Journal 2023

créée le mercredi 8 novembre 2023, 19 h 48
modifiée le mercredi 8 novembre 2023, 19 h 50
Plieux, mercredi 8 novembre 2023,  quatre heures de l’après-midi.
Ce matin, à la radio, dans une émission sur la montée des actes antisémites en France, l’historien Pierre Birnbaum — j’avoue avoir été tenté, dans ma colère, de mettre des italiques à “historien” — évoquait la manifestation “Jour de colère”, justement, en 2014, comme une manifestation antisémite de masse au cours de laquelle des foules haineuses défilaient dans les rues de Paris en vociférant des “Mort aux juifs !”. Or il se trouve que j’étais à cette manifestation, que j’y ai passé des heures, que j’ai marché en son sein de la Bastille jusqu’à la gare Montparnasse. Karim Ouchikh et moi en avons même été parmi les organisateurs et nous y avons entraîné tout ce que nous pouvions de membres du Siel, de l’In-nocence et du Non. Je me souviens de notre accablement, à Ouchikh et à moi, en découvrant, quelques jours avant la date fixée, qu’Alain Soral et ses amis avaient décidé de se joindre au mouvement. Nous avons envisagé, à cette nouvelle, de nous retirer, d’annuler notre appel à manifester, de dissuader nos sympathisants de participer à ce rassemblement très abusivement dénaturé. Puis il nous a paru que c’eût été capituler, abandonner le terrain à Soral, le laisser profiter sans résistance de ce qui nous semblait un détournement révoltant.

Le gros des troupes était constitué de vétérans de la “Manif pour tous” et, si ma mémoire est bonne, le thème fédérateur principal était l’opposition aux diverses manipulations telles que GPA, PMA, et — peut-être accessoirement dans l’esprit de la majorité des manifestants — Grand Remplacement ; en tout cas certainement pas l’antisémitisme et même au contraire, dirais-je, pour la majorité des participants, où les juifs ne manquaient pas. C’est à cette occasion que j’ai entendu pour la première Me Rimokh, qui a pris la parole en fin de parcours, sur une tribune dressée devant la gare Montparnasse. Les cris de “Morts aux juifs !”, en trois ou quatre heures je n’ai pas entendu le moindre, ni même le plus léger slogan antisémite. Je veux bien croire qu’il y en ait eu, mais tout à fait marginalement, de la part de parasites incrustés et provocateurs, aux antipodes de l’esprit de cette marche. Pour la réduire à cela, l’assimiler à cela, il faut être imbécile, malhonnête, ou, dans la meilleure des hypothèses, obsédé par la passion et la peur mal placée.

Je soupçonne très fort qu’il en va exactement de même de la manifestation fameuse de Charlottesville dont le slogan officiel, “You Will Not Replace Us!” a été ignominieusement détourné par une minorité qui criait, elle, “Jews Will Not Replace Us!”. Je ne sais quelle proportion de l’ensemble représentait cette minorité, ni si elle était aussi minuscule et marginale que celle de Paris (moins d’un pour cent de la foule présente, je pense), mais les deux étaient évidemment pain bénit, si l’on peut dire, pour le Bloc Génocidaire remplaciste, qui se fait une joie de réduire à elles, bien commodément, toute opposition à son crime.

voir l’entrée du mercredi 8 novembre 2023 dans Le Jour ni l’Heure

Journal Vaisseaux brûlés Livres en ligne Le Jour ni l’Heure Plickr Librairie Galerie Vie & œuvre Index Liens Courrier
accueil général du site
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de consulter les différentes entrées du journal de Renaud Camus.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide