les œuvres qu’on entend, qu’ils prennent n’importe où et laissent n’importe où. Exaspéré et accablé par la douleur au dos, me perd de nouveau, rate le pont à Lamagistère, dois aller jusqu’à Golfech. Mansonville. Moulin de Marsan. À Plieux vers 1 heure, Pierre à la descente de voiture sur la piazzeta. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 20 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 21 août 2017, 22 h 39
modifiée le mardi 22 août 2017, 9 h 04
Lundi 21 août 2017.
Saint Christophe — 233/132. Plieux. Levé à sept heures et demie, assez mal au dos, du fait de la chute d‘hier. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et jolie petite église de Saint-Urcise, dans le Lot-et-Garonne. L’Arrière-Pays, beaucoup toute la journée. Le Jour ni l’Heure, une seule image, Ensor du musée de Bilbao, La Vierge et la Mondaine, 1933, lundi 29 mai 2017. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, 1524, les Impériaux en Provence, le connétable de Bourbon et Pesquère, mort d’Hadrien VI. Visiteuse, curiste. L’Arrière-Pays. Visite de M. Dellinger, chargée victuailles pour ‘tueries” ; tél. du préfet Castellani. Atelier, diverses petites choses, Une pierre, Morceau de bois (ai vendu un tableau). Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, Ulrich et Diotima, puis Ulrich et Clarisse. Dîné aux nouvelles, raviolis aux cèpes, carottes et champignons. Poire à la vapeur, framboises et myrtilles. Promenade avec Pierre sur le plateau, croisé Mme Lavauden et sa fille. Marché jusqu’à l’embranchement La Rouquette / La Bonnefont. Après notre retour, Pierre va porter à Mme Lavauden un exemplaire de l’album Plieux, qui lui est dédié. L’Arrière-Pays. Agenda. 22:35:40 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, suite. Journal. Autoportrait. Couché peu après une heure. 

lire l’entrée du lundi 21 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 22 août 2017, 9 h 09
modifiée le mercredi 23 août 2017, 12 h 05
Mardi 22 août 2017.
Saint Fabrice — 284/131. Plieux. Réveillé à six heures et demie par les coqs La Guéronnière. Vaines tentatives de rendormissement. Levé à sept heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et toile de Vieira da Silva du musée de Bilbao, lundi 29 mai 2017, Passage des miroirs. Très beau temps, Pyrénées bien visibles. Agenda. 09:09:20 ////  Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Agenda, mise à pour. Journal 2017, entrée de la veille, suite. Arrivée de Fabien Niezgoda, “l’historien de la Lorraine” (M. Pierre est “l’historien de la Fronde”). Lui montre ses appartements de la tour, très sommaires. “Rafraichissements” avec lui dans la bibliothèque, floc [corr. automatique : flic] de Gascogne, saucisson de M. Dellinger et torsades apéritives. Les deux historiens déjeunent en bas. Bain. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Promenade d’après-midi avec M. Niezgoda et Pierre, malgré la très forte chaleur. Avons choisi de faire voir à M. N. la salle des chevaliers de Malte du château de Lacassaigne à Saint-Avit-Frandat et nous en trouvons très bien. Très gentil et très savant accueil de M. Edange fils (sa mère est souffrante), très généreux de son temps. Passons là presque deux heures, au frais, tableau par tableau, éclairés l’un après l’autre par M. Edange (histoire du siège de 1565, copies de 1646 des fresque de la salle du Conseil à Malte). Allons ensuite à Sainte-Mère, où malentendu avec un organisateur de concert qui croit que nous venons pour une soirée de quatuor à cordes (Mozart, Beethoven, Dvorak) dans l’église et va chercher pour nous trois chaises supplémentaires. Tour du château. Allons ensuite au Clot, puis à Rouillac. Rentrés à Plieux vers sept heures et demie. L’Arrière-Pays, et mise en mode “public” de l’entrée de la veille. Apéritif dans la bibliothèque, vin de mirabelle apporté par M. Niezgoda, saucisson et pâté de M. Dellinger, pain grillé. Dîné dans la salle des Pierres, poulet aux girolles (rapportées par Pierre des Pyrénées), pommes de terre nouvelles. Fromages. Tarte confectionnée par Pierre avec des fruits offerts par M. et Mme Loichot, des Claoues (la maison d’hôtes — ce serait bien plutôt à nous de leur faire des cadeaux, car ils nous envoient plus de visiteurs que nous ne leur envoyons de clients). Pas de promenade (nous considérons que nous avons assez marché). Problème à l’œil gauche, rouge, gonflé et sensible. Journal. Couché vers une heure et demie. 

lire l’entrée du mardi 22 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 23 août 2017, 12 h 27
modifiée le jeudi 24 août 2017, 12 h 31
Mercredi 23 août 2017.
Saint-Rose — 235/130. Plieux. Réveillé à six heures et demie par les coqs La Guéronnière, levé à 7 heures et demie. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans la salle des Chevaliers de Malte du château de Lacassaigne, et un détail du tableau, les décapités dans la mer. M. Niezgoda s’est levé tôt et a déjeuné en bas aux soins de Céline, mais bien dire au revoir avent de partir pour Dax (avec étape recommandée par nous à Larressingle). Œil gauche sérieusement gonflé et rouge, légèrement douloureux, prends un rendez-vous avec Mme le docteur Cap de Côme. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 19/08/2017 à 10h33 //// Bonjour M. CAMUS ///Avoirs 368,54 € /// Crédits -101.680,56 € //// Solde au 22/08/2017 368,54 € /// À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 €  //// Agenda. 12:27:26 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie, deux vues extérieures du château de Lacassaigne la veille et une photographie d’un des tableaux de sa salle des Chevaliers de Malte. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, le désastre de Pavie (François Ier était un désastreux chef de guerre). Visiteurs. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Été chez le médecin à Lectoure, rendez-vous à six heures et demie, passe à huit heures. Dans la salle d’attente, deux incidents avec des femmes qui parlent entre elles très fort d’une extrémité à l’autre de la pièce. Médecin me diagnostique un chalazion, mot inconnu de moi (hordéole interne). Vais acheter les médicaments et compresses à l’autre bout de Lectoure. Rentre à Plieux un peu après neuf heures. Excellent dîner de restes, poulet, pommes de terre, citron, girolles, roquefort, cantal, glace à la vanille et macarons de M. de Lingères, oubliés la veille. Fond de bouteilles de divers rosés gris, puis château montus. Assez sinistre film allemand sur la traque des criminels de guerre nazis au temps d’Adenauer. Ah oui, effroyable orage, aussi, pluie diluvienne au retour de Lectoure et plus tard, Pierre avec deux parapluies sur la piazzetta, télévision saute (avant le film allemand). Remonte assez tôt. Tweets, sans parvenir à rattraper le retard dans la collecte. Journal, mais violente attaque de sommeil. Traitement de l’œil. Couché peu après minuit. 

lire l’entrée du mercredi 23 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 24 août 2017, 17 h 07
modifiée le vendredi 25 août 2017, 10 h 55
Jeudi 24 août 2017.
Saint Barthélémy — 236/129. Plieux. Levé à sept heures et demie. Beau temps, lumière sans intérêt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit et vase bleu de Paula Gillis, avec les monnaies du pape, la veille au soir, dans la tout Saint-Clar. Colloque entre Céline, Pierre et moi sur la façon d’appliquer le traitement pour l’œil, entre compresses, collyre et pommade. Pierre y procède car seul je ne suis arrivé à rien, hier. L’Arrière Pays. Agenda de la veille. Le Jour ni l’Heure, trois photographies prises à Lacassaigne le mardi 22 août, salle des Chevaliers de Malte, cycle du Siège de Malte, l’une avec Fabien de Niessegault. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, François Ier prisonnier après Pavie, Louise de Savoie régente. Visiteurs. Comptes : Dernière connexion le 23/08/2017 à 12h25 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 368,54 € /// Crédits -101.680,56 € //// Solde au 23/08/2017 368,54 € /// À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 €  (aucun mouvement). Agenda. 17:07:03 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Atelier, repris L’Allée dans la forêt I (le petit), vendu, mais que nous avons trouvé très empoussiéré : re-noirci les noirs. Diverses pierres. Lecture par Pierre de L’Homme sans qualités, mais interrompue par un coup de télé. de Damien Amblard. Dîné aux nouvelles, gratin de riz aux courgettes, fini le rosé, fini le montus, et finalement ouvert une autre bouteille de rosé. Vu Mariage à Boston, The Late George Apley, 1946, de Mankiewicz, avec Ronald Colman. Promenade avec Pierre au Cassé, où l’agitation estivale est retombée. Avec l’assistance de Pierre, soins des deux yeux (liquide, compresses, pommade) qui me rendent à peu près aveugles pendant deux heures. Travaillé à des corrections à apporter à l’album Le Jour ni l’Heure, 2017 ; écrit à M. Pohon. Journal. Couché vers deux heures. 

lire l’entrée du jeudi 24 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le vendredi 25 août 2017, 11 h 03
modifiée le samedi 26 août 2017, 10 h 42
Vendredi 25 août 2017.
 Saint Louis de Funès — 237/128. Plieux. * Levés à 8 heures. Temps hésitant. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, “aux yeux malades”, et autoportrait au château de Sainte-Mère, avec Fabien Niezgoda et Pierre (mais ils ne sont pas sur la photographie), mardi 22 août 2017. Chien Le Coz très pénible toute la matinée. Comptes : Dernière connexion le 24/08/2017 à 17h04 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 368,54 € /// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 24/08/2017 368,54 € /// À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 €  (aucun mouvement. Agenda. 11:02:03 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Le Jour ni l’Heure, trois photographies du mardi 22 août 2017, promenade avec Fabien Niezgoda et Pierre, deux vues du manoir du Clôt, pile et face, une vue de Rouillac, de l’intérieur du hameau. Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, libération de François 1er, son attitude pas très glorieuse. Visiteurs, lit Morand. Chien Le Coz aboie au moindre mouvement. M’occupe des divers albums photographiques, format unifié (le grand). Complète les séries, certaines images s’étaient perdues en route (pour LJNH 2016 et pour Châteaux). Écris à ce propos à M. Pohon. Pierre va à un vernissage au prieuré, je monte la garde. Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race”. Atelier, reprends très sérieusement (mais pas quant aux lignes et aux volumes, seulement quant à la matière, ravivée et épaissie, le tableau vendu, couverte 60x60 n° 54, L’Allée dans la forêt, également désignée comme Buena Vista Park. Retour de Pierre, brève lecture de Musil, considérations générales sur le science, assez ennuyeuses. Dîné aux nouvelles, partiel retour à l’austère normale, lentilles, et ce légume jaune dont j’oublie toujours le nom, mais fromages et vin rosé, puis petits fours de M. Dellinger et glace (rhum-raisin). Regardons Madame de, de Max Ophuls, 1953, avec Charles Boyer, Danielle Darieux et Vittorio de Sica, un peu gâché par les horribles et absurdes décors de studio de cette époque (Jean d’Eaubonne — aussi laids que ceux du Rouge et le Noir d’Autan-Lara). Promenade assez obscure sous les remparts pour éviter l’agitation et les mondanités de la Gran Via (ce que nous appelons d’après Munch “tout Karl-Johan”). Tweets, mais le retard s’accroît, il est impossible de tenir le rythme de la simple transcription, il me faudrait un secrétaire (2314e épisode). Séance assez pénible (y compris pour lui) de traitement de l’œil avec Pierre. Journal. Couché vers minuit et demi. 

lire l’entrée du vendredi 25 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le samedi 26 août 2017, 11 h 12
modifiée le dimanche 27 août 2017, 18 h 21
Samedi 26 août 2017.
Sainte Natacha — 238/127. Plieux. Levés à haut heures moins vingt. Assez beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, “aux yeux malades” (avec le collyre dégoulinant) et dét. d’un panneau de le salle des Chevaliers du château de Lacassaigne, le Siège de Malte, 1565, l’arrivée des secours (très tard) — mardi 22 août 2017. L’Arrière-Pays. Comptes : Dernière connexion le 25/08/2017 à 11h00 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 368,54 € /// Crédits -101.680,56 € /// Solde au 25/08/2017 368,54 € /// À venir -901,67 € | Prévisionnel -533,13 (aucun mouvement). Agenda. 11:11:34 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. L’Arrière-Pays. Le Jour ni l’Heure, trois autres photographies du mardi 22 août, ancienne maison que j’aimais beaucoup aujourd’hui massacrée pat l’arrachage d’enduit, près de Saint-Avit-Frandat, beau crépi au contraire des communs du château de Lacassagne, portrait de Mustafa Pacha, détail d’un des tableaux de la salle des Chevaliers de Malte, à Lacassagne. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, nouveaux désastres en Italie, dus à l’incompétence militaire de François Ier. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (mais je dois le faire faire par Pierre car après le traitement de l’œil je n’y vois absolument plus rien). L’Arrière-Pays. Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, article “race”. Atelier, suite des retouches au tableau vendu, rerenforcé les noirs qui ont repâli du renforcement des verts. Pierres diverses, y compris celle de Pierre, qui s’était abîmée. Dîner aux nouvelles; gnocchis, pesto, courgettes jaunes de Mme de Golubert, petits fours de M. Dellinger et tarte aux pruneaux. Vu d’assez longs morceaux de The Edge, À couteaux tirés, 1997, de Lee Tamahori [corr. automatique : Tamanoir (deux fois)], avec Anthony Hopkins et Alec Baldwin — magnifiques paysages de l’Alaska. Au milieu, promenade avec Pierre au Cassé. Tweets, rattrapé le retard sur les plus récents, au prix d’un long effort. Journal. Couché peu avant deux heures. 

lire l’entrée du samedi 26 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le dimanche 27 août 2017, 18 h 32
modifiée le lundi 28 août 2017, 9 h 25
Dimanche 27 août 2017.
Sainte Monique — 239/128. Plieux. Levés à huit heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la nuit, flou, pas mal, et dét. à la croix de Malte de la cheminée, salle des Chevaliers de Malte de Lacassagne. L’Arrière-Pays, très forte activité toute la journée. Chien Le Coz assez pénible. Le Jour ni l’Heure, envoi de la mi-journée limité à un autre détail des tableaux de Lacassagne, trois silhouettes d’ottomans censés figurer fabien Niezgoda, Pierre et moi. Bain. Lecture par Pierre d’Henri Martin, désastreux traité de Cambrai, 1529, entre Louis de Savoie (haïe de l’historien) et Marguerite d’Autriche. L’Arrière-Pays, suite. Agenda. 18:31:51 ///// Le Jour ni l’Heure, chronologie. L’Arrière-Pays, sottes polémiques. Atelier, commencé un nouvel autoportrait, uniquement fusain et peinture blanche, vient bien. Dîner aux nouvelles, dit de “liquidation des stocks”, gnocchis, courgettes, carottes, poires à la vapeur, mûres et excellents macarons (de M. de Lingères). Vu un peu de Diana, d’Oliver Hirschbiegel, 2013, mais promenade sur le plateau, jusqu’au rand des chênes. Tentatives de rattrapages des divers retard avant retard. Écrit à Christopher Gérard (à propos de l’invitation au Cercle Royal Gaulois, de Bruxelles que déclinée) ; à M. Alain Azulay ; à M. Ceppa ; à Stéphane Martin, etc.  Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du dimanche 27 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le lundi 28 août 2017, 9 h 30
modifiée le mardi 29 août 2017, 8 h 52
Lundi 28 août 2017.
