créée le samedi 13 février 2021, 12 h 15
modifiée le samedi 13 février 2021, 12 h 20
Plieux, samedi 13 février 2021, onze heures moins vingt, le matin.
À deux heures du matin cette nuit, je terminais mon travail du jour sur le Dictionnaire — auquel je venais d’ajouter in extremis deux articles inédits, “pédophilie” et “diversité” —, lorsque je découvris un article tout frais de Libération, daté de ce matin et annonçant que le Parquet faisait appel, dans l’affaire du “tweet-banquise”, dont l’épisode précédent était ma relaxe totale par la XVIIe Chambre, mercredi dernier.

L’article avait deux auteurs, dont ce Pierre Plottu qui m’accusait récemment d’antisémitisme et, par insinuation, de négationnisme, même, à la suite de cet autre tweet où j’écrivais que parler de la “théorie” du Grand Remplacement c’est comme parler de la “théorie” des chambres à gaz — ce que très manifestement, dans son imbécilité haineuse, l’imbécilité menant à la haine, je ne sais, ou la haine à l’imbécilité, il interprétait exactement à l’inverse de ce que cela disait très clairement, et que des centaines de lecteurs ont parfaitement compris. Cette fois-ci il m’attribue entre guillemets une phrase qui n’est absolument pas de moi, que je n’ai jamais écrite, jamais prononcée et jamais pensée :

« Renaud Camus a déjà été définitivement reconnu coupable, en 2014, de “provocation à la haine ou à la violence raciale” contre les musulmans pour des propos tenus en 2010 lors d’un colloque organisé par le Bloc identitaire et Riposte laïque. Il y avait présenté les musulmans “comme des guerriers envahisseurs dont le seul objectif est la destruction et le remplacement du peuple français et de sa civilisation par l’islam”. »

Je songeais à de nouvelles poursuites pour diffamation mais Verwaerde me fait remarquer, d’une part, que le pauvre Rimokh ploie déjà sous les affaires en cours (il faudrait poursuivre tous les jours…), d’autre part que la phrase présentant les musulmans comme des guerriers envahisseurs etc., si elle n’est certes pas de moi, figure dans l’arrêt rendu contre moi à propos du discours de 2010, et se trouve donc jouir de l’aval de la Justice, ce qui la rend difficilement attaquable. Elle n’en est pas moins fausse, reflet du malentendu persistant dit du bras armé, les juges des différentes instances n’ayant pas compris, ou ayant refusé de comprendre, ce qui me semble pourtant limpide dans mon discours (l’histoire jugera…) : à savoir que ce n’était nullement les musulmans dans leur ensemble que j’appelais des guerriers, ou plus exactement des soldats de la conquête, son bras armé ; mais seulement les nocents parmi eux, les délinquants, les voyous, la nocence, instrument du Grand Remplacement  — c’est le titre du discours…  

Plottu et son co-auteur, Maxime Macé, reviennent aussi sur la prétendue “théorie” du Grand Remplacement, dont j’aimerais à me parer prétentieusement (moi qui ne cesse de répéter qu’elle n’existe pas…) alors qu’en fait, selon eux, et selon la récente légende rétrospective forgée par un article du Monde, elle a plus d’un siècle, avec des origines racistes, antisémites et néo-nazies. Je n’aurais fait que la ressusciter pour me l’attribuer abusivement. Que personne n’en ait jamais entendu parler avant moi (et certainement pas moi…) ne trouble apparemment personne ; et non plus que le bloc négationniste génocidaire veuille à tout prix m’en imputer l’entière responsabilité, et celle des actions criminelles qui en découlent selon lui, tout en soutenant, pour le cas où j’aurais tendance à m’en vanter, qu’elle est vieille comme le monde et n’est absolument pas de moi. L’évidence de la réalité entière ne trouble pas les négationnistes contemporains, le génocide par substitution ne les dérange en rien, ils ne l’aperçoivent même pas, ils le nient de toutes leurs forces alors qu’il crève les yeux : ils ne vont pas se laisser troubler par une petite contradiction logique de rien du tout. 

voir l’entrée du samedi 13 février 2021 et son image dans Le Jour ni l’Heure

accueil général
& plan du site
journalVaisseaux brûlésLe Jour ni l’Heurelivres en lignelibrairiegalerieindex
accueil général du site
Ce bouton permet de se déplacer rapidement dans le site de Renaud Camus.

masquer les messages d’aide
Ces boutons fléchés permettent de consulter les différentes entrées du journal de Renaud Camus.

Les autres boutons vous proposent diverses options. Survolez-les avec la souris pour en savoir plus.

masquer les messages d’aide