Saint Augustin — 240/125. Plieux. Levés un peu avant huit heures, beau temps. Le Jour ni l’Heure, autoportrait de la veille, aux yeux malades (ça ne s’arrange guère), et portrait, 1777, de Jean-Bertrand de Luppé, 1586-1664, dans la salle des Chevaliers du château de Lacassagne, avec Fabien Niezgoda et Pierre, 22 août 2017. Agenda. 09:29:23 //// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Bagages. Quitté Plieux avec Pierre peu avant midi. Valence-Agen. Lauzerte, bien massacrée. Saint-Laurent-Lolmie. Sainte-Alauzie. Pern. Autoroute. Brive. Ussel. Sortis de l’autoroute à Laqueuille.  Murat-le-Quaire.  Le Mont-Dore. Route en direction du col de Diane fermée. Passé le col  de la Croix-Saint-Robert, superbe,  temps magnifique. Murol. Musée de l’École  de Murols,  très laid, mais collections passionnantes, beaucoup de bons peintres et d’excellents tableaux, hautement désirables (Charreton,  Terlikowski, Zingg). Trois toiles  de mon grand oncle Jean Camus, mais il est loin d’être parmi les meilleurs. Montés ensuite au château de Murol, que visité longuement, très à loisir par parmi les derniers visiteurs. Fringant chevalier à cheval, en tenue de  tournoi. Chautignat,  pour photographier le château. Beaune-le-Froid. Vernet-Sainte-Marguerite.  Saint-Nectaire. Dîné au restaurant l’Hermitage, fondue au saint-nectaire, saucisson, jambon de pays, sorbet à la verveine et alcool de verveine,  demi-bouteille de Saint-Véry (? côtes d’Auvergne). Chambre retenue à l’hôtel Mercure voisin, assez médiocre, pas de double porte, pas  de baignoire,  pas d’“espace de travail” surtout, table  incroyablement minuscule, pas de place pour la “souris”. M’aperçois  que j’ai  oublié à Plieux le chargeur de la pile de l’appareil photographique. Photographies, Le Jour ni l’Heure. Journal. Couché vers minuit et demi.  

lire l’entrée du lundi 28 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mardi 29 août 2017, 9 h 40
modifiée le mercredi 30 août 2017, 10 h 55
Mardi 29 août 2017.
Saint-Nectaire, hôtel Mercure, ch. 218. Assez mal dormi, état médiocre, mal aux “reins” (externe), digestion difficile, léger mal à la tête, situation oculaire ne s’améliore pas. Levé à huit heures moins vingt. Le Jour ni l’Heure, mais connexion médiocre, deux ou trois secondes d’attente pour chaque lettre. Autoportrait de la veille, devant la belle fenêtre du musée de l’École de Murols, à Murol (sic), et superbe Terlikowski de 1914, Rue de Murol, effet de neige (reproduction partielle). Déjeuner en bas avec Pierre, beaux salons d’une autre époque,  la prolétarisation du monde (ou son petit-embourgeoisement ? social, culturel et ethnique du même mouvement). Humeur moyenne, mais beau temps. Agenda. 09:39:35 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Douche. Quitté l’hôtel Mercure de Saint-Nectaire vers onze heures et demie. Église Saint-Nectaire, trop restaurée au XIXe s. à l’extérieur, parking attenant, admirable architecture intérieure, superbes chapiteaux (dans le genre rustique), tout cela très beau mais mal administré, ou trop bien, grands panneaux didactiques partout, vilains vitraux XIXe, aucune atmosphère. En plus énorme bonhomme qui guide deux personnes et leur crie comme dans un hall de gare. Repris la route. Excellente vue sur le château de Murol, mais gâchée par une inexplicable villa moderne juste au-dessous (pas de protection ?). Chambon sur le lac, station balnéaire, un horrible massacre. Charbon-sur-Lac, le vieux village, plus loin, chaleur torride, beau funérarium roman, dans le cimetière, et jolie église romano-flamboyante, gracieusement peinte (comme quelques-uns des chapiteaux de Saint-Nectaire). Montée vers le col de Diane, cherché la ferme de Jean-Louis Murat (et de Jean-François Millet ?), ferme de Diane ? Paysages sublimes, “presque aussi beaux que l’Écosse — Pourquoi presque ?”. Passés rapidement à Orcival, Olby, Coheix, Mazaye, arrivés à Bonnabaud un peu après deux heures. M. et Mme Laurent Bourgeau. Très grand chaleur toujours. Nouveau tour des lieux avec M. Bourgeau, extérieur et intérieur. Puis me change pour expédition assez difficile dans les hauteurs, en particulier vers le bastion, qui ne peut être atteint qu’au prix d’un long cheminement rampant sous des combles très bas, dans les gravats, par une chaleur d’étuve. Vue magnifique sur les deux chaînes, comme je m’y attendais. Néanmoins il faudrait couper pas mal d’arbres. Montés aussi sous la charpente du donjon, mais violent orage à ce moment-là. Belles lumières ensuite. Thé et biscuits avec M. et Mme Bourgeau dans le grand salon de leur appartement. Ils nous raccompagnent à la voiture vers six heures et demie. Me rechange. Suivons un peu, à pied, du hameau, le chemin qui passe sous le château et descend vers la Sioule. Re-voiture, La Miouze, suivons la route qui suit la Sioule en bas, celle qui fait du bruit, pour voir le château de là, d’ailleurs peu visible. Petite gare de “Rosiers-sur-Sioule” (fantaisie ?). Saint-Pierre-Châtel. Pongibaud. “Grande surface”, pour produits de toilette oubliés et chargeur de batterie, mais ils n’ont pas cela. Jeune vendeur très gentil, toutefois. Été au Château-Dauphin que nous nous attendions à voir de la grille étant donné l’heure mais jeune couple de jardiniers très gentils eux aussi,  venus fermer le portail ils nous laissent entrer, tour des jardins (superbes, malheureusement gâchés par un horrible collège, en face), montés au sommet d’une des tours annexes. Conversation avec la comtesse de Germiny et son fils (?), au pied de leur perron. Parlé de Landogne, de Bonnabaud, des Roches, de Montlosier, etc.  Rejoint Clermont,  pris chambre à l’hôtel Mercure, assez laborieusement (605, très supérieure à celle de Saint-Nectaire, baignoire, bureau, mais toujours pas de double porte). Ressortis pour dîner, place de Jaude, avenue des États-Unis, rue des Gras, Grand et Petit Remplacements extrêmement sensibles partout. Dîné à la brasserie de Maître Kanters, face à la statue d’Urbain II, justement, et à deux pas de l’ex-Maison Camus. saccagée. Serveuse très gentille, voisins un peu pénibles. Sole, vin rosé d’Auvergne. Conversation un peu tendue avec Pierre cf. Bonnabaud et toute l’affaire, à laquelle il n’est pas favorable (ne se voit pas ayant sur les bras une maison pareille) (où tout est à faire, en effet). Promenade nocturne avec lui dans Clermont, rue Pascal, bien enlaidie comme tout le reste, façade et chevet de l’église du Port, fontaine d’Amboise, rue Saint-Hérem, place Gaillard, avenue de s États-Unis. Place de Jaude un groupe pas trop rassurant écoute à toute berzingue de la musique arabe, au pied de la statue de Vercingérorix. Le Jour ni l’Heure.  Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mardi 29 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le mercredi 30 août 2017, 11 h 06
modifiée le jeudi 31 août 2017, 12 h 06
Mercredi 30 août 2017.
Clermont-Ferrand, hôtel Mercure, ch. 605. Pas trop mal dormi. Levé à huit heures. Le Jour ni l’Heure, autoportrait au camping des Bombes (volcaniques ?), à Chambon-sur-Lac, et vue du Château-Dauphin, à Pontgibaud, selon un angle un peu bizarre destiné à dissimuler un fort échafaudage. Déjeuné en bas, petites saucisses, œufs brouillés, pommes de terre, tomates cuites, dinde, jambon blanc, jambon d’Auvergne, sant-nectaire, fourme d’Ambert, ananas dans leur jus et muesli, gâteau aux noisettes, crêpe au sirop d’érable. Pierre va à la Fnac pour tâcher d’y trouver un fil de recharge pour le téléphone portable, prêté et perdu, et pour faire recharger la pile de l’appareil photographique, car j’ai oublié le chargeur à Plieux. Agenda. 11:05:07 /// Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne. Bain. Quittons l’hôtel Mercure vers midi et demi. Été au musée Roger-Quilliot, au fin fond de Montferrand. Effaré par l’ampleur criminelle du changement de peuple. Après-midi au musée, collection permanente, collection Combe, exposition des chefs-d’œuvre du musée de Besançon (“De David à Courbet”). Courses à Chamalières, acheté de macarons au magasin Lautrec. Visite à ma tante à Royat. Porto et macarons, dont nous mangeons une bonne part. Elle a un Charreton, offert à son père, mais, bizarrement, de l’Isère. Reprenons la route vers sept heures. La Font-de-l’Arbre. Détour par Laschamps et la petite chapelle Saint-Aubin, sur la lande, dont l’eau est censée guérir des yeux — hélas il faut la recueillir dans un conduit d’évacuation, et on vous prévient qu’elle n’est pas contrôlée. Repassés à Laschamps, hélas très urbanisé. Col de la Moreno. Quatre-Routes. Rochefort-Montagnes. Maudites éoliennes. Autoroute. Dormi un peu. Encore un terrible orage. À Plieux vers onze heures et demie. Dîné à minuit. Excellente galettes au cabillaud de M. de Lingères. Petits pains au laid à la confiture de figues. Vu Un ange en tournée (Fifth Avenue Girl, La Fille de la Cinquième Avenue),)Gregory La Cava, 1939, avec Ginger Rogers et Walter Conolly). Journal. Couché à deux heures. 

lire l’entrée du mercredi 30 août 2017 dans le journaljournal

chercher cette date dans la photothèque Flickr de Renaud Camus
(affichage dans une nouvelle fenêtre)
créée le jeudi 31 août 2017, 12 h 17
modifiée le vendredi 1er septembre 2017, 9 h 42
Jeudi 31 août 2017.
Saint Aristide — 243/122. Plieux. Levé à sept heures vingt. Le Jour ni l’Heure, autoportrait dans un Marie Laurencin (au cadre en miroir), et dét. de La Défense des Gaules, de Chassériau, 1853-1855, les deux au musée Roger-Quilliot de Clermont-Ferrand la veille. L’Arrière-Pays, pas mal de temps perdu. Pierre va au garage Peugeot d’Agen pour les problèmes de la voiture mais ni l’un ni l’autre ne peuvent être résolus cette fois. Tél. à Jeanne de Loynes. Comptes : Dernière connexion le 26/08/2017 à 11h09 /// Bonjour M. CAMUS /// Avoirs 2.406,81 € /// Crédits -101.680,56 € //// Solde au 30/08/2017 2.406,81 € À venir -1.544,30 € | Prévisionnel 862,51 €  /// Solde au 30/08/2017 2.406,81 € À venir -1.544,30 € | Prévisionnel 862,51 € /// 30/08 VIR SEPA RECU /DE AMAZON MEDIA EU SARL /MOTIF PAYMENT. +29,77 € /// 30/08 COMMISSIONS D INTERVENTION -8,00 € /// 29/08 VIR SEPA RECU /DE C.P.A.M. AUCH /MOTIF 172400000139172 +16,50 € /// 28/08 VIR SEPA RECU /DE PAYPAL EUROPE SARL ET CIE SCA /MOTIF +2.000,00 €  (vente de livres, abonnements) /// Chien de Mme Le Coz particulièrement insupportable (un fort argument en faveur de Bonnabaud… ). Agenda. 12:17:02 ////   Le Jour ni l’Heure, Chronologie. Le Jour ni l’Heure, trois tableaux ou détails de tableaux du musée Roger-Quilliot la veille, Terlikowski (Murols, 1912), Couture (att. à), Baudelaire et la Présidente, Charreton (Murols, c. 1925). Bain, lecture par Pierre d’Henri Martin, les arts et l’économie au temps de François 1er. Journal 2017, Juste avant après, entrée de la veille, suite de la rédaction. Atelier, verni la couverte 60x60 n° 54, L’Allée dans la forêt (“Buena Vista Park”, 10 juin 2014/ fin août 2017), avant livraison à son acquéreur. Dîné aux nouvelles, semoule et jardinière de légumes, huile de soja, poires à la vapeur framboises. Rien regardé. Promenade sur le plateau avec Pierre, soleil couchant rougeoyant ; marché jusqu’à l’embranchement La Rouquette/La Bonnefont. L’Arrière-Pays. Journal 2017, entrée de la veille, relecture et mise en ligne (le musée Roger-Quilliot de Clermont-Ferrand). Journal. Couché à une heure et demie. 

lire l’entrée du jeudi 31 août 2017 dans le journaljournal

Le Jour ni l’Heure
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de se déplacer dans les différentes pages de la chronologie.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide
accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